[La Maladie de MInuit] [MA] Bloodshed

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Lun 21 Oct - 0:59

Hael ne se retourna pas en entendant Erèbe gronder. Il se contenta de sourire face au mécontentement du brun. Pourtant celui devrait plutôt le remercier pour tout le plaisir qu'il venait de lui donner. Au lieu de cela, il pestait. Ah la la, son petit lapin en sucre n'était jamais content, et cela l'amusait grandement. Il se sentait si puissant de l'avoir dominé autant pendant leur rapport, au point que ça en était jouissif. En temps normal, le blond n'aurait pas dit non pour lui en remettre encore une couche jusqu'à l'épuiser assez pour qu'il ne puisse plus gronder, mais ce soir il était épuisé. C'était beaucoup plus sage d'aller dormir. Et puis, n'étant pas au mieux de sa forme après cette longue journée, il n'aurait certainement pas était aussi performant pour le deuxième round et n'aurait pas pu se satisfaire pleinement. Tant pis, cela serait pour une autre fois.

Hael s'apprêtait à se retourner et envoyer une des petites réflexions qui avait le don d'énerver son partenaire de jeu, mais à peine avait-il ouvert la bouche que sans rien comprendre il avait finit plaqué sans aucune douceur contre le sol. Quand son dos percuta le carrelage il su qu'il était mal barré et que Morphée devrait encore un peu attendre avant qu'il se blottisse dans ses bras.

« C'était qu'il est vorace ce soir le morveux. Il en a pas encore assez eu~ ? Quel morfale ! », plaisanta-t-il. Mais la suite allait le faire un peu moins rire.

« Han~ oui je la sens bien. Quelle vigueur.», dit-il en laissant échapper un léger gémissement en sentant son partenaire de nouveau près à l'attaque contre lui. Le brun était en forme ce soir, malheureusement pour lui. Il laissa échapper un nouveau gémissement de plaisir quand Erèbe lui tordit les poignets.

« Aaaaaah. », hurla-t-il quand le sel pénétra dans ses plaies à vif. Si l'effet de la douleur, qui plus faisait plus mal que de bien, il se tordit sur le sol, se faisant encore plus mal en gesticulant. Il mit un certain temps avant d'apprécier vraiment cette souffrance.

« Enfoiré ! », lâcha-t-il quand son partenaire de jeu lui serra ses poignets. La douleur commençait a se transformer en plaisir, au point de le faire bander de nouveau. Le brun ne tarda pas a le pénétrer, ce qui n'était pour lui déplaire. Le second round qu'il avait souhaité sans sentir la force de le faire, Erèbe lui offrait. Les mouvements étaient puissants et violents, et à chaque coup de reins, Hale laissait échapper sans retenu un gémissement de plaisir. Il en voulait plus et plus fort. Seul le brun pouvait le prend aussi férocement et pouvait le faire jouir autant. Il jura en sentant ses crocs s'enfoncer dans sa peau. Le salaud n'aller jamais de main morte quand il lui buvait son sang. Un jour, il ne lui laisserait plus une goutte de sang. Il allait finir anémié avant d'avoir pu jouir à ce rythme là. Le vampire voulu lui dire de lui laisser assez de sans pour qu'il puisse continuer d'être en érection, mais le plaisir mélangé à la douleur le rendait incapable de formuler une simple phrase. Seul des gémissements franchissaient ses lèvres.

Ce soir là, le blond prit son pied. Et plus d'une fois. Même s'il était éreinté par ses ébats et part le manque le sang, il regrettait que le brun ne soit pas endurant. Reprenant son souffle et ses esprits, il resta étalé sur le sol, incapable de bouger. Il regarda Erèbe l'abandonner ainsi, sans pouvoir dire quelque chose. Le brun avait réussi l'exploit de le faire taire. Il pouvait s'en féliciter car ce n'était pas une facile et c'était rare quand Hael restait sans voix. Cependant, bien qu'il soit muet, intérieurement il insultait et pestait contre son partenaire de le laisser comme ça après l'avoir mal mené et jouit en lui.

Il resta quelques minutes sur sol, sans bouger. Et ce n'est quand ayant repris un ses esprits et son souffle qui rampa vers les marches de l'escalier. Il espérait pouvoir s'aider de la rampe pour se redresser et s'appuyer dessus pour ne pas tomber. Il parvient péniblement à se mettre sur ses jambes, maudissant encore le vampire d'avoir fait un festin. Par chance, un des domestiques passa dans le coin.

« Hé toi ! Ton boulot c'est de passer derrière ton maître, non ? Alors aide moi à aller dans ma chambre. », l'interpella-t-il sur un ton plutôt cordial. N'osant pas le contrarier, il se précipita vers lui pour venir le supporter et l'aider à monter les marches. Il prenait soin de ne pas aller trop pour que le blond puisse suivre sans peine, mais n'allait pas pour autant à la vitesse d'un escargot pour ne pas donner l'impression à la victime de son maître qu'elle était faible et impotente. Erèbe avait vraiment des domestiques qui savaient y faire, et Hael appréciai beaucoup. A plusieurs reprises il avait été tenté de leur proposé de plus conséquent qu'ils touchaient pour venir travailler à son service.

Une fois dans la chambre, le vampire dans la salle de bain qui faisait parti de la pièce. Il demanda qu'on lui rapporte de quoi soigner ses poignets qui saignaient encore. Il n'avait pas envie de se vider entièrement de son sang. Puis, il prit soin d'enlever ses lentilles de couleur bleue. Dans la douche, il laissa coulait l'eau un moment sur sa peau et ses cheveux. Petit à petit, il augmentait la chaleur. L'eau bouillante, ruisselant sur son corps, détendait ses muscles et il faisait un bien fou. Rien de mieux qu'une bonne douche après une journée éreintante. Et puis, il voulait nettoyé la semence d'Erèbe qui avait coulée sur ses jambe et finit par se mélanger à la sienne. Une fois propre, il se sécher rapidement et enfila uniquement une robe de chambre bordeaux qu'il serra à peine, laissant une partie de son torse et ses jambes apparente. Il passa plus de temps a s'essuyer les cheveux.

En revenant dans la chambre,il découvrit le serviteur qui l'attendait avec une boite de produits pharmaceutique. Il l'aida a nettoyer la plaie afin d'être sûr que tout les grains de sel, qui persistaient par la douche, soient enlevé. Hael sourit en sentant le désinfectant le piquer. Son sourire, qui n'avait rien de très sain, effraya un peu le domestique. Il avait peur que le vampire lui demande de faire des choses pas très nettes. Le blond n'était pourtant pas du genre a faire ça comme ça, avec n'importe qui et surtout après avoir déjà passé un bon moment à se faire plaisir. Mais l'homme connaissait sa réputation et se sentait toujours mal à l'aise face à lui. Et puis, il ne voulait pas que ça se sache et s'attirer les foudres de son maître. Une fois tout désinfecté, il lui banda les poignets. Le serviteur fut remercié et congédié pour son plus grand bonheur sans avoir dû faire des trucs étranges.

Hael se laissa tomber sur son lit et s'enroula dans sa couette. Il se tourna droit, puis à gauche, sur le ventre, sur le dos et dans toutes les positions imaginable pour essayer de s'endormir, mais sans succès. Pourtant, il aurait pensé qu'il lui suffisait seulement que sa tête touche son oreiller pour rejoindre les bras de Morphée dont il avait tant rêvait. Mais il n'arrivait pas a trouver le sommeil, sûrement parce que ce soir, comme parfois cela lui arrivait, il n'avait pas envie de dormir seul. Soupirant, il se releva et attrapa un de ses oreilles pour se rentre dans la chambre d'Erèbe. Il entra sans y être invité, ni même prévenu de son arrivée.

« Il fait froid dans ton manoir. », se plaignit-il comme un enfant en serrant son coussin contre lui. Il se glissa sous les couettes sans laisser le temps au brun de réagir. La tête posée sur une des oreiller d'Erèbe, il se blottit contre le sien. Et, comme si c'était le remède miracle, il s'endormit.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki

Message par Kaminari le Lun 21 Oct - 21:30

Arrivé en haut des escaliers, Erèbe se lécha les lèvres avant d’essuyer le sang qui avait coulé hors de sa bouche du dos de la main et de passer sa langue sur celle-ci pour gâcher le moins de sang possible. Hael avait vraiment un sang exquis… Peut-être un peu trop d’ailleurs. A chaque fois qu’il avait l’occasion de planter ces crocs dans la chair ferme du blond, il avait toujours du mal à s’arrêter. Surtout quand il ne dominait pas par plaisir mais par colère, comme il venait de le faire. Il était rare qu’il explose mais quand il le faisait, il ne valait mieux pas se trouver dans les parages car il ferait un carnage, s’acharnant sur celui qui l’avait mis dans cet état. Ceux qui l’avait vu ainsi et qui étaient encore vivant se comptaient sur les doigts d’une main. Non, pour dire vrai, il n’y en avait qu’un seul et il portait le non d’Hael. Cela était dû au fait qu’il ne trouvait jamais quelque d’aussi jouissif à martyriser que l’autre vampire si celui-ci venait à mourir. Alors il s’assurait qu’il survive même s’il avait souvent des envies de meurtres sur celui-ci. Mais il ne se gênait pas pour le vider d’une grande partie de son sang. Au moins il avait le calme pendant que le blond s’en remettait.

C’est pour cela qu’il ne s’inquiétait pas pour Hael. Il savait qu’il s’en remettrait. C’était coriace ces choses là. Surtout lorsqu’il s’agissait de l’emmerder profondément. Il trouvait toujours quelque chose. Et puis au pire, si ses serviteurs le croisait inconscient, il le ramasserait pour l’emmener dans sa chambre. Un corps de vampire inconscient dans le Hall de son manoir n’était pas de la meilleure image. Même si sa réputation n’était plus à faire chez les autres vampires. Qui ne connaissait pas le duo qu’il formait avec Hael ? Très peu les ignoraient. Même chez les chasseurs, ils étaient connus. Ils avaient transformé plusieurs de ceux-ci en vampire après tout. En tout cas, ceux qui le servaient s’assureraient de nettoyer le Hall pour qu’il ne reste plus aucune trace de l’activité qu’il venait d’y faire. S’il y avait bien une chose dont il n’avait pas à se plaindre c’était ses serviteurs. Calme, silencieux, obéissant, ils le laissaient tranquille. Tout le contraire d’un certain vampire.

Alors qu’Erèbe arrivait près de sa chambre, un hoquet se fit entendre dans le couloir et il se tourna pour voir une de ses servantes, les yeux écarquillés, surement effarée de voir son maître dans cet état et la main devant la bouche.


« - Maître ! Vous… vous êtes blessés ! Vos… vos poignets… Je vais chercher de quoi vous soigner immédiatement ! »

La blonde fit demi-tour pour aller chercher de quoi le soigner. Un très léger sourire satisfait apparut sur les lèvres du brun. Ca c’est ce qu’il appelait être utile et efficace. Il n’avait même pas besoin de demander pour qu’on lui apporte ce dont il avait besoin. Si au début, ils lui obéissaient par crainte et ils étaient tremblant à chaque fois qu’il l’approchait, dû à sa réputation de sadique sans cœur, ses serviteurs avaient appris à le connaître et ils avaient compris que tant qu’ils feraient leur travail correctement, tout irait bien. En même temps, ils les payaient pour ça. Le vampire n’avait jamais rien eu à leur reprocher. Ils étaient parfaits.

Erèbe profita du départ de la jeune femme pour entrer enfin dans sa salle de bain reliée à sa chambre. Il ôta les lunettes de son nez, les repliant et les déposant délicatement sur une étagère de la pièce. Il avait oublié de les enlever en s’attaquant à Hael après le retour de celui-ci. Le blond avait de la chance qu’elle n’ait pas été abîmée lorsqu’il lui avait sauté dessus. Sinon sa punition aurait été bien pire. On ne touchait pas à ses lunettes. En tout cas, il allait devoir les nettoyer pour être parfaitement sûr qu’elle soit d’une propreté irréprochable.

Pénétrant ensuite dans la cabine immense de sa douche, il laissa couler l’eau brûlante sur son corps. Le brun ferma les yeux, laissant l’eau faire son œuvre et détendre ses muscles avant d’attraper le savon pour ôter toute trace de sa précédente activité. Entre le sang et le sperme, il en avait à enlever. S’occupant ensuite de ses cheveux, il finit par se sécher sommairement et sortit de la pièce pour pénétrer dans sa chambre. De légères rougeurs apparurent sur les joues de sa servante en voyant son maître débarquer toujours aussi nu et de l’eau s’écoulant de ses cheveux, glissant le long de son torse. Se rendant compte d’où se dirigeait son regard, la blonde rougit encore plus et baissa la tête.


« - Veuillez me pardonner, souffla-t-elle, espérant que son maître accepte ses excuses. J’ai ramené ce qu’il fallait. »

Le brun la regarda puis alla s’asseoir sur le lit, tendant ses poignets. Entendant un soupir de soulagement, Erèbe sourit en coin. Cela toujours plaisir de voir l’effet qu’il faisait sur les autres. De voir que s’il le voulait, il pouvait les faire trembler de peur. Il aimait cette sensation de puissance. Sa servante désinfecta ses plaies, bien que cela n’était pas réellement nécessaire et les banda ensuite. S’inclinant devant lui, elle finit par ressortir de la chambre, le laissant seul. Erèbe la suivit du regard avant de se relever pour aller se sécher un minimum les cheveux pour ne pas trop mouiller ses draps. Il revint ensuite et s’installa entre ses draps, fermant les yeux. Son endurance était vraiment à travailler. Son partenaire de jeu l’avait épuisé. Il l’aurait bien fait un peu plus souffrir. Mais de toute manière, il n’aurait pu s’empêcher de reboire de son sang et vu l’état dans lequel il l’avait laissé, il en avait déjà pas mal pris. Peut-être qu’il serait tranquille pendant un moment.

Alors qu’il commençait à s’endormir, une voix se fit entendre et une forme se glissa dans le lit. Soupirant, Erèbe se dit qu’il n’en avait pas pris assez tout compte fait, lorsqu’en ouvrant les yeux, il tomba sur une chevelure blonde. Il s’assurerait qu’il soit réellement inconscient la prochaine fois. En attendant, il bougea ses pieds vers le corps à ses cotés et poussa dessus, le faisant tomber du lit dans un grand « boum » qui fit apparaître un sourire satisfait sur les lèvres d’Erèbe. C’était son lit. S’il avait froid qu’il aille autre part. Malheureusement il avait oublié l’obstination du blond qui regrimpa sur le lit, tenant toujours son oreiller contre lui comme si c’était la chose la plus précieuse au monde.


« - Tu me fais pitié avec ton oreiller, ricana-t-il, en lui retirant des bras avant de l’amener contre lui. [/b]Tu vas être plus chiant que d’habitude si tu es malade à cause d’un coup de froid[/b], donna-t-il comme explication. Mais si tu l’ouvre ou que tu bouges, je te jette par la fenêtre après t’avoir découpé en morceau. Non avant en fait. »

Cela dit, le brun referma les yeux et s’endormit quelques minutes plus tard.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Ven 25 Oct - 18:33

Enfin, son sommeil fut de courte duré, puisse qu'il se réveilla en sursaut quand son corps percuta la terre ferme. Il mis quelques secondes pour ramasser ses esprits et comprendre ce qui venait de se passer et pourquoi il était passé du moelleux du lit à la dureté du sol. Il pesta contre Erèbe. Son lit était assez grand. Il pouvait bien le partager avec au lieu de le garder égoïstement pour lui. Et puis, le seul moment où Hael ne tapait pas sur les nerfs, c'était quand il dormait à poings fermés. Alors sa présence ne dérangeait vraiment pas, selon son point de vu.

Sans pour autant se laisser abattre par ce rejet ferme du brun, le blond se hissa de nouveau sous  les draps. Il pouvait se montrer très têtu quand il voulait obtenir quelque chose, et ce n'était pas une petite chute de rien du tout qui aller l'arrêter. Même s'il sentait ses forces le quitter peu à peu, il sera persévérant jusqu'à en plus pouvoir. Il était prêt a commencer un petit jeu d'usure avec son partenaire. Qui des deux céderait ? Erèbe, à bout de patience de toujours devoir le jeter hors de son lit ? Ou bien Hael, trop fatigué qui s'endormirait à même le sol ?

En s'installant confortablement de nouveau, il attendait le moment où il recevrait un coup de pied assez violent pour le projeter par terre. Il était déterminé à se battre pour une place dans ce lit. Cependant, il ne s'attendait pas du tout à ce genre de réaction, et de voir le brun capituler, dans un sens, aussi vite. Ce n'était pas pour lui déplaire, au contraire. Il n'aurait pas à lutter jusqu'à l’épuisement le plus total.

Il allait pester encore une fois quand il sentit qu'on lui arrachait son oreiller des bras, mais il n'eut pas le temps car le brun l'attira vers lui. Plutôt surprenant un tel geste, mais le blond n'allait pas cracher dessus, bien au contraire, il allait même en profiter. Il passa ses bras autour d'Erèbe, devenu son substitue d'oreiller, et posa sa tête contre son torse. Il ferma les yeux et profita de la chaleur que dégageait le corps serré contre lui. C'était bien plus efficace qu'un oreiller remplit de plume. Et plus agréable.

« Tu me prend pour qui ? Une bonne femme qui a besoin de parler ? Et la faute à qui si je tombe malade ? », marmonna-t-il, à moitié endormit mais légèrement agacé par la remarque.

L'oreille contre le torse, écoutant les battements de son cœur et se laissant bercer par sa respiration, Hael se sentit s'endormir petit à petit. Des moments de calme comme celui-ci était plutôt rare entre eux. Le blond vénitien était plutôt du genre a aimer que les choses bougent, mais il n'était pas contre non plus un peu de calme. Surtout en ce moment, il avait besoin de repos pour récupérer tout ce que cette sangsue de goinfre lui avait pompé comme sang. Il aurait sûrement besoin d'un peu plus qu'une nuit de sommeil pour reprendre complètement ses forces. S'il était sage, il attendrait pour jouer de nouveau, mais le problème était là. Il n'était pas sage et pas non plus raisonnable quand il s'agissait de se faire plaisir et maltraiter son corps.

Avec toutes ses activités de la veille, Hael ne s'étonna pas de dormir d'une traite et comme un loir. Il ne savait pas combien de temps s'était écoulait depuis qu'il avait fermé les yeux. Certainement un bon paquet d'heures. En tout cas, il n'avait pas bougé un pouce pendant son sommeil et se trouvait toujours contre le brun. Il se redressa et se frotta les yeux avant de s'étirer. Sa robe de chambre, desserré, glissa sur son épaule droite, le dénudant un peu plus. Il observa un instant le vampire allongé à côté de lui avec l'envie irrésistible de planter ses crocs dans sa jugulaire. Un petit-déjeuner au lit, il n'y avait rien de mieux. Et puis, il avait besoin de se nourrir pour refaire du sang. Nul doute qui le payerait plus tard, mais c'était trop tentant. Cette délicate peau sous ses yeux le faisait saliver. Et puis, Erèbe n'avait qu'à se réveiller en premier. Un sourire au coin des lèvres, il s'installa à califourchon sur le brun. S'il n'avait pas eu aussi faim, Hael l'aurait certainement réveillé d'une autre manière. Il se pencha sur lui et planta ses canines dans sa gorge.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki

Message par Kaminari le Sam 26 Oct - 3:04

Erèbe resserra son bras autour de la taille, alors qu’un léger soupir lui échappait en sentant Hael le prendre pour son oreiller. Mais il l’avait cherché aussi. Ca l’avait particulièrement agacé de le voir serrer cet oreiller comme si c’était la chose la plus précieuse de sa vie. A se demander jusqu’où aller sa possessivité envers le blond. Il voulait le posséder autant qu’il voulait s’en débarrasser. Celui-ci l’agaçait profondément, il l’avait piétiné comme jamais personne ne l’avait fait… Mais il refusait que celui-ci aille voir quelqu’un d’autre que lui. Hael était à lui et personne n’avait le droit de poser ses mains sur lui.

Après il aurait pu attendre un peu plus avant de capituler mais il était trop fatigué pour se lancer dans une pseudo-bataille contre le blond. Il rêvait juste de dormir sans avoir un chieur sur le dos. Et puis, bien qu’il se frappait mentalement rien qu’à cette idée, il savait que le sang qui coulait dans les veines d’Hael, associé à son âge plus avancé, donnait une plus grande endurance à celui-ci et qu’il finirait donc par gagner. C’était l’une des autres raisons qui le faisait vider l’autre vampire de son sang. Il était beaucoup facile d’avoir le dessus lorsque celui-ci avait perdu une grande part de son sang.

Erèbe n’était pas vraiment habitué à avoir des personnes partageant son lit. A vrai dire, il n’avait que Hael qui avait le droit à ce privilège. Les rares amants qu’il a eus, il ne les avait jamais ramené chez lui. Et il s’en allait une fois que son affaire était finie et que l’autre était à moitié vidé de son sang. Ce n’était pas qu’avec Hael qu’il faisait ça  bien y réfléchir. A chaque fois qu’il avait pris quelqu’un, il s’était nourris de son sang. C’était un moyen supplémentaire pour dominer l’autre après tout. Le sang était sacré chez les vampires et donné ou se faire prendre son sang était signe de deux choses. Soit un lien intime entre les deux ou alors un signe de soumission.

Perdu dans ses pensées, le vampire brun finit cependant par tomber le sommeil. En temps normal, le moindre mouvement près de lui pendant son sommeil le réveillait immédiatement. Son instinct s’était développé pendant son enfance et ses reflexes était tel qu’il était d’attaque dès que quelqu’un s’approchait. Mais cette fois, son état de fatigue l’avait fait tomber dans un sommeil tellement profond qu’il était incapable de percevoir son environnement. Cela expliquait pourquoi il ne se réveilla pas lorsque Hael ouvrit les yeux et bougea légèrement. Sinon, il n’aurait jamais laissé la suite se produire.

Fronçant les sourcils en sentant un poids se mettre sur lui, le vampire commença à sortir de son lourd sommeil lorsque les crocs se plantèrent dans sa gorge. Inconsciemment et les idées embrouillées, il releva la tête pour faciliter l’accès à son cou. Des souvenirs de son enfance le frappèrent. Lorsqu’il était plus jeune, pour faire en sorte qu’il développe sa perception quand il dormait, son père venait lui-même dans sa chambre. Et s’il avait le malheur de ne pas se réveiller quand il arrivait, il se retrouvait avec deux crocs planté dans la gorge. Et pour s’assurer qu’il comprenne bien la leçon, son père ne se contentait pas de quelques gorgées. Bien au contraire. Il le laissait souvent dans le même état que lui laissait ses amants. Et le pire c’est que malgré son manque de sang, il devait suivre ses cours et gare à lui s’il n’était pas attentif.

Mais les pensées d’Erèbe finirent par s’éclairer légèrement et il réalisa que celui qui était en train de boire son sang ne pouvait être son père. Et que la seule personne qui pouvait le faire était celui qui avait squatté son lit hier. Ouvrant soudainement les yeux, ses mains agrippèrent la chevelure blonde pour lui faire lâcher sa prise puis il échangea les positions, maintenant les mains du vampire au dessus de la tête de celui-ci. Les maintenant d’une main, son autre partit sur le cou alors qu’il montrait les crocs, grondant.


« - J’espère que tu en as bien profité… Parce que tu peux toujours rêver la prochaine fois. Je ne ferai pas que te balancer du lit. »

Comment ce crétin osait-il ? Le réveiller ainsi… Il relâcha la gorge pour porter sa main à son propre cou, grimaçant légèrement en sentant son sang s’écouler de la plaie. Finalement, il ne l’avait pas assez vidé de son sang. La prochaine fois, il s’assurerait qu’il soit réellement inconscient quand il en aurait fini avec lui. Qu’il lui prenne son sang pendant leurs ébats, cela pouvait passer. Mais alors qu’il dormait tranquillement, là il n’était pas d’accord.

Alors qu’il s’apprêtait à mordre violemment dans la gorge, une personne toqua à la porte. Tournant son regard vers la porte, un grondement de colère lui échappa. Qui osait les déranger. Une voix féminine tremblante retentit :


« - C’est… c’est votre… père… Maître… Vous avez reçu… une lettre urgente…
- Rentrez ! grogna-t-il. »

Alors que la servante qui l’avait soigné la veille entrait, une lettre à la main et une bouteille dans l’autre, le brun en profita pour lâcher les poignets. Il se leva ensuite pour aller récupérer cette fameuse lettre alors que la blonde posait la bouteille sur la table de nuit à coté d’Hael.

« - Un de mes collègues… m’a dit que… vous manquiez de sang hier… Voilà… Pour vous nourrir… »

Elle se dépêcha ensuite de sortir, ayant senti qu’aujourd’hui son maître était d’une humeur massacrante. Erèbe finit par se retourner vers Hael, une fois la lettre lue.

« - Nous sommes de sortie ce soir. Soirée organisée par ma famille. Tu viens avec moi. Et ce n’est pas une proposition. »
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Sam 26 Oct - 4:02

Alors qu'il se délecter du sang chaud du vampire, la main d'Erèbe vint agripper ses cheveux. Et en moins de deux, il se retrouva sur le dos, avec le brun au-dessus de lui. Il savait bien que cela ne lui plairait pas, mais il se moquait bien de ce qui lui faisait plaisir ou non. Et il savait également qu'il allait le regretter et qu'il était pas en était encore d'encaisser la représailles de son partenaire. Pourtant, comme à un enfant auquel on dit non, Hael n'avait pas pu résistait et c'était nourrit. Mais une gorge pareille, sans défense et qui dit criait « mord moi » était une tentation du Malin. Comment ne pas se laisser tenter ? Surtout quand on avait faim. Le blond était comme un affamé qui n'aurait pas mangé depuis des jours face à un banquet auquel on lui avait dit de ne pas toucher. Qui serait assez fou pour obéir ?

« Oh oui~. J'adore les petits déjeuner au lit.», souffla-t-il en ancrant intensément ses yeux dans ceux de son vis-à-vis. Il se lécha les lèvres avec envie. Pour en avoir profiter, il n'avait pas hésiter à se faire plaisir. Il sourit en pensant que le brun, en disant ça, n'avait pas vraiment réalisé à qui il parlait. C'était lui qui pouvait toujours rêver en pensant qu'il n'aurait pu d'intrusion dans son lit comme celle de la nuit dernière. Il avait apprécié son oreiller et il comptait bien s'en resservir souvent. Et même peut-être toute les nuits. C'était ça, après tout. Pourquoi utiliser deux chambres quand il venait squatter chez lui ? Cela donnait plus de travail à ses domestiques, alors qu'il pouvait partager le même lit. Certes, Erèbe ne partageait peut-être pas son point de vue. Mais il s'en moquait bien, et il comptait bien lui imposer sa façon de voir. Il pouvait bien se montrer reconnaissant envers son personnel en lui évitant des tâches inutiles.

Il regretta de ne pas avoir les mains libres quand une des servantes frappa à la porte. Il aurait bien aimé la taquiner un peu en caressant Erèbe pour le provoquer sexuellement. Voir la pauvre jeune femme complètement gênait l'aurait sûrement beaucoup amuser. Mais tant pis pour lui, il n'avait pas d'autre choix que de rester sage et de se contenter qu'elle les surprenne seulement dans la position dans laquelle ils étaient, qui pouvait certes être très explicite déjà.

« Oh~ tu remercieras ton collègue de ma part~. », dit-il en se redressant et en adressant un sourire charmant à la blonde. Il remonta sa robe de chambre pour se couvrir l'épaule. Il ne se fit pas prier et déboucha la bouteille avant de boire. Il n'avait pas envie que le brun lui enlève son repas pour le punir de s'être servit sans en demander la permission. La sang qui coulait dans sa gorge était bon, mais il lui paraissait bien fade comparé a celui qu'il venait de boire. S'il avait su que les domestiques penserez à lui, il n'aurait pas mordu à pleine dans son hôte. Il aurait pu ainsi profiter pleinement du goût du liquide qui était contenu dans la bouteille.

« Oh oui~ maî~tre~. Vos désires sont des ordres.», dit-il sur un ton guilleret avant de s'essuyer la bouche avec le dos de sa main. Il reposa la bouteille et sauta du lit pour s'avancer vers le brun.

« Tu vas enfin me présenter à ta famille mon lapin~. Sens comme je suis tout excité. », lança-t-il en enlaçant Erèbe. Il descendu ses mains sur ses fesses pour les caresser. Il lécha le sang qu'il restait sur son cou avant de s'agenouiller devant lui.

« Le maître m'autorise-t-il à lui sucer autre chose~ ? », dit-il en se moquant légèrement de sa réaction de tout à l'heure.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki

Message par Kaminari le Sam 26 Oct - 16:16

Un petit- déjeuner au lit ? Hael croyait qu’il était là pour le nourrir ? Il n’était pas un de ces stupides humains juste bon à servir de garde-manger. Il n’aurait jamais du permettre à Hael de rester dans son lit hier. Il aurait du continuer à le balancer jusqu’à ce que celui-ci s’endorme par terre, trop épuisé pour continuer à le faire chier. Sa gentillesse allait lui retomber dessus, Erèbe le sentait. Une fois que vous permettez une chose au blond, celui-ci estime qu’il peut le faire tout le temps. Alors il ne serait pas étonné de le voir revenir s’incruster dans son lit.

Trop occupé à lire sa lettre, il n’avait pas remarqué que sa servante avait laissé du sang à l’autre vampire avant de s’incliner et de repartir les joues rougies. Heureusement pour les deux blonds. Parce qu’il pensait que le blond méritait de mourir de soif pour avoir osé se nourrir de son sang et qu’il fallait le punir et parce que la servante avait osé lui apporté de quoi se nourrir sans qu’il l’ait autorisé.

Après avoir ordonné au vampire de l’accompagner, Erèbe fronça les sourcils en le voyant s’essuyer la bouche et en apercevant enfin la bouteille. Grognant, il nota mentalement de dire à ses servants de ne pas se préoccuper du bien de Hael et qu’il ne devait rien lui apporter sans qu’il soit d’accord. Cela lui faisait d’ailleurs penser que celui-ci avait les poignets bandés et qu’il s’était soigné. Restait à savoir si c’était par lui-même ou si quelqu’un l’avait aidé.

Il gronda à nouveau lorsque le vampire l’enlaça. Vraiment une très mauvaise idée de lui avoir retiré son oreiller la veille. Maintenant le blond pensait qu’il pouvait se servir de lui comme peluche. Et qu’il arrête avec ses surnoms débiles !


« - Arrête de m’appeler ainsi. Et ne crois pas que c’est parce que je souhaite te présenter. La soirée s’annonce ennuyante et il faut quelqu’un pour m’occuper. Tu rempliras ce rôle à merveille »

Le brun laissa le blond lécher son sang qui avait coulé et caresser ses fesses. Le blond allait penser ainsi qu’il était calmé. Ce qui était loin d’être vrai. Bien au contraire. Un sourire hautain apparut sur ses lèvres lorsque le vampire s’agenouilla à ses pieds. Passant ses doigts dans les cheveux blonds, Erèbe posa un genou à terre pour aller murmurer à l’oreille du vampire.

« - Tu vois… C’est que devrais être toujours ta place. A genoux devant moi. A obéir à mes ordres. Et malheureusement pour toi… Je ne suis pas d’humeur. »

Resserrant ses doigts sur les mèches, il se redressa et traina Hael en dehors de sa chambre.

« - Assures-toi d’être prêt pour tout à l’heure, lui ordonna-t-il avant de fermer la porte. »

Il se décida ensuite à aller prendre un bain pour pouvoir se détendre. Ouvrant l’eau du robinet, il enleva ses bandages, les laissant tomber à terre. Le brun passa ses doigts sur les marques laissé par ses activités de la veille en passant qu’il allait devoir cacher ça à son père. Si celui-ci apprenait qu’il s’était fait dominer. Un léger frisson le parcourut alors qu’il imaginait ce qu’il pouvait arriver. Il pénétra ensuite dans la baignoire et soupira.

Heureusement Hael savait se tenir en société, après tout il venait d’une noble famille lui aussi. Il espérait juste que celui-ci ne cherche pas à s’amuser à ses dépends. Cela lui faisait penser qu’il devait réfléchir à une véritable punition pour celui-ci. Un sourire apparut sur les lèvres alors qu’une idée lui venait. Oui… Il avait la solution. Se décidant finalement à oublier le blond le temps de son bain, Erèbe profita pleinement de l’eau brûlante qui détendait ses muscles. Une fois pleinement détendu, il se lava tranquillement, prenant bien son temps.

La salle de bain était l’un de ses havres de paix loin de Hael. Celui-ci ne s’était encore jamais osé à pénétrer cet endroit quand il y était. Sans doute parce que s’il le faisait, Erèbe se ferait un plaisir de le noyer. Il y avait des limites et si le blond ne lui laissait pas un peu de répit à un moment ou un autre, il allait exploser et devenir assez fou pour mettre ses menaces à exécution, tuant le blond. Bien évidemment, il le regretterait sans doute après, de tel jouet ne se trouvant pas facilement. Mais il serait tranquille au final. Et il s’assurerait que son prochain jouet sache où était sa place. Quoique ce serait sans doute beaucoup moins amusant.

Une fois parfaitement propre, Erèbe se glissa hors de l’eau et prit son peigne pour se coiffer correctement. Il finit par sortir de la salle de bain et se rendit dans sa chambre pour choisir les habits qu’il mettrait pour le soir. Se dirigeant vers son armoire, il en sortit un boxer noir, une chemise et un pantalon tout aussi noir. La seule touche de couleur qu’il se permettait était sa cravate d’une magnifique couleur sang. Le sadique s’habilla avant d’aller récupérer ses lunettes qu’il avait laissées la veille dans la salle de bain. Les nettoyant pour qu’elles soient parfaitement propre, il les posa ensuite sur son nez. Il compléta finalement sa tenue par une paire de gants blancs.

Ayant terminé de se préparer, le vampire se rendit ensuite dans sa bibliothèque pour pouvoir s’occuper le temps que Hael reviennent chez lui pour qu’ils aillent ensemble à cette fameuse soirée. Il s’assit sur son fauteuil après avoir choisi un livre et croisant les jambes, il commença sa lecture. Qui fut interrompu quelques minutes plus tard alors qu’un de ses servants entrait dans la pièce. Il le suffit du regard pendant que l’homme déposait une tasse à ses cotés avant de la remplir. Le vampire attrapa le récipient et le porta à son nez pour humer l’odeur qui s’en dégageait. Hum… Groupe sanguin O. Son préféré. Celui d’Hael, soit-dit en passant. Encore une raison pour laquelle il se nourrissait de son sang.

Il en avala une gorgée, se remémorant la manière dont il avait tué la personne à qui avait appartenu ce sang. Car il avait une mémoire exceptionnelle quand cela touchait de près ou de loin tout ce qui concernait le liquide qui le fascinait tant. Malgré les années qu’il avait, il se souvenait du goût de chaque sang qu’il avait goûté. Et il n’était pas rare qu’il se perde dans ses souvenirs, se rappelant à chaque comment il l’avait obtenu. Cela lui faisait penser qu’il devait absolument se procurer celui du blond pour pouvoir en boire même quand il ne l’avait pas sous la main.

Reposant ensuite sa tasse, le vampire retourna à nouveau son regard sur son serviteur.


« - Parfait, dit-il, alors que l’homme s’inclinait légèrement face à lui. Ah oui. Fait passer un message aux autres. Hael est ici, chez moi mais MES serviteurs ne sont pas les siens. S’il vous demande quelque chose, je veux être tenu au courant et il faut que j’accepte pour que vous lui donniez ce qu’il veut. Est-ce clair ?
- Très clair, Maître. Je ferai passer vos ordres. Mais… Puis-je me permettre… ?
- Fait.
- Ne risque-t-il pas de mal prendre le fait que nous ne lui obéissons pas immédiatement ? En temps que chef du personnel, je dois m’assurer qu’ils fassent leur travail mais s’il s’en prend à eux parce qu’il s’agit d’un de vos ordres.
- Hael ne touchera pas un de mes serviteurs tant que vous serez sous mes ordres. Il le sait parfaitement. Tu n’as rien à craindre pour tes subordonnés.
- Merci, Maître.
- Maintenant, j’aimerais être tranquille.
»

L’homme s’inclina à nouveau devant Erèbe avant de sortir de la pièce. Le brun se dit qu’il avait bien fait de le nommer comme chef de ses servants. Il faisait en sorte de former les nouveaux arrivants pour qu’il fasse leur travail et qu’ils servent au mieux leur maître. Et puis, il avait été le tout premier à son service, c’était une juste récompense. En effet, l’homme avait décidé de le suivre lorsqu’il avait quitté le manoir de son père. Il l’avait connu jeune vampire et c’est pour cela qu’il pouvait se permettre certaine chose que les autres n’oseraient pas. Et que Erèbe n’accepterait pas. Combien de fois celui-ci l’avait soigné après une « leçon » de son père. Il ne les comptait plus.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Dim 27 Oct - 18:00

Hael sourit en attendant une réponse tout en admirant la vue que lui offert le corps nu d'Erèbe. Pour lui, il y avait peut de chance qu'il refuse une proposition si alléchante. Après tout, il était très bon dans ce domaine et ne pratiquait l'art de la fellation que très rarement. Pour lui, ce n'était pas gâcher son talent que d'accorder peu souvent ce privilège. Il ne fallait pas trop abuser des bonnes choses. Alors, dans son esprit c'était improbable qu'on ne l'autorise pas à s'amuser. Enfin, c'était sans compter sur la mauvaise humeur de son partenaire. Le blond se surestimait peut-être parfois un peu trop, car l’inconcevable pour lui se produisit et pas de la manière la plus douce. En temps normale, il aurait aimé, mais ce ne fut pas le cas car on venait de lui dire non. Capricieux, il avait horreur qu'on lui refuse de faire quelque chose qu'il avait très envie de faire. Pourquoi s'était-il trouvé drôle a demander la permission en voulant jouer au maître et au soumis ? Son humour bien à lui le perdrait un jour. Il aurait dû tout simplement attraper à pleine bouche le sexe du brun et le sucer directement. Cela lui aurait été beaucoup plus de refuser le privilège qu'Hael lui accordait. Enfin, une fois encore, le blond devait trop se surestimer.

Alors qu'il se faisait traîner au sol par les cheveux, il se débattait en protestant et en lui griffant l'avant-bras. Diable que le brun avait de la force ! Trop pour le vampire encore faible et fraîchement réveiller. Si pour certaines choses il était d'attaque au saut du lit, pour d'autre c'était autre chose comme par exemple se défendre contre une masse musculaire qu'on avait mis de très mauvaise humeur.
Se retrouvant à la porte, le blond frappa et griffa l'encadrement en bois. Il ne comptait pas abandonner comme ça. C'était trop simple. Et il espérait surtout que son partenaire lui cède, comme il l'avait fait hier. Mais il devait redescendre sur terre. On parlait d'Erèbe. L'aînée des deux ne pouvait pas tout le temps gagner. D'ailleurs, ils étaient en permanence à égalité. Si hier il avait remporté la victoire, aujourd'hui c'était sa défaite, et même s'il n'aimait pas ça, il devait le reconnaître. Au bout d'un moment, il s'arrêta de griffer la porte comme un chat faisant ses griffes. Il se rendait bien compte que cela était inutile. Le brun devait se prélasser tranquillement dans sa salle de bain. C'était sûr, maintenant il n'allait plus venir lui ouvrir et il devait se rendre à l'évidence. Il n'allait que se fatiguer inutilement, et il avait besoin de ses forces pour rentrer chez lui.

« Sale chien ! Va crever !», cracha-t-il avant de finalement se relever et aller dans la chambre qu'il s'était approprié.


Il fouilla dans la commode qui contenait les vêtements qu'il s'était ramené et enfila de quoi se couvrir sans vraiment prêter attention si cela s'accordait. Il récupéra ses lentilles de couleur bleue mais sans les mettre. Et sans plus attendre, il sortit du manoir d'Erèbe pour rentrer chez lui où il n'avait pas dû mettre les pieds depuis quelques jours. Ses domestiques avaient l'habitude que leur maître disparaisse quelque temps. Au début, ils s'étaient inquiété mais maintenant il ne prêtait plus guère attention à ses disparitions soudaines car il savait très bien où il se trouvait. Le blond faisait comme s'il avait deux maisons en squattant régulièrement chez le brun.

« Bon retour, maître. », lança son majordome quand Hael poussa les portes de son manoir.

« Ah... bonjour Hector. », répondit vaguement le vampire qui semblait être de mauvaise humeur.

« Dois-je vous préparer votre repas ? », ajouta le-dit Hector en voyant le teint maladif de son maître.

« Non, tout à l'heure. Je vais aller dans ma chambre dormir. Viens me réveiller vers 17h. Que personne ne me dérange sous aucun prétexte avant. Je prendrais un bain et mon repas plus tard. », dit-il en commençant à monter les escaliers. Il s'arrêta à mi-chemin pour se retourner vers son majordome.

« Ah et aussi, prépare moi mon costume trois pièces, le gris. Ce soir Erèbe va me présenter à sa famille~. C'est un grand jour, il faut que je me fasse tout beau~.», ajouta-il un léger sourire vicieux sur les lèvres, puis alla dans sa chambre pour s'étaler comme une masse sur son lit. Il devait être en forme pour ce soir s'il voulait animer un peu la soirée.

« Oui, maître. », se contenta de répondre Hector en ayant une petite pensée compatissante pour les personnes qui allaient rencontrer pour la première fois son maître. Même s'il l'appréciait, il reconnaissait que le vampire n'était pas quelqu'un de facile à vivre et il pouvait même faire peur aux premiers abords. Le majordome aurait cependant aurait bien voulu se transformer en petite souris pour assister à cette soirée.

A 17h, un domestique vint réveiller Hael. Celui-ci, encore à moitié endormi alla d'abord se nourrir un peu. Il se prélassa ensuite un bon moment dans son bain. Puis, un de ses serviteurs s'occupa de lui refaire ses bandages tandis qu'un autre sortit plusieurs cravates qui allaient avec son costume gris foncé cintré qui épousait parfaitement ses formes pour le mettre en valeur. Le blond enfila son pantalon, sa chemise blanche, son gilet sans manche et hésita un instant sur la cravata . Il opta finalement pour une bleu sombre. Et pour une fois, ce soir il ne mettra pas ses lentilles. C'est une soirée entre vampires, il n'avait pas besoin de cacher ses yeux de couleur grenat. Il avait une très jolie couleur de yeux, alors serait dommage ne de pas les montrer. Il prit soin de se coiffer correctement pour un fois, en mettant ses cheveux en arrière qu'il fixa avec du gel légèrement. Un touche de parfum et c'était parfait. Il ressemblait à un vrai gentleman et pouvait faire illusion s'il n'ouvrait pas la bouche. Un fois prêt, il sortit vers 19h pour rejoindre Erèbe chez lui.

« Mon chou~. Je suis revenu~. », cria-t-il dans le hall après qu'un des serviteurs du brun lui ait ouvert. « J'espère que tes parents aiment le vin. J'ai ramené une excellente bouteille de bordeaux. »,
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Notre sadique préféré, Erèbe Ketsueki

Message par Kaminari le Mer 30 Oct - 21:50

Une fois son domestique sortit, Erèbe se replongea dans sa lecture, sirotant de temps en temps le liquide dans sa tasse. Un bâillement finit cependant par lui échapper et il reposa son livre et sa tasse pour pouvoir fermer les yeux. Il avait encore du temps avant qu’Hael n’arrive. Et dire que celui-ci avait osé le réveiller alors qu’il reprenait complètement ses forces. En tout cas, il s’était vengé légèrement en foutant le blond à la porte de sa chambre. Cela n’avait pas dû lui plaire vu les profondes marques d’ongles qu’il avait entraperçu sur la porte. Quelques minutes plus tard, le brun s’endormit, complétant son sommeil interrompu.

Erèbe ne savait combien de temps était passé mais une présence dans la pièce le sortit immédiatement de son sommeil. Pourquoi n’avait-il pas réagit ainsi ce matin… Ca lui aurait évité de se retrouver avec une marque de crocs sur le cou. Heureusement le col de sa chemise cachait celle-ci. Gardant les yeux fermés, il inspira l’air pour savoir qui était là. Il ne les ouvrit que lorsqu’il eut reconnu l’odeur de William le chef des domestiques.


« - Maître, votre… ami… est là, dit-il en s’inclinant. »

Erèbe fronça les sourcils. Hael était déjà de retour… ? Combien de temps avait-il dormi au juste ?

« - Il est 19h30, maître… »

Il soupira légèrement en se disant que le blond aurait pu attendre le dernier moment pour venir. Il devait avoir dix minutes d’avance. C’était surement pour le faire chier. Quoiqu’il se rappela soudainement qu’il n’avait pas donné d’heure au vampire et il grogna donc s’insultant mentalement. Quel crétin. Cela montrait qu’il était fatigué à ce moment. En temps normal, il n’aurait pas oublié ce genre de détail. Se relevant le vampire remercia son majordome de l’avoir prévenu et se dirigea vers la sortie de la bibliothèque, grimaçant au surnom  avec lequel le blond l’appelait. Finalement ces dix minutes seraient bien utiles pour mettre en garde le vampire.

Le sadique se dirigea vers le Hall, son regard se posant sur Hael, le détaillant de la tête au pied.


« - Oui mes parents aiment le vin. Au moins, tu t’es habillé correctement. Tant que tu n’ouvres pas la bouche ça devrait aller… »

Il finit de descendre les escaliers et s’approcha du blond pour passer ses doigts autour du cou.

« - Je te préviens… Tu n’as pas intérêt à me donner un de ses surnoms stupides face à ma famille. Et tiens-toi correctement. Sinon, je m’occuperais personnellement de toi… Et crois moi tu n’aimeras pas la punition. »

Il resserra ses doigts sur la gorge pour appuyer ses propos puis le relâcha avant de se retourner en attendant William arriver à leurs cotés.

« - Votre voiture est prête, Maître. »

Erèbe hocha la tête en direction de son domestique qui tenait une veste noire sur son bras. Celui-ci s’approcha de lui pour la lui donner et le brun enfila le vêtement sur lequel était brodé le même dragon qu’il possédait en tatouage.

« - Allons-y Hael ! »

S’assurant que l’autre vampire le suivait bien, Erèbe se rendit à l’extérieur pour entrer dans la limousine. Il en avait pour vingt minutes de trajet au moins. Il arriverait pile à l’heure ainsi.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Sam 2 Nov - 18:58

« Oh~ mais tu m'aurais presque sorti un compliment~. Ça t'aurais écorché de dire que j'étais élégant ou même sexy dans mon superbe costume~ », dit-il en se moquant d'Erèbe qui s'approchait de lui. Il fit le tour de lui-même en écartant les bras pour qu'il l'admire. Cependant, il ne pouvait pas nier que le brun avait raison. Il savait très bien comment il pouvait être et il n'avait pas non plus l'intention de rester sage ce soir pour le plus grand désespoir de son partenaire.

Hael sourit en sentant les doigts de son cadet serrer son cou. C'était une sensation qu'il appréciait particulièrement. Et il ne se faisait pas prier pour l'obtenir. Il lui suffisait de le provoquer un peu. Ce soir, il commença fort dès le départ pour le taquiner.

« Oh~ une punition que je n’apprécierai pas ? Je serais presque tenté de voir ce que ça donne~. Mo-n chou-u~. Mais si je me tiens à carreaux, aurais-je une récompense ? », quand Erèbe resserra ses doigts, il sourit de plus belle et soutint le regard du brun pour lui montrer qu'il n'avait pas peur de lui et qu'il ne craignait pas ses menaces même s'il les mettait a exécution.

Le vampire suivit son cadet jusqu'à la voiture sans ajouter un mot. Il était d'humeur guillerette et sautillait presque en marchant. Il était comme un enfant qu'on emmenait à Disneyland. Son attitude contrastait avec celle du brun. Il ne lui décrocha pas un mot pendant tout le chemin. Pour s'occuper, l'aîné des deux regardait le paysage défiler par la fenêtre. De temps en temps, pendant le trajet, Hael lançait des petits regards en coin à son camarade de jeu pour l'observer.  La perceptive de se rendre chez ses parents n'avait pas l'air de l'enchanter. Il pouvait deviner cela en sentant l'aura noir qui semblait s'échapper de lui mais également avec le faite qu'il lui ait demandé de l'accompagner. C'était vraiment quelque chose de rare de sa part. Il se doutait bien que ce n'était par l'envie ou le plaisir de le présenter à sa famille. Non, c'était sûrement dans l'optique de passer ses nerfs sur lui pour se défouler. Son partenaire ne lui avait jamais parlé de sa famille et le sujet semblait être tabou, alors le blond était curieux de découvrir pourquoi il y avait un mystère qui planait autour.

Une fois arrivée, il s'étira en sortant de la voiture et se concentra pour enfiler son rôle du parfait gentleman de bonne famille aux manières irréprochables. Cela lui demandait quelques efforts et il devait veiller à ce que son naturel ne revienne au galop au cours de la soirée.

« Allez~ sourit un peu tu m'excites quand tu as cette expression. », dit-il en s'approchant de son oreille. Il accompagna ses paroles avec une tape sur les fesses d'Erèbe qu'il aimait beaucoup toucher. « Tu ne voudrais pas que je te saute dessus en plein milieu de la soirée devant tout le monde. Je veux faire bonne impression pour ma première rencontre avec beau-papa et belle-maman~. », ajouta-t-il avant de s'éloigner de lui pour ne pas lui laisser le temps de répondre et il alla sonner à l'imposante porte de la demeure.

Aussitôt, un domestique leur ouvrit et les invita à entrer. Un autre domestique s'adressa à Erèbe pour le prévenir que son père l'attendait dans le bureau tandis qu'un autre conduisit Hael là où se trouvait le reste des invités après lui avoir débarrasser son manteau. Le blond se retint de lui envoyer un de ses petits surnoms qu'il avait en réserve en voyant son expression. Il n'avait pas l'air ravie de retrouver son père dès son arrivée.

Hael suivit le domestique jusqu'au salon de reception. Il le remercia poliment pour l'avoir guidé et s'engouffra dans la foule. Il ne connaissait personne en voulait un peu à son partenaire d'être retenu avec son paternel. Il ne savait pas combien de temps leur entrevue allait durer et le blond n'avait pas envie de s'ennuyer parce qu'il se retrouvait seul au milieu d'inconnus. Par réflexe, il se dirigea vers le buffet et demanda une coupe de champagne. Ayant un physique plutôt avantageux, le vampire ne resta finalement pas seul très longtemps. Une jeune femme brune l'accosta directement.

« Oh, vous êtes nouveau ici. »

« On ne peut rien vous cacher Milady. », répondit-il avec un de ses sourires les plus charmeurs. Il observa distraitement la vampire qui était venu l'aborder. Elle était plutôt jolie et elle aurait correspondu parfaitement à ses critères physiques si la nature avait été un peu plus généreuse niveau poitrine. Il n'aimait pas non plus quand il n'y avait pas de seins, mais c'était décevant presque de se retrouver devant un beauté qui frisait la planche à pain comme elle. Mais bon, pour ce soir, elle ferait affaire en attendant le retour de son compagnant.

«Milady ? Oh, vous me flattée. Appelez-moi plutôt Urara. Je suis la nièce du maître des lieux. », dit-elle en rougissant légèrement.

Bingo. Il venait de trouver quelqu'un à charmer pour s'occuper. La jeune femme semblait déjà être intéressée par lui pour être venu lui parler. Quelques compliments agrémentés de sourires et de petits gestes attentionnés, d'effleurements et c'était dans la poche. Elle semblait être très réceptif à son charme. En plus, c'était la cousine d'Erèbe. Il allait pouvoir se venger de lui pour ce matin quand il avait refusé sa fellation qu'il lui offrait si généreusement et peut-être aussi en apprendre sur lui. Peut-être ces deux là étaient proches et emporté dans la conversation sa cousine lui révélerait quelques secrets gênants de son enfance.

« Enchanté, Hael Nyx, un ami. », dit-il en lui faisant un baise-main.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

La famille Ketsueki

Message par Kaminari le Dim 3 Nov - 23:44

Une fois installé dans la voiture, Erèbe posa immédiatement son regard sur le paysage qu’il apercevait à travers la fenêtre. Pourquoi son père lui avait-il demandé de venir ? En temps normal, celui-ci le laissait en dehors de ces stupides réunions familiales. Ce n’était pas bon signe. Peut-être avait-il quelque chose à lui reprocher… Pourtant il s’était assuré de ne jamais ternir l’honneur de la famille. Tout du moins en public. Hael ne s’était pas gêné pour le rabaisser plus bas que terre. Mais son père ne pouvait le savoir. A moins qu’un de ses domestiques soit un espion pour celui-ci… Non, ils n’oseraient pas le trahir.

Demeurant silencieux pendant toute la route, le sadique sentit son humeur, déjà bien noire, s’assombrir au fur et à mesure qu’il s’approchait du manoir de son paternel. Heureusement qu’Hael était là, ça lui permettrait de passer ses nerfs sur lui si jamais le besoin s’en faisait sentir. Et il lui permettrait d’éviter l’ennui. Mais celui-ci avait intérêt à se tenir à carreaux. Etant celui qui l’avait amené, c’était sa responsabilité sur le vampire blond foutait le bordel. Et son père ne lui pardonnerait surement pas de perturber la fête.

Lorsqu’ils arrivèrent enfin jusqu’à la demeure principale des Ketsueki, le brun sortit lentement de la voiture et s’assura que la voiture n’avait pas trop froissé ses vêtements. Il devait être parfait. Son regard carmin se posa ensuite sur la porte. On pouvait sentir qu’il n’était pas du tout pressé de rentrer à l’intérieur. Mais il n’avait pas vraiment le choix. Et s’il tardait trop, il finirait en retard. Un Ketsueki ne devait pas être en retard. Surtout dans un cas comme celui-ci. Le vampire se retint de justesse de sursauter à la tape sur ses fesses et jeta un regard tueur à celui qui l’accompagnait. Ses sourcils se froncèrent encore plus à l’entente de la fin de la phrase. Beau papa et belle maman. Ils n’étaient pas mariés aux dernières nouvelles. Et heureusement. Comme s’il pouvait aimer le blond. Et il le supportait suffisamment comme ça.

Erèbe fut obliger de se placer à ces cotés alors que la sonnerie retentissait dans le manoir. Il se fit la remarque que les domestiques étaient toujours efficaces alors qu’un de ceux-ci leur ouvrait immédiatement. Son corps se tendit légèrement alors qu’un le prévenait que son père l’attendait dans son bureau. Se pourrait-il vraiment que son père ait quelque chose à lui reprocher. Le bureau était souvent réservé aux leçons « spéciales » que son paternel lui réservait. Pour lui, cette pièce était lieu de douleur et de mauvais souvenirs. Mais comme pour sa venue ici, il n’avait pas le choix d’y aller. Après avoir donné son manteau, il se dirigea donc vers le bureau du chef de famille.

Malgré le temps qui avait passé depuis la dernière fois où il avait posé les pieds dans ce manoir, le vampire se souvenait de chaque coin. C’était ici qu’il était né et qu’il avait passé sa plus jeune enfance, avant que son père ne suive sa mère en Angleterre. Et c’était sans doute la période la plus heureuse de sa vie. Les souvenirs que cette demeure ramenait faisaient qu’il l’aimait autant qu’il la détestait. Elle était le symbole d’une époque depuis longtemps révolue.

Arrivé devant la porte de la pièce maudite à ses yeux, Erèbe frappa contre le bois et il n’ouvrit que lorsqu’une voix lui permit d’entrer. Il rentra dans le bureau le regard baissé et s’inclina face au vampire qui lui faisait face.


« - Père…
- Erèbe
, répondit le vampire. Tu peux te redresser, finit-il après quelques secondes de silence. »

Le plus jeune attendit ces mots avant de se remettre droit. Son regard observa celui qui lui faisait face, se faisant la remarque qu’il n’avait pas changé. Toujours les mêmes cheveux noirs coiffés impeccablement, ce regard rouge qui le transperçait et ce visage impassible. Personne ne pouvait nier en les voyant ainsi face à face qu’ils étaient père et fils.

« - Vous m’avez fait demander ? demanda Erèbe, pressé de pouvoir sortir de cette pièce, bien qu’il n’en montrait rien.
- En effet. Comment vas-tu ?
- Je vais bien père.
»

Quelques secondes passèrent à nouveau et si le sadique avait observé correctement le visage de son père, il aurait remarqué le soupir que celui-ci retenait. A vrai dire, celui-ci regrettait la micro-réponse de son fils. Il aurait en savoir plus. Peut-être qu’il arriverait à tirer plus de quatre mots à celui-ci s’il continuait la conversation.

« - Cela faisait longtemps que tu n’étais pas venu… »

Le chef de famille espérait quand lui disant ça, le plus jeune lui parlerait de ce qu’il avait fait pendant tout le temps où ils ne s’étaient pas vus. Mais c’était sans compter la crainte presque maladive qu’avait son fils de lui. En effet, celui-ci se tendit à ses paroles, se demandant si le plus vieux allait le punir pour avoir esquivé jusqu’à présent les réunions familiales.

« - Vous n’avez jamais requérez ma présence à vos cotés père, finit-il cependant par dire. »

S’il avait été un de ces pathétiques humains et non pas Kyosuke Ketsueki, le plus âgé se serait sans doute frappé la tête contre le bureau. Son fils ne venait le voir que lorsqu’il lui en faisait la demande… Au fond, il pouvait comprendre pourquoi. Oh combien il regrettait son attitude avec son cadet. Il avait merdé. Et bien comme il fallait. Il n’abandonna cependant pas le fait de faire la conversation à Erèbe. Si son fils ne parlait pas un peu plus avec la prochaine question qu’il allait poser, il allait vraiment se frapper la tête contre ce bureau.

« - On m’a dit que tu étais venu avec quelqu’un, est-ce vrai ? De qui s’agit-il ?
- En effet. Hael Nyx. Mon partenaire de chasse.
»

Six mots. Ce n’était pas possible de faire plus court. Une lueur de tristesse passa dans le regard de Kyosuke alors qu’il voyait son fils se tendre un peu plus, se demandant s’il avait bien fait de ramener Hael et si son père n’allait pas lui dire quelque chose pour l’avoir fait alors qu’il s’agissait d’une soirée en famille. Le cadet se retint de cligner des yeux à la question suivant de son père.

« - Ah oui. Vous êtes célèbres tous les deux… Et… Vous vous entendez bien… ? demanda Kyosuke en désespoir de cause.
- Et bien… »

Erèbe ne put cependant finir sa phrase, des coups se faisant entendre à la porte. Le chef de famille fronça les sourcils avant d’ordonner à la personne d’entrer. Un serviteur entra, s’inclinant devant eux et expliqua que sa femme voulait le voir. Un air agacé prit place sur son visage et il posa son regard sur Erèbe.

« - Tu peux partir. »

Le plus jeune s’inclina à nouveau et sortit de la pièce, croisant la femme de son père qui entra dans la pièce à peine eut-il passé le pas de la porte. Le brun se dirigea vers la salle de réception, les sourcils froncés. Les questions de son père l’avaient surpris. Pourquoi s’intéressait subitement à lui ? Et pourquoi s’intéresser à la relation qu’il avait avec Hael ? Etait-il intéressé par le blond ? Il ne comprenait pas et cela l’agaçait.

Une fois arrivé dans la grande pièce, Erèbe se mit dans un coin où il n’y avait pas trop de monde, sentant des regards se poser sur lui à son passage. Et oui, il était là. Avant qu’il n’ait pu le trouver, un corps vint lui obstruer la vue.


« - Bonjour, Erèbe, dit un jeune homme aux cheveux châtains.
- Kiyosumi, répliqua le vampire, après un grand silence entre eux. »

Le vampire face à lui était le seul dont il supportait la présence parmi tous ceux de sa famille. Le fait qu’ils soient demi-frères et que celui-ci se soit toujours fiché de qui était sa mère y était sans doute pour beaucoup. Et il ne pouvait pas oublier le fait qu’il se soit occupé de lui quand il vivait encore ici. Mais au fond, il l’enviait pour ne pas avoir subit l’apprentissage de son père. D’avoir eu une enfance complètement normale. Mais cela, il ne l’avouerait jamais. Même à lui-même.

« - Tu sembles chercher quelqu’un. Ce ne serait pas un petit blond. Il ne me dit absolument rien alors je me suis dit qu’il était peut-être venu avec toi.
- Où est-il ?
- En train de discuter avec notre chère cousine Urara, répondit son demi-frère en pointant une direction. »

Erèbe fronça les sourcils, et gronda légèrement en voyant enfin Hael. Il lui jeta un regard noir, ne notant pas le regard surpris de son frère puis le sourire heureux de celui-ci. Le châtain en avait toujours voulu à leur père pour avait transformé son petit frère qui était tellement mignon jeune en l’homme qu’il avait aujourd’hui en face de lui. Un vampire brisé. Un homme qui ne savait exprimer ses sentiments. Il n’était même pas sûr que le plus jeune soit juste capable d’en ressentir. Un homme devenu complètement fou. Parce qu’il ne se voilait pas la face et savait que Erèbe était fou. Mais il ne pouvait s’empêcher de l’aimer quand même. Car il restait son petit frère. Celui qu’il avait bercé et avec qui il avait joué étant gosse. Mais voir son frère réagir ainsi lui donnait l’espoir que tout n’était pas entièrement perdu. Que son frère était capable de sentiment.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Lun 4 Nov - 18:31

«On m'avait cachait que mon oncle avait un ami aussi séduisant que vous. »

La jeune femme rougit encore un peu plus quand Hael attrapa délicatement sa main pour exécuter son baise-main. Déjà qu'elle n'était pas insensible aux charmes du vampire, elle était à présent séduite par ses manières de parfait gentleman. La brune aimait tout particulièrement les beaux hommes bien élevés. Elle les laissait les séduire en jouant les filles de bonnes famille pour mieux les mettre dans son lit. Elle avait un tableau de chasse assez impressionnant à ce niveau là. Dès qu'elle repérait un petit nouveau qui s'était égaré seul, telle une prédatrice, elle leur sautait dessus en faisant semblant de les sauver de leur solitude.

La cousine d'Erèbe n'avait pas une très bonne réputation. Nombreux gentilshommes étaient tombés dans ses filets, et une fois qu'elle était satisfaite et eux sous son charme, elle les jetait sans la moindre hésitation se moquant même parfois d'eux pour s'être fait piégé. Personne n'osait mettre en garde les nouveaux de peur de s'attirer les foudre de la vampire. Elle était plutôt d genre colérique et ne supportait pas qu'on l'empêche de jouer à son petit jeu favori.

Autour d'eux, certains invités se lançaient des petits regards complices en se disant qu'Urara avait déjà trouvait une proie. Tandis que des jeunes filles semblaient être désappointées car la sulfureuse brune venait de mettre le grappin encore sur un des hommes les plus attirants de la soirée. Mais malheureusement pour la jeune femme, elle venait de tomber sur un plus gros prédateur qui savait mieux jouer la comédie qu'elle et elle allait certainement vite déchanter en découvrant sa vraie nature.

Hael n'était pas dupe. Étant très observateur, il avait très bien remarqué les messes basses et les petits regards lourd de sous-entendu en sa direction. Les gens parlaient trop bas pour qu'il puisse entendre un traître mot de ce qui se racontait mais il avait une petite idée de la nature de ces propos. Il venait de tomber sur une personne à la réputation peu recommandable dans la famille. Est-ce qu'Erèbe pensait la même chose de sa cousine que la plupart des invités ? Un frisson d'excitation parcouru son corps rien qu'en pensant que cela pouvait l'énerver. Ses pupilles, à cause de l'excitation, se dilatèrent légèrement. Son interlocutrice, qui venait, pour prendre une verre, de se pencher d'une manière assez suggestive afin de faire apparaître son décolleté, interpréta ce signe comme une réaction de sa part. Le décolleté était pour le blond quasiment inexistant tant il la trouvait trop plate à son goût et il trouvait ce genre de stratagème vulgaire quand c'était aussi mal fait. Il avait de l'expérience en matière de séduction et en la voyant, il se demandait si les gens autour d'eux parlaient pour se moquer car elle n'arrivait jamais à séduire ou si c'était l'inverse. Si jamais c'était pour la deuxième option, les hommes qu'elle avait attrapé ne devait jamais avoir vu de femme, n'avait jamais de succès ou aucun goût. Hael se sentit alors vexait qu'elle puisse penser qu'il entrait dans ces catégorie. L'avait-elle bien regardait ? Il savait que parmi les vampire, qui avaient tous beaucoup de charme et dont les humains ne pouvaient pas résister, il était qu'on pouvait appeler quelqu'un de très séduisant. Il était bien au-dessus de la moyenne. Le fait qu'elle le rabaisse à ce genre de catégorie l'énerva un peu. Mais, il ne montra rien et resta parfaitement dans son rôle. Discuter avec elle allait l'occuper. Et puis, rien que pour faire sortir de ses gongs son partenaire il était prêt a supporter la compagnie de cette femme qui essayer de lui faire du rendre dedans peu subtilement. Il allait rentrer dans son jeu pour qu'Erèbe les voit flirter.

« Peut-être est-ce vu que votre oncle essayait de cacher. Pour protéger une telle beauté. », répondit-il en souriant.

« Décidément, vous me flattez vraiment trop. ».

Elle sourit à son tour, en pensant si seulement son interlocuteur connaissait sa nature de croqueuse d'hommes. Le pauvre, il paraissait si fragile, si gentil et si bien élevé. Elle allait le briser en le jetant.

Soudain, les conversations autour d'eux s'arrêtèrent et les regards se tournèrent vers un nouvel arrivant. Comme les autres, le blond suivit le mouvement et tourna en direction de l'homme qui venait de faire son entrée : Erèbe. Ils n'étaient plus le centre d'intérêt de la foule. Et vu comment celle-ci avait réagit a son arrivée, Hael compris tout de suite qu'il y avait un petit soucis avec sa famille, ce qui le confortait dans les hypothèses qu'il avait déjà. Cependant, il ignorait encore la nature de ce soucis.

« Qu'est-ce qu'il fait là celui-là ? », cracha-t-elle en voyant son cousin. L'espace d'un instant, elle avait fait tomber son masque et le vampire vu un très belle opportunité d'en apprendre plus.

« Vous le connaissez, Milady ? »

« Si je le connais ? Malheureusement oui. Ce déchet est mon cousin. »

Hael tiqua légèrement au qualificatif de « déchet ». Il n'aimait pas qu'on insulte son partenaire. Seul lui avait le droit à se privilège de le rabaisser et l'insulter. En plus, ce mot sortit d'une bouche aussi vulgaire l'horripilait encore plus.

« Déchet ? Est-ce la honte de la famille ? N'est-il pas assez sanguinaire pour la noble famille des Ketsueki ? Il a entaché votre réputation ? »

Il savait très bien que la famille du brun avait une certaine réputation. D'ailleurs, Erèbe semblait en être fier et faisait tout pour ne pas ternir son nom. Alors il avait du mal a voir en quoi il pouvait être considéré comme étant un déchet, surtout quand on le connaissait intimement.

« Non pas pour ça. », elle s'approcha de lui pour lui parler à l'oreille pour faire mine de rester discrète, mais en réalité, elle voulait réduire la distance qui se trouvait entre ex pour continuer son jeu de séduction.

«C'est une sorte de bâtard. Sa mère n'est pas la femme officielle de mon oncle, mais sa maîtresse. », souffla-t-il au creux de son oreille en espérant provoquer des sensations chez le blond. Mais Hael resta complètement hermétique à cela.

« Il devrait avoir honte de se montrer ici alors qu'il n'est même pas né d'un mariage. En plus, sa mère est un étrangère. Une anglaise. Vous vous rendez compte, une de ses pathétiques anglo-saxon qui ne sont pas aussi prestigieux que nous, les descendants de puissant samurai. Comme il a pu mélanger son prestigieux sang avec une de ses étrangères qui nous sont inférieur ? Je sais pas ce qu'elle a fait pour le séduire et duper mon oncle au point qu'il l'engrosse et parte avec elle en Angleterre. En plus, ce bâtard est un vrai psychopathe. Il est sadique comme tous ceux de notre famille certes, mais il est complètement détraqué ce type. Y'a qu'à le voir. Malheureusement, mon oncle ne peut pas le renié car ils se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Heureusement qu'il a un fils aîné. Imaginé l’ignominie sinon, si ce bâtard à demi-sang samurai devait prendre la tête de notre famille.»

Pour la deuxième fois, le vampire tiqua sans qu'Urara le remarque. Non seulement elle continuait d'insulter Erèbe, ce qu'il supportait décidément pas, et un plus elle venait d'insulter tout son clan et ses origines car madame se croyait supérieur. Mais elle était stupide ou quoi ? Elle avait pourtant bien vu sa couleur de cheveux. Des blonds vénitien comme lui, ça ne courait pas les rues au Japon. Et on pouvait dire que ça en était un vrai grâce à ses sourcils. Elle venait, en insultant son cousin, de le rabaisser en même temps. C'était vraiment une femme idiote.

Vulgarité, de le sous-estimer, insulter son clan pouvait encore passer. La cousine cumulait les mauvais points. Mais ce qui l'énervait par dessus tout, c'était les insultes a l'encombre d'Erèbe. Pour qui se prenait-elle cette dinde pour le juger autant ? Il n'était pas né d'une union officiel ? Et alors, qu'est-ce que cela changé ? Son sang était mélangé avec une étrangère ? Et ? Qu'est-ce que cela importait ? Les vampires, de n'importe quel origine, étaient tous pareils aux dernières nouvelles. Il n'y avait pas de hiérarchie entre les origines. La seule qui pouvait exister était celle entre les originels et les transformés. Les originels étaient beaucoup plus fort que les autres ce qui les mettaient en haut de la chaîne alimentaire. Erèbe était un de cela. Il n'était en rien inférieur à sa cousine qui avait un ego un peu trop surdimensionné.

Hael sentit sur lui le regard noir du brun. Visiblement, il n'appréciait pas trop qu'il parle avec sa cousine. Ce qu'il pouvait parfaitement comprendre quand on voyait le phénomène. En plus, le sachant possessif envers lui, cela devait encore plus l'énerver et une idée germa dans son esprit. Il avait envie de faire ravaler sa fierté à Urara et il lui faire payer pour toutes ces insultes. Il voulait se venger et la piétiner. Quand on touchait à Erèbe sans son autorisation comme cela, son côté sadique ressortait et il avait envie de briser ces gens.

« Je vois ce que vous vous dire. N'étant pas ici, je ne connais pas toute vos coutumes. Je ne suis malheureusement pas habitué à cela. En Irlande, nous fonctionnons différemment. »

La brune réalisa soudainement ce qu'elle venait de dire. Elle s'était laissé emporté par ses émotions en voyant son cousin entré et n'avait pas réalisé qu'elle était en pleine chasse.

« Ah, je suis désolée. Je suis allez un peu trop loin en parlant des anglo-saxon je crois. Mais vous voyez, je ne supporte vraiment pas mon cousin. Ce n'est pas un homme recommandable. Il ferait mieux faire seppuku pour laver ce déshonneur. », dit-il en voulant se rattraper. Malheureusement, elle venait de signer son arrêt de mort. Si le blond n'avait pas une autre idée en tête et qu'il n'était pas dans la peau du parfait gentleman dans l'espoir d'avoir une récompense, il lui aurait sauté dessus en plein milieu des invités pour lui faire mal comme jamais on avait dû la blesser et lui faire amèrement regretter ses paroles en souhaitant la mort du brun. Ce n'était vraiment pas une chose à dire en face de lui.

«Je vois. Il est vrai qu'on se laisse vite emporter par ses émotions. », dit-il, toujours en souriant poliment. Et il savait de quoi il parlait. Son poing le démangeait et il avait une folle envie de lui éclater la tête en la frappant jusqu'à chaque os de son visage soit brisé.

Urara semblait soulager qu'Hael ne lui lui en veille pas. L'espace d'un instant, elle avait cru voir sa partie de jambe en l'air s’évanouir. Mais son interlocuteur semblait avoir compris et lui avait pardonné.

«Dame Urara, votre mère vous demande un service. », dit un domestique qui venait de s'approcher discrètement d'elle.

« Pour quel genre de service ? », interrogea-t-elle.

« Il semblerait que cela soit d'ordre vestimentaire. »

« Un domestique peut pas s'en occupé. Je suis en pleine conversation avec ce charmant jeune homme. », dit-elle un peu agacé. Le servant semblait avoir un peu peur d'elle. En effet, il connaissait sa réputation et savait très bien ce qu'elle voulait dire par être en pleine conversation avec un charmant jeune homme. Mais ce n'était pas sa faute, il avait reçu des ordres.

« Il semblerait que vous soyez la seule qualifié pour ce genre de chose. »

« Bon, bon c'est bon j'arrive. », dit-elle en faisant un signe de la main pour que le domestique prenne congés.

« Je suis désolée, le devoir m'appelle. Mais je ne serais pas longe. J'espère pouvoir continuer notre discussion à mon retour. », ajouta-t-elle pleine d'espoir.

«Avec grand plaisir. Mais pourquoi discuter dans un endroit plus intime. J'aimerais en apprendre un peu plus sur vos coutumes, mais surtout sur vous. Les endroits calme et intime sont plus appropriés pour faire plus ample connaissance. », dit-il avec un sourire charmer qui laissait imaginer ce qu'il pouvait entendre par faire plus ample connaissance. Urara trouvait ce sourire tout à fait craquant et sauta sur l'occasion. Elle était curieuse de voir ce qu'un tel homme comme Hael pouvait valoir au lit. Et puis, jusqu'à présent, elle n'avait séduit que des japonais. Le blond allait être son premier étranger et elle avait beaucoup entendu parler de leur taille ce qui l'excitait encore plus.

«Pourquoi pas se retrouver dans une demi-heure dans le petit salon là-bas. », dit-elle en pointant du doigt. «J'en profiterais pour me refaire une beauté. », ajouta-t-elle en plaisantant.

« Les minutes qui sépareront notre retrouvailles vont me paraître une éternité. »

Sur ses mots, la jeune femme tourna les talons, impatiente de retrouver le vampire. Hael la regarda s'éloigner. Une fois qu'elle eut disparu, il attrapa une deuxième coupe de champagne et il se dirigea vers Erèbe d'un pas décidé. Même s'il gardait son costume de gentleman, seul ceux qui le connaissait bien pouvait voir qu'il était énervé.

« Quelle dinde. Sérieux, comment tu peux avoir un greluche pareille en cousine. C'est quoi cette meuf vulgaire qui a un petit pois à la place du cerveau. Elle me prend pour qui sérieux. Elle m'a donné rendez-vous dans le petit salon pour que je la saute dans une demi-heure. Alors, soit c'est toi qui vient me prendre dans ce putain de salon et on la laisse nous surprendre, soit dans une demi-heure je vais aller la troncher. Je vais lui faire fermer sa gueule moi, tu vas voir je vais l'étouffer en la lui enfonçant dans la bouche. N'as-tu pas envie toi aussi de remettre à sa place cette dinde ?», dit-il sans finesse et en toute vulgarité pour montrer à quel point il la méprisait.

Il donna la deuxième coupe de champagne à Erèbe et souleva la sienne pour qu'ils trinquent à leur futur méfait. Il espérait que son partenaire réponde favorablement à la première option et réponde en choquant son verre contre le sien. Il venait de lui donner plusieurs arguments pour qu'il accepte. Et connaissant sa possessivité, il avait peu de chance qu'il décline son offre. Surtout si c'était pour aller voir ailleurs avec quelqu'un de sa famille qui le méprisait autant que sa cousine.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki et son frère adoré

Message par Kaminari le Mer 13 Nov - 17:24

Erèbe se retint d’aller chercher son partenaire par la peau du cou. Déjà qu’il était extrêmement possessif en temps normal avec le blond, c’était encore pire en voyant avec qui il discutait. Le brun n’ignorait pas la réputation de sa cousine même s’il ne venait pas souvent aux réunions de famille. Son frère s’amusait à chaque à lui envoyé des lettres, résumant ce qu’il s’était passé et il lui avait justement parlé de la vampire. Il savait que Hael serait capable de jouer le jeu de la brune juste pour le rendre fou de rage. Et rien que l’idée qu’il couche avec le révulsait. Malheureusement, il ne pouvait tout simplement pas débarquer à ces cotés et l’ôter des griffes de cette imbécile. Les membres de sa famille le scrutaient déjà suffisamment à son goût. Heureusement qu’il savait se tenir. Sinon, il aurait déjà grondé et blessé un ou deux pour leur faire comprendre de regarder autre part. Qu’ils aillent tous se faire voir avec leur sang « pur ». Oui, il était à moitié Anglais. Cela n’empêchait qu’il était sans doute l’un des meilleurs de sa famille. Il mettait au défi ceux qui le regardait de haut de se battre contre lui. Il les exploserait et repeindrai le sol de leur sang.

Kiyosumi regardait son frère, un sourire aux lèvres. Finalement, il n’était pas totalement irrécupérable. Bon, la seule chose qu’il apercevait était la colère, la rage même mais c’était déjà ça. Cela restait des émotions. Voyant des personnes regarder encore dans leur direction, le plus vieux leur jeta un regard noir, montrant légèrement les crocs. Contrairement à son frère, il n’hésitait pas à le faire. Il était ici chez lui et il était en plus l’héritier de la famille. Celui qui succéderait son père à la tête de la branche principale. Le châtain savait qu’Erèbe était parfaitement capable de se défendre mais il savait aussi qu’il ne ferait rien par peur de la réaction de leur père. Alors il s’occuperait lui-même de ceux qui avait quelque chose à reprocher au plus jeune. Il ne laisserait personne insulter son frère devant lui.

Une fois que tout le monde eut détourné le regard, Kiyosumi reprit son sourire, reposant son regard sur Erèbe avant de le poser sur le compagnon de celui-ci. Il était désormais curieux de parler avec celui qui arrivait à faire réagir ainsi le plus jeune. Déjà rien que le fait qu’Erèbe l’ait amené ici était étonnant. Lui qui ne venait jamais aux réunions avait fini par venir mais en plus il était accompagné… Le brun était sans doute un des vampires les plus fiers qu’il connaissait. Ce n’était pas son genre d’amener quelqu’un en sachant que celui-ci apprendrai comment il était vu par certain de la famille. Il devait vraiment y tenir à celui-là. Assez pour lui dévoiler une partie de lui qu’il jugeait honteuse. Peut-être qu’il était le fameux partenaire de chasse d’Erèbe… Hael Nyx s’il se souvenait bien. Ces deux-là étaient connus dans leur monde. Tout comme dans celui-ci des loups-garous et des chasseurs. Qui d’autres dans la famille pouvait prétendre à ça.

Passant un bras autour du cou du brun, l’héritier lui souffla.


« - Au fait, tu ne m’as pas dit qui c’était ce beau blond. Serait-ce le fameux Hael Nyx ?
- Oui, grogna-t-il en lui jetant un regard noir, d’une part à cause du bras qui l’enserrait et d’autre part à cause du « beau blond ». Hael était à lui.
- Range les crocs, petit frère, dit le châtain en rigolant. D’une je suis déjà marié et de deux, je t’assure que je suis 100% hétéro. Je vais pas te le piquer. Mais dois-je comprendre que vous êtes ensemble ? Vous formez un siiiii beau couple.
- Ensemble ? Tiqua le brun. Couple ? Certainement pas ! Hael est juste un crétin né pour me pourrir la vie. Il est pire qu’une sangsue. Tu as beau l’envoyer valser, il revient toujours à la charge. Il est juste bon à se faire taper dessus. »

Le plus jeune vampire ôta ensuite le bras qui s’agrippait à son cou en grognant à nouveau puis s’éloigna de quelques pas. Kiyosumi haussa un sourcil. Erèbe avait beau dire ce qu’il voulait, il restait fermement convaincu qu’il y avait plus entre les deux. Rien que le fait qu’il ai parlé autant pour parler du blond le prouvait. En temps normal, il était dur de lui faire sortir deux mots. S’approchant à nouveau, l’héritier ébouriffa les cheveux parfaitement coiffé de son frère.

« - Je vais te laisser, ma femme m’attend, petit frère adoré. Reviens me voir avec ton Hael chéri. Je suis curieux de le rencontrer maintenant. »

Il s’éloigna rapidement du plus jeune, rigolant en voyant le regard noir d’Erèbe et se faufila à travers la foule pour rejoindre sa femme qui l’attendait. Une fois, celui-ci partit, le vampire à moitié anglais essaya de se recoiffer un minimum, pestant contre le plus vieux. Le brun se demandait qui, de Kiyosumi et de Hael, était le plus stupide. Ils étaient surement à égalité. Il replaça ensuite ses lunettes correctement avant de reportant son regard sur son partenaire. Franchement où est-ce que son frère allait chercher ses stupides idées. Lui et Hael en couple ? En y repensant, cela le faisait plus ricaner qu’autre chose. Le blond était sa chose. Celui sur lequel il pouvait passer ses nerfs. Celui qui le sortait de son ennui profond et celui qui prenait autant de plaisir que lui à s’amuser avec les humains.

Un léger sourire satisfait apparut en apercevant l’autre vampire revenir vers lui et surtout en voyant l’air énervé de celui-ci. Ca lui apprendrait à aller flirter avec n’importe qui. Sa cousine ne le supportait pas mais l’inverse était tout aussi vrai. S’il le pouvait, il s’occuperait personnellement d’elle. Elle comprendrait ainsi pourquoi on le craignait. Pourquoi les chasseurs avaient pour ordre de le fuir s’ils le croisaient. Sa cousine n’oserait plus sortir de chez elle ensuite. Si elle était encore en vie après qu’il se soit occupé d’elle. Rien que de passer à ce qu’il pourrait lui faire, il sentait des frissons d’excitation et de plaisir le parcourir. Si seulement il pouvait. Surtout que peu de gens l’appréciait. La seule chose qu’elle savait bien faire était d’écarter les cuisses dès qu’un beau garçon se présentait face à elle. Malheureusement pour lui, ils étaient de la même famille et c’était pour ça qu’il ne pouvait rien faire.

Laissant venir Hael à lui, Erèbe l’écouta parler sans rien alors que certains autour d’eux le regardait surpris du contraste entre ce qu’il avait montré jusqu’à présent et son langage. Et surtout le fait qu’il allait délibérément vers Erèbe. En général, les autres vampires se tenaient loin de lui. Les yeux du brun se plissèrent derrière ses lunettes, alors qu’il grondait. Qu’Hael essaye seulement de la toucher et il ferait en sorte qu’il ne puisse plus bouger pendant un long, très long moment. Et si sa cousine touchait le blond, il ne se retiendrait pas et montrerait à tous que le blond était à LUI. Et à lui-seul. Heureusement Hael semblait pour humilier la brune et un sourire à moitié fou apparut sur les lèvres du plus jeune. La remettre à sa place ? Il ne rêvait que de ça. Alors si Hael lui donnait une occasion de la faire, il n’allait pas se gêner. Qu’elle aille ensuite pleurer dans les jupes de sa mère.

Ses doigts attrapèrent le verre que lui tendait son partenaire et il plongea son regard dans le sien avant de frapper légèrement leur verre l’un contre l’autre. Erèbe apporta ensuite celui-ci à ses lèvres et but une gorgée, retenant une grimace. Il n’avait jamais aimé les boissons gazeuses. Est-ce que le sang pétillait lui ? D’ailleurs, il allait pouvoir en prendre au blond. Un frisson le parcourut. Par contre, il alla devoir se retenir. Il fallait qu’Hael tienne toute la soirée. Finissant son verre rapidement, Erèbe le reposa sur le buffet avant de se diriger vers le salon qu’avait désigné sa cousine. Il imaginait déjà la tête de celle-ci lorsqu’elle le verrait prendre Hael, le faire gémir, le voir prendre son plaisir sous ses coups de rein. Et oui, tu ne l’auras pas. Il jubilait rien qu’à l’imaginer.

Une fois dans la pièce, Erèbe commença à se déshabiller. Il n’allait certainement pas salir ses habits alors que la soirée venait à peine de commencer.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Jeu 14 Nov - 3:06

Hael sourit quand Erèbe trinqua avec son verre. C'était signe qu'il acceptait sa première proposition. Et heureusement car le blond n'avait aucune envie de pénétrer Urara. Il s'aimait bien trop pour enfoncer son précieux attribue masculin dans la jeune femme, qu'il trouvait bien trop vulgaire et plate. Sachant qu'elle était attirée par lui, il n'avait pas envie de lui faire ce plaisir. Il n'en tirerait aucun à la dominer car elle l'a dégoûter depuis qu'elle s'était permise d'insulter Erèbe alors qu'il était le seul a avoir ce droit. Il avait envie de lui laver la langue en la frottant avec une brosse en chien dent plutôt que de la lui enfoncer dans la gorge pour la faire taire, comme il avait dit. Malheureusement, il ne pouvait pas se permettre de lui faire mal alors qu'il se trouvait en plein milieu du réception donné par le paternel de son partenaire de chasse. Il voulait rabaisser la brune, pas lui donner raison sur ce qu'elle avait dit sur son cousin. Et puis, cela risquait d'être un peu délicat de trouver une brosse en chien. Donc, il était ravie que le vampire réponde favorable à sa demande. Et puis, une bonne petite partie de jambe en l'air avec, l'aîné des deux était toujours partant et en redemandait même. En plus, il avait encore la frustration de ce matin de ne pas avoir pu obtenir ce qu'il désirait. Il avait trouvé un parfait argument pour avoir ce qu'il voulait. Et ça, c'était jouissif de pouvoir faire une pierre deux coups. Fermer sa gueule à cette grosse truie et se faire prendre par le vampire.

Contrairement à son partenaire de chasse, le blond vénitien prit son temps pour déguster son champagne. Il n'avait pas l'occasion d'en boire souvent, alors il voulait en profiter un peu. Il ne suivit pas tout de suite Erèbe et se contenta de le suivre des yeux, dans un premier temps, pour voir où se trouvait exactement ce petit salon. Urara lui avait désigné la direction mais c'était un peu flou. Il se voyait mal ouvrir les différentes portes pour trouver le bon endroit sans paraître louche. D'ailleurs, c'était pour ne pas être suspect et éveiller les soupçons de la cousine en suivant le brun. Il ne voulait pas alimenter les ragots des invités et garder l'effet de surprise. Il finit donc tranquillement son verre, mais en se pressant quand même un peu car il avait hâte de se faire mal mener. Il avala le fond de son verre d'une traite et le posa sur le buffet.

D'un pas léger, presque sautillant, et le sourire aux lèvres, Hael se dirigea distraitement vers le salon. Il prit bien soin d'entrer dans la pièce sans qu'on le voit, se qui n'était pas difficile puisse que les invités ne faisait pas vraiment attention à sa présence et préféraient continuer leur conversation.

« Oh~ plutôt chic ici. Et c'est décoré avec goût dit donc. », dit-il en faisant le tour de la pièce alors que le brun se déshabillait.

«Intéressant~ il est confortable ce canapé. », ajouta-il en se laissant tomber dessus et en prenant ses aises.

« On pourrait commencer dessus avant de faire le reste de la pièce~. Enfin, il ne m'a pas l'air très solide. Cela serait dommage de le défoncer. Ton papounet ne serait certainement pas ravie de le retrouvé abîmer. »

Il admira un instant Erèbe se dénuder en arborant un large sourire. C'était un spectacle très plaisant à voir. Le corps du brun était plutôt bien fait et il ne se lassait pas de le regarder. Mais il ne comptait pas rester des heures les bras croisés. Il se leva et s'approcha vers lui. Toujours en souriant, il laissa son doigts glisser le long de son torse, puis, il attrapa violemment les cheveux de son partenaire de chasse pour lui tirer la tête en arrière.

«Tu n'as pas intérêt a déchirer mes affaires comme hier. Sinon, je te le ferais payer encore plus que la vielle. Et je doute que tu veilles que cela arrive ici, mon lapin en sucre~. », menaça-t-il au creux de son oreille. Il relâcha sa prise et s'écarta un peu. Puis, il enleva sa veste et son gilet sans manche qu'il prit bien soin de poser sur le dossier du canapé. Il déboutonna sa chemise mais la garda sur lui.

« Eh bien~ que dirais-tu de commencer par une petite mise en bouche. », dit-il en débouclant la ceinture du brun et défit son pantalon et le descendit sur ses chevilles ainsi que son sous-vêtement . Il s’agenouilla et sans ma moindre hésita commença à lui faire la fellation qu'il n'avait pas pu faire ce matin.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki et sa charmante cousine Urara

Message par Kaminari le Ven 15 Nov - 0:07

Erèbe s’assura de plier correctement sa chemise pour être sûre qu’elle ne soit pas froissée lorsqu’il la remettrait pour le reste de la soirée. Hors de question qu’il paraisse négligé. Même après une partie de jambe en l’air, il se devait d’être parfait. Il enleva ensuite ses lunettes de sur son nez, les plia et les posa délicatement sur le tas formé par sa chemise et sa cravate qu’il avait déposé sur une des meubles non loin du canapé. Au moins elles ne seraient pas abimées ainsi. C’est seulement une fois qu’il eut fini ça qu’il se tourna vers son partenaire qui était enfin entré dans la pièce et se trouvait étalé sur le canapé.

« - Le sol suffit largement pour ce que je compte te faire, dit-il en réplique aux paroles du blond. »

Et puis, il n’était pas sûr que son père apprécie que son fils ait fait son affaire sur son canapé. Chez lui, il ne se serait pas gêner. Mais il n’était pas chez lui, c’était bien là tout le problème. Il se contenterait donc du sol. A la rigueur du mur aussi. Bien que les tapisseries qui l’ornait devant valoir beaucoup et devait être assez compliquée à laver. Donc à éviter.  Observant l’autre vampire, il le laissa venir à lui, un leger frisson le parcourut alors que le doigt parcourait sa peau puis un grondement lui échapper alors qu’il sentait la douleur irradier de son cuir chevelu suite à l’action de son partenaire. Il gronda un peu plus au surnom et foudroya du regard Hael lorsque celui-ci le relâcha enfin.

« - Je ne suis pas stupide. Et puis, il n’est question que tu te montre négligé à cette soirée. C’est moi qui t’ai amené et il est hors de question que tu ternisses mon image en faisant n’importe quoi et en te présentant n’importe comment. »

Son regard continua de suivre chaque mouvement du blond, admirant le torse découvert. Cette peau si blanche était tellement tentante. C’était si simple de la marquer. Et les marques restait longtemps, ce qui arrangeait Erèbe. Tout le monde pouvait ainsi voir que Hael était à quelqu’un. Lui en l’occurrence. Peut-être qu’un jour il s’amuserait à graver son nom sur la peau de celui-ci. Il aurait ainsi une marque indélébile de son appartenance. Idée à creuser.

Erèbe ne fit aucun mouvement alors que l’autre abaissait ses derniers vêtements et sourit juste en le voyant s’agenouiller pour lui faire une fellation. Fermant les deux, il passa ses doigts dans les cheveux, agrippant les mèches blondes, tirant dessus pour qu’il enfonce un peu plus son sexe dans sa bouche. Qu’il s’étouffe avec il s’en fichait, tant que lui y prenait du plaisir.


« - Finalement, c’est toi qui te retrouve avec quelque chose de profondément enfoncé dans la bouche. »

Il le laissa continuer encore quelques minutes avant de tirer à nouveau violement sur les cheveux, tout en reculant légèrement pour lui faire lâcher prise à ses parties intimes. Il avait envie de s’amuser un peu lui aussi. Et il voulait être à l’intérieur du blond lorsque sa salope de cousine arriverait. Juste pour le plaisir de lui montrer qu’elle pouvait allé crever pour avoir Hael et que la seule personne qui le toucherait ce serait lui.

Le vampire le plus jeune finit d’enlever ses habits et posa un de ses pieds désormais libres sur le torse de son partenaire pour l’écraser au sol.


« - Bouge et j’appuis beaucoup plus bas. Quoique je suis sûr que tu aimerais ça… Donc je dirais plutôt, bouge et je te laisse comme ça, dit-il tout en repliant son pantalon correctement. »

Il récupéra ensuite son boxer et posa les deux vêtements sur le tas déjà fait, veillant à déplacer ses lunettes pour ne pas qu’elles se retrouvent écrasées. Erèbe reporta ensuite son regard sur le blond et mit genoux à terre avant d’attraper la gorge pour le forcer à se redresser.

« - Tu es beaucoup trop habillé à mon goût… Comme tu l’as si bien dit, il ne faut abimer ces habits. »

Le brun retira donc la chemise blanche de son partenaire, la faisant glisser le long des épaules, ne se gênant pas pour griffer la peau au passage. Dommage qu’il doive se retenir. Il ne fallait surtout pas que le blond saigne. Cela tâcherai les vêtements lorsqu’il les remettrait et puis les membres de la famille le sentirait lorsqu’ils reviendraient dans la salle. Et cela risquait d’en exciter certain qui voudront sans doute goûter à ce sang qu’il sentait. Or il n’y avait que lui qui avait le droit de le boire.

Une fois le haut retiré, Erèbe s’attaqua au bas, défaisant la ceinture et défaisant la braguette. Il passa ensuite sa main sous le sous-vêtement pour empoigner le sexe de son partenaire. Resserrant légèrement les doigts, un sourire sadique apparut sur ses lèvres. Il ne relâcha pas sa prise, abaissant le pantalon de sa main libre. Son regard se posa sur le corps ainsi dévoilé, toujours le sourire aux lèvres. Il finit cependant par enlever sa main et baissa la tête, sortant ses crocs. Il les fit frotter contre les parties intimes de son partenaire.


« - Je me demande ce que cela ferait si je les plantais là-dedans. Arriverais-je à tirer de toi un cri de douleur comme je l’avais fait avec le sel sur tes poignets. Rappelle-moi de tester plus tard. Après tout, il serait dommage que quelqu’un nous interrompe maintenant parce qu’il t’aura entendu crier. »

Erèbe finit d’enlever complètement les habits, ses dents allant marquer les jambes et plus particulièrement l’intérieur des cuisses. Il finit par se redresser, posant son pied sur l’entrejambe, appuyant légèrement dessus. Il replia le pantalon et le lança sur le canapé.

« - Tu as de la chance qu’il me soit utile, déclara-t-il, en appuyant un peu plus son pied pour montrer de quoi il parlait. Sinon, je ne me serais pas gêner pour appuyer encore un peu plus »

Enlevant finalement son pied, il se remit à terre, attrapant les poignets pour les maintenir au dessus de la tête. Sa main s’occupa d’aller marquer la peau de ses ongles, vite rejoint par sa bouche pour mordre la peau. Une de ses jambes, elle, passa entre celle de l’autre vampire et alla se frotter contre l’entrejambe. Arrivé aux tétons, il ne put se retenir et planta les crocs dans cette partie du corps si sensible. En sentant le sang sur sa langue, ses pupilles se dilatèrent un peu plus. Si seulement il pouvait se lâcher et faire couler le sang sur cette peau si blanche. Mais il devrait se retenir jusqu’à chez lui. Il se rattraperait plus tard.

Le vampire finit par relâcher la peau et les poignets et se redressa avant de retourner violemment le blond pour le mettre sur le ventre. Il opéra le même traitement qu’il avait sur le ventre, sur le dos, une de ses mains étant partie dans la chevelure pour tirer sur les mèches blondes. Cela devait être douloureux pour lui mais c’est ce qu’il recherchait tous les deux. Lui, faire mal et Hael, avoir mal. Il relâcha tout de même la tête pour empoigner les hanches et tirer Hael pour qu’il soit sur les genoux. Sa main passa sur le pénis de son partenaire pour le masturber.


« - Tu es tellement dur. Tu aimerais le sentir en toi, hein, dit-il en frottant son entrejambe contre le derrière du blond. Tu vas être servi. »

Erèbe s’enfonça d’un mouvement brusque dans l’intimité brûlante d’Hael, laissant un grognement de plaisir passer la barrière de ses dents. Se retirant, il se renfonça d’un même mouvement, se délectant des bruits qu’il tirait du blond.

« - Tu aimes ça… la sentir au plus profond de toi. Ton cul est à moi… souvient-en. »

Il amorça un violent mouvement de va et vient, s’assurant de s’enfoncer toujours profondément dans l’intimité, gémissant, grognant son plaisir. Sa main, elle, masturbait le blond en rythme avec ses coups de rein pour tirer le plus de gémissement possible à Heal. Son but était que sa cousine voit celui qu’elle voulait se faire prendre par celui qu’elle détestait et surtout voir celui-ci y prendre du plaisir. D’ailleurs celle-ci ne devait plus tarder. Il s’arrêta pour l’attendre, ne voulant pas qu’elle les entende tout de suite. Un sourire cruel apparut sur ses lèvres en voyant la poignée s’abaisser et attraper les cheveux pour faire relever la tête à Hael. Qu’elle le voit bien.

Urara s’était assuré d’être parfaite avant d’ouvrir la porte, un sourire charmeur aux lèvres.


« - Je suis là, dit-elle joyeusement. »

Elle perdit rapidement son sourire alors que ses yeux s’agrandissaient alors que son regard tombait sur le blond à quatre pattes au sol, le plaisir gravé sur le visage. Son regard remonta pour voir qui avait osé lui voler sa proie de la soirée et elle lâcha un hoquet de stupeur en se rendant compte qu’il s’agissait de son cousin si détesté.

« - Toi…
- Cousine, sourit-il, tout en donnant un nouveau coup de rein pour faire gémir le blond »

Erèbe rebaissa ensuite la tête, reportant toute son attention sur Hael. Reprenant ses va et vient, il alla planter ses crocs dans la nuque, buvant plusieurs gorgées de ce sang si délicieux. Et il finit par jouir, relâchant la peau pour gémir profondément, du sang coulant hors de sa bouche, le long de son menton. Son regard se posa ensuite sur son cousine, un sourire victorieux aux lèvres. Tout en lui criait « Tu as perdu, c’est moi qui l’ai eu »
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Mar 19 Nov - 4:16

Hael sourit. Le sol sera bien plus que suffisant pour ce qu'il allait lui faire. Au contraire, il lui convenait parfaitement. Il regrettait cependant que celui-ci soit dépourvu de moquette. Cela aurait été si jouissif d'avoir le dos recouvert de brûlures dû aux frottements. Il allait devoir se contentait de la froideur du carrelage. Il espérait juste que la fougue d'Erèbe soit assez forte pour le cogner contre le sol violemment à chacun de ses coups de reins. Au moins maintenant il avait la garanti que ses vêtements ne subiraient pas le même traitement que sa chemise qu'hier. Cela l'aurait fortement énervé de perdre encore des affaires auxquelles il tenait. Il en avait pas tant que ça des vêtements fétichises, mais quand il en avait, il en prenait le plus grand soin.

Le blond accélérait ses va-et-vient avec ses lèvres qui caressaient le peau de son partenaire. Au fur et à mesure de ses mouvements, il sentait le sexe d'Erèbe se durcir dans sa bouche. Avec une de ses mains, il caressait la hampe de son pénis en faisant des gestes circulaires de haut en bas, tandis que son autre s'occupait à effleurer les autres zones érogènes du brun. Le vampire ne moufta pas le moindre du monde lorsque son partenaire de chasse agrippa ses cheveux et s'enfonça plus profondément dans sa bouche, introduisant son pénis dans sa gorge. Cela ne le gênait pas et il maîtrisait parfaitement la technique du deep-throat pour ne pas s'étouffer. Il aimait la fougue d'Erèbe et quand il ne restait pas passif pendant qu'il pratiquait une fellation. Étant bien élevé, Hael ne parlait pas la bouche pleine et resta silencieux, cependant, il ne pouvait qu'approuver les propos du brun. Il regretta presque de ne pas avoir Urara le sucer pour la dominer et l'humilier. Mais vu le spécimen, il doutait qu'elle soit aussi douée que lui et il se serait sans doute ennuyé pendant qu'elle tentait une fellation. Il avait foi en ses talents et s'estimait supérieur face à la brune sans même avoir testé.

Le blond vénitien grogna et montra les crocs pour manifester son mécontentement d'avoir été stoppé en plein acte. Il voulait sentir son partenaire de chasse jouir dans sa bouche et être à la merci de ses doigts, mais c'était sans compter l'impatience de ce dernier.

L'aînée des deux se laisser faire sans chercher à protester en se débattant. Il voulait laisser son cadet le dominer complètement pour qu'il puisse se venger de sa cousine. Il était d'humeur généreuse et c'était son petit cadeau pour ce soir. Et puis, lui aussi avait maintenant une dent contre la jeune fille.

« Tu me connais trop bien~. », ça pour aimer, il aimerait ressentir cette douleur. Rien que d'y penser, un léger frisson parcouru tout son corps. « Mais cela te manquerait trop si tu abîmerais mon service trois pièces, darling~. Tu serais trop en manque de me sentir te pénétrer au plus profond. », ajouta-t-il tandis qu'Erèbe attrapait son cou pour le forcer à se redresser.

Doux comme un agneau, Hael se laissa faire une fois de plus, laissant le plaisir de le déshabiller à son partenaire de chasse. Il frissonnait de plaisir et gémissait faiblement quand son cadet le griffait partout. Il lâcha un gémissement plus fort en sentant les crocs du brun effleurer la peau de cette partie sensible. Il avait presque envie qu'il mette a exécution ses menaces et mord son sexe à pleine dents pour ressentir une douleur si intense. Il le regretterait peut-être et son côté masochiste le perdrait à vouloir tester ce genre de chose, mais c'était plus fort. Cependant, il n'avait pas vraiment envie de tenter maintenant car il risquait de souffrir un petit moment et de ne pas pouvoir se déplacer tout de suite tant la douleur serait aigu.

« Avec plaisir~. », souffla-t-il.

Il se contenta de sourire. L'espace d'un instant il regretta que ses parties génitales lui soient utiles. Il aurait bien aimé qu'il pressait un peu plus sur sa verge maintenant en érection. Le blond vénitien se sentait légèrement frustré d'avoir les poignets liés. Il avait envie de planter ses ongles lui aussi dans la chair de son cadet. Avec le plaisir, il ne se retenait pas et inconsciemment griffait sa peau. Et même s'il aimait le traitement que lui infligeait son cadet, il commençait à s'impatienter et n'attendait qu'une seule chose. Ce dernier prenait un malin plaisir à jouer avec lui et il avait envie qu'il passe enfin au chose sérieux.

« Magne toi ! », lâcha-t-il sans contenir son agacement. Heureusement pour lui, il ne mit pas longtemps à obtenir ce qu'il voulait et il laissa échapper un long et fort gémissement de plaisir quand il le pénétra.

Hael se délectait de chaque mouvement et gémissait sans retenu, se moquant éperdument s'il criait trop fort. De toute façon, personne ne les entendrait avec le bruit des bavardages dans la pièce d'à côté. Et puis, personnellement, il se moquait aussi de se faire surprendre par quelqu'un. Il avait déjà prévu qu'Urara assiste a ce spectacle, alors une personne de plus ou de moins, cela n'avait pas la moindre importance pour lui.

« Putain, pourquoi tu t'arrêtes. », pesta-t-il de frustration. Trop occuper a jouir, il n'avait pas vu la poignée s'abaisser et la porte s'ouvrir. Ce n'est qu'en entendant la voix de la jeune fille résonnait qu'il compris pourquoi son partenaire s'était arrêtait. Même s'il voulait que la brune arrive au moment crucial, il lui en voulait un peu de s'être arrêté en si bon chemin alors qu'il était à deux doigts d'éjaculer. Alors que la cousine, choqué, se décomposait au fur et à mesure qu'Erèbe donnait de violant coup de hanche, le blond repris ses gémissements de finit enfin par jouir. Une fois de plus, il avait passé un très bon moment à se faire pénétrer par le brun. Mais il regrettait tout de même qu'ils aient dû se retenir et cette petite coupure avec l'entrée en scène de leur victime. Pour le coup, il lui en voulu un peu plus d'être arrivée si tôt.

Reprenant son souffle, et se redressa.

« Oh~ mais c'est qu'elle s'est pomponnée pour moi. J'en suis flatté. Je ne t'attendais pas aussi tôt. Comme tu le vois, je me suis mis dans de bonne condition en t'attendant.Voyons Erèbe~ ne soit pas méchant avec Lady Urara. C'est vrai que tu as gagné en étant le premier, mais elle peut avoir un lot de consolation quand même.», dit-il pour retenir encore un peu plus longtemps la femme sous le choque et pour lui faire croire qu'elle allait quand même avoir le droit elle aussi à un peu de plaisir ce soir.

La vampire ne savait pas trop quoi penser. Elle était partagé entre la colère de s'être fait volé sa proie, et ça sous ses yeux, entre le dégoût d'avoir surpris son cousin, ce bâtard de moins que rien, qui la révulsait et l'envie de se faire à son tour prendre et pouvoir toucher ce corps qui l'attirait et qui était encore plus beau qu'elle ne l'avait imaginé. Toutes ses pensées et sentiments se bousculaient dans sa tête et l'empêchait de faire le moindre geste et elle en pouvait pas détacher ses yeux de ce corps qu'il s'approchait d'elle.

Hael sourit et força le brun a sortir de lui afin de se lever. Lentement, le masochiste s'approcha d'elle sans la moindre pudeur d'être complètement nu et d'avoir du sperme lui dégoulinement sur les jambes. Il lui faisait l'honneur de pouvoir admirer son corps. Décidément, il était bien trop généreux ce soir. D'ailleurs, il ne manqua pas de remarquer que même si elle était encore choquée de la scène qu'elle venait de voir, son regarda descendu sur son sexe. Cette réaction l'amusa particulièrement.

« Erèbe, tu peux bien partager un peu. On ne pas appris à partager tes jouets ? », dit-il en tournant brièvement la tête en sa direction et en lui adressant un sourire maléfique en coin pour lui faire comprendre ses intentions. Il n'avait pas envie de voir son cadet l'attraper par le cuir chevelure et lui fracasser la tête contre le mur pour ne pas avoir compris ce qu'il contait faire. Il connaissait la possessivité de celui-ci et ne voulait pas qu'elle vienne gâcher son plaisir de se moquer de la jeune fille.

«  Ah~ à te taper tout le temps des japonais, tu n'as pas dû en voir souvent des aussi grosses que ça ma chérie. Ne soit pas trop étonnée par se taille même si la nature a été généreuse avec moi, ça rentrera dans toi comme dans du beurre. Peut-être que les premiers mouvements te sembleront un peu douloureux, tu dois être un peu trop étroite pour m’accueillir. Allez, ne soit pas timide, tu peux la caresser. », dit-il en s'approchant d'elle jusqu'à se trouver à quelques centimètre pour lui souffler ces mots à l'oreille.

Il sentit Urara légèrement frissonner en sentant son souffle chaud. Celle-ci semblait tout de même, au fond d'elle, vouloir encore coucher avec lui malgré avoir vu le brun le dominer et le faire gémir de plaisir en lui montrant bien que c'était sa chose. Il avait envie d'écraser, étouffer et réduire en morceaux ce désir qu'elle avait encore et lui montrer à sa manière qu'elle n'arrivait pas à la cheville de son cousin en l'humiliant encore.

Légèrement hésitant, la jeune femme commença à tendre sa main vers sa verge avec envie.

« Oui~ voilà c'est ça, comme ça. », dit-il lorsque les doigts touchèrent sa peau. Puis, il changea brusquement d'expression et laissa tomber son masque de gentilhomme qui avait déjà prit un coup.

«J'espère que tu en a bien profiter, groniasse. », lâcha-t-il en retirant sa main et en lui tordant son poignet, tandis avec son autre main il tira sur ses cheveux pour lui pencher la tête en arrière.

« Parce que c'est la seule fois que tu la touche. Et sûrement aussi que tu l'as vois. A moins de nous surprendre encore une fois~. Tu m'as cru assez stupide pour tomber dans ton piège dénué de subtilité sale traînée ! Au lieu de penser un peu trop a écarter tes jambes, tu devrais te servir de ton cerveau et réfléchir un peu plus. Un occidental répondant au nom Hael Nyx, il n'y en a pas trente-six mille ma chère. Tu aurais dû comprendre qui m'avait amené à cette soirée. Et tu pensais aussi que tout ce maquillage suffirait à me faire oublier ta vulgarité et tes insultes ? Nous, les irlandais ne sommes peut-être pas aussi fins que vous autres samurai, mais nous avons aussi notre honneur et le défendons. »

Il lâcha son poignet et vint serrer sa gorge. Il se pressa contre elle pour lui faire sentir son pénis qu'elle désirait tant entre ses cuisses.

« Le seul qui a le droit à cela dans ta famille n'est qu'Erèbe. », dit-il un peu plus bas et près de son oreille pour pas que l'intéressait n'entende vraiment.

«Pourquoi ? Je suis bien mieux que ça et tu devrais plutôt me choisir.  Mais pourquoi ce fils de p... », commença-t-elle à dire mais elle se stoppa nette en sentant les doigts se resserrer.

« Chut~. Il vaut mieux que tu ne prononce pas ces mots, cela pourrait vraiment m'énerver et pas seulement moi. Tu demandes pourquoi ? Mais la question ne se pose même pas. C'est parce qu'il vaut bien mieux qu'une traînée dans ton genre qui pense que la lignée à plus d'importance que sur la valeur de l'individu. As tu un nom dans notre monde ? Et tu redoutais par les chasseurs ? Non, je ne crois pas. La seule réputation que tu pourrais avoir est celle de la pouffiasse qui séduit les gros benêts et les jette après avoir écarté le jambe en pensant être une femme fatal. Tu vois, contrairement à toi, je n'attache pas d'importance aux origines pour juger la valeur de quelqu'un, mais plutôt à ses actions. Et fourrer un dinde qui s'est déjà fait empalée par tout un escadron ne m'intéresse pas, j'aurais trop peur que tu me refile une maladie. Tu devrais redescendre sur Terre. Maintenant, tu as le choix, soit tu vas pleurer dans les jupes de ta maman en te plaignant de t'être fait humilié par ton cousin, le rejeté, et que c'est un vilain pas beau de bâtard, soit de garder cela pour toi. Je te conseille la deuxième option car tu ne voudrais pas que ta précieuse réputation de « femme fatale » soit entachée, non ? Tu veux continuer a pouvoir mettre des hommes dans ton lit, n'est-ce pas. Réfléchis bien, je ne serais pas aussi clément envers les membres de ta famille comme il l'est. », dit-il encore plus bas pour que la troisième personne présente entende.

Un sourire victorieux, il relâcha enfin sa prise.

« Je... j'aurais ma revanche ! », cracha-t-il une lueur de défi dans les yeux.

« Vraiment ? Tu crois pouvoir gagner ? Tu devrais peut-être te renseigner un peu sur ma réputation et celle de mon clan. On est pas des tendre par chez moi. », répondit-il avec une expression de dément à en faire pâlir plus d'un. Il dégageait une telle pression qu'Urara regretta très vite ses mots et compris enfin qu'elle avait en face de lui une sacré pointure. Et elle fut obligé de reconnaître que le brun aussi devait en être une pour dominer un homme tel qu'Hael. Et sans demandé son reste, s'enfuit de la pièce pour aller se réfugier près de personnes plus équilibré que le blond. Plus loin elle serait d'eux deux et mieux elle se porterait. Elle allait certainement réfléchir à deux fois avant d'insulter Erèbe. Certes, elle n'allait sûrement pas arrêté et continuerait de le détester, mais elle allait être plus prudente.

Une fois la vampire partie, Hael éclata de rire en se tenant les côtes.

« Non mais... t'as vu... un peu sa tête... à cette greluche ! », parvint-il à dire entre deux fou rire.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki et en guest, le chef, l'héritier des Ketsueki et la femme de ce dernier

Message par Kaminari le Jeu 2 Jan - 1:52

Reprenant son souffle, Erèbe écouta le discours du blond et un grondement lui échappa. Un lot de consolation? Qu'elle aille se faire voir! Hael était à lui! Il resserra son bras autour de la taille, grondant toujours de manière possessive et lança un regard noir à sa cousine. Qu'elle essaye de s'approcher et il ne resterait d'elle que des morceaux. Petits de préférences. Tant pis pour son père. On ne touchait pas à ce qui était à Erèbe Ketsueki. Malheureusement, Hael ne semblait pas d'accord avec lui vu qu'il s'avança, le faisant sortir de lui. Il était bien pourtant au chaud à l'intérieur de son partenaire. Que comptait faire celui-ci? S'il pensait pouvoir prendre du plaisir avec sa cousine sous ses yeux, c'était mal le connaître. Son regard déposa sur les jambes du blond, souriant en voyant le sperme couler puis il regarda sa cousine. Il était tout de même curieux de savoir qui celle-ci serait capable de surmonter son dégoût pour passer derrière lui. Apparemment oui vu le regard qu'elle posa sur le sexe d'Hael. C'est ça regarde-le bien. Regarde ce qui appartient à ton cousin pour que tu vois ce que tu rates. Tout en pensant ça, Erèbe avait repris le contrôle de son expression et il afficha de nouveau un visage impassible.

Non, partager n'était pas un mot qu'il connaissait. Ce qui était à lui n'était à personne d'autre. Sa possessivité était assez extrême et il était hors de question qu'il prête ce qui lui appartenait. Heureusement peu de chose entrait dans cette catégorie. Tout d'abord ses lunettes. Le premier qui y touchait était une personne morte. C'était le seul objet auquel il tenait réellement. Deuxièmement, ses réserves personnelles de sang. Le sang était quelque chose de sacré et c'était la récompense suprême aux massacres qu'il avait commis. Troisièmement, ses proies. Pour cela qu'il ne fallait pas se mettre en travers de son chemin lors d'une chasse. Car une fois sa proie choisie, il ne la lâchait pas et il n'y avait que lui qui avait le droit de la tuer. Et dernière chose, Hael. C'était son souffre-douleur, son jouet. Il n'y avait que lui qui avait le droit de le faire souffrir, de l'avoir sexuellement parlant.

Il était vrai que Hael avait été gâté par la nature. Le peu de fois où il avait pris par lui, il l’avait bien senti. Il retint d’ailleurs un frisson à ses souvenirs. Pourquoi il frissonnait d’abord ? Ce n’est pas comme s’il aimait être pris. Il était un dominant pas un de ces dominés qui remuait les fesses pour se faire prendre. Il ne demanderait jamais à être pris. Encore moi à Hael. Même si celui ne se gênait pas pour le faire lorsqu’il était en colère contre lui. S’il arrivait à le dominer c’était uniquement grâce au sang de barbare qui coulait dans ses veines. Sinon jamais il ne pourrait l’avoir.

Reportant son attention sur Hael, ses sourcils se froncèrent légèrement aux paroles. Quelle importance que ça rentre vu que de toute façon, Hael ne la prendrai pas. Parole d’Erèbe. Déjà qu’il ne supportait pas de savoir qu’Hael prenait parfois du plaisir en allant voir un autre alors il n’allait pas le laisser faire alors qu’il était dans la même pièce. Le brun montra les crocs, grondant alors qu’Hael autorisait sa connasse de cousine à le toucher. Vas-y pose tes doigts dessus et je te tues, pensa-t-il. Il se remit sur ses pieds soudainement et s’apprêta à se lancer sur les deux prêt à déchiqueter sa cousine quand Hael cessa son numéro. C’est ça rattrape-toi. Les yeux rouges d’Erèbe s’assombrirent un peu plus sous la colère. Qu’Hael ne crois pas qu’il ne lui dirait rien. En attendant il profita du spectacle, un sourire cruel apparaissant sur ses lèvres. Surtout quand il entendit que sa cousine avait lancé des insultes devant le blond.

Son sourire s’agrandit légèrement à la prochaine action. Si lui ne toucherait pas sa cousine à cause de son père, il n’allait certainement pas interdire Hael de le faire. Le fait de voir sa cousine souffrir le satisfaisait. Même s’il aurait préféré être celui qui le faisait souffrir. Urara n’irait pas se plaindre alors qu’elle ne serait pas gêné si ça avait été lui à la place de son aîné. Décroisant les bras, il avança légèrement en voyant son partenaire coller la pouffiasse et surtout en n’entendant pas la phrase d’Hael. Qu’est-ce que celui-ci avait bien pu lui dire ? Finalement, un ricanement lui échappa. Comme si Hael pouvait la préféré à lui. C’était mal le connaître. En même temps, Urara n’était pas connu pour son intelligence. Bien que c’était encore pire que ce qu’il avait pensé en lisant les lettres de son frère. Par contre, il n’apprécia vraiment pas la fin de ses paroles. Heureusement que Hael l’avait arrêté avant qu’elle n’ait fini. Qu’on l’insulte lui et ça lui passerait au dessus de la tête. Après tout, il y était habitué. Mais sa mère valait cent mieux que la vampire qu’il avait devant lui. Malgré que son père ait tout fait pour l’empêcher de voir son fils, elle avait fait son maximum pour y arriver. Et il avait entendu dire qu’après son départ et la montée de sa réputation, elle avait sonné les cloches à son père. Peut-être était-ce pour ça qu’il avait essayé de le faire parler tout à l’heure. Peut-être que sa mère lui avait dit de la faire…

Il ne dit rien, laissant Hael finir de s’amuser avec Urara. Il semblait que celle avait finalement un instinct de survie en la voyant s’enfuir de la pièce. Et si reprendrait sans doute à deux fois avant d’approcher Hael ou Erèbe. Dommage qu’ils soient les seuls témoins de cette scène. Il se serait fait un plaisir de ruiner sa réputation. Mais ce n’était pas comme si lui allait raconter ça. Quoique cela semblait être son jour de chance lorsqu’il aperçut un serviteur à travers la porte laissé ouverte. Laissant Hael se marrer comme une hyène, il s’approcha de lui. Il connaissait quelqu’un que cette scène intéresserait.  L’homme trembla en voyant Erèbe s’approcher de lui. Il devait surement se dire qu’il n’aurait jamais du assister à ce qu’il c’était passé.


« - Toi…
- Que… que puis-je pour vous ?
- Tu as entendu, n’est-ce pas.

- Je… oui… finit-il par dire.
- Va raconter ça à mon frère. Ne dis pas que c’est moi qui t’es dit de lui raconter ça ! Et ramène des serviettes une fois cela fait. Et des bandages.
-Très… très bien, dit le serviteur après avoir écarquillé les yeux surpris par la demande. »

Il s’enfuit ensuite sans demander son reste alors qu’Erèbe se retournait vers l’Irlandais. Kyosumi se chargerait de ruiner la réputation de sa cousine tout en faisant en sorte qu’elle croit que c’était ni Hael ni lui qui l’avait dénoncé. Ce qui était vrai en quelque sorte vu que c’était le serviteur qui allait raconter ça à son frère. Le plus grand se rapprocha soudainement de son aîné et l’attrapa par la gorge.

« A nous deux maintenant. J’espère que tu t’es bien amusé. Mais tu as laissé cette connasse te touché alors n’espère pas t’en sortir indemne. Je ne t’abîmerai pas trop… pour le moment. Nous avons une soirée à finir, après tout. »

Relâchant la gorge, il plaqua violemment le blond contre un mur, la face contre celui-ci. Attrapant les poignets, il les tordit dans le dos et planta ensuite ses crocs dans l’épaule, gémissant légèrement en sentant le liquide chaud couler dans sa gorge. Tenant les poignets d’une main, il attrapa les cheveux de l’autre et écrasa la tête contre le mur. Il ne laisserait pas le blond ressortir d’ici avant de l’avoir suffisamment marqué, fait souffrir et sans l’avoir vidé d’une bonne dose de sang. Ah oui, et sans, bien sûr, l’avoir pris encore une fois.

~~~~~~

Alors qu’il se trouvait avec sa femme, Kiyosumi aperçut Erèbe sortir de la salle et haussa un sourcil. Celui ne comptait quand même pas partir tout de suite ? Apparemment non, vu qu’il le vit entrer dans un des salons. Un sourire amusé apparut sur ses lèvres alors qu’il apercevait le blond venu avec lui partir dans la même direction. Il fallait absolument qu’il se rapproche pour voir ce qu’il se passait.


« Mon amour… Que dirais-tu de te déplacer un peu vers là-bas, dit-il à sa femme qui le regarda, surprise avant de le suivre. »

Voilà, de là il avait une vue parfaite sur la porte. Il reprit sa discussion avec Hanabi, sa femme, qui lui parlait des dernières bêtises qu’avaient fait les garnements qui lui servaient de fils. Ils lui rappelaient lui au même âge. C’était le bon vieux temps. Quoiqu’il regrettait un peu. S’il avait été un peu plus sage étant enfant, son père n’aurait pas élevé Erèbe comme il l’avait fait.

Son regard tourné vers la porte, il aperçut parfaitement bien Urara se recoiffer légèrement avant d’entrer dans la pièce. Il éclata alors de rire, se doutant de ce sur quoi elle allait tomber. Il aurait aimé être une petite souris pour voir ça. Surtout qu’il savait que son frère n’était pas du genre à lui raconter ce qu’il avait fait.


« Kiyosumi… ? appela Hanabi, s’étant arrêté de parler. Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Rien, ma douce. Juste que je pense qu’il y en a une qui va regretter sa soirée, ricana-t-il.
- As-tu écouté ce que j’ai dit au moins, dit-elle en posant ses poings sur ses hanches.
- Bien évidemment. Tu disais que Sora avait fait tourné sa baby-sitter en bourrique, avant de réussir à l’enfermer dans un placard et d’aller piquer des tartes dans la cuisine au nez et à la barbe des cuisiniers. Je dois avouer que c’est plutôt bien jouer. Il est mon digne héritier. Je devrai le féliciter.
- Kiyosumi ! Ne l’incite pas à faire des bêtises, je t’en prie, le gronda-t-elle.
-D’accord, d’accord. Je lui dirais que ce n’était pas bien, dit-il, bien que son air amusé ne collait pas avec ses paroles. D’ailleurs, tu devrais aller le récupérer, je viens de le voir passer sous une table après avoir soulevé la jupe d’une de ses cousines.
- Sora ! cria-t-elle, en s’éloignant à pas vif.

Le châtain éclata de rire avant d’attraper un verre sur l’un des plateaux que transportait un serveur. Le humant, il en but ensuite une gorgée. Il ne bougea pas de sa place même en voyant un serviteur s’approcher de lui en tremblant. Un air amusé prit place sur son visage alors que celui-ci lui racontait ce qu’il avait vu en bégayant. Une fois qu’il eut fini, il le congédia d’un geste de la main, son cerveau tournant à plein pour savoir comment exploiter au maximum ce qu’il venait d’apprendre. Et il nota de remercier son frère. Il se doutait que c’était lui qui avait envoyé l’homme lui raconter. Celui-ci ne l’aurait pas fait de son plein gré sinon.

Alors qu’il avait déjà trouvé deux ou trois idées, il reporta son attention sur son père qui venait d’arriver, provoquant un léger silence. Attention le maître de la maison était dans la place. Il se demandait si lui aussi aurait cet effet sur les membres de sa famille quand il prendrait la place de son père. En parlant du chef des Ketsueki, il semblait qu’il le cherchait. Son père finit cependant par le repérer et s’approcha de lui.


« - Kiyosumi.
-Père, dit-il, d’un voix légèrement froide. »

Kiyosuke grimaça légèrement. Il savait pourquoi son aîné agissait ainsi. Après tout le châtain ne s’était pas gêné pour lui faire comprendre qu’il lui en voulait pour Erèbe. Kiyosumi avait toujours adoré son frère. C'était d'ailleurs pas le seul à lui avoir briser les tympans et lui hurlant dessus. La mère d'Erèbe n'y avait pas été avec le dos de la cuillère pour lui dire ces quatres vérités. Soupirant légèrement, il finit par reprendre la parole.

« - Je cherche Erèbe et son compagnon, Hael. Tu ne saurais pas où ils sont ?
- Ils s’amusent, dit le fils en rigolant légèrement.
- Je vois, répondit le père, alors qu’un léger sourire apparaissait sur ses lèvres. »

Alors comme ça, son fils et Hael Nyx avait ce genre de relation. Peut-être… Peut-être que celui-ci avait réussi à le guérir un peu de ce qu’il lui avait fait. Il fallait vraiment qu’il parle au blond. Il nota en même d’envoyer des personnes nettoyer après que son fils soit sorti. Parce que bon, il avait beau être heureux que son fils soit suffisamment proche de quelqu’un pour avoir des relations sexuelles, cela n’empêchait pas qu’il ne voulait pas tomber sur des substances suspectes en rentrant dans cette pièce.

Voyant que le châtain avait profiter du fait qu’il soit dans ses pensées pour se faire la malle, le brun soupira et fit le tour de la salle pour discuter avec les uns et autres. Il finit cependant par apercevoir la porte du salon s’ouvrir et Erèbe et Hael en sortir. Il se dirigea donc vers eux d’un pas vif.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Ven 3 Jan - 2:09


Hael sourit en apercevant le serviteur. Tiens donc, il y avait donc un autre spectateur pour assister à leur partie de jambes en l'air. Bien que ce dernier n'avait pas dû voir grand chose, dommage, il ne fallait pourtant pas faire son timide et venir dans la pièce s'il avait entendu du bruit. Le blond vénitien ne lui en aurait pas voulu. Plus on était de fou plus on s'amusait après tout. Enfin, il n'était pas sûr qu'Erèbe partage son point de vue. Tout dépendait où étaient les autres fous. Du moment qu'ils n'étaient pas aussi dans lui ou lui dans eux, le brun devait certainement partager ce point de vue. En cas contraire, la longévité de ces pauvres fous, qui avaient osé poser une main ou autre chose sur l'Irlandais en sa présence, se serait raccourci en un rien de temps. Dans tout les cas, le plus vieux des deux vampires serait satisfait de la tournure des événements. Cependant, il devait s'avouer qu'il avait une préférence pour un petit massacre perpétué par son partenaire de chasse car il aimait le voir réagir avec autant de possessivité envers lui, cela lui donnait un sentiment de pouvoir sur lui. Celui-ci sans donné à cœur joie pour réduire en pièce ses victimes. Hael trouvait ce spectacle magnifique. Il le trouvait particulièrement beau quand du sang giclait sur son visage et aimait énormément l'expression qu'il avait sur son visage dans ces moments là. Il savait rester classe et élégant, pas comme certains suceurs de sang qui laisser leur instinct prendre le dessus pour devenir des bêtes sanguinaire. C'était pitoyable de perdre tout son contrôle.

« Oh~ je ne te savais pas aussi proche avec ton frère pour raconter tes parties de jambes en l'air~. Est-ce... »

Le blond eut pas le temps de finir de se moquer du brun, que celui-ci l'attrapa à la gorge, ce qui l'empêcha de continuer. Il restait sur ses gardes ne savant pas trop pourquoi Erèbe réagissait aussi vivement. Avait-il pas aimé qu'il parle en privé avec sa cousine ? En tout cas, il espérait vraiment qu'il n'avait pas entendu un traite mot de ce qu'il lui avait dit tout bas. Il n'avait pas envie qu'il le sache.

« Oh~ tu veux nettoyer là où elle m'a souillé avec ses petits doigts boudinés ? Où alors tu veux que je me nettoie seul dans toi~ ? », dit-il pour plaisanter. Vu leur position et l'état de son partenaire de chasse, il n'y avait aucune chance qu'il laisse son aîné le prendre. Déjà en temps normal il ne se laisser pas prendre facilement alors il connaissait très la réponse à sa deuxième question.

« Oh oui~ punis moi. Très fort. », souffla-t-il sensuellement.

Le traitement que lui réservait Erèbe ne serait certainement pas une punition pour lui. Au contraire, il voyait plutôt cela comme une récompense. Même s'il se serait passé de se faire vider autant de son sang. Il allait être encore plus pâle qu'à son habitude. En l'espace de deux jours, le brun en avait bien profiter. Il avait intérêt à faire attention s'il ne voulait pas risquer une crise de foie à force de lui boire autant de sang. Heureusement pour lui qu'il élimait après avec un peu de sport et qu'Hael était un dur à cuire malgré son apparence. Cependant, il allait tout de même être dans le cire pendant quelques temps. Ce soir, il valait mieux qu'il dorme chez lui pour éviter de se faire saigner à blanc. Chez lui, il pourrait se reposer un peu et il doutait fortement que le brun le suive jusqu'à sa demeure. C'était très rare qu'il se déplace là bas et ce n'était certainement pas ce soir que cela allait changer.

Une fois que son partenaire soit pleinement satisfait, quelqu'un frappa à la porte timidement avant d'entrer. Le serviteur s'avança dans la pièce pour déposer ce que le fils de son maître lui avait demandé. Le pauvre devait certainement attendre derrière la porte que les deux hommes aient fini leur affaire.

« Ah merci~. », dit-il en s'avançant vers lui pour attraper une serviette avec laquelle il essuya. « Alors~ cela t'as plu ? On l'a souvent dit que j'avais une jolie voix que je jouissais. Il ne fallait pas être timide, tu sais. La prochaine fois n'hésite pas à entrer pour déposer les affaires. Je te plains d'avoir dû faire le piquet devant la porte. A moins que cela t'ait excité. », dit-il avec un sourire en coin.

Le pauvre serveur se confondit en excuse avant de partir le plus vite possible sans demander son reste. Ce départ précipité déclencha une nouvelle crise de rire chez le blond. Décidément, il s'amusait beaucoup à cette soirée. Il espérait que le reste serait aussi divertissant que le début.

« Tss ! Tu pourrais apprendre à te retenir parfois. Si tu veux que je finisse la soirée, la prochaine fois, pompe-moi un peu moins de sang. », dit-il en chancelant un peu en allant vers le canapé pour ramasser ses affaires. Il ne pensait pas se sentir aussi faible. Il avait pourtant connu pire. Enfin, peut-être pas le même traitement deux fois de suite. Cela n'allait cependant pas l'empêcher de finir correctement la soirée. Il n'allait pas s'effondre lamentablement au milieu du salon parce qu'il n'avait plus de force. Non, il était résistant. Il devait juste éviter de faire trop de mouvement brusque pour ne pas avoir la tête qui tourne de trop.

Une fois essuyé, pansé et habillé, Hael sortit de la pièce en suivant le brun, prêt a partir à l'aventure en commettant de nouveaux méfaits. Il avait hâte de voir comment Urara allait réagir en les croisant. Allait-elle les éviter du regard, les foudroyer ou bien ne plus savoir où se mettre. A moins que trop humiliée, elle se soit caché dans un coin de la maison pour pleurer en faisant sa petite victime.

Alors qu'il s'apprêtait a prendre une coupe de champagne qui passait sur un des plateaux en argent, un événement plutôt inattendu se produisit.

« Hael Nyx... J'ai beaucoup entendu parler de vous... J'aimerai vous parler. Puis-je me permettre de vous demander de me suivre dans mon bureau? », lança le maître des lieux.

D'abord surpris par cette requête, le vampire se ressaisit immédiatement pour lui répondre, faisant totalement abstraction de ce qu'Erèbe pourrait dire. Il avait l'impression que ce dernier se raidissait en présence de son paternel. Il s'empressa de suivre le chef de la famille pour éviter qu'un incident ce produise.

« Bien évidement. », dit-il avant d'abandonner le brun.

Silencieusement, il entra dans le bureau. Bien qu'il paraisse calme, Hael était sur ses gardes, prêt à bondir dès la première sensation de danger. Il ne connaissait pas sa force, mais il n'hésiterait pas a attaquer et se défendre s'il le fallait. Paternel d'Erèbe ou non, son instinct de survit était plus fort. Il ne savait pas trop ce que le maître des lieux lui voulait et il s'en méfiait. Pour que son partenaire de chasse soit aussi déstabilisé que ça, il y avait une bonne raison. Depuis le temps, il commençait à bien le connaître son cher et tendre, et il savait très bien qu'il était difficile de lui faire ressentir la peur.

Le blond s'installa dans le fauteuil, devant le bureau, que le père du brun lui avait indiqué et attendait que la sentence tombe.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki, son frère et son père

Message par Kaminari le Sam 11 Jan - 23:38

Erèbe savait parfaitement que ce ne serait pas une punition pour le blond. Et c’était frustrant. Parfois, il regrettait qu’Hael soit masochiste. Quand il lui aurait administré un de ses punitions, celui-ci aurait vraiment souffert et pas éprouvé plus de plaisir. Quoique s’il ne l’avait pas été, il n’aurait sans doute jamais tenu à ce qu’il lui faisait. Mais alors, peut-être qu’il l’aurait laissé tranquille. Oui, cela voulait dire qu’il n’aurait plu eut quelqu’un à faire souffrir. Le brun finit par grogner, agacé par ses propres pensées qui commençaient à essayer de lui faire croire que l’autre vampire lui était indispensable. Comme si quelqu’un pouvait lui être indispensable. Il se suffisait parfaitement à lui-même. S’il restait avec Hael, c’était uniquement parce qu’il avait conscience du fait que le blond l’embêterait encore plus s’il osait le foutre à la porte. Et le blond le fatiguait suffisamment comme ça. Et s’il déménageait sans prévenir, cela reviendrait à fuir son compagnon de chasse et donc à fuir les problèmes. Or les Ketsueki ne fuyaient pas. Jamais.

Tout en s'essuyant, le sadique regarda le blond qui était encore plus pâle que d'habitude. Un léger sourire cruel apparut sur ses lèvres. Dans sa frustration, il avait enlevé plus de sang qu'il ne le pensait. Cela apprendrait peut-être au blond à ne pas jouer avec lui. Mais il devrait peut-être se calmer, sinon il allait finir par le tuer. Quoique cela ferait un imbécile de moins sur cette planète. Mais il n'aurait plus le droit à ce sang exquis, pensa-t-il, en se léchant inconsciemment les lèvres. Ce serait vraiment une grande perte. Jamais il n'en avait goûté de si bon. Et pourtant, il en avait goûté pas mal au cours de son existence. Une raison 1.00de plus pour ne pas le laisser vivant.  Comme s'il n'y en avait pas assez. Erèbe grogna à nouveau alors qu'il finissait de s'habiller et s'assurait qu'il n'y avait pas de plis sur son costume.


" Ca t'apprendra à te laisser toucher devant moi, finit-il par répondre à la réplique du masochiste."

Et puis si les autres convives voyaient le blond pâle à ses cotés alors qu'il était en forme lorsqu'il était arrivé, il finirait par se douter qu'il lui avait bu son sang. Et que le blond lui appartenait donc. Après tout, il était rare que les vampires partagent, encore plus quand il s'agissait de sang. D'autant plus qu'ils étaient des Ketsueki. Et tout le monde savait que le sang était plus que sacré pour cette famille. Tous les membres avait une fascination pour ce liquide si précieux.  Cela devrait éviter que d'autres imbéciles de sa famille, comme Urara, s'approchent d'Hael.

Une fois qu'il se fut assuré d'être bien coiffé, bien habillé, ses lunettes sur le nez et que l'autre vampire était lui aussi présentable, le brun sortit de la pièce. Le contentement qu'il ressentait après avoir le sang de son aîné disparut en apercevant son père. Et dire qu'il voulait partir avant que celui-ci ne se montre dans la salle. Il rêvait de prendre une bon bain pour se laver après cette séance avec Hael. Mais c'était raté. Son corps commença à se tendre alors qu'il voyait le chef de famille s'approcher d'eux. Qu'est-ce qu'il lui voulait encore? Il lui avait déjà parler tout à l'heure... Une légère lueur d'incompréhension apparut dans son regard, invisible pour ceux qui ne le connaissait pas, lorsque son sosie plus âgé s'adressa au masochiste. Sentant un regard sur lui, il tourna la tête et croisa les yeux de son frère. Celui-ci haussa les épaules, levant les mains d'un air innocent pour lui faire comprendre qu'il n'en était pour rien et qu'il ne savait pas ce que Kiyosuke lui voulait. Le plus jeune retourna ensuite son attention vers son père et se retint de gronder. Qu'est-ce qu'il comptait faire avec SON compagnon ? Malheureusement, il ne pouvait rien dire et suivit Hael du regard alors qu'il partait avec son paternel.

Kiyosumi sourit en voyant la scène. Il allait pouvoir s'amuser un peu au dépend de son frère. Il était bien le seul à pouvoir le faire sans craindre la réaction du brun. Au fond, son petit frère l'aimait même s'il ne l'avouerait jamais. Il avait beau grogner, il ne lui ferait jamais rien. Le châtain s’approcha donc du plus jeune, un sourire amusé aux lèvres.


" – E-rè-be, chantonna-t-il joyeusement, faisant grogner celui qu’il interpelait. »

Un Kiyosumi joyeux était souvent mauvais signe. Surtout pour lui. Son frère pouvait se montrer particulièrement agaçant quand il le souhaitait.

« - Quoi ? demanda-t-il poliment.
- Je me demande ce que veux Père. En tout cas, ton compagnon ne s'est pas gêné pour le suivre. Peut-être parce que tu n'as pas assez doué et qu'il veut essayer avec ton père. L'aurais-tu frustré ? Je peux t'apprendre quelques petits trucs si tu veux mon cher petit frère.
- Hael est à moi et il le sait très bien. Il n'ira voir personne d'autre et encore moins Père
, grogna Erèbe. »

Oui, Hael savait qu'il le considérait comme un de ses jouets et qu'il ne voulait pas qu'il en touche d'autre. Mais cela ne l’empêchait pas d’aller voir ailleurs, même s'il prétendait le contraire auprès de son frère. Il suffisait de penser à la chasse qu’il avait faite et à la photo qu’il lui avait envoyé. Rien que d’y penser, il sentait la rage remonter. Et si son frère avait raison… Et s’il osait… Non, impossible, son père était purement hétéro. Il avait une femme et une maîtresse, avec qui il avait eu des enfants. Mais s’il aimait les deux genres. Parce qu’il avait eu une maîtresse, rien ne l’empêchait d’avoir eu des amants. Non… A moins qu’il fasse ça juste pour le blesser un peu plus. Après tout, son père avait inventé bien des choses pour faire son éducation et s’assurer qu’il soit parfait. Peut-être que celui-ci trouvait qu’il avait fait quelque chose de travers et qu’il le punissait ainsi. Alors qu’il commençait à se faire un film tout seul sur ce qu’il pouvait se passer dans le bureau, son frère lui s’extasiait devant les émotions qui apparaissaient sur le visage d’Erèbe. Il était le seul capable de les voir car il avait appris à lire les minimes expression de son cadet et quiconque d’autre essaierait dirait que le brun était impassible. Mais lui savait. Kiyosumi avait tellement était habitué au la non-expression du sadique que le moindre sentiment était comme une lumière clignotante pour lui. Donc, il s’amusait en voyant les différentes émotions s’afficher.

Pendant ce temps, le chef de famille dirigea Hael vers son bureau et une fois à l’intérieur, il referma la porte et indiqua une chaise à son invité. Le brun prit ensuite place sur son fauteuil et croisa les mains, les coudes sur le bureau, avant de poser son menton dessus. Il observa attentivement l’autre vampire, qui avait réussi l’exploit de se rapprocher de son fils. Satisfait de ce qu’il voyait, il finit par ouvrir la bouche en se redressant.


« - Désolé de vous importuner mais il se trouve que j’étais curieux de vous rencontrer de plus près. Après tout, mon fils et vous avez une sacrée réputation. »

Kiyosuke fit une légère pause. Malgré les rumeurs qui circulaient, le blond face à lui semblait tout à fait normal. Mais il ne fallait sans doute pas se fier aux apparences.

« - A vrai dire, je voulais savoir qu’elle était la relation entre vous et Erèbe. C’est la première fois qu’il ramène quelqu’un d’autre ici. »

En fait c’était la première fois qu’il revenait depuis qu’il était parti. Il savait que ses deux fils s’étaient déjà revus mais lui n’avait pas les moindres cheveux bruns après le départ d’Erèbe de l’Angleterre. Il hésita quelques secondes et finit par dire.

« Et j’aurai aimé savoir… Comment est-il avec vous ? Est-ce qu’il va bien au moins ? Je dois vous avouer que je n’avais pas eu de nouvelles depuis longtemps. J’ai du l’obliger pour qu’il vienne aujourd’hui. Je m’inquiète pour lui… »

Oui, il s’inquétait. Même s’il savait que c’était de sa faute et qu’il avait mérité ça. S’il pouvait remonter le temps, il changerait les choses. Il ne séparerait pas Erèbe de sa mère. Il lui donnerait une enfance normale. Mais le mal était fait et rien ne pouvait être changé.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Dim 12 Jan - 1:55

Installé sur le fauteuil, Hael observait attentivement l'homme qui se tenait en face de lui. Il essayait de jauger un peu sa puissance pour avoir une idée de à quoi s'attendre. En voyant le chef de famille on ne pouvait pas nier qu'il était bien le père de son partenaire. Ce-dernier avait hérité beaucoup de chose de son patrimoine génétique et la force devait en faire parti. Ils s'étaient déjà affronté plusieurs, notamment lors de leur rencontre sur le champ de bataille, mais le blond était incapable de dire lequel des deux était le plus. Alors, ajoutez cela l'expérience d'une centaine d'années en plus et le masochiste n'était vraiment pas sûr pour pouvoir avoir le dessus en cas d'attaque. En tout cas, une chose était sûre, en cas d'affrontement il allait prendre beaucoup de plaisir.

Il avait l'impression d'avoir Erèbe devant lui mais avec plus d'expérience et d'années. C'était assez troublant. C'était comme s'il s'était retrouvé projeté dans le futur et qu'il discutait avec son compagnon de chasse. Le vampire se retint de sourire à cette pensée qu'il serait toujours aux côtés du brun dans l'avenir. Dans cette situation, ce sourire pourrait être mal interprété. Il devait se retenir pour l'instant et partagerait cette idée avec son cadet pour le taquiner un peu.

A la première question du maître des lieux, le blond resta encore crispé sur son siège. Même s'il faisait tout pour cacher qu'il était actuellement comme un prédateur qui venait d'en rencontrer un autre et qu'ils allaient se battre pour un territoire, et qu'il était en apparence légèrement désavantagé parce que Kiyosuke ressemblait plus à un mâle alpha que lui.

« Vous m'en voyez flatté. », répondit-il simplement et poliment. Bien qu'en réalité il ne savait pas trop s'il devait prendre cela pour un compliment ou non. Il ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec le paternel de son partenaire car il n'avait pas passé assez de temps en sa compagnie pour réussir à le cerner.

« Ma relation avec votre fils ? », dit-il un peu perplexe et surpris par une telle question. Mais il fut encore plus surpris pas la suite des propos, et il était encore loin d'imaginer à ce moment la suite. Il s'autorisa à esquisser un léger sourire en apprenant qu'il était le premier que le brun amenait dans une de ces soirées. Cela ne l'étonnait guère, mais ça faisait plaisir d'entendre ce genre de chose, surtout qu'il allait encore plus taquiner son compagnon en continuant de dire qu'il officialisait sa relation en le présentant à toute sa famille.

« Oh~ je vois ! », s'exclama-t-il en se détendant complètement, revoyant presque une autre image de lui. Il relâcha d'un coup toute la tension et pression et prit un peu plus ses aises. Auparavant, il était assit bien droit sur son fauteuil, se tenant comme un jeune homme bien éduqué, mais à présent, il s'affala un peu plus dans son siège en écartant un peu le jambes. Il posa sa tête dans la paume de sa main après s'être accoudé. Il eut toute de même la politesse de ne pas éclater de rire, même si cela était très tentant. Il ne voulait pas vexer le papounet de son cher et tendre en se moquant de lui alors qu'il était complètement désespéré de ne pas avoir de nouvelle de son fils. Dire qu'il s'était fait une image de lui tyrannique et se voyait déjà devoir se battre avec lui. Il s'était trompé sur toute la ligne. Mais qui aurait pu penser que cet homme, à l'apparence froide et strict, soit en réalité un père en manque d'amour de la part de son fils. Il le trouvait mignon tout à coup et ce demandait pourquoi Erèbe avait l'air d'en avoir si peur. Peut-être parce qu'il l'étouffait avec son amour paternel, et que son cadet est les sentiments cela faisait deux ? Il s'amusa à penser cela même s'il se doutait que c'était la réalité.

« Ma relation avec Erèbe, hm~ voyons voir, par où commencer ? Il est très possessif avec moi. Dès que j'ai le malheur de fréquenter un peu trop d'autres personnes il se met en colère et se montre particulièrement violent et sadique pour me faire passer l'envie de m'éloigner un peu trop de lui et de me punir en marquant mon corps comme pour se prouver que je suis à lui. Ah~ le pauvre, il devrait pourtant savoir que j'aime ça et que j'en ferais même exprès parce que ça m'excite. Mais bon, je lui laisse l'impression d'avoir de dessus. Il est tellement mignon quand il pense dominer. Vous devriez le voir dans ces moments là. Enfin, quoi que, peut-être pas, un père n'a pas forcément envie de voir les performances sexuelles de son fils. Je me demande si un jour il découvrira que j'arrive à obtenir ce que je veux de lui en la jouant finement. Oh, j'espère que ne lui répéterait pas que je vous ai dit que je trouvais ses réactions mignonne. Je ne voudrais pas qu'il pense que je suis faible et me laisse de côté. La vie serait bien ennuyeuse sans lui à taquiner~. Ne vous inquiétez pas, pendant tout ce temps il était avec moi et j'ai bien pris soin de lui. Il est dans une forme olympique~. » dit-il avec un petit sourire entendu.

«Et il a un grand appétit. Vous savez se qu'on dit, quand l'appétit va , tout va. D'ailleurs, j'aimerais qu'avec moi il se montre un peu moins vorace. Un jour il va complètement m'exsanguiner. Je vais finir par devoir prendre des compléments de fer s'il continuait et que je ne veuille pas finir anémié. » pesta-t-il légèrement. Rien que de penser que le brun s'était allègrement nourrit l'énervait. Il ne savait décidément pas se retenir quand il s'agissait de sang. Pourtant, c'était bien lui qui lui avait dit de bien se tenir. Il pensait que cela aurait quel effet que la personne qu'il amène s'écroule lamentablement au milieu de la réception parce qu'il était trop faible pour tenir sur ses deux pieds. Il avait une réputation à tenir en plus. Cela ferait une énorme tâche à l'encre noir ça ! Et encore plus alors qu'il venait de donner une petite leçon à Urara. Il allait passé pour quoi après lui ? Sa cousine ne le prendrait pas au sérieux et se moquerait du blond après son grand discours. Cette pensée l'irrita encore plus et il avait envie de se venger un peu d'Erèbe d'un coup.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le Chef des Ketsueki et ses deux fils

Message par Kaminari le Dim 12 Jan - 18:25

Kiyosuke haussa un sourcil en voyant le jeune vampire face à lui changer complètement d’attitude. Il avait sans doute remarqué qu’Erèbe s’était tendu à son approche et s’était donc fait des idées à son propos. Ce qui était tout à fait normal, avec la réputation qu’avait son fils, il ne devait pas craindre grand-chose, alors le voir craindre son propre père devait avoir alerté l’instinct de survie du blond. Même si au fond c’était gratifiant pour le brun. Après tout les Ketsueki avait une réputation à tenir, et encore plus le chef de famille. Ils étaient une grande et vieille famille. Ils se devaient d’être respectés. Mais un père et un fils ne devraient pas se craindre. Si son propre père était encore vivant, il l’aurait senti passé. Même s’il pouvait être un père merveilleux, il ne laissait passer aucune erreur. Et la manière dont il avait élevé Erèbe en était une. Il avait eut peur que les autres de la famille lui reproche le fait qu’il n’était pas entièrement japonais et qu’il n’était pas le fils de sa femme. Il voulait juste que son fils soit parfait pour ne pas avoir à subir les remarques…

Perdu dans ses pensées, le chef de famille soupira légèrement. Finalement tout ce qu’il avait fait c’était retourné contre lui et il ne pouvait que regretter aujourd’hui. En entendant son invité parler, il reporta son attention sur lui. Possessif ? Cela ne l’étonnait pas, c’était un trait commun à tous les Ketsueki. Tout comme le sadisme. Bien qu’en général, cela ne se montrait que lors des batailles. Il était extrêmement rare que cela intervienne dans les rapports sexuels. Mais son fils n’avait jamais appris ce qu’était l’amour, la douceur… S’il mettait un mot sur le comportement de son plus jeune sosie, il dirait qu’il était jaloux, d’après les dires du blond. Un jaloux possessif. Mauvais mélange. Surtout quand on ne savait pas maîtriser la jalousie. Il se demandait comment l’autre vampire pouvait supporter ça.

Il n’eut cependant pas à se poser la question longtemps. Le blond était un masochiste ?! Il comprenait mieux maintenant. Mais quand même… Son fils… Mignon… ? Il n’arrivait à associer les deux. Il secoua la tête. Non, vraiment pas. Lui et Hael ne devait pas avoir la même définition. D’ailleurs Kiyosuke commençait à se demander si le blond était tout à fait sain d’esprit. Cela expliquerait pourquoi son fils et lui c’était trouvé. En tout cas, il avait raison. Savoir que son fils avait une vie sexuelle lui suffisait. Il n’avait pas vraiment envie d’avoir tous détails.  

Un léger sourire apparut sur ses lèvres. Il ne savait pas si Hael s’en était rendu compte, mais il venait pratiquement d’avouer que même s’il manipulait son fils, ce qu’il n’était pas sûr d’apprécier, il tenait à lui et qu’il ne voulait pas qu’il le lâche. Au fond de lui, le plus jeune devait être aussi possessif envers Erèbe. Kiyosuke sourit amusé en s’imaginant ce qu’il se passerait si Erèbe découvrait qu’il n’était pas vraiment le dominer et qu’il abandonnait le blond. Il doutait que celui-ci le laisse faire. En tout cas, si le masochiste disait vrai et qu’Erèbe finissait toujours par faire ce qu’il voulait, alors cela pourrait lui être utile. Il pourrait parfaitement passer un marché avec le blond pour faire en sorte qu’Erèbe vienne plus souvent. Et peut-être qu’il arriverait ainsi à se réconcilier avec lui.

Le chef de famille observa ensuite le plus jeune et le trouva effectivement un peu pâle. Fronçant les sourcils, il attendit que le blond est fini de parler pour se lever. Il ne fallait pas que le blond finisse par mourir parce que son fils ne savait pas se retenir. Pas alors qu’il était le seul à pouvoir lui tirer des réactions et qu’il était sans doute le seul à être capable d’amener Erèbe plus souvent ici. Le brun se dirigea donc vers un de ses placards et en sortit une tasse qu’il alla poser devant Hael. Il prit ensuite la bouteille que ses serviteurs lui avait amené un peu plus tôt et servit le sang à l’autre vampire avant de se servir lui-même et de se rasseoir.


« - Vous devriez boire. Je ne voudrais pas paraître mauvais hôte en laissant un de mes invités s’effondrer parce qu’il manque de sang. Même si je me doute que ce ne sera sans doute pas suffisant. Celui-ci est particulièrement bon, dit-il avant de boire une gorgée. Vous savez, l’envie de sang est une caractéristique de notre famille. Nous l’aimons et on ne s’en prive pas. Il est vrai que j’ai fais… quelques erreurs avec Erèbe. Et qu’il n’a jamais vraiment appris à se retenir à ce niveau. »

Kiyosuke fit tourner le liquide carmin dans sa tasse, tout en réfléchissant. Il finit par plonger son regard dans celui de l’autre vampire.

« - J’aurais un service à vous demander… Vu que vous semblez avoir une grande influence sur mon fils, pourriez-vous faire en sorte qu’il vienne un peu plus souvent nous voir ? J’aimerais me réconcilier avec lui et c’est difficile à faire quand je ne le vois jamais. »

Alors que Kiyosuke faisait sa demande à Hael, Erèbe continuait à s’imaginer ce qui pouvait se passer sous le regard de son frère. Après cinq minutes, il bougea subitement partant en direction de l’étage. Kiyosumi cligna des yeux surpris puis courut pour le rattraper.


« -Qu’est-ce que tu comptes faire, petit frère ? Ce n’est pas comme si tu pouvais faire quelque chose. »

Erèbe s’apprêta à répliquer quelque chose de bien senti à son aîné mais il se stoppa tout aussi soudainement qu’il avait commencé à avancer. Le châtain avait raison. Il ne pouvait rien faire. Il ne pouvait qu’attendre que son compagnon de chasse ressorte de ce foutu bureau. Commençant à faire demi-tour, il s’arrêta de nouveau puis repartit vers le bureau. Il ne pouvait pas rester sans rien faire. Oui, mais son père… S’il les interrompait… Il frissonna presque rien que d’imaginer la réaction de celui-ci. Et puis de toute façn, qu’est-ce que cela pouvait bien faire qu’Hael soit avec son père. Si celui-ci pouvait le tuer, il serait enfin tranquille. Oui, mais Hael était à lui. Il n’y avait que lui qui avait le droit d’y toucher. Non, son père ne l’aurait pas. Le brun s’approcha de la porte, prêt à l’ouvrir mais s’interrompit. Non, il ne pouvait pas. S’il le faisait, il doutait que le chef de famille se gêne pour le punir parce qu’il y avait Hael. Et il était hors de question qu’il montre sa faiblesse face à son père devant celui-ci. Et puis, le plus âgé des Ketsueki croirait qu’il tenait à Hael. Or s’était faux ! Mais il risquait de s’en prendre au blond s’il croyait ça juste pour le faire souffrir lui. Et pour lui montrer que Hael était sa faiblesse. Ce qui était faux. C’était uniquement parce qu’il n’y avait que lui qui avait le droit de le faire souffrir. Comme s’il pouvait tenir à Hael.

Tout en reprenant ses reflexions, il faisait les cent pas alors que Kiyosumi avait repris son sourire. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas autant amusé au dépend de son frère. En tout cas, c’était bon signe si celui-ci pensait à affronter leur père. Cela prouvait qu’il tenait réellement à Hael. Car sinon ce ne lui serait jamais venu à l’esprit. Il avait bien trop peur du chef de famille. Le châtain le laissa donc penser et se contredire lui-même, amusé. Même si le brun choisissait d’ouvrir cette porte, il le laisserait faire. Son père avait besoin de savoir qu’Erèbe commençait à guérir un peu. Même s’il lui en voulait, il savait que celui-ci regrettait sincèrement ce qu’il avait fait. Et il savait que son père ne ferait rien si Erèbe ouvrait cette porte.

Erèbe finit par gronder et ne pouvant plus résister, il attrapa la poignée et ouvrit la porte d’un mouvement brusque. Sauf qu’il se figea une fois cela fait et blanchit en voyant le regard plus que surpris du chef de famille. Il l’avait fait. Il avait dérangé son père. Mais il était rassuré de voir que lui était Hael était séparé du bureau. Mais il fallait qu’il parte avant que son père ne fasse le moindre mouvement.


« - Erèbe ? demanda le père, toujours surpris de le voir débarquer. »

Il regarda ensuite Hael. Son fils tenait beaucoup plus au blond qu’il le pensait.
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Mar 14 Jan - 22:40

Hael accepta poliment la tasse de sang qu'on lui offert, montrant ainsi, malgré la façon dont il était à présent installé dans la fauteuil, il possédait des manières. En le voyant, on ne pensait vraiment pas qu'il avait reçu une éducation plutôt strict sur la façon de se comporter en société. Si sa mère le voyait, elle lui tirerait sans aucun doute les oreilles pour qu'il se tienne correctement. Son père était plutôt du genre barbare, mais dans sa femme se trouvait dans les parages, il se transformait en véritable gentleman tout comme ses frères. Sa mère était très à cheval sur la politesse et savait se faire respecter par sa famille. Avec une telle famille, quand on était la seule femme, il valait mieux avoir du caractère. Et puis, pour elle, ce n'était pas parce qu'ils venaient d'un clan, dit, barbare qu'il devaient se comporter comme des rustres primitifs. Étant la princesse d'un clan, elle avait été éduqué en apprenant les bonnes manières, donc il était normal pour elle, que ses fils soient élevés pareil. Cependant, ses enfants avaient tendance a se laisser un peu aller quand elle n'était pas dans les parages, et Hael ne faisait pas exception. C'était même peut-être le pire. Comme il était le petit dernier et d'apparence plus frêle que ses aînés, sa mère l'avait un peu plus chouchouté et essayé de lui inculquer les mêmes bonnes manières qu'on pourrait enseigner à une fille. Même s'il restait un homme sur tout les points, le blond, comparait à ses frères étaient celui qui se rapprochait le plus de la gente féminine. Alors, parfois sa mère l'avait un peu traité comme la petite fille qu'elle n'avait pas eu pendant sa tendre enfance. Résultat, le jeune homme rejetait presque certains aspects de son éducation en signe de rébellion contre elle. Enfin, il ne les rejetait pas tant que ça quand elle était dans les parages. Il se contentait de jouer les rebelle quand elle avait le dos tourné uniquement.

A la première gorgée, le vampire soupira d'aise. Cela faisait du bien de sentir le sang couler dans sa tranchée. Il avait déjà l'impression de reprendre des forces, même s'il savait que cela n'était qu'un effet placebo et qu'il lui faudrait bien plus que cela pour retrouver toute sa vitalité.

« Je vois de qui Erèbe tient sa soif de sang mais aussi son goût très raffiné pour celui-ci. Malheureusement, il ne me laisse pas toucher à sa collection, il n'est pas vraiment prêteur sur cela non plus. », dit-il pour flatter le père et plaisanter un peu également, d'ailleurs, il ajouta toujours sur le ton de la plaisanterie, « J'aurais préféré qu'il ait mauvais en matière de sang, cela m'aurait peut-être éviter qu'il me pompe le mieux tout le temps. Comme c'est regrettable~. », il sourit avant de plonger de nouveau ses lèvres dans le liquide qui allait l'aider à reprendre un peu de force. Il songea d'ailleurs, s'il voulait vraiment retrouver toute sa vitalité, il lui faudrait plutôt une perfusion pour lui faire une transfusion. Cela serait beaucoup plus efficace. Enfin, il devait ce contenter de cette tasse et c'était déjà pas mal.

« Un service ? », dit-il un peu étonné. Il ne voyait pas vraiment ce que le père de son compagnon de chasse pouvait lui demander. Il ne se sentait pas forcément assez influent pour qu'on lui demande des services. Certes, il avait une jolie réputation, mais pas de celle qui donne envie de venir demander son aide, au contraire, on fuyait plutôt. Pendant l'espace d'un instant, il se demanda si le maître des lieux n'allait pas lui demander de s'éloigner de son fiston adoré. Il ne savait pas vraiment pourquoi il pensait à ce genre de chose. Pourtant, rien ne présageait vraiment qu'on lui demande une telle chose. Peut-être parce que c'était vraiment le point sur lequel on pouvait lui demander de faire quelque chose qu'il pensa à cela. Il se surpris à redouter du coup un peu ce service. Si c'était le cas, la réponse allait être négative et encore une fois, il se prépara à affronter le paternel.

« Oh je vois~. » dit-il en souriant et en étant rassurer. D'un coup, il se sentait comme avoir un pouvoir sur Erèbe pour que son père lui demande cela, c'était qu'il pensait qu'il était capable de pouvoir faire ça, et le blond le pensait également. Mais c'était toujours plaisant de l'entendre de la bouche de quelqu'un d'autre, c'était un peu comme le flatter. Il s'imaginait déjà élaborer des stratégies pour pouvoir les faire se rencontrer en tournant en bourrique son cadet. Cela allait vraiment être amusant.

Avant qu'il ne puisse donner sa réponse, un événement improbable se produisit, ce qui fit sourire Hael.

«Votre proposition est intéressante, très intéressante même. Je ne peux qu'accepter.», dit-il en ignorant parfaitement le brun qui venait d'entrer et continua de fixer l'homme qui se trouvait en face de lui.

Il sortit de sa poche un petit étui en argent qui contenait des cartes de visite, il l'ouvrit et en sortit une avant de se lever pour la tendre à l'homme d'âge mûr. Puis, il se tourna enfin vers son cadet et fit comme s'il ne remarquait que maintenant sa présence.

« Erèbe ? En voilà donc des manières~. Je ne pense pas que ton père t'es appris a interrompre deux personnes en pleine affaire. », dit-il un sourire en coin.

Il l'ignora de nouveau en allant se rasseoir et s'adressa à Kiyosuke.

« Il me tarde de faire « affaire » avec vous. »

Il insista sur le mot affaire pour que le brun s'imagine toute sorte de chose. Il lui faisait confiance pour avoir l'esprit assez fertile et imaginer tout sauf ce que venait de lui demander son père.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki et sa charmante famille

Message par Kaminari le Sam 16 Aoû - 17:47

Le corps d’Erèbe se tendit alors qu’il attendait la réaction de son père. C’était d’ailleurs étrange qu’il n’ait encore rien fait. Se pourrait-il qu’il ait tort et que son paternel ne fasse rien devant Hael ? Impossible, il venait clairement de lui manquer de respect et le chef de famille ne pouvait laisser passer ça. Il l’avait puni pour moins que ça.

Kiyosuke qui se doutait un peu des pensées de son fils ne fit aucun mouvement ou expression qui pourrait être pris pour de la colère ou qui pourrait lui faire croire qu’il allait le punir. Déjà parce qu’il avait compris que c’était une erreur mais aussi parce qu’il sentait le regard noir de son autre fils sur lui. Avec cette histoire, il n’avait pas perdu un fils mais les deux. Le premier le craignait et le second lui en voulait pour ce qu’il avait fait au plus jeune.

Le chef de famille sortit de ses pensées en entendant la voix du blond. Il haussa ensuite un sourcil, remarquant qu’Hael ignorait son plus jeune fils et dû se retenir de sourire à la réaction de ce dernier.

En effet, Erèbe avait fini par oublier son père, focalisé sur le fait que son compagnon de chasse osait l’ignorer. Comment osait-il… ? Il allait lui faire payer ça… Il allait d’ailleurs gronder avant de se rappeler où il se trouvait et surtout avec qui. Son regard se reposa alors sur le plus vieux et il fronça légèrement les sourcils en voyant le masochiste lui tendre une carte de visite. Ils n’allaient tout de même pas se recontacter ou pire, se revoir. Hael était à lui ! A lui !

Kiyosuke de son coté baissa les yeux sur la carte que lui avait donné le plus jeune fils des Nyx avant de reposer son regard sur celui-ci. Il observa l’interaction entre les deux compagnons et surtout les réactions de son cadet. Il était heureux qu’Erèbe ait osé ouvrir cette porte parce que cela prouvait que son attachement au blond était plus fort que la peur de la punition.


« - Il me tarde également de vous revoir. Si vous voulez revenir avec Erèbe, n’hésitez pas. Si vous avez besoin de m’appeler pour notre affaire, n’hésitez pas non plus, dit Kiyosuke en tendant sa propre carte de visite au plus petit. »

Kiyosuke se leva et se dirigea vers la porte du bureau, montrant que l’entrevue touchait à sa fin.

« Je vais vous raccompagner jusqu’en bas. Profitez du buffet, vous êtes encore un peu pâle. Comme je l’ai dit un peu plus tôt, il serait dommage que vous vous écrouliez. Erèbe, tu devrais faire attention à ta consommation. »

Le cadet pâlit un peu plus alors que son frère toussotait pour cacher son rire. Le groupe de vampire sortit ensuite du bureau, redescendant vers la salle de réception. Une fois arrivé, le chef de famille se tourna vers Hael.

« - Ce fut un réel plaisir de vous rencontrer. En espérant vous revoir bientôt. Et toi, Erèbe, n’attend pas plusieurs dizaines d’années avant de revenir. »

Kiyosuke repartit ensuite se mêler au reste des membres de sa famille, laissant ses deux fils ainsi qu’Hael. A peine partit, le cadet attrapa son compagnon par le bras pour l’entrainer en dehors de la salle. Il le plaqua ensuite contre un mur, un air fou furieux sur le visage. Plaçant sa main autour du cou pour le serrer, il montra les crocs.

« - Qu’est-ce que tu as fait avec mon père ? Qu’elle est cette affaire ? Tu es à moi ! Je ne laisserai personne te toucher. Je suis le seul à avoir le droit, gronda-t-il, resserrant ses doigts autour du cou. Tu m’entends ! je t’interdis de le revoir… Je m’en fiche du marché que vous avez passé. Tu… »

Le sadique n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il entendit quelqu’un l’interpeller. Quelqu’un dont il reconnaissait la voix désagréable. Cette traînée avait intérêt à avoir une très bonne raison pour l’interrompre. Le brun tourna son regard vers sa cousine qui semblait s’être remis de son humiliation d’un peu plus tôt. Urara en voyant le regard meurtrier de son cousin ralentit légèrement avant de redresser fièrement la tête et de reprendre sa marche vers lui.

« - J’ai un marché à te proposer. Laisse-moi Hael et je ferai en sorte que tu obtiennes une place dans la famille. J’ai suffisamment d’influence pour ça. »

Erèbe gronda en entendant ces mots. Elle croyait vraiment qu’il allait lui laisser Hael. Comme si elle pourrait le satisfaire. Il était sans doute la seule personne suffisamment sadique pour convenir au coté masochiste d’Hael. Il était le seule à pouvoir le satisfaire pleinement. Et Hael était le seule à pouvoir supporter ces élans de sadisme sans pouvoir en mourir. Il ne laisserait pas celui-ci lui échapper des doigts aussi facilement. De toute façon, celui-ci lui appartenait. Il était SA chose.

« - Je m’en contrefiche de ce que tu me proposer, Hael m’appartient. Je fais ce que je veux de lui. Je pourrai le tuer si je le voulais. Peut-être devrait le faire, juste pour t’empêcher de l’avoir. Je pourrais bien me trouver une autre proie, dit-il en resserrant un peu plus ses doigts. »

Alors qu’il parlait, les yeux d’Urara s’écarquillèrent légèrement et elle remarqua alors qu’Erèbe n’avait pas que posé sa main sur le cou mais qu’il serrait celui-ci. Elle agrippa son bras pour lui faire lâcher. LE sadique sous la surprise qu’elle est osé faire ça, lâcha sa prise avant de plisser les yeux, sa colère se redirigeant vers sa cousine. Elle avait envie de mourir…

« - Tu n’es qu’un bâtard. Le fils de l’amante de ton père. Comment ose-tu t’en prendre a quelqu’un comme Hael  qui appartient à une famille noble et qui a le sang pur, lui. Tu aurais mieux fait de ne jamais naître. Tu jettes la honte sur la famille ! hurla-t-elle.
- C’est toi qui dis ça, traînée ? Toi qui ouvre les jambes face au premier venu. »

Comment osait-elle se mêler de ses affaires. Il ne s’énervait en théorie jamais. Sauf lorsqu’il s’agissait de Hael. Sa cousine avait eu le malheur de s’immiscer et s’était elle qui allait subir sa colère actuelle. Bien qu’Hael allait la subir plus tard aussi, ayant des comptes à lui rendre. Un sourire satisfait apparut sur les lèvres d’Erèbe, en entendant un craquement alors qu’il envoyait son poing dans le visage de sa cousine.

Un sentiment de contentement l’envahit alors qu’il sentait enfin la peur d’Urara qui était tombée sous la force du coup. Il se rapprocha d’elle, son sourire sadique en place, enlevant ses lunettes pour les ranger dans une de ses poches. S’accroupissant, il agrippa ses cheveux, dégageant son visage et la faisant gémir de douleur.


« - Je doute que tu trouverais autant d’amant si tu étais défigurée, sussura-t-il, en passant ses doigts sur sa peau. Après tout, c’est grâce à ce visage que tu arrives à les attirer dans ton filet. Mais on va vite savoir si j’ai raison. Dommage que je n’ai pas de couteau avec moi, je devrais me contenter de mes ongles. »

Et si elle hurlait, ca allait encore plus l'énerver et il lui ferait encore plus mal. Mais il n'allait pas lui dire. Erèbe s’apprêta à enfoncer ses ongles dans la peau lorsqu’il sentit quelqu’un attraper son poignet, l’en empêchant. Grognant de mécontentement, il tourna son regard vers son frère qui le tenait fermement.

« - Lâche-là, Erèbe… Ne m’oblige pas à utiliser la force, petit frère.
- Écoute ton frère, Erèbe, dit Kiyosuke qui suivait son aîné. Quand a toi, Urara, j’aurais deux mots à te dire. On n’insulte pas mon fils s’en en payer les conséquences.
- Il l’a insulté également et il s’apprêtait à la défigurer, cria la mère d’Urara, qui arrivait folle de rage.
- Quelle insulte? Il n’a fait que dire ce que tout le monde sait sauf vous, gronda Kiyosumi.
- Comment ose-tu… commença-t-elle.
- Silence ! Je ne veux plus rien entendre ! Erèbe, rentre chez toi s’il te plait. Urara tu me suis. Et tes parents aussi. »

Erèbe plissa les yeux avant de lâcher à contrecœur sa cousine. Il attrapa ensuite le bras d’Hael.

« - On y va… grogna-t-il avant de regarder Urara. Croise ma route et tu es morte. »

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Je suis un fantôme qui va et qui vient~ On ne me voit pas mais je suis toujours là~
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael Nyx

Message par Azili le Ven 22 Aoû - 0:32

Sentir Erèbe aussi tendu était quelque chose de jouissif pour Hael. Il avait l'impression de voir un petit chiot tremblant devant son maître le menaçant avec un bâton. Voir le grand Erèbe, toujours fort être aussi sur ses gardes et mal à l'aise n'était pas quelque chose qu'il risquait de voir tout les jours. Le blond aurait bien voulu le voir comme ça un peu plus longtemps mais il ne devait pas abuser des bonnes choses au risque que cela tourne mal. Son père avait vraiment un grand pouvoir sur lui qui devait le rendre bien soumis. S'il n'avait pas son côté manipulateur et masochiste il envierait Kiyosuke d'avoir un tel pouvoir sur son fils. Et rien que pour cela, il avait tout son respect.

« Cela serait avec le plus grand plaisir d'accompagner Erèbe pour venir vous saluer. », dit-il avec un grand sourit en prenant la carte de visite du maître des lieux qu'il rangea précieusement. Il avait bien l'intention de remplir sa mission à la perfection et de tenir au courant son aîné le plus souvent possible. « Sans faute je vous appellerais prochainement. »

Voyant Kiyosuke se lever, Hael l'imita et se dirigea à son tour vers la sortie en faisant toujours si peu attention au brun.

« Je vous remercie de votre hospitalité. Votre buffet à l'air délicieux.», répondit-il très poliment. Vu l'état de son partenaire de chasse, il doutait fort pouvoir profiter du buffet aussi longtemps qu'il le voulais. Mais peut-être aurait-il le temps d'attraper deux ou trois amuse-gueules avant d'être forcé de partir.

« Ah, quelqu'un qui prête un peu attention à moi, je n'ai pas l'habitude. C'est agréable. », soupira-t-il à côté d'Erèbe en faisant en sorte qu'il soit le seul à entendre cette petite pique.

« Mais tout le plaisir était pour moi. », dit-il en s'inclinant poliment comme les japonais avaient coutume de faire. Une fois le chef de famille parti, le blond se tourna vers le buffet.

« Alors, alors qu'y-a-t-il de bon à manger ici~. Oh des petits... », il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'Erèbe l'attrapa pour l’entraîner dans un endroit moins fréquenté, « Eh ! Qu'est-ce que tu fais, t'as entendu ton papounet chéri non ? », dit-il avant de se faire plaquer violemment contre le mur. Il sourit en sentant les doigts de ce dernier se serrer autour de son cou. « Oh la~ tu comptes m'exciter comme ça ? », dit-il en soupirant de plaisir quand ses doigts ses serrent un peu plus. « Ce qui se passe entre ton père et moi ne te regarde pas. », provoqua-t-il avec un grand sourire en espérant que son cadet le malmène un peu plus.

Malheureusement, un trouble-fête, ou plus exactement une trouble-fête, vient perturber ses plans. Il pesta en entendant cette voix qu'il trouvait si irrite. En particulier quand elle s'adresser à Erèbe avec dédain. Elle se croyait supérieur à lui alors que ce n'était qu'une traînée, juste à se faire sauter par le premier boulet venu. En tout cas, il devait reconnaître qu'elle était persistante. Hael aurait cependant préféré qu'elle reste à pleurer toutes les larmes de son corps dans un coin jusqu'à vider toute l'eau de son organisme et se dessécher. Toutefois, son égo se trouva flatté. Urara était revenu rien que pour avoir sa petite personne. Décidément, il avait un succès fou ce soir chez les Nyx, et pour son plus grand bonheur de faire enrager le brun. Il aimait le voir fou de rage, en particulier quand il était la cause de sa colère. Voir à quel point il pouvait avoir une telle emprise sur en était jouissif.
Il laissa échapper un gémissement de plaisir quand Erèbe resserra encore une fois ses doigts. Les entendre se battre pour lui et ressentir cette douleur qui le faisait suffoquer de plus en plus était certainement le meilleur moment qu'il ait jamais vécu, au point qu'il oublia les paroles de son partenaire de chasse. Il sentait le plaisir montait peu à peu. C'était trop bon pour relever la partie où il disait qu'il pourrait le tuer et se trouver une autre proie. Mourir des mains d'Erèbe serait certainement la chose la plus jouissif pour le plus âgé des deux vampires. Peu à peu, son esprit s'embruma et se laissa consumer par le plaisir que lui infligeait cette douleur et la situation. Cependant, Hael redescendit plus vite que prévu sur terre lorsque la cousine de son amant lui arracha ce bras qui lui faisait tant de bien. Les idées pas encore claires, l'Irlandais regarda la jeune fille avec les yeux d'une bête féroce. Il allait l'insulter pour ce qu'elle avait osé faire, mais surtout dit, mais le brun le prit de court. Reprenant peu à peu ses esprits, il jubilait en observant la scène. Il était incapable de parler tant il se régalait du spectacle. Il sentait sur lui quelques regards surpris et choqués de le voir rire plutôt que de s'offusquer et de les empêcher de se battre en les séparant, alors qu'il était la cause de leur bagarre. Mais c'était trop bon ce qu'il vivait en ce moment pour arrêter maintenant. Et surtout, il n'avait pas envie d'arrêter cela. Il se moquait bien de ce qui pouvait arriver à cette traînée, elle l'avait cherché et n'avait que ce qu'elle méritait. Le grand Erèbe Ketsueki se crêper le chignon avec sa cousine pour sa petite personne, comme s'il était dans une gamine dans une cour de récréation. Et ça, devant toute sa famille. C'était un peu comme faire son coming-out et présenter Hael comme étant son partenaire. Il attendait avec impatience la suite des événements. La voir se faire défigurer serait la cerise sur le gâteau. Cependant, comme toutes les bonnes choses avaient une fin, celle-ci ne fit pas exception. Il était déçu que quelqu'un empêche finalement son partenaire de chasse aller jusqu'au bout de son geste.

Toujours hilare, le blond se laissa entraîner dehors et resta silencieux. Seules ses épaules qui tressaillaient trahissait qu'il riait encore. Ce n'est qu'une fois dans la voiture qu'il reprit un peu son sérieux pour pousser encore un peu plus à bout son cadet. S'en laisser ce dernier réagir ou parler, il s'assit à califourchon sur lui, alors que la voiture venait juste de démarrer.

« Ah~ c'était épatant mon cœur. J'en bande encore. Tu peux le sentir, non ? », dit-il en se pressant un peu plus contre lui pour lui faire sentir son érection. « Han~c'était si bon, te voir te battre pour pas me laisser à cette traînée, c'était si mignon. », dit-il pour le taquiner en le regardant droit dans les yeux tout en caressant une de ses joues. « Et ça devant toute ta famille. Après m'avoir présenté à ton père, tu as montrait que je t'appartenais devant toute ta famille~. Maintenant tout le monde le sait. Je suis le plus heureux des hommes. », dit-il en se moquant de lui. Il se lécha les lèvres avant d'enlacer le brun et pour l'embrasser. C'était la première fois qu'il embrassait son partenaire de chasse et il n'y allait pas de main mort en taquinant sa langue avec la sienne, laissant échapper de temps en temps quelques gémissement de plaisir. Plus il l'embrassait profondément, plus tirait sur ses cheveux. Il avait plus de passion dans ce baiser qu'il n'aurait pensé. Dans une relation normal, ce baiser aurait eu une signification particulièrement, mais pour Hael cela n'avait rien de tel, il s'amusait uniquement pour faire enrager le plus jeune. Mais il devait reconnaître, au fond de lui, qu'il aimait ça. Il rompit le baiser au bout de quelques minutes avant de descendre du brun.

« Je descend là~. », s'adressa-t-il au chauffeur alors qu'il était arrêté à un feu.

« Je te recontacte plus tard mon petit sucre d'orge, j'ai besoin de sommeil. Tu y es allé une fois de plus trop fort. Et puis, j'ai a faire et du travail. », dit-il en descendant de la voiture sans laisser le temps à Erèbe de réagir.

« Bonne nuit mon amour~ », dit-il avant de claquer la porte et de partir en chantonnant, se moquant éperdument que les gens dans la rue remarque son érection. Ce n'était pas le genre de chose qui le perturbait en règle général, et puis ce soir, il avait passé une trop bonne soirée pour se soucier de ce genre de détail.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Erèbe Ketsueki et son aîné Kiyosumi

Message par Kaminari le Sam 23 Aoû - 20:11

Erèbe attrapa le bras d'Hael pour l’entraîner dehors, jetant des regards noirs autour de lui, défiant quiconque de s'approcher ou de dire quoique ce soit. Une fois dehors, il reporta son regard toujours aussi furieux sur son partenaire en le sentant hilare. Il ne voyait pas ce qu'il y avait de drôle. Cette traînée avait osé vouloir passer un marché avec lui pour pouvoir coucher avec SON Hael. En plus elle l'avait empêché de savoir ce qu'était l'affaire qu'avait fait son père et le blond. Mais, encore pire, elle l'avait interrompu dans un de ce moment sadique alors qu'il s'apprêtait à punir son aîné. Un grondement sourd lui échappa à cette pensée.

Le brun s'installa dans la voiture, toujours en train de ruminer ce qu'il venait de se passer. Vivement qu'il rentre qu'il puisse s'occuper correctement du cas Hael. Celui-ci n'allait pas échapper à sa colère. Quoiqu'il pourrait le faire ici même. Mais il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit que le plus petit se plaçait déjà sur ces genoux. Légèrement surpris, il agrippa le haut de celui-ci, ne sachant pas lui-même si c'était pour l'empêcher de s'en aller ou pour au contraire le virer de là.

S'il pouvait sentir l’érection d'Hael ? S'il n'avait pas été de si mauvaise humeur, il aurait sans doute ricané. Après tout, il était difficile de rater celle-ci vu leur position actuelle et surtout vu comment l'autre vampire se collait à lui. Il grogna ensuite aux paroles d'Hael, montrant les crocs. Il n'était certainement pas mignon. La seule personne qui osait lui dire ça était son frère et encore. Quoiqu'en y réfléchissant, sa mère le dirait sans doute aussi. Le sadique s'arrêta cependant en sentant la caresse sur sa joue, ne sachant pas comment y réagir. Ce n'était pas le genre de plus vieux d'être doux. Vraiment pas son genre.

Avant de réaliser pleinement la portée de parole du blond et surtout de réaliser qu'il s'était vraiment donner en spectacle devant toute sa famille, il sentit les lèvres du vampire sur les siennes et il écarquilla les yeux sous la surprise. Le brun ne put retenir un gémissement en sentant la prise sur les cheveux, ce qui permit à son partenaire d'ajouter sa langue au baiser. Il avait déjà embrassé des personnes mais n'y avait jamais pris de plaisir. C'était quand il était encore jeune et qu'il s’essayait à plusieurs choses sous les conseils de son frère. Qu'est-ce qu'il avait pu être stupide à cette époque. Comme si embrasser quelqu'un pouvait être plaisant. Et pourtant même s'il ne l'avouerait jamais et surtout pas à lui même, il aimait, un peu, le fait que son partenaire l'embrasse.

Au moment où il sentit Hael descendre de ses genoux, Erèbe se rendit compte qu'il avait fermé les yeux et les rouvrit donc pour poser son regard sur son partenaire. Il ne réagit pas immédiatement lorsque le blond sortit de la voiture, ne faisant pas attention à ses paroles, en train de repenser à ce qu'il venait de se passer et au pourquoi Hael avait fait ça. Erèbe tourna soudainement la tête en entendant la porte claquer et lorsqu'il réalisa que Hael s'était fait la mall, échappant ainsi à la punition qu'il lui avait prévu, s'était trop tard et son chauffeur avait déjà redémarré.

Fou de rage, la scène du baiser oublié, le sadique finit par faire s'arrêter son chauffeur dans une rue. Vu que sa proie s'était échappé, il allait devoir passer ses nerfs sur autre chose. Et quoi de mieux que de s'en prendre à des humains. Sa soirée avait été tellement pourrie qu'il allait pourrir celles des chasseurs en les faisant courir un peu. En pensant à ce qu'il allait pouvoir faire à sa future proie, un sourire sadique et complètement fou pris place sur ses lèvres. Il se rendit dans une ruelle et attendit qu'une personne passe avant de l'attraper, posant sa main sur sa bouche.


« - Hurle et je te brise le cou. »

Le brun huma l'odeur de la peur qui émanait désormais du jeune homme avant d'entraîner celui-ci dans un coin sombre. Il déchira le tee-shirt de l'humain pour pouvoir le bâillonner avant de s'accroupir à coté de lui.

« - Tu sais quoi... ? Tu aurais mieux fait de hurler, lui avoua-t-il, son sourire réapparaissant. »

Après s'être occupé de l'humain qui était désormais méconnaissable, Erèbe le traîna derrière lui pour l'emmener dans une rue un peu plus peuplé. Les gens en le voyant passé s'écartèrent, des airs choqués sur le visage alors que certains se demandait si c'était prévu qu'un film soit tourné ici. Le vampire éclata de rire en entendant ça avant d'utiliser le sang de sa victime pour écrire deux mots sur les murs. Il observa le « Si je t'attrape... » destiné à Hael qui saurait reconnaître sa marque et le deuxième « Bonne chance à vous » qui, lui, était destiné aux chasseurs qui se douterait que cela venait d'un vampire. Partant, il rejoignit son chauffeur avant de lui dire de l'emmener de l'autre cotés de la ville. Il fit ainsi deux autres massacres avant d'être pleinement comblé, laissant à chaque fois les deux mêmes messages.

Arrivé enfin chez lui, Erèbe prit juste une douche pour se débarrasser du sang qui avait coloré son corps et ses habits de rouge avant d'aller se coucher, épuisé. Le lendemain dans l'après-midi, lorsqu'il fut réveillé, habillé et installé dans sa bibliothèque, un de ses domestiques lui apporta le journal ainsi qu'une carafe de sang avant de le laisser. Le sadique se servit tranquillement une tasse avant d'ouvrir le journal. Il sourit, tout en buvant une gorgée, en lisant les gros titres « DES MASSACRES INEXPLIQUEES : L'APPARITION D'UN TUEUR EN SERIE ? » avec une magnifique photo où l'on voyait le corps et les messages laissés. Il se demanda combien de temps mettrait Hael pour réagir. En attendant, il allait profiter du fait qu'Hael travaille et le laisse un peu tranquille pour pouvoir lire tranquillement et s'occuper des entreprises qu'il avait achetés pour ne pas dépendre de son père.

C'est au bout du quatrième jour de silence radio de la part d'Hael qu'Erèbe commença à se dire que ce n'était pas normal. En général, le blond ne le laissait jamais tranquille plus de trois jours. Surtout qu'il n'avait aucune réponse de la part de celui-ci à son petit message sanglant. Et si... Si en fait, il avait trouvé quelqu'un de mieux que lui. Non ! Impossible, il était le seul capable. Mais s'il avait eu un voyage d'affaire ou quoi que ce soit qui risquait de prendre du temps, il le prévenait toujours. Le brun attrapa son tout nouveau téléphone, l'ancien n'ayant pas résister à une de ses colères, pour vérifier qu'il n'y avait rien. Puis en voyant l'historique de ses conversations avec son frère, l'idée qu'Hael soit peut-être parti voir son père lui passa par l'esprit. Après tout, il ne savait toujours pas ce qu'était leur affaire. Après quelques hésitations, il finit par appeler son demi-frère.


« - Oui, allo, mon mignon petit frère chéri que j'aime... Que... »

Erèbe ne lui laissa pas finir sa phrase avant de raccrocher. Il était déjà d'assez mauvaise sans que son frère n'en rajoute. Surtout que la manière dont Kiyosumi l'appelait lui rappelait Hael et ses foutus mots doux. Franchement, oser l'appeler mon lapin ou mon amour... Entendant son téléphone sonner, le vampire regarda le nom et décrocha.

« - Désolé, Erèbe, je n'ai pas pu m'empêcher, tu m'appelles tellement peu souvent aussi, c'est de ta faute... se plaignit son demi-frère. Sinon que voulais-tu ?
- Est-ce que... Hael est passé à la maison ?
- Il n'est pas chez toi ?
- Non, je n'ai l'ai pas vu depuis la soirée.
- Oooooooh, c'est mignon, mon frère adoré s'inquiè...
 »

Le plus jeune raccrocha une nouvelle fois, grondant exaspération. Pourquoi avait-il appelé son frère déjà ? Et puis, comme s'il s’inquiétait pour Hael. C'était juste que celui-ci était à lui et qu'il était hors de question qu'il aille voir ailleurs ou que quelqu'un d'autre que lui le touche ou le blesse. Son téléphone sonna une nouvelle fois et le vampire ne prit pas la peine de regarder le nom avant de décrocher.

« - Quoi ? Gronda-t-il, excédé.
- Je plaisantais, Erèbe. Et pour répondre à ta question, non, il n'est pas passé ici. Mais peut-être que Papa pourrait te dire si lui a eut des nouvelles. Tiens je te le passe. »

Kiyosumi, retenant son rire sachant que son frère n'apprécierait pas, passa ensuite son téléphone à son père qui affichait un air ému de pouvoir parler à son fils. Kiyosuke récupéra le téléphone avant de dire un « Allo ? ». Il regarda ensuite le téléphone l'air extrêmement triste avant de poser son regard sur son héritier.

« - Il a raccroché... »

Kiyosumi ne put s'en empêcher et éclata de rire alors que sa femme lui donnait un coup de coude et lui jeta un regard désapprobateur. De son coté, Erèbe reposa son téléphone. Comme s'il allait parler à son père... La bonne nouvelle, c'est qu'Hael n'était pas là-bas. Peut-être avait-il seulement oublié de le prévenir... Si demain il n'avait pas de nouvelles de l'irlandais alors, il se mettrait à sa recherche et lui ferait payer le fait de l'avoir laissé. Surtout qu'il y avait toujours sa punition en attente pour le coup de la soirée.

Deux jours après, Erèbe tournait en rond dans son salon, fou furieux et les meubles brisés autour de lui. Même s'il avait dit qu'il irait à la recherche d'Hael, sa fierté l'en empêchait. Devoir se prendre la tête pour lui... Et puis si celui-ci le découvrait, il n'aurait de cesse de se moquer de lui. Déjà qu'il avait de la matière à cause de la soirée chez sa famille. Le sadique s'attaqua au dernier meuble qui avait réussit à survivre afin de le réduire en petit morceau. Et dire qu'il s'était donné en spectacle à cause de lui. Comment avait-il pu perdre à ce point le contrôle. Sa famille devait bien se moquer de lui. Surtout qu'ils croiraient que Hael et lui étaient en couple ou pire qu'ils étaient amoureux. Il lâcha un grondement féroce. Comme s'il pouvait être amoureux de ce connard fini. L'amour c'était pour les faibles. Les sentiments rendaient faible ! Grondant à nouveau, il donna un coup de poing dans le mur,  frissonnant à la douleur. Il regarda ensuite sa main, la douleur ramenant ses pensées à Hael. Bien qu'il n'en était pas au point d'Hael, il ne pouvait nier que la sensation était plaisante. A cette pensée, il secoua la tête et envoya son autre poing dans le mur. NON ! Accepter qu'il pouvait aimer la douleur, c'était accepter le fait qu'il pouvait aimer quand Hael le dominait et le prenait violemment. Un frisson le parcourut à un de son souvenir. Non, il n'aimait pas ça.  Plus jamais personne ne le dominerait dans quoi que ce soit. Il était un vrai dominant. Et il allait se le prouver. Remontant dans sa chambre, il allait s'habiller correctement avant d'appeler son chauffeur et de lui ordonner de l'emmener dans un boite fréquenté uniquement par des vampires. Hors de question qu'il se souille avec un de ses humains. Et puis il doutait que celui-ci y survive.

Arrivé à destination, Erèbe sourit en entendant les vampires s'arrêter de parler, se tournant vers lui, et s'écartant de sa route. Le vampire brun alla vers le milieu de la pièce et regarda autour de lui.


« - S'il y a quelqu'un qui veut baiser, je prends, déclara-t-il. »

Erèbe alla ensuite s'installer au niveau du bar, attendant que quelqu'un réponde à sa demande. Un vampire blond s'approcha de lui, le sourire aux lèvres.

« - Je suis preneur. C'est rare qu'un vampire de ton calibre vienne par ici. Pas besoin de demander le rôle que j'aurais, je m'en doute un peu. Je connais un bon hotel à coté. »

Erèbe le regarda de haut en bas avant de se lever pour suivre l'illustre inconnu, sortant de la boite. Une fois dans la chambre, il plaqua l'autre vampire contre un mur, se collant à lui avant d'aller planter ses crocs dans la gorge, provoquant un gémissement chez le blond.

« - Pressé... Pas de préliminaires... Ca veut dire... »

Erèbe gronda contre la peau, laissant couler un filet de sang. Mais qu'il se taise. En plus, son sang n'était pas aussi bon que celui d'Hael. Il se recula, se léchant les lèvres avant d'entraîner l'autre vampire vers le lit, le jetant dessus. Ne prenant pas la peine de déshabiller complètement celui-ci, ne baissant que son bas, il le plaça à quatre pattes  avant de baisser son propre pantalon. Un nouveau grondement lui échappa alors qu'il se rendit compte que voir l'autre à sa merci et prêt à le recevoir ne lui faisait aucun effet. Alors que si ça avait été Hael... Le brun ferma les yeux alors que l'image d'Hael sous lui, lui venait en tête, le faisant réagir. Il rouvrit les yeux avant de pénétrer d'un coup de rein le corps sous lui. Erèbe finit par replanter ses crocs dans la nuque. Le brun à lunettes continua ses va et vient, l'image d'Hael revenant dans son esprit. Après quelques minutes, il finit par jouir mais continua à vider l'autre vampire de son sang. Lorsqu'il le sentit devenir amorphe, il le relâcha avant de se relever. Il se rhabilla,  en mode automatique, alors qu'il était en train de réaliser qu'il avait besoin d'Hael pour prendre du plaisir.

Le célèbre vampire sortit de l'hôtel, les yeux dans le vague, effaré par sa découverte, lorsqu'un humain  l'accosta. Erèbe tourna lentement la tête vers lui avant que sa colère ne ressorte finalement et qu'il tue l'humain devant lui, lui brisant la nuque.


« - Je vais le tuer... »

Le brun prit le chemin de chez lui, tuant tout ceux qu'il rencontrait, se fichant complètement de la race à laquelle ils appartenaient. Une fois arrivé, ses domestiques se terrant de son chemin, il recommença à saccager tout ce qui passait sous sa main. Il finit par s'écrouler, n'ayant plus rien à saccager et s'endormit à même le sol, appuyé contre un mur.

Le lendemain, il sentit quelqu'un le secouer et ouvrit lentement les yeux, grognant, alors qu'il sentait des courbatures tirer ses muscles.


« - Maî... maître... bafouilla une de ses servantes. Votre téléphone... C'est votre frère...
- Je ne veux pas lui parler...
- Il dit que c'est important, Maître... C'est à propos de Monsieur Nyx...
 »

Le nom de famille de Hael finit de réveiller complètement Erèbe qui arracha son portable des mains de la blonde.

« - Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a avec Hael ?!
- Bonjour à toi aussi, mon frère
, dit Kiyosumi, tout joyeux. C'était pour savoir si tu le cherchais toujours. Parce que je sais où est-ce qu'il est.
- Où ? gronda Erèbe. »

A peine son frère avait fini de lui dire l'adresse qu'Erèbe s'était déjà redressé pour aller prendre très rapidement une douche et s'habiller avant d'appeler son chauffeur pour qu'il l'emmène. Arrivé sur les lieux, il décida d'aller se cacher dans un des buissons pour essayer de savoir qui habitait là. Le vampire fronça les sourcils en voyant deux gosses arrivé dans sa direction. Le garçon tenait un bâton dans sa main et piqua le buisson avec une fois arrivé. Erèbe poussa un puissant grondement, les faisant détaler en criant un « Mamaaaaaaaan ».

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Je suis un fantôme qui va et qui vient~ On ne me voit pas mais je suis toujours là~
avatar
Kaminari
Sixième

Messages : 345
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 23
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hael, Gwenaël, Carole, Aileen, Anne et Victor Nyx, wahouu j'en a du monde!

Message par Azili le Dim 24 Aoû - 18:59

Rien de mieux qu'une balade au clair de lune par cette fraîche nuit d'été pour finir cette journée en beauté. C'était certainement une des meilleures journée de sa vie. Pendant tout le trajet, qui le menait jusqu'à chez lui, Hael se remémorait sa soirée en s'attardant sur les meilleurs passages comme on le ferait après avoir vu un film qu'on avait particulièrement aimé. Sa scène préférée était sans doute celle où Erèbe s'était jeté, fou de rage, sur sa cousine avec l'envie de la défigurer. C'était la première fois qu'on se battait pour sa royale personne, et il espérait que cela ne serait pas la dernière. S'il arrivait à la jouer assez finement, peut-être qu'il réussirait à faire peur une fois de plus la raison à son partenaire de chasse en le rendant jaloux au point de se battre avec quelqu'un d'autre. C'était quelque chose qui méritait qu'on y réfléchisse.

Ses pas le guidait instinctivement chez lui, heureusement, car son esprit était bien trop occupé à penser à autre chose. Il ne prêtait même pas attention à ce qui l'entourait, alors qu'à deux reprises des jeunes filles, qui étaient plutôt à son goût et sur qui il se serait arrêté en temps normal, passèrent à côté de lui sans même qu'il ne les remarque. Un chasseur aurait très bien pu lui tendre une embuscade qu'il n'aurait rien vu et serait tombé directement dans le piège. Cette nuit était le moment ou jamais de tuer Hael Nyx qui était bien trop occupé à rêvasser et se refaire en boucle sa soirée dans sa tête.

« Bonsoir Hector~ »

« Monsieur, vous rentrez bien tôt ce soir, dois-je vous faire préparer à dîner ? », répondit son majordome en lui ouvrant la porte.

« Non, je n'ai pas faim. Je vais prendre une douche et aller me coucher directement, je suis épuisé et je n'ai pas envie de perdre de temps. Qu'au ne me dérange pas jusqu'à ce que mes invités arrivent. »

« Bien monsieur. Mais si je peux me permettre, vous êtes bien pâle, vous devriez manger une petite collation, sinon madame Aileen va s'inquiéter de voir son fils si pâle. »

« Ah... tu as raison, elle va encore vouloir me gaver en pensant que je ne mange pas assez et va vouloir me persuader de rentrer en Irlande... », soupira Hael. Rien de que penser à ça, ça lui filait la migraine. « Apporte un sandwich et un lait chaud avec du miel dans ma chambre. »

« Bien monsieur. », dit-il en s'inclinant légèrement avant de partir en cuisine.

Pendant ce temps, le blond monta l'escalier tout en commençant à se déshabiller. Dans la salle de bain, il laissa tomber ses affaires par terre et entra dans la douche où il y passa de longues minutes sous l'eau chaude, avant d'en sortir et d'aller dans sa chambre vêtu uniquement d'une serviette autour de la taille.

« Monsieur, votre plateau repas. », dit Hector en le posant sur la petite table ronde qui se trouvait dans la pièce.

« Merci Hector~. », sourit Hael en constatant que son majordome pensait toujours à tout et lui avait même apporte un verre de sang en plus de ce qu'il avait demandé. C'était quelqu'un de fidèle sur qui il pouvait compter. « Je te laisse gérer l'arriver de nos hôtes, comme tu sais si bien le faire. Je compte sur toi. », lança le vampire avant de s’asseoir dans son fauteuil près de sa petite collation. Son majordome s'inclina un dernière fois avant de quitter la pièce en fermant les portes derrière lui. Il engloutit son repas et se glissa, nu, sous sa couette. Dès que sa tête toucha l'oreiller, ses yeux se fermèrent et il s’endormit comme un bébé.

« Tonton Haeeeeeel ! C'est nous ! », s'écria Victor, son neveu, en sautant sur le lit de son oncle encore endormi.

« On est arrivé ! », ajouta sa nièce, Anne, en se laissant tomber lourdement sur le lit.

« Tonton ? Tu dors ? », lâcha le garçon au creux de l'oreille du blond.

« Hm.... », grommela Hael en se mettant la tête sous son oreille, toujours dans les vapes.

« Il est pas du matin tonton, on l'aide à se réveiller ? », proposa Anne avec un grand sourire. Son frère acquiesça, et de concert ils se mirent à le secouer dans tous les sens.

« Ah ! C'est bon, c'est bon, je me lève ! », pesta Hael.

« Anne ! Victor ! Ça suffit ! Allez aider votre mère à monter vos bagages. », tonna un voix grave et profonde.

« Oui papa~. »

« Ah... Gwenaël... tu es mon sauveur. Enfin, j'aurais préféré que tu viennes me sauver une minute avant. »

« Ne te fais pas d'illusion. Je sais bien comment tu dors. C'est pour préserver mes enfants de voir leur oncle nu »

« Moi aussi je suis content de te voir, mon cher grand frère~. Hector ne m'a pas réveillé, sinon je me serais préparé. »


« A ton âge, tu as encore besoin qu'on te réveiller ? », taquina Gwenaël l'air de rien. « Les enfants voulaient venir te réveiller, ils avaient hâte de te voir, c'est pour ça qu'il n'est pas venu t'avertir. Je suis venu pour les arrêter avant qu'il voit quelque chose d'obscène. Allez, dépêche toi de t'habiller. Il y a quelqu'un d'autre qui à très envie de te voir. », dit-il avant de sortir de la chambre pour laisser un peu d'intimité à son hôte pour qu'il enfile quelque chose sur le dos.

« Oui, moi aussi j'ai très hâte~. », sourit-il en se levant. Il attrapa les premières affaires présentables qui étaient à porté de main, les enfila avant de descendre à son tour dans le salon.

« Haeeeeeeee ! », s'écria une femme d'âge mûr avant de se jeter dans ses bras.

« Maman, comment vas-tu ? Vous avez fait bon voyage ? Il n'a pas été éprouvant ? », demanda-t-il en lui rendant son étreinte.

« Tu te te souciais vraiment de la santé de ta pauvre mère tu rentrerai en Irlande plutôt. »[b][/b]

« Maman, tu ne vas pas commencer. », rétorqua-t-il.

« D'accord, d'accord, mais tu ne perds rien pour attendre. »

« Vous devez être affamé non, après tout ce voyage. Allons dans la salle à manger, Hector a dû préparer le petit-déjeuner. »

« Vu l'heure, on peut qualifier cela plutôt de déjeuner. »

« Hein ? Déjà ? J'ai dormi plus que je ne le pensais. »


« Hael. », salua sa belle-sœur en souriant, tandis qu'elle descendait les escaliers suivi de ses deux petits montres.

« Carol, toujours aussi exquise. Je te prendrais bien dans mes bras, mais ils sont déjà pris. », plaisanta-t-il en montrant sa mère qui ne l'avait toujours pas lâcher. « D'ailleurs, maman, si tu pouvais me lâcher, tu vas finir par m'étouffer à me serrer comme ça. »

A contre cœur Aileen lâcha son fils, et toute la petite famille de vampires alla fêter leur retrouvaille autour d'un bon repas. Hael ne manqua pas de se faire tirer les oreilles par sa mère, le trouvant bien pâle. Elle le força à manger deux plus que les autres pour reprendre un peu de couleur. Au fond de lui, le blond remerciait Hector d'avoir insisté pour qu'il se nourrice un peu avant d'aller se coucher la veille. Sinon, il aurait été encore plus pâle qu'aujourd'hui et sa mère ne l'aurait certainement pas lâché de la journée en insistant pour qu'il se repose et lui aurait apporter une tasse de lait chaud, comme quand il malade étant enfant. Au lieu de ça, il put jouer avec son neveu et sa nièce en construisant des cabanes avec des draps dans leur chambre, laissant ainsi les trois adultes se reposer un peu. Les enfants étaient adorables, mais parfois débordaient un peu trop d'énergie. Gwenaël allait certainement rouspéter que leur chambre était déjà en bazar, mais ça ne les empêchaient pas de jouer. L'aîné de la famille passé souvent son temps a réprimander, mais au fond, il n'y avait jamais de lourde punition.

Une fois les enfants couchés, le masochiste pu passer un peu de temps avec le reste de sa famille dans le petit boudoir. Sa mère lisait le journal, tandis que sa belle-sœur et son frère partageaient un petit moment de complicité. Ils étaient si adorables ensemble qu'Hael ne se lassait pas de les voir. Surtout que son frère se comportait différemment avec Carol. Cela l'amusait toujours de voir le grand Gwenaël si sévère devenir doux comme un agneau quand ils étaient tout les deux dans leur bulle. Et la scène de ce soir était peu banale. Voir l'héritier de la famille essayer de repriser des chaussettes sous les conseils de sa femme valait de l'or. Si seulement Samaël voulait bien de mettre au goût du jour et investir dans un téléphone décent, il aurait pu lui envoyer une photo de Gwenaël se piquant le doigt avec une aiguille en essayant de repriser une chaussette. Ils auraient pu bien rire ensemble. Il lui envoya cependant un message pour lui dire ce qu'il était en train de raté, après s'être laissé tombé, sans aucune grâce, dans un des fauteuil.

« Mon chéri, ils ne sont pas très discret les vampires du coin. J'espère que tu ne fais plus de chose aussi voyante que dans ta jeunesse, tu sais que c'est la meilleur façon de t'attirer des ennuis. », lança sa mère en lui tendant le journal où on pouvait lire en première page : « DES MASSACRES INEXPLIQUEES : L'APPARITION D'UN TUEUR EN SERIE ? ».

Hael attrapa le journal en faisant semblant de ne pas avoir entendu ce que ça mère venait de lui dire. Ses enfants avaient beau être adultes, elle ne pouvait pas s'empêcher d'être derrière eux et de leur faire la leçon. Elle restait une mère qui se souciait de sa progéniture après tout. Et puis, vu comment certains de ses enfants se comportaient, parfois on pouvait se demandait s'ils étaient vraiment des adultes matures. Ils ressemblaient plutôt à des enfants coincés dans le corps d'adulte. En lisant l'article, quelques pages plus loin, un sourire se dessina sur les lèvres du cinquième fils. Il savait très bien qui avait fait ça, il reconnaissait sa signature. Il s'ennuyait pas sans lui visiblement. Il n'avait pas perdu de temps avant d'aller chasser pour passer ses nerfs. Peut-être avait-il été un peu fort ce soir. Erèbe n'avait vraiment pas apprécié la petite blague avec son père, à moins que ça soit à cause de sa cousine qui insiste trop qui l'avait poussé à aller se défouler. Quelque part, Hael regrettait de l'avoir laissé en plan dans la voiture, il aurait pu prendre à la place de ce misérable humain. Rien que d'y penser, un léger frisson de plaisir lui parcouru le corps. Cependant, il n'avait pas eu le choix. Il devait être chez lui pour accueillir sa famille. Cela aurait été problématique s'il était resté. Surtout qu'il n'aurait certainement pas pu bouger pendant un moment après que son partenaire de chasse se soit amusé avec lui. Pour une fois, il s'était montré responsable et n'avait pas fuit ses devoirs pour aller prendre un peu de bon temps.

«Faut bien s'amuser quand même, maman. Ne t'en fais pas, je reste prudent. Je n'ai rien fait d'aussi voyant depuis un moment. Erèbe était un peu trop énerve ce soir, je crois que j'y suis allé un peu fort. »

« Comme c'est étonnant. »
, commenta, l'air de rien, Gwenaël avant de se piquer avec l'aiguille, ce qui fit rire les personnes présentes dans la pièce, excepté l'intéressait qui se sucer le doigt à l'endroit où il s'était piqué.

«Oh ! Regarde ! Il m'a même laissé un petit mot ! Si c'est pas mignon ça. », ajouta le blond vénitien en montrant à sa mère la photo où on pouvait lire « Si je t'attrape... », tout fier de lui.

« Mon dieu Hael ! Et tu es content de ça. Il pourrait te faire mal. »

« Aileen, tu connais pourtant les penchants d'Hael. Ce n'est pas parce qu'il a une gueule d'ange qu'il en est un. »
, intervient Carol.

« Oui mais il est si mignon que j'en oublie ses perversions. », répondit la matriarche avant de se lever et de pincer les joues de son fils comme on le fait à un enfant. « Regardez cette petite bouille adorable, on croirait pas qu'il est capable de faire les pires atrocités ! Comme son père dans sa jeunesse. »

« Aaah, arrête maman, c'est gênant ! »

« Non ! »
, rétorqua-elle en le prenant dans ses bras. « Tu viendrais nous rendre visite de temps en temps je ne ferais pas de choses gênantes. Et je suis ta mère ! Et une mère a besoin de voir ses enfants, tout comme un père. Penses un peu à ton père, ça fait un siècle qu'il ne t'a pas vu, tu lui manques. »

« Il a qu'à prendre l'avion. Et d'imaginer papa se jeter sur moi pour me faire un câlin, cela ne me donne pas très envie.», dit-il en plaisantant. Carol rit elle aussi en imaginant la scène. Le roi Mael, chef d'un illustre clan barbare n'était pas vraiment du genre à montrer son affection. Il était plutôt du genre à vous témoigner son affection à coup de grand claque dans le dos à vous en décoller les poumons. C'était assez comique de l'imaginer faire une telle chose. Même Gwenaël esquissa un sourire. En revanche, Aileen donna une petite tape sur la tête de son fils pour lui faire comprendre qu'il parlait quand même de son père qu'il devait évité de trop se moquer de lui.

« Tu connais ça peur. J'ai un effort, Hael. »

« Oui, oui, j'y penserai... »
, soupira-t-il.

« Et on l'a toujours pas vu ton Erèbe. Tu comptes nous le présenter quand ? Il te traite bien au moins ? »

« C'est parce que préfère passer tout mon temps avec vous quand vous êtes là, voyons~. »

« Mais oui, mais oui c'est ça. Tu ne pourras pas encore longtemps nous le cacher tu sais. »


Hael se contenta de sourire à ça. Il était persuadé que s'il jouait ça assez finement, il pouvait encore éviter qu'Erèbe et un membre de sa famille se croise. Même si au fond, il s'en moquait qu'il se rencontre, voir sa mère souhaiter savoir qui partageait sa vie, la plus part du temps, il donnait envie de retarder le plus possible le moment rien que pour s'amuser. Les quatre vampires passèrent le reste de leur soirée à discuter de tout et de rien. La majorité du temps, c'était Aileen qui donnait des nouvelles de toute la famille et tout ce qu'Hael avait manqué en son absence. Fatigué par le voyage, ou par une toute autre raison pour le maître de lieu, ils ne veillèrent pas trop tard, hormis Gwenaël qui voulait réussir à repriser correctement une chaussette. Les petites travaux manuels n'étaient vraiment pas son fort, mais il se montrait toujours têtu. Résultat des courses, sa femme le retrouva endormi le lendemain matin, au même endroit où elle l'avait quitté la veille, devant une chaussette qui semblait être passé sous un tracteur. Sans un bruit, et s'assit à côté de lui après lui avoir mis une couverture sur les épaules, et repris le travail de son mari pour l'arranger. Quand elle l'eut fini, elle laissa à côté de lui la chaussette et s'en alla dans le salon, faisant comme si Gwenaël avait réussi, à force de persévérer, à la repriser correctement pour ne pas que sa famille se moque de lui. Carole avait même pris soin de faire un travail assez grossier pour que cela soit plus plausible.

Le reste de la semaine fut tranquille et agréable pour Hael. Il profitait pleinement de sa famille pendant leur séjour, en travaillant tout de même de temps en temps. Il avait des actions a surveiller et faire tourner, il ne pouvait pas laisser ça de côté pendant trop longtemps même s'il avait des employés qu'il gérait à distance. Mais il s'arrangeait toujours pour que cela ne prenne pas trop de temps et pour qu'il puisse jouer avec Anne et Victor qui le réclamaient. Aileen avait prit possession de la cuisine, donnant des vacances au cuisinier de son fils. Elle aimait tellement cuisiner qu'il fallait toujours que mette son grain de sel dans la cuisine. Et plus ça allait, plus elle investissait les lieux jusqu'à en prendre entièrement possession. A force de venir au Japon, maintenant c'était elle la maîtresse des lieux et donnait toujours, sans consulter son fils, congé au cuisinier pendant son séjour. Hael ne disait rien car c'était toujours un réel bonheur de goûter à sa cuisine. Pour lui, c'était la meilleure cuisinière du monde. Alors ça ne le dérangeait pas qu'elle fasse comme chez elle. Comme ça, il pouvait pleinement en profiter.

La vie suivait son court jusqu'à que qu'un événement inattendu se produisit le septième jour. Alors que Gwenaël était de retour avec sa fille après l'avoir accompagné à un goûter d'anniversaire, un invité surprise vint pimenter leur petit train-train quotidien.

«Anne, y'a quelque chose dans les buissons. J'ai vu bouger ! », dit Victor en tirant sur un pan de la robe de sa sœur. Les adultes étaient un peu plus loin dans le jardin, discutant sur des transats autour de bougies.

« Arrête, tu vas la froisser. »

« Mais j'ai vu quelque chose bouger là bas ! Je mens pas. »

« Et alors ? Certainement un oiseau ou un chat, pas la peine d'en faire tout un fromage. »

« Mais non plus gros ! »

« Bah un chien alors. »
, dit-il en haussant les épaules.

« Non, c'est bizarre. C'est gros et ça a des yeux rouges qui brillent. Et y'a comme quelque de menaçant qui émane de la chose. »

« Quoi ? T'as peur ? »
, se moqua Anne, qui aimait bien taquiner son petit frère.

« Non ! J'ai pas peur. »

« Ouuuuh~ le bébé, il a peur~. »

«Mais non j'ai pas peur je te dis ! »

« Bah prouve le alors. »


Victor lança un regard noir à sa sœur. Il était du genre peureux et à souvent se réfugier dans les jupes de sa mère. Mais il ne supportait pas que son aînée le traite de trouillard, et dès qu'elle le provoquait sur ça, il essayait de lui montrer le contraire en prenant son courage à deux mains, et aujourd'hui ne fit pas exception. Il était encore trop naïf. Il prenait tout au pied de la lettre et c'était facile de lui faire croire n'importe quoi. Il tombait souvent dans les pièges de sa sœur.

« Tu vas voir que j'ai pas peur ! Et je vais chasser la vilaine bête. », dit-il, triomphant, tel un chevalier qui s'apprêtait à protéger une princesse. Sa sœur en était une après tout, c'était son oncle Hael qui l'avait même dit.

Il ramassa un long bâton et s'avança, timidement et tremblotant, vers le fameux buisson. A plusieurs reprise il s'arrêta et se retourna vers sa sœur avec des yeux qui disait « tu vois, j'ai pas peur, je vais vraiment le faire, mais ne viens pas pleurer si toi t'as peur de la bête qui va sortir du buisson ». Il priait très fort pour que la fillette lui dise de revenir auprès d'elle, que c'était trop dangereux, on ne savait pas quel monstre se trouvait là. Malheureusement, il rêvait un peu trop, ce n'était pas le genre de l'enfant.

« Bah alors ? T'es pétrifié tellement t'as pour ne plus avancé ? », lança-t-elle en riant.

« Non même pas vrai. Je prend mon temps, c'est tout. »

« C'est ça~. T'es qu'un bébé pleurnicheur. Une poule mouillée ! »

« C'est toi la poule mouillée ! Tu restes à des kilomètres du buisson ! »


Anne fronça les sourcils. Elle une poule mouillée ? Certainement pas. Hors de question de faire croire à son frère qu'elle avait peur. Elle s'approcha et s'arrêta près de l'arbuste.

« Tu disais ? »

N'ayant d'autre choix que d'avancer, Victor marcha jusqu'à arriver à la hauteur de la fillette. De la savoir près de lui, lui donnait un peu de courage. Il leva son bâton et piqua la masse qui était caché dans le feuillage et un puissant grognement se fit entendre. Le garçon lâcha son bâton et couru en direction de sa mère en appelant celle-ci. Anne, quant à elle, resta quelques secondes de plus, pour avoir juste le temps d'apercevoir des crocs et des yeux menaçants. Ne voulant pas faire sa fière et sentant le danger, elle déguerpit aussi vite que son frère, mais sans crier. Elle voulait garder sa réputation de tête brûlée intrépide même si actuellement elle n'en menait pas largue.

« Mamaaaaaaaaaaaaaaan », hurla Victor en pleurant avant de se jeter sur sa mère.

« Quoi qu'est-ce qu'il y a ? Anne, qu'est-ce que tu as encore fait ? »

« J'ai rien fait maman ! C'est dans le buisson ! J'ai vu le loup ! »


A ces mots Gwenaël se crispa et imagina tout sauf l'animal. Il était en ville, c'était impossible qu'il y ait des bêtes sauvages dans le coin, non ? Ou peut-être un loup-garou qui se planquait ? Oui, c'était sûrement ça, cela ne pouvait pas être ce à quoi il pensait. D'ailleurs, elle était trop petite et innocente pour connaître cette expression. Enfin... elle traînait beaucoup avec son oncle le plus dépravé. Il n'aurait tout de même pas osé apprendre ce genre de chose à sa nièce ? Le premier fils lança un regard noir à Hael qui ne comprenait pas ce qu'il avait fait pour le coup. Il n'avait pas bougeait de sa chaise depuis un moment. Il l'interrogea du regard mais avant que Gwenaël lui dise quoique ce soit, Victor prit la parole ce qui raviva l'inquiétude de son père.

« Y'a un pervers dans le buisson là bas. », pleurnicha-t-il en indiquant la direction, alors que sa mère essayait de le réconforter en lui frottant le dos. Pour le garçon, qui ne comprenait pas encore bien le sens des mots, tout ce qui se cachait dans un buisson pour observer était un pervers. C'était la définition qu'on lui avait donné un jour où il avait été un peu trop curieux en écoutant une conversation d'adulte.

«QUOI ? », cria Gwenaël en se levant d'un bond.

«Je suis pourtant là~ », plaisanta Hael. Mais sa plaisanterie n'eut pas l'effet espérait. Son frère écarquilla les yeux offusqué qu'il puisse plaisanter dans un moment pareil, alors que les deux femmes se contentèrent de soupirer.

« Du calme mon chéri. », essaya de calmer le jeu Aileen en attrapant son fils par le bras pour éviter qu'il ne s 'emporte sur un mal entendu. Il fallait toujours ce méfiait de ce que racontait Victor qui avait tendance à mal interpréter les choses car il était encore trop petit.

«Dis voir mon bonhomme, il est comment ton pervers ? », demanda Hael en se mettant accroupi pour être à la hauteur de son neveu. Avec une de ses mains, il essuya ses larmes.

«Une touffe noir, des yeux rouges méchants et des lunettes. », hoqueta-t-il entre deux sanglots.

Hael éclata de rire en comprenant de qui il s'agissait. Jamais il n'avait pensé qu'une telle chose puisse arriver un jour. D'ailleurs, comme Erèbe connaissait son adresse ? Il ne lui avait pourtant jamais donné et il ne s'était jamais rendu chez lui car il s'en moquait éperdument. Peut-être par son chauffeur qui l'avait raccompagné une ou deux fois. Où avait-il fait des recherches pour retrouver sa traces parce qu'il lui manquait tellement et qu'il se languissait de le voir ? En y repensant, il ne lui avait même pas envoyé de message pour lui dire qu'il avait à faire. Généralement il lui envoyé des messages mielleux pour le prévenir de son absence et le faire rager avec ses petits surnoms. Est-ce qu'au fond il aimait vraiment ça, se faire appeler par des surnoms ridicules ? Il rit de plus belle en pensant a ça.

« Qu'est-ce qui y a de drôle ? », gronda Gwenaël qui perdait patience.

« Y'a pas d'inquiétude à avoir, ce n'est pas un pervers qui en a après tes enfants. », dit-il en s'essuyant les larmes aux coins des yeux après avoir repris son souffle.

« C'est bien un loup alors ? »

« Non plus ma princesse. »

« Mais j'ai vu des yeux méchants ! »

« C'est juste un vampire en mal d'amour~. »

« Mais il m'a grondé dessus ! »

« C'est sa manière de dire bonjour quand il aime bien quelqu'un, tu comprends, c'est un grand timide. », dit-il avec un grand sourire pour se moquer d'Erèbe. Même quand il n'était pas à côté de lui, il ne pouvait pas s'empêcher de le taquiner. « Laissez moi faire, je m'occupe de tout. Maman, tu voulais le rencontrer non ? Tu vas être servi. »

« C'est ton fameux partenaire ? Qui laisse des messages un peu trop voyants ?»

« Oui~ c'est bien lui. »

« Tu devrais mieux choisir tes fréquentations Hael ! Il a fait peur à mes enfants ! », continua de gronder l'héritier de la famille.

« C'est bon, ils ont rien, et ils en verront d'autre dans la vie monsieur le papa poule. »

« Même si tu n'avais pas tort Hael, ils sont encore petits et je préfère les préserver le plus longtemps possible. », tempéra Carole.

« Bien, bien. Bon, je vais m'occuper de lui. », dit-il avant de faire le tour de son jardin afin d'arriver discrètement près du buisson.

Il voulait surprendre Erèbe pour se moquer encore plus de lui. Il ne savait pas s'il se rendait bien compte de ce qu'il était en train de faire. En tout cas, la scène était hilarante. Ne pouvant s'empêcher d’immortaliser ce moment, alors qu'il se trouvait encore à une distance raisonnable de son cadet, il sortit son téléphone et pris une photo de la scène après l'avoir mis en silencieux. Peut-être qu'il pourrait faire voir ce cliché au père du brun pour lui dire que son fils se portait bien et jouait même à cache-cache dans les buissons pour venir lui faire une petite visite surprise, si ce n'était pas mignon cela. Après voir pris son pied en le regardant être ridicule, caché au milieu des feuilles, il s'avança silencieusement, tel un redoutable prédateur qui savait masquer sa présence afin de sauter sur sa proie, et s'accroupit à ses côtés.

« Je savais pas que tu avais ce genre de penchants. Qu'est-ce qui t'excite le plus ? Regarder les petites filles ? Ou les petits garçons ? Si tu ne détestait pas autant les enfants, j'aurais dit les petits garçons. », rit-il avant d'ajouter, « Alors~ c'est ton nouveau hobby me stalker en te cachant dans les buissons ? Dis~ tu te branles en me regardant de loin ? Ça t'excite tellement de faire ça ? », souffla-t-il au creux de son oreille, tandis qu'une de ses mains alla se poser sur l'entrejambe de son cadet. « Hm~ je suis déçu, c'est les enfants qui t'ont fait débandé ? », dit-il en ne sentant pas ce qu'il avait espérer sentir.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1827
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [La Maladie de MInuit] [MA] Bloodshed

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum