Un forum pour les gens voulant rp librement sans avoir un personnage spécifique !
 

[La Maladie de MInuit] [MA] Bloodshed

 :: LA BIBLIOTHÈQUE :: Les livres enchantés :: La maladie de minuit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Kaminari
Sixième
Messages : 344
Date d'inscription : 24/07/2013
Ven 16 Sep - 12:00
Erèbe grogna à nouveau en entendant la réponse, pourtant tellement évidente, du blond vénitien. Celui-ci devait sans doute exister juste pour lui pourrir la vie. Cela devait être inscrit dans ses gênes, il n’y avait pas d’autre explication possible. Il aimerait pouvoir retourner dans le passé pour d’une, pouvoir à nouveau torturer des humains sans que cela ne pose problème à quiconque et de deux pour s’empêcher de rencontrer Hael. Il aurait tellement moins de problème sans lui collé à lui. Et il n’aurait pas développé cette espèce de… dépendance… non, il refusait de penser qu’il pouvait être dépendant à lui. Même si les derniers événements tendaient à prouver le contraire.

Détournant le regard de l’objet de ses pensées, le sadique ne vit pas la main se rapprocher de sa joue et se mordit la lèvre lorsque la douleur irradia de sa blessure. Il retourna brusquement la tête vers son partenaire et attrapa le poignet pour éloigner la main de son visage.


« - Ne me touche pas ! dit-il en enserrant un peu plus le poignet avant de le relâcher. »

Le blond avait-il de nouveau envie de se faire taper dessus ou était-il suicidaire. Surement un peu des deux. Erèbe se recula lorsqu’Hael rapprocha sa tête de la sienne. Qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir à faire de sa cicatrice. Et il comprenait mieux comment le plus petit pouvait avoir développer son côté masochiste. S’il avait passé son enfance à se faire taper dessus par son frère, ce n’était pas étonnant.

Sincèrement, Hael pensait vraiment qu’il allait répondre à ses questions plus que stupides. Qui se vanterait d’avoir une cicatrice ? A part, HAel bien entendu ?


« - Si cela pouvait t’empêcher de m’emmerder à longueur de temps, alors je serais ravi d’en garder une trace, gronda-t-il, commençant à être vulgaire, ce qui prouvait qu’il était vraiment agacé. Et j’en ai rien à faire de tes propres cicatrices. Ce que je préfèrerai ? Que tu n’existe pas.»

Après cette phrase choisit de s’éloigner encore du masochiste, se retrouvant juste au bord du lit. Peut-être que cela dissuaderait l’autre de se rapprocher à nouveau. Surtout que là, tout de suite, le brun hésitait entre le taper à nouveau pour qu’il arrête de parler ou lui sauter de dessus pour le mordre à plein crocs pour boire son sang. Or il doutait que l’aîné des Nyx le laisse faire l’un comme l’autre. Il avait assez de blessures comme ça pour la soirée. Cela faisait d’ailleurs longtemps qu’il n’avait pas été blessé ainsi. Il avait presque oublié ce que ça faisait.

Le brun maudit son frère en repensant au fait qu’il allait devoir manger avec toute la famille de blond qui se trouvait avec lui. Si Kiyosumi n’avait pas été là, il se serait assuré d’éviter ce qu’il considérait comme une corvée.


~ ~ ~

Kiyosumi releva la tête en voyant l’un de ses hôtes arriver et sourit en reconnaissant Aileen. Non pas qu’il avait un problème avec le reste de la famille Nyx, bien au contraire, mais quitte à parler à quelqu’un, autant parler à une belle femme.


« - Merveilleusement bien, merci. Comme je l’ai dit à votre fils, il a très bon goût en matière de décoration et d’ameublement. La seule chose dont j’aurai besoin pour le moment, c’est d’un peu de compagnie, mais je ne voudrais pas vous déranger pendant vos tâches, dit-il d'une voix charmeuse. Et il n’y a rien que je n’aime pas. Ne vous en faites pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mini Poulpy
avatar
Messages : 1936
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~
Jeu 29 Sep - 2:04
Hael se délecta une fois de plus de la réaction de son partenaire. Il avait même en prime le droit à une nouveau grognement. Décidément, il ne le décevait jamais. Il arrivait toujours à obtenir ce qu’il voulait, enfin presque, parfois, ça dépassait ses attentes, comme aujourd’hui. Il fallait dire qu’il le connaissait bien et savait sur quelle corde tirer pour avoir ce qu’il voulait. Et à présent, il avait encore découvert de nouvelles choses à son sujet. Le fait d’apprendre des secrets ou autres sur Erèbes était un peu comme recevoir le jouet tant attendu à Noël pour lui. Un vrai bonheur qui lui ferait oublier bien des choses.

« Visiblement oui, ça fait mal. Est-ce que c’est bon ? », ajouta-t-il quand il repoussa sa main de sa joue. Un léger sourire de plaisir se dessina sur ses lèvres quand il serra son poignet pour l’éloigner de son visage. La douleur que cela lui provoquait, était un véritable délice à ses yeux. Il préférait quand il lui faisait mal comme ça et non à s’acharner sur lui. Au moins, là, il pouvait profiter d’une douleur à la fois et ne pas tout ressentir en même temps.

« J’ai dit que cela serait dommage de gâcher ta si belle peau, pas que ça m’arrêterait voyons. », dit-il avec un large sourire en reprenant un peu de distance quand il commença à entendre des vulgarités sortir de cette si jolie bouche. Il n’avait pas envie de se prendre un coup de tête. Il s’en moquait de prendre des coups uniquement si ce n’était pas au visage. C’était sa seule condition. Il aimait son apparence après tout et voulait y faire attention. Sa tête d’ange était une arme redoutable quand il chassait que ce soit pour un coup d’un soir ou un repas. Alors il ne comptait pas l’abîmait. Il savait que s’il elle était marquée, elle deviendrait moins efficace.

« Que je n’existe pas ? », dit-il avant d’éclater de rire. « Mais voyons, Erèbe, soit un peu plus honnête envers toi-même. Tu t’emmerderais sans moi~. Et puis, qui pourrait te faire grimper aux rideaux si je n’étais pas là, hein ? », ajouta-t-il après s’être calmé un peu. Pour lui, s’était impensable que le brun puisse imaginer ça et sans lui, il n’était rien. C’était ce qu’il aimait se dire et croire.

« Pas la peine d’aller si loin de moi, je ne vais pas te manger, n’aies crainte. Et puis, ça serait bête que tu tombes du lit quand même. », dit-il en le regardant avec un petit sourire moqueur.


-

Aileen sourit. Ça, c’était un homme qui savait parler aux femmes, ou du moins, savait lui parler en complimentant les goûts de son adorable petit dernier. Pour elle, rien n’était plus beau que les compliments sur ses fils. Elle était très fière et c’était, avec son mari, ce qu’elle chérissait le plus au monde.

« N’est-ce pas. Je lui ai enseigné les arts pour développer ses goûts. », commenta-t-elle ravie.

« S’il n’y a rien qui vous déplaît, c’est parfait alors. Gwenaël ne va pas tarder à venir tenir compagnie, il règle une dernière chose et il sera là. », ajouta-t-elle avant de prendre congés. Et peu de temps après, l’aîné de la famille entra dans la pièce et s’installa dans le canapé.

« Je peux t’offrir à boire ? »

-

« Mon lapin~ », cria Aileen en bas de l’escalier, « J’ai besoin que tu viennes un instant. Je suis désolée de devoir te faire te déplacer, mais j'ai besoin de toi. Et demande à ton ami s’il y a quelque chose qu’il n’aime pas manger. »

Le blond se tourna vers Erèbe attendant sa réponse. Sa mère avait crié tellement fort que toute la maison avait dû entendre.

« Alors?», demanda-t-il. Il attendait sa réponse avant de descendre.
Revenir en haut Aller en bas
Kaminari
Sixième
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 24/07/2013
Age : 24
Localisation : Cachée entre les lignes, attendant sagement une faute ...
Sam 25 Mar - 14:13
Erebe jeta un nouveau regard noir à son partenaire lorsque celui-ci émit l'hypothèse que d'un, il ait peur de lui, ce qui bien évidemment était faux. Il s'éloignait juste pour retenir ses pulsions qui lui disaient soit de l'étrangler pour qu'il se taise, soit de le vider de son sang qui l'attirait depuis tout à l'heure, soit de le prendre violemment pour réaffirmer son statut de dominant par rapport au blond. Options, qui considérant la proximité des autres Nyx, étaient impossibles. Et de deux, celui-ci le croyait suffisamment stupide pour tomber du lit.

"- Si tu ne te tais pas, ce n'est pas toi qui va me manger mais l'inverse, grogna le sadique. Et je ne compte pas empirer mon état en tombant du lit. Mais si tu t'approches encore, c'est toi qui va te retrouver par terre, peu m'importe tes blessures."

Pour appuyer ses propos, Erèbe continua à fixer le blond d'un regard agacé et montra légèrement les crocs. Le brun ne détacha son regard de son... petit-ami qu'en entendant la voix de la mère de celui-ci. Retenant le "Je n'aime rien" qui aurait montré à quel point il n'avait pas envie de se trouver ici, il finit tout de même par dire :

"- Qu'elle fasse ce qu'elle veut, je saurais m'en contenter."

Continuant à fixer Hael, le sadique retint un ricanement en voyant sa démarche digne d'un escargot. Oui, il l'avait vraiment bien amoché.

Une fois le cadet des Nyx sorti, Erèbe reposa sa tête contre le mur, prenant un visage impassible malgré la douleur. Si son père était là, il le sentirait passé de réagir ainsi avec ses hôtes. Il faisait un très mauvais invité, mais ce n'est pas comme s'il avait été réellement été invité. A la base, le brun avait juste prévu de faire payer à son partenaire, il ne s'était pas attendu au reste de la famille. S'il n'avait pas été aussi en colère, qu'il avait réfléchi, il ne se serait pas retrouvé dans cette situation. Même s'il estimait que cela restait de la faute d'Hael qui l'avait laissé seul sans nouvelle pendant une semaine.

Ne voulant pas être ici, Erèbe ne comptait pas se montrer conciliant, qu'importe ce qu'en dise son frère. Désormais tout à fait sain d'esprit, il prit tout de même le temps de repenser aux paroles de Kiyosumi. Est-ce que les Nyx pouvaient réellement obliger Hael à ne plus le voir... S'il était à sa place, est-ce qu'il obéirait à son père si celui-ci lui interdisait d'approcher Hael ? Non mauvais exemple. Si Kiyosumi, son frère et futur chef l'obligeait à rester à éloigner du masochiste... Erèbe grogna en réalisant que oui, si l'héritier des Ketsueki le faisait alors peu importe qu'Hael soit SA chose, peu importe sa possessivité, il ne s'approcherait plus du plus vieux.

Continuant sur sa lancée, le sadique se demanda ce qu'il se serait passé si Kiyosumi avait été à la place d'Hael et lui à la place de Gwenaël. Il gronda en imaginant la scène et se dit que l'agresseur serait mort, vidé de son sang, découpé en morceau, en ayant bien souffert avant son trépas. Après tout, les tortres, ça le connaissait. Le brun réalisa que sans Hael, il serait sans doute mort. Il avait une dette envers lui. Non, après tout, c'était lui qui l'avait mis dans cet état. Qu'il ne s'en prenne qu'à lui pour les blessures qu'il avait récoltés.

Erèbe avait tout de même de la chance que Gwenaël n'ait pas réclamé vengeance pour ce qu'il avait fait. Des guerres de clan avaitent commencé pour moins que ça. Et s'il se fichait bien de sa famille, après tout, ceux-ci ne le considéraient que comme un "bâtard" d'une étrangère, le brun ne voulait pas que son demi-frère se retrouve avec une guerre lorsqu'il prendrait la tête du clan.

Quittant sa position sur le lit, Erèbe se posta face à la fenêtre. Prenant tout cela en compte, peut-être devrait-il se racheter auprès des Nyx. Il était un Ketsueki et il en avait l'éducation, son père s'en était bien assuré. Il était bien capable d'utiliser ses manières pour charmer des humains, alors qu’il les méprisait plus que tout. Alors il pouvait bien les utiliser pour gagner des points auprès des Nyx. Et puis ce n'était qu'un repas. Cela ne pouvait être pire qu'une réunion familiale. Le brun avait survécu à la dernière, il pouvait survivre à ça.

~ ~ ~ ~

Kiyosumi sourit en sentant la fierté dans la voix de la matriarche des Nyx. En même temps, il pouvait la comprendre. Il éprouvait la même chose quand on li parlait de ses fils.


"- Et il a pris bien note de vos enseignements"

Le chatain observa Aileen partir avant que ses pensées ne le mène à son cadet. Il savait que celui-ci était intelligent et qu'il saurait utilisé sa matière grise pour voir les avantages de ce repas et de ce qu'il pourrait en tirer en fonction de son attitude. Il espérait juste qu'il se calmerait suffisamment vite pour y arriver. Enfin, il lui faisait confiance pour y arriver. C'était son petit frère adoré après tout.

L'aîné des Ketsueki retrouva le sourire en entendant Gwenael arriver.


"- Et bien, je ne dirais pas non à un bon thé bien chaud. Il n'y a rien de plus relaxant. Et j'en ai bien besoin. Toute cette situation me fatigue, soupira-t-il légèrement, en se massant les tempes. Je parle de ma situation familiale. Parce que je suis plus qu’heureux de rencontrer une partie de ta grande famille. Enfin, je connaissais déjà Hael, vu que je l'ai rencontré la semaine dernière lorsqu'Erèbe l'a emmené à la réunion. Cela faisait longtemps que ça n'avait pas été aussi intéressante."

Réalisant qu'il était en train d'inonder Gwenael de parole, Kiyosumi se calma.

"- Bref. Désolé, cela ne doit pas t'intéresser. Ma femme me dit souvent que je parle trop, dit le châtain en se frottant la nuque. Donc, pour résumé, je ne dirais pas non à un thé."
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mini Poulpy
avatar
Messages : 1936
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~
Lun 1 Mai - 2:14
Le petit regard que lui lança Erèbe l’excita. Il adorait le voir comme. Généralement, c’était quand il le poussait à bout pour obtenir ce qu’il voulait : une partie de jambes en l’air endiablée comme il les aimait. Toutefois, il savait qu’aujourd’hui c’était un peu différent et qu’il ne devait pas encore jouer avec le feu. Il s’était assez brûlé les ailes tout à l’heure pour recommencer. Et puis, par respect pour sa famille, le blond devait éviter un nouveau drame, surtout que cela risquait de ne pas se finir comme il le voulait. Alors il devait attendre que tout cela retombe et se retenir de venir l’embrasser, là, maintenant, tellement il lui donnait envie.

« Très bien. », finit-il par dire après quelques minutes. Il le regardait avec envie, comme si ses yeux le dévoraient. Il jouait avec sa lèvre inférieur en la mordillant. Puis, il se leva du lit pour descendre.

« Tu vas voir, ma mère est un vrai cordon bleu. », ajouta-t-il sans se retourner. Cela lui avait demandé un énorme effort de détourner les yeux de son amant et il savait que sa volonté volerait en éclat s’il le regardait à nouveau en train de grommeler.

-

Gwenaël claqua des doigts et un majordome apparu comme par magie. Il était tellement silencieux et discret qu’on oubliait sa présence. Pourtant, il était bien là, prêt à exécuter la moindre des demandes de son maître.

« Un thé pour notre inviter. », dit-il. Même s’il n’employait pas la moindre formule de politesse, son ton sous-entendait le « s’il vous plaît ». L’aîné était quelqu’un de froid, mais il ne prenait pas pour autant les autres de haut et restait toujours correct.

« Et bien disant que nous sommes complémentaires alors. On me dit souvent que je suis peu loquace. », lança-t-il à Kiyosumi. Le blond s’autorisa un très léger sourire qui ne resta que quelques secondes sur ses lèvres.

« Hael a déjà rencontré ta famille ? », dit-il surpris en se redressant un peu et fixa son interlocuteur avec plus d’intérêt.

« Je me demande à quel point leur relation est sérieux. Je dois t’avouer que mon frère ne s’est pas épanché sur le sujet. On se doutait bien qu’il y avait quelqu’un dans ses petits secrets, mais pas plus. Enfin, jamais je n’aurais imaginé ça. Mais je suppose que quelque part, Erèbe est une bonne chose pour Hael. », il s’arrêta de parler pendant quelques secondes avant d’ajouter :

« Ce qui peut paraître ironique quand on voit la situation… », il soupira en passant sa passant sa main dans ses cheveux.

-

En cuisine, Hael aida sa mère. Enfin, il se contentait de rester assis sur une chaise et de répondre aux questions de sa mère. Il resta un moment à la regarder, choisissant de laisser Erèbe seul dans sa chambre le temps que son envie de dévorer passe. Très vite, ses pensées salaces s’évaporèrent quand sa nièce et son neveu vinrent se coller à lui pour réclamer des câlins. D’ordinaire, il le l’était pas autant, mais aujourd’hui il décida de céder à leurs caprices pour se faire pardonner de leur avoir fait autant peur.

Une bonne heure plus tard, le repas était enfin prêt. Le blond vénitien aida comme il put à mettre la table. Il n’avait vraiment pas envie de faire quelque chose comme ça, qu’il laissait normalement aux domestiques le soin de le faire, mais sa mère le poussait à le faire. Elle lui avait dit qu’il devait prendre ça comme une punition quand elle l’avait vu soupirer en disposant les assiettes sur la table sans la moindre motivation.

« Le dîner est prêt. », lança Hael entrant dans le salon pour prévenir les deux aînés.

« Désolé pour l’attente. Vous allez voir, vous n’allez pas regretter, notre mère est la meilleure cuisinière. », dit-il avec un large sourire avant de clopiner vers escalier.

Il s’arrêta devant les marches pour crier à Erèbe que le repas était servi et qu’on attendait plus que lui.

« Mon lapin, ce n’est pas comme ça qu’on appeler les gens, et encore moins quand c’est tes invités. », réprima Ailine quand son fils pointa le bout de son nez dans la salle à manger.

« Mère, Erèbe fait pratiquement parti de la famille maintenant. », répondit-il avec un petit sourire sur les lèvres en s’assyant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
-
» L’OBAMANIA, MALADIE INFANTILE DU NOIRISME
» Premier entrainement [Nuage de Minuit]
» [Alone] La paranoïa n'est pas une maladie.
» Discution avec une Menthe (PV. Nuage de Minuit et Petite Menthe)
» Une visite, un rêve, un chat, une destinée. (PV Minuit Sans Etoile)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp with you! :: LA BIBLIOTHÈQUE :: Les livres enchantés :: La maladie de minuit-
Sauter vers: