[Kuroko no Basket] [UA] [M] Sois sage...

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Jeu 16 Jan - 17:44

"Comme tu veux." Soupira le démon.

Le général démoniaque fit une tête assez passive, ça l'épuisait toute cette histoire, son achat, ce blond idiot, le chien de garde brun, la venu de Takao par surprise et maintenant ces deux blondes qui paraissaient aussi creuses que leurs petit frère, il avait pas fini d'en chier franchement, vivement que Akashi vienne le chercher et qu'il s'en aille loin de tout ça, il pourrait faire une bonne sieste bien méritait et laisser Satsuki lui caresser les cheveux la tête poser sur ses cuisses, o oui retourner à ce bon vieux temps ou Midorima jouait à un jeu de stratégie avec Akashi pendant que Murasakibara se plaignait une fois encore d'avoir envie d'une bonne sucette ha ha tout ça lui manquait bien qu'au fond ça le faisait chier de le reconnaître et qu'il ne le dirait jamais à haute voix non plus.

Avançant les mains dans les poche l'esclave soupira une nouvelle fois et suivit le blond sans jamais rien dire, le chien de garde ne cessait de lui jeter des coups d’œil, ça va mec détends toi et pète un coup il avait envie de lui hurler mais ça ne ferait pas très mondain de dire des choses pareils, les esclaves étaient nombreux et ne semblaient pas avoir le droit de boire ou de manger quoi que se soit en vue des regards pleins d'envies qui passé sur les plateaux tenue par d'autres démons.

Entendant les dires de son patron temporaire Daiki fit juste un signe de tête pour montrer ou il serait caler et partit lentement, sortant les mains dans ses poches pour s'attraper une coupe de champagne qui passait par là et prit une poignée de petit, il allait pas se gêner merde il avait la dalle, sa petite salade de fruit ne lui avait pas suffit et il ne comptait pas s'asseoir sur de la bonne bouffe. S'accroupissant contre un mur il posa sa coupe de champagne à cotés de lui et commença à manger, gardant à l'oeil le blond.

Il n'eut pas tellement le temps de terminer sa coupe avant de soupiré, bon sang c'était quoi ce sourire et ce regard, il ne devait pas aimer cette brune ô combien sexy mais toujours pas au niveau de sa Satsuki. Ronchonnant il se leva donc en ramassant sa coupe de champagne et terminant son dernier petit four, il avança jusqu'a Kise, posant sa coupe qu'il venait de vider sur un plateau et vint passer son bras autour du cou de ce blond idiot.

"Je m'ennuie, je peux tuer cette fille pour m'occuper? Fais pas ton rabat-joie et dis moi oui pour une fois." Plaisanta à moitié le démon.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Jeu 16 Jan - 18:06

Jamais Kise n'avait été aussi heureux d'entendre la voix d'une personne -même si la voix en question était traînante et cynique. Il se détendit légèrement en sentant le bras du démon autour de son cou, et son sourire se fit un tantinet plus sincère, à peine moins crispé. Détail qui ne sembla pas échapper au regard de la vipère qui sourit posément à Aomine, agissant avec un naturel stupéfiant; et pourtant, nul doute qu'elle avait parfaitement entendu les paroles du brun.

- Pas tout de suite, Aominecchi, souffla Ryôta entre ses dents. Pas alors qu'il y a autant de monde.

Non, pas maintenant. Mais plus tard, il n'aurait aucun scrupule à le faire. Cette femme était dingue. Une veuve noir à l'air doux aussi factice que sa présumée bonté. Rares étaient ceux qui le savaient, mais lui, en avait conscience, pour en avoir fait les frais. Devant ses yeux, des images défilaient, et il se fit violence pour ne pas esquisser le moindre mouvement ou mimique pouvait trahir son trouble.
La corde rêche qui frottait contre les poignets fins d'un enfant d'une douzaine d'années, sa bouche sèche dans laquelle on avait fourré un tissus tâché de sang, le goût de l'hémoglobine qui narguait sa langue, les larmes qui brûlaient ses yeux. Et puis, le regard bleu glacé de la jeune femme, qui lui souriait avec une candeur cruelle. "Tu vas être un gentil garçon, n'est-ce-pas, Ryôta-kun ?"
Les yeux dorés du jeune homme se voilèrent. Cette garce payerait.
Étrangement, malgré son rang et son éducation, le blond avait toujours traité les esclaves avec une certaine compassion teintée d'une curieuse gentillesse. Et seuls ses parents en connaissaient la raison -pas même ses sœurs. Par-ce-que lui-même avait failli en être un. Il avait échappé de peu aux griffes de la sorcière, et ne comptait pas y retourner.

- Harana-san, je ne pense pas que vous ayez eu l'occasion de rencontrer mon ami ici présent, commença-t-il d'une voix doucoureuse, dont les intonations fausses n'échappèrent à personne. Voici Aomine Daiki.

Il adressa à la jeune femme un sourire quelque peu dédaigneux et tourna les talons, lançant un vague "navré, mais nous allons devoir nous retirer".
Il ne s'autorisa à respirer que lorsqu'il ne sentit plus le regard acéré de la marchande d'esclave lui brûler le dos. Il se retourna vers Aomine, mal-à-l'aise.

- Je suis désolé de t'avoir dérangé, Aominecchi. Mais merci. Si tu la vois faire quoi que ce soit de suspect, n'hésite pas, en tous les cas. Evite de la tuer, en revanche. Mais si tu veux passer tes nerfs, ce n'est pas moi qui vais t'en empêcher.

Ne la tue pas, qu'il avait dit. Non, ce n'était pas Aomine qui la tuerait. Il veillerait personnellement à lui coller une balle entre les deux yeux. Mais plus tard, lorsque le moment viendrait. Et qu'il aurait eut les preuves nécessaires pour la détruire, au préalable. Détruire son image publique, sa réputation, ses affaires, officielles comme officieuses.
Il sourit, sardonique.

- Si tu as une quelconque demande à faire pour les festivités, tu peux t'adresser à l'équipe des organisateurs. Ils portent tous une tulipe rouge à leur boutonnière, ils ne devraient pas être trop difficiles à reconnaître. Et tu as quartier libre, tant que tu ne crée pas de grabuge. Ça te va ? Dis-moi si tu veux partir un peu plus tôt : je n'ai pas envie de m'attarder, alors si tu veux rentrer, fais-moi signe. Amuse-toi, en tous les cas. Enfin, dans la mesure du possible; ce genre de fêtes ne sont pas vraiment connues pour êtres drôles.

Il redressa la tête et sourit.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Jeu 16 Jan - 18:36

"Pfff comme tu veux." Pesta Daiki.

Pas tout de suite? Mais c'était injuste, cette garce semblait lui taper sur le système et il n'avait pas le droit de la supprimé de manière peu propre, mais la fin de la phrase lui avait plut en fin de compte, si il n'y avait personne alors il pourrait la tuer? Sa serait sympas tiens, il détruirait son corps à tel point qu'elle serait méconnaissable, il savait le faire ça malgré que cela ne lui fasse pas spécialement plaisir, sa serait con que quelqu'un la reconnaisse et qu'il s’attire des ennuies à cause de témoins l'ayant vu avec. Il ne pourrait pas dire ses excuses bidon qu'il sortait à Akashi d'habitude, c'est pas moi c'est une poule tueuse ou encore, c'est pas moi j'étais au cinéma AVEC la poule tueuse. Akashi riait toujours tandis que Midorima l'engueulait.

Bien qu'il ne sache pas pourquoi le démon sentit de la peur chez son propriétaire pourtant il ne montrait rien du tout, pas un signe, vraiment il était doué mais être aussi prés de lui il ne pouvait que ressentir ce qu'il ressentait quand bien même il n'en n'ait pas envie. Il leva une main pour saluer la femme brune avec son air éternellement blasé, ça va il allait pas lui sourire non plus fallait pas abuser! Il repartit ensuite avec le blond, le lâchant en remettant ses mains dans ses poches et se stoppa quand le blond le fit.

"O je vois tu veux la tuer toi même, comme toi t'as des couilles en fait." Rit légèrement Daiki d'un rire ô combien moqueur.

Le démon écouta le blond et sa longue tirade, comme si c'était possible de s'amuser dans un endroit pareil! Il voudrait bien s'occuper en s'amusant avec cette brune, juste un peu de sexe mais assez intense pour qu'elle ne puisse plus marché mais cela signifiait ne pas être proche de Kise et donc si il y avait un soucis il ne pourrait pas le protéger, quoi qu'il s'en foutait un peu de lui sauver la vie, quoi que il risquait d'avoir des soucis après et sa situation dans la vie de ce petit con lui convenait pour le moment, enfin ça ne faisait qu'un jour.

"La seul chose qui m'amuserais serait prendre violemment cette brune pour ne plus qu'elle marche et qu'elle ferme sa bouche mais je suppose que je n'ais pas le droit, si?" Sourit Daiki l'air de rien.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Jeu 16 Jan - 20:27

Ryôta avait déjà tourné les talons. Pourtant, la réplique d'Aomine le fit stopper tout net, figé par la surprise. Il sentit monter en lui une bouffée de jalousie et de possessivité qu'il ne fut pas capable de s'expliquer. Crispé, les membres tendus et l'estomac noué, il s'accorda quelques secondes pour essayer de se calmer. Il refusait de laisser à cette garce quelque chose qui lui appartenait. Le simple fait d'imaginer leurs deux corps fusionner lui arracha un frisson de dégoût, et il sentit une bile acide brûler son œsophage. Pourtant, il se contenta d'hausser les épaules, faussement désinvolte, toutefois incapable de se débarrasser des émotions contraires et parasites qui le troublaient. Sans se retourner, il lâcha d'une voix égale un "Je te l'ai dis, non ? Fais ce que tu veux." avant de partir d'un pas qui se voulait naturel.
Jamais il n'avait trouvé une foule aussi oppressante. C'était pourtant son élément : les gens, l'empressement; attirer les regards sur lui. Mais aujourd'hui, il n'en voulait pas, de ces regards. Ses yeux balayèrent la foule, avant de s'arrêter sur une silhouette en retrait. Sans prêter la moindre attention aux deux personnes qui l'observaient plus loin, posant sur lui un regard soucieux mais protecteur -l'une aux longs cheveux bruns, l'autre à la chevelure dorée. La discussion, bien qu'hors d'entente ne leur avait pas échappé, et les Kise seniors avaient regardé leur fils, inquiets, et prêts à intervenir.
Ryôta ne leur jeta un pas un regard, et fonça vers Yukio. Le jeune homme, appuyé contre un muret de pierre, près de la piscine, restait en retrait, morose. Le blond eut un léger sourire : il savait très bien que son senpai détestait ce genre de soirées.

- Senpai !

L'interpellé se retourna vers lui, et hocha la tête, lui demandant implicitement ce qu'il lui voulait. Sans répondre, le mannequin lui tendit une flute de champagne qu'il avait attrapé sur le plateau d'un serveur, désignant la sienne, d'un, même geste. Il porta le breuvage à ses lèvres, grimaçant en sentant le liquide descendre le long de sa gorge. La discussion avec Harana, puis celle avec Daiki lui avait coupé l'appétit, et il était désormais incapable de boire ou d'avaler quelque chose. Ou de chasser les images qui défilaient devant ses yeux. Hanatara et Aomine ? Un véritable cauchemar. Il ignorait si le démon avait juste voulu plaisanter, ou s'il était sérieux; s'il avait décidé, au final, d'aller la voir -la baiser- ou avait abandonné l'idée. Et il ne voulait pas le savoir. Par-ce-que, il le savait, la réponse risquait de lui donner envie de gerber. Mais pouvait-il vraiment blâmer le démon ? C'était une belle femme, toute en courbe et en sourires, resplendissantes, si l'on ne connaissait pas ce qu'elle cachait en-dessous d'une bonne couche de gentillesse factice. Et c'était un homme -un homme à femmes il n'en doutait pas.
Il sursauta en sentant la main du brun sur son épaule, alors que son aîné lui adressa un regard soucieux. Il s’efforça de sourire joyeusement.

- C'est encore à cause de ce bâtard de démon ? Tu veux que j'ailles le tuer ?
- Ce n'est rien, ce n'est rien !
(son rire sonna faux, même à ses propres oreilles) Pourquoi est-ce-que ce serait forcément la faute d'Aominecchi, en plus ? Tout va bien. Je vais aller faire un tour, je compte sur toi pour veiller au bon déroulement de la soirée ! ~

Il ne laissa pas le temps à l'autre d'en placer une. Déjà, il s'engouffrait à l’intérieur de la maison, en quête d'une pièce tranquille. Il ne tarda pas à rentrer dans une chambre, sans prendre la peine de tourner le verrou. Relativement grande, au centre, trônait un lit aux baldaquins transparents. Une commode, appuyée à un mur, et, en face, une petite bibliothèque. Juste à côté, un grand paravent noir aux élégants motifs blancs, et, derrière, un fauteuil, invisible depuis l'entrée ou le lit. Il se laissa tomber dedans en soupirant.
Pourtant, le calme fut de courte durée. Bientôt, la porte s'ouvrit à la volée, et les gémissements qu'il entendit le fit tourner pivoine.
Il y avait des jours, comme ça, où Kise Ryôta se disait qu'il aurait probablement mieux fait de ne jamais sortir de son lit.

Spoiler:
Mon centième message ! *danse de la joie*
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Ven 17 Jan - 14:50

"Je te prend au mot." Assura Daiki.

Le blond avait qu'a être clair aussi, il n'avait pas le droit de lui dire oui d'accord avec un ton qui voulait dire non, il n'avait qu'a parler franchement plutôt que de jouer son rôle devant lui, cela ne marchait pas, il voyait bien que ça le ferait royalement chier mais bon tans pis pour lui, à moins qu'il ait autre chose à se mettre sous la dent il ne gênerait pas pour aller brancher l'autre brune et pourquoi pas la laisser attaché quelque par nue pour que d'autres esclaves s'amuse, que c'était bon d'être généreux! Bon elle lui en voudrait surement mais il n'était pas là pour lui plaire de toute manière, l'important était de se faire plaisir d'abord dans ce genre de situation.

Repartant prendre une coupe de champagne il observa les gens dans la salle, vraiment niveau homme il n'y avait rien qui était à son goût, quel dommage et en femme il y avait un peu de tout et de rien, des moches et des beau, des maigres et des gros, grands et petit, quelle poisse comment choisir? Son regard se posa alors vers les femmes, les deux blondes étaient plutôt pas mal mais bon là Kise péterait sa crise et en  plus qui a en baisé une autant sauter les deux en même temps il gagnerait du temps mais il doutait que les filles soient de son avis.La brune était en trins de parler avec celui qui semblait être le père de la famille Kise donc il ne pouvait pas la kidnappé zut....

Aomine soupira, il n'aurait pas du boire ces trois coupes de champagne maintenant il ne pensait qu'a baisé quelque chose, Akashi ne cessait de lui dire que c'était son défaut quand il buvait, il ne pensait plus qu'a ça mais heureusement il décuvait vite. Se tournant il observa une démone femelle pas trop mal en trins de ramasser des plateau vide et alla la voir posant sa main sur ses fesses sans gêne.

"Je ne vous permet pas..... Aomine-sama, excusez moi je ne savez pas que c'était vous!"  S'excusa la démone en rougissant.
"On ne sais jamais rencontré c'est normal, j'ai envie de toi sa te pose soucis?" Demanda le général en la dévorant des yeux.
"P-pas le moins du monde mais... Je suis censé travailler..."

Le démon n'hésita pas et l'embrassa chastement en prenant un plateau vide pur cacher leurs visage, elle avait une fleur rouge comme lui avait dit Kise donc il pouvait passer du temps avec elle, il lui avait dit et puis ce n'était pas avec l'autre bonasse d'humaine brune qu'il n'aimait pas. Il posa les plateau et prit la main de la démone qui le suivit le rouge au joues mais un sourire aux lèvres, ce n'était pas donner à tout le monde de pouvoir coucher avec un général après tout.  Leurs petit jeu commença dans le couloir, il était quelqu'un de sans gêne donc qu'importe, la laissant le conduire tans bien que mal jusqu'a une chambre il ne cessait de lui mordre le coup et de l'embrasser avec passion. Quand la porte fut ouverte il entendit une autre respiration et releva la tête de la poitrine de la jeune fille qu'il tenait contre le mur.

"Salut Kise, on va te laisser dormir si tu veux a moins que tu veuille maté?"
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Ven 17 Jan - 21:26

Ryôta sursauta à l'entente de son prénom. Aomine. Alors il avait bien décidé de coucher avec la vipère ?
Tendu, le jeune homme se releva et sortit du couvert du paravent. Il se détendit en avisant la silhouette svelte de la jeune femme qui accompagnait le démon, tiquant en remarquant sa veste et sa chemise défaites, laissant apparaître un grain de peau ni pâle, ni foncé, son regard s'arrêtant sur la fleur rouge qui ornait sa poitrine. Il secoua la tête, dépité.

- Aominecchi, lorsque je te disais que tu pouvais leur demandé ce que tu voulais, ça ne comprenait pas... ce genre de faveurs... soupira le blond en passant une main nerveuse et crispée dans sa tignasse.

Étrangement, voir le général démoniaque avec une femme, prêt à passer à l'acte le dérangeait plus qu'il ne voulait bien l'admettre. Sans réellement le vouloir, il fusilla la démone du regard. Celle-ci, bafouillant un "maître Kise, je suis navrée !" s'empressa de refermer ses habits, pivoine, et tête baissée.
Pourtant, avant qu'elle ne sorte de la pièce, Ryôta lui fit signe de rester, avant de se tourner vers Aomine. La démone, elle, alla se terrer dans un coin de la pièce, voûtée et presque effrayée.
Il sentait une émotion étrange lui tordre le ventre, et, stupéfait, il la reconnue comme de la jalousie. Oui, mais pour quelle raison ?

- Faites ce que vous voulez, mais je n'ai pas l'intention de rester là à regarder. Tâche de ne pas rester absent trop longtemps. Amusez-vous bien, siffla-t-il entre ses dents.

Joyeux anniversaire, Ryôta ! ricana sournoisement une petite voix dans un coin de son esprit. Quelle soirée de merde...

- Mais je pensais que tu avais meilleur goût, Aomine.

Sur le pas de la porte, il leur adressa un sourire froid, ne se gênant pas pour détailler la jeune femme. Poitrine raisonnable, cheveux châtains et yeux bruns, ni trop grande, ni trop petite, sans aucune caractéristique particulière. Banale.
Il ferma les yeux un instant, soudainement indécis. Il ne se sentait pas sincère, ni envers Aomine, ni même envers lui-même, et détestait ça. D'un autre côté, il ne pouvait pas lui dire qu'il refusait qu'il couche avec qui que ce soit, par-ce qu'il trouvait ça dérangeant.
Soirée de merde.



avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Dim 19 Jan - 23:32

Non mais sérieux une chance sur combien pour que le démon tombe sur son "patron" alors qu'il allait s'envoyer en l'air? Non car là c'était un peu abusé quand même, le destin semblait être contre lui aujourd'hui, un peu de paix bon sang, dans une si grande baraque il devait y avoir des tonnes de chambres alors pourquoi fallait il que le blond soit dans celle-ci? Ou plutôt que lui et la démone se dirige dans celle-ci? Hormis un coup foireux du destin il ne voyait pas vraiment ce que cela pouvait être d'autre car dans l'immédiat Akashi n'était pas là pour se jouer de lui à la moindre occasion, il ne sentait pas sa présence sinon il serait occuper à autre chose que de faire frémir cette donzelle.

Le démon soupira en entendant les dires de ce type idiot, non mais il avait qu'a préciser aussi, merde il avait pas le droit de se taper la bouffeuse d'homme brune et pas les filles avec les fleurs rouge non plus? Mais ça va un peu de liberté aussi il était un démon avec une libido assez éveiller quand il buvait de l'alcool après tout. Il laissa la démone se détacher de lui en se rhabillant et pesta en donnant un coup de pied dans un cailloux invisible comme un gosse privé de ballon. Maintenant que la donzelle avait eut son coup de stresse et faisait cette tête de soumise apeuré il n'en voulait plus.

"p'tain t'as tout cassé là, j'en veux plus maintenant." Pesta Daiki.

Non les filles soumises aux hommes comme ça l'énervait grandement, ça va Kise n'avait rien d’effrayant elle n'avait pas besoin de faire cette tête de chien abandonné sous la pluie après avoir manger les chaussures de son propriétaire. Aomine le grand se gratta la joue et observa le blond qui avait tout gâché et fit un large sourire qui ne présageait rien de bon, pour le pauvre humain en tout cas. Il attrapa le poignet de ce mannequin et le plaqua contre le mur, faisant signe à la femelle de s'en aller au plus vite.

"Et ferme la porte derrière toi." Ordonna le démon sans lâcher le visage de Kise des yeux.

Aomine le grand plongea ses yeux dans les dorés de cet homme qui osait lui couper un instant câlin qui allait s'annoncer amusant, ce visage si angélique était bien beau, tout le contraire du sien vraiment ce qui au fond n'était pas plus mal, il ne se voyait pas faire des choses pas net avec un clone de lui même. Il avança son visage et plaqua ses lèvres sans la moindre délicatesse, passant sa langue alors que le blond était toujours un peu surprit, appuyant son corps contre le sien pour le garder plaqué contre le mur. Une fois le baisé terminer selon lui il sourit et mordilla le cou du blond.

"Sa c'est parce que tu m'as privé de ma partie de jambe en l'air, jalouse va, satisfait toi de ça."
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Lun 20 Jan - 10:46

Voyant la mine déçue et un brin énervé du démon, Kise laissa échapper un léger rire, amusé malgré lui. Pourtant, son sourire naissant se fana dès qu'il sentit son dos heurter brutalement la surface dur du mur. Le blond posa un regard écarquillé par l'incompréhension sur Aomine -attendez, mais qu'est-ce-qui était en train de se passer, là !?- et ouvrit la bouche pour tenter de formuler une phrase.

- Aominecchi !? Mais qu'est-ce-que tu-

Il se coupa en entendant l'ordre sèchement donné par Daiki à la démone qui prit ses jambes à son cou, refermant la porte aussi doucement que le lui permettait son soudain empressement. Le regard du démon sur lui à ce moment-là était dérangeant. Ryôta avait l'habitude d'attirer les regardes -admiration, jalousie, envie, amour, et encore de l'admiration ; il savait qu'il suscitait chez les gens tout ces sentiments à la fois. En tant que mannequin, il était évident qu'on le regardait de différentes manières, sous toutes les coutures, et les regards qu'on posait sur lui n'étaient pas toujours emprunts de sagesse; c'était exactement la même chose dans le domaine politique et marchant qu'il côtoyait depuis son plus jeune âge. Alors, il avait fini par s'y faire.
Mais ce qu'il lisait dans les orbes bleus du démon, il ne l'avait encore jamais vu -pas aussi intensément, pas assez pour que ça provoque ces étranges rebonds dans son cœur et son estomac.
Il étouffa un cri de surprise en sentant les lèvres de son homologue sur les siennes. Loin d'être emprunte d'un quelconque amour ou de tendresse, elles se pressaient avec sauvagerie et possession. Le rapport maître/esclave semblait s'être inversé, et il était encore bien incapable de dire si ça le dérangeait ou non. Il gémit carrément -mélange entre la surprise et une autre émotion un peu étrange- en le sentant s'appuyer un peu plus et libérer ses lèvres pour s'attaquer au cou. Il inspira une goulée d'air, dans l'espoir de réussir à se calmer. Peine perdue; trop d'émotions l'agitaient, et son cerveau était incapable de mettre un nom dessus, de lui dicter la conduite à aborder.

- J-Je ne t'ai pas privé de quoique ce soit ! se défendit le jeune homme en rejetant la tête en arrière. Et je ne suis pas jalouse !

Fermant brièvement les yeux, il posa ses mains sur le torse du démon, pour le repousser de quelques centimètres. Jamais il n'avait senti ses joues chauffer de cette manière. Et pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait dans cette situation. Oui, sauf que d'habitude, c'est toi, au-dessus, avec une midinette qui te regarder, transie. D'habitude, c'est expéditif, pas de sentiments, juste une pulsion. siffla une petite voix sournoise dans un coin de son esprit, mélange dérangeant entre celle de ses deux sœurs. Là, c'est un poil plus compliqué ! ~  

- Aominecchi, mais qu'est-ce-que tu fous, bordel ? Sérieusement, c'est pas drôle. Et puis, je croyais que t'aimais les grosses poitrines ?

Il aurait voulu avoir une voix plus forte, moins tremblante. Mais la situation était juste trop étrange; même pour lui.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Lun 20 Jan - 17:25

"Je le sens que tu étais jaloux euh jalouse pardon." Se moqua Daiki.

Le blond était un délice, sa peau était un vraie régale, aussi bien à regarder qu'a mordiller comme il était en trins de le faire, si fine, si fragile, tout était pure fragilité sur ce type là ce qui était juste génial, savoir qu'il pouvait le briser et le dominer si facilement, il ne pourrait pas se défendre si le démon voulait lui faire mille et une chose ô combien peu religieuses et délicates, mais ce n'était pas son genre, entendre les gens le suppliaient d'arrêter en pleurant et en tentant de se défendre, non il n'y avait que les humains pour faire des choses aussi dégueulasses, lui préférait entendre les gens le supplier d'allé plus vite ou plus fort, oui c'était bien mieux. Sans oublier que ce blond était à la base son propriétaire et donc il devait être un gentil petit démon avec lui, bien que là parfois l'envie de l'étriper était bien présente dans son esprit.

Sentant des mains sur son torse le général démoniaque se recula légèrement, ce mec avait une force de mouche et surtout aucune conviction et puis ces magnifiques joues rouge montraient à quel point il avait adoré ce baisé, ces mordillements, oui il avait adoré c'était certains. Sous ses airs de faux mannequins viril en fait il semblait bien aimer être dominé, soit lui ne le faisait qu'au dessus de toute manière. Il continua de le dévorer des yeux en l'écoutant, qu'est-ce qu'il faisait? Sa ne se voyait pas? Faux prude il le savait très bien ce qu'il se passait.

"Chez les filles j'aime les gros seins ouais, sa veut pas dire que j'aime pas les corps d'homme baka." Expliqua Daiki en posant sa main sur la joue du blond. "Et tu adore ça."

Le démon s'empara de nouveau des lèvres de l'humain en face de lui avec autant de fougue que la fois d'avant, lui mordillant la lèvre avant d'approfondir le baisé avec passion. Mais il ne devait pas aller trop loin, c'était sur que quelqu'un allait chercher le blond et donc qu'on allait les stopper c'était évident sans compter que Kise ne puisse plus marcher à sa soirée d'anniversaire cela ferait tâche surement. Il rompit donc le baisé et s'étira avant de se diriger vers la porte et l'ouvrit sans attendre en se léchant les lèvres.

"Bon j'me barre, j'ai la dalle." Soupira Aomine en regardant Kise du coin de l'oeil.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Lun 20 Jan - 19:01

Le souffle court, Kise se sentit hausser un sourcil surpris devant l'aveux d'Aomine. Il était bi ? Alors qu'il passait son temps à reluquer exclusivement les poitrines ? Information surprenante, mais qu'il pris un soin tout particulier à enregistrer dans un coin de son esprit.
Il frissonna en sentant la main mâte se poser sur sa joue. Il n'eut toutefois pas le temps de répondre à l'autre; déjà, le démon l'embrassait de nouveau, toujours aussi sauvage et possessif. Si jamais ça va plus loin que ça, je ne vais pas être en état de marcher pendant le restant de la soirée. Etrangement, la pensée ne le dérangea pas le moins du monde, et se surpris à rechercher plus de contact, allant jusqu'à attraper les cheveux de l'autre pour approfondir l'échange.
Il étouffa un grognement dépité lorsqu'Aomine s'éloigna, s'attardant, agacé, sur son sourire moqueur.

- T-T'as faim ? Tu te fous de moi ? Aominecchi !

Pour peu, il se serait mis à trépigner. Allumer quelqu'un en lui roulant le patin de sa vie pour ensuite le laisser comme ça ? ça ne se faisait pas, bon sang ! D'autant que, pour le coup, il n'avait strictement rien à faire de ce qui pouvait bien se passer dehors. Ce mec est un démon. Dans tous les sens du terme.
De toute manière, ce n'était que partie remise. Que ce soit Aomine ou lui-même, l'un des deux terminerait bien à craquer -après tout, ils devaient bien vivre h24 avec l'autre, non ? Et il était trop fier pour supplier le démon à faire quoique ce soit -et puis quoi, encore ? Kise, une moue boudeuse au visage, fusilla Aomine du regard avant de réajuster le col de sa chemise et celui de sa veste, froissés. Il vérifia dans une glace que le suçon était caché au mieux.

- Il va falloir que j'y retourne... reste dans le coin, je suis crevé; je ne vais pas tarder à trouver un prétexte pour rentrer. Mais il va quand même que j'assiste à la remise des cadeaux...

Quelle plaie... A coup sûr, il allait encore recevoir des dizaines de vêtements hors de prix qu'il ne mettrait jamais et des livres sur l'économie plus barbant encore que les cours de son professeur de sciences économiques.
Mais la soirée s'était bien passée, pour l'instant. Aucune attaque ou enlèvement en vue. Pour l'instant. Immédiatement, il sentit ses muscles se tendre, et se força à se détendre, sans réellement faire attention au démon.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Lun 20 Jan - 21:11

"O non je n'oserais pas voyons." Assura Daiki avec un ton ironique au possible.

Voila ça apprendrait à ce blond jaloux comme la peste à lui avoir casser son coup avec la démone de tout à l'heure, personne ne l'empêcher de baiser non mais oh surtout que si ce jaloux ne voulait même pas avouer qu'il l'était, c'était inadmissible selon lui! Lui ne c'était jamais gêner pour le dire quand il était jaloux il le disait sans la moindre honte, quand il en avait marre que Midorima accapare Akashi il le disait avec autant de délicatesse qu'un éléphant dans une boutique de porcelaine , autant dire pas beaucoup, il c'était même une fois battu avec Atsushi à ce sujet là aussi d'ailleurs bien que là c'était le géant qui avait été jaloux de l'attention que Akashi ne lui apportait pas, la bonne ambiance quoi!

"Je protège tes petites fesses t'en fais pas." Assura le démon en riant.

Roh ça va un peu de jeu de mot n'avait jamais castré personne! Le général démoniaque mit les mains dans les poches de son pantalon et se dirigea vers l'extérieur, marchant derrière son con de petit riche, ne se gênant pas pour lui mater les fesses, merde il allait pas se priver, les yeux sa sert à voir comme il disait à Satsuki quand il lui matait la poitrine, si les fesses du blond semblaient cool juste à regarder il ne doutait pas qu'a toucher elles le seraient aussi, après tout il avait répondu à son baisé, et bien il attendrait avant d'avoir plus, l il n'en n'avait plus envie de toute manière.

De retour dans la foule d'invité Aomine le grand se massa la nuque en soupirant, il ne devait plus boire une goutte d'alcool donc il mangerait pour compenser, ça l'occuperait mais en cas il ne lâcherait pas des yeux Kise, on ne sait jamais, cette histoire ne sentait pas spécialement bon, cette brune avait déjà le regard poser sur le blond après tout.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Lun 20 Jan - 21:44

Sentant une main baladeuse se poser là où elle n'aurait jamais dû être, Kise fronça les sourcils et fusilla Aomine du regard. A quelques mètres seulement, le brouhaha de la foule. Si quelqu'un les voyait, ça allait jaser...
En sois, il n'était pas rare que des humains couchent avec leurs esclaves -certains allant même jusqu'à organiser des orgies dégoûtantes. Femmes ou hommes, l'orientation sexuelle n'était plus vraiment une question qui faisait débat, et ce, depuis longtemps. Oui, sauf que lors d'une soirée dite "diplomatique", ça faisait quand même un peu tâche. Juste un peu.

- Arrête ça ! siffla-t-il entre ses dents avant d'accélérer pour adresser un sourire courtois à une jeune femme de haute lignée qui l'aborda.

Bientôt, ses parents le rejoignirent, et la famille Kise s'éclipsa. La discussion fut brève, mais chaleureuse, et ses aînés lui promirent de passer le voir sous peu -camping en famille ? avait proposé sa mère, alors que les deux hommes s'échangeaient un regard désespéré, mais complice. Le sujet ne tarda toutefois pas à dévier sur l'esclave du plus jeune.

- J'ai appris que tu avais dégoté un beau morceau.

Ryôta grimaça en adressant un regard affligé à sa mère, reconnaissant une des expressions favorites de Tsubaki.

- Aominecc- Aomine est en effet un ancien membre de la Génération des Miracles.

Ses parents l'observèrent, étonnés, avant que son père ne pose une main soucieuse sur son épaule.

- Fais attention à toi. Ce sont des démons, on ne peut pas leur faire confiance.
- Des démons, pas des monstres, père. Il faut faire la différence. Mais je sais prendre soin de moi ! Bon, c'est pas tout ça, mais je pense que je vais organiser l'ouverture des cadeaux, je suis juste trop fatigué pour rester plus longtemps.
- N'ouvre que ceux des invités les plus prestigieux, j'ai déjà fait chargé le reste dans le coffre !
signala sa mère en lui adressant un sourire amusée.
- Merci, je t'aime ! ~

Bien, plus qu'une corvée, et ils pourraient rentrer...
Comme il l'avait deviné, il hérita d'une montre hors de prix, de la part d'une quelconque famille fortunée, plusieurs vieux ouvrages sur des sujets divers mais pour la plupart rébarbatifs, un costume trois pièce dans une étoffe coûteuse, et une chaîne en or, trop clinquante pour qu'il n'ose un jour la porter. Dédaignant le paquet de la vipère, qu'il rangea toutefois dans sa poche, il attrapa le dernier. A peine avait-il défait l'emballage qu'il rabattait le papier sur l'objet, le rouge au joue. A peine plus loin, des gloussements. Deux têtes blondes lui adressèrent un vague signe de la main et une œillade rieuse. Des menottes et des oreilles de chat. Elles sont sérieuses, là ?
Après les formules d'usage, le blond se retira, et, bientôt, il se glissait dans la voiture aux côtés d'Aomine, Yukio au volant.

- Enfin terminé...
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Mar 21 Jan - 15:31

Sans vraiment réfléchir le démon passa sa main sur le postérieur du juste pour voir sa réaction, roh ça va pas besoin de faire son frigide alors que quelques minutes plus tôt il avait répondu au baisé avec ardeur, petit cochon refoulé va pensa t'il très fort, mais une fois dehors il ne pouvait plus se permettre se genre de gestes, le chien de garde avait de nouveau le regard braqué sur lui, un peu de détente mec il allait avoir des rides avant l'heure si sa continuait comme ça, surtout que les humains étaient du genre à avoir des rides super vite et super facilement, quel dommage, lui n'était même pas sur de pouvoir vieillir, au fond ce n'était pas plus mal de rester jeune pour toujours mais son esprit se dégraderait peut être au fil des années qui sait, il n'en savait rien, peut être que Akashi avait la réponse à cette question, il faudrait qu'il la lui pose quand il le verrait bientôt.

Gardant un oeil sur le blond Aomine alla jusqu'au buffet pour se nourrir, soupirant qu'il n'y avait pas ce qu'il préférait, c'était injuste, bon en même temps en tans qu'esclave il n'était pas autorisé normalement à se servir mais qu'importe, il faisait comme il voulait il était pas un simple démon de bas étage après tout. Se servant il sentit une présence et se tourna légèrement sur le cotés, o intéressant. Il partit avec son assiette contre un mur et commença son petit casse croûte, regardant toujours Kise comme si de rien n'était, sentant la présence de l'autre démon de l'autre cotés de l'angle du mur.

"Sa faisait longtemps Midorima, comment vas? Takao te cherche partout." Soupira Daiki.
"C'est un idiot je m'en moque, tu as l'air de te plaire parmi eux." Lança Midorima en remontant ses lunettes.
"Y'a pire, très beau ton faux équipement d'esclave, grande classe, lequel de ces idiots et persuadé d'avoir un démon domestique?" Demanda le bronzé.
"Un juge très haut placé, Akashi à besoin d'information que je lui envoie régulièrement, mais tiens toi prêt, bientôt il viendra nous chercher et ton propriétaire sera un parfait otage." Expliqua le démon aux lunettes.
"Je vois, a plus mec, fais gaffe à tes fesses."
"Pareillement."

L'ouverture des cadeaux c'était déroulé pendant cette courte conversation, même Yukio n'y avait pas fait attention, Midorima était malin et avait décider d'attendre que toute l'attention soit sur le blond pour pouvoir lui parler. Aomine le grand reposa son assiette et se lécha es doigts, c'était pas ses amuse bouche favoris mais ils étaient pas mauvais du tout. Il retourna sans rien dire jusqu'a la voiture, passant devant la brune avec son sale air afin qu'elle ne puisse pas parler à Kise.

Il prit place dans la voiture et désaéra sa cravate en déboutonnant trois boutons de sa chemise, voila c'était mieux comme ça, il avait déjà son collier pas besoin d 'avoir autre chose trop prés de sa gorge. L'autre semblait ravit que tout ça soit terminé, ça va il n'avait pas à s'en plaindre, eux n'avaient pas d'anniversaire à la base, Akashi avait décider de date lui même mais cela ne se fêtait pas pour autant chez eux. Akashi viendrait bientôt, cela voulait tout dire, Midorima ne devait pas lui même avoir plus d'information mais Akashi devait déjà savoir la date exacte, il adorait laissé planer le mystère jusqu'au bout.

"Sa sera pas terminer quand que tu seras pas dans ton lit." Lança Daiki en posant son coude contre la vitre de sa portière appuyant son visage contre son point fermé.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Mar 21 Jan - 18:01

- J'attends ça avec impatience, répondit-il simplement en poussant un soupir fatigué.

D'un œil vitreux, il regarda l'heure qu'affichait sa montre. 2 : 48, indiquaient les aiguilles. Il était encore incapable de dire si la soirée avait été réellement longue, ou si le temps était passé incroyablement vite. Mais il aurait tout le temps de décider une fois rentré chez lui. Son pied buta contre un sachet dans lequel il avait rangé les cadeaux ouverts précédemment. Il frissonna en repensant à la fourrure châtain des oreilles. Elles étaient sérieusement tordues. Mais elles auraient pu faire pire, alors il préféra laisser passer, et s'enfoncer un peu plus confortablement dans la banquette arrière. Ryôta sentit ses paupières lourdes se fermer, alors qu'il commençait à somnoler, bercé par le ronron discret du moteur.
Il ne su pas vraiment s'il s'était endormis, ni même combien de temps s'étaient écoulés. Toutefois, il se réveilla en sursaut en sentant la voiture perdre le petit mètre d'altitude qu'elle avait pour retomber lourdement contre le sol.

- Une panne ? souffla-t-il, bien réveillé.

Le blond décrocha sa ceinture à toute vitesse. Mais les coups de feux qu'il entendit le figèrent. Il se passait quelque chose. Et ce n'était sans doute pas une panne. Les yeux écarquillés d'horreur, il vit la portière s'ouvrir brusquement, alors qu'une poigne ferme et peu précautionneuse le tirait à l'extérieur. Il lança un coup de tête vers l'arrière, s'attirant un juron de son agresseur qui relâcha sa prise. Juste assez pour qu'il ne s'en extirpe et titube de quelques pas. L'idée de fuir le traversa, mais avant même qu'il n'essaie de faire volte-face, ses yeux s'accrochèrent à la forme d'un corps au sol. Yukio. Immédiatement, il se figea. Ryôta ignorait si son ami était encore vivant -il ne pouvait que l'espérer. Des bruits de pas le forcèrent à relever la tête. Et dès l'instant où ses yeux rencontrèrent ceux vairons du jeune homme face à lui -l'un d'un grenat surprenant et l'autre d'un doré qui semblait briller d'une lueur presque malsaine- il fut incapable d'esquisser le moindre mouvement. Ce mec n'était pas seulement un démon. C'était plus que ça. Il possédait une aura écrasante, malgré sa taille plus que modeste. Ses cheveux rubis, qui retombaient juste au-dessus de ses yeux, en soulignaient l'éclat. Il était accompagné de quelques autres hommes, qu'il identifia comme des démons. Toutefois, un seul attira son regard; plutôt grand, aux cheveux émeraude partiellement cachés par des lunettes.
Ils n'étaient pas que des démons. C'étaient des membres de la Génération des Miracles. Les compagnons d'Aomine, contre qui celui-ci ne se dresserait certainement pas. Pire que ça; c'étaient ses alliés, à lui. Et Kise, n'était sans doute qu'un futur cadavre -otage, au mieux; voir même esclave.

- Daiki, salua le jeune homme aux cheveux rouge, sans lâcher le blond du regard. Heureux de voir que tu te portes bien. Et que tu nous as déniché un otage parfait.

Le blond tressaillit.

- Attachez-le, et remettez le dans sa voiture. Yoshinori, tu conduis. Que quelqu'un aille le surveiller à l'arrière, peu importe qui.

La voix froide et mesurer du démon sembla couper tous les fils qui suspendaient en l'air l'épée de Damoclès qui reposait au-dessus de lui. L'instant d'après, Kise sentit qu'on accrochait ses poignets, et on le poussait brusquement dans la voiture.
Putain de soirée à la con.

"Je m'appelle Kise Ryôta, fils cadet d'une famille riche et aimante, mannequin de profession, et hier, j'ai eu dix-huit ans. En rentrant de ma soirée d'anniversaire, je me suis fait kidnapper par la force de démons rebelle la plus puissante et insaisissable du monde. VDM."
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Mar 21 Jan - 18:40

"T'es pas le seul." Affirma Aomine le grand.

La journée était beaucoup trop longue sérieux, il y avait eut beaucoup trop d'aventure en seulement quelques heures, trop de choses à penser, trop de chose dont il se moquait éperdument, il avait même pas put tirer son coup en plus de ça, quelle plaie, il ne pensait qu'a trois choses en ce moment même, comment allait sa Satsuki, quand viendrait Akashi et surtout quand pourrait il enfin dormir paisiblement dans ce putain de grand lit que le blond lui avait fait mettre dans sa nouvelle chambre? Oui juste ses trois choses là, au diable si l'autre avait passer une bonne soirée ou non et si ces cadeaux lui avaient plut et même qu'est-ce qu'il avait reçut, qu'importe tout ça, rien de ces merdes ne le regardait après tout.

Regardant par la fenêtre le démon sourit, des déviations qu'il n'y avait pas eut à l'allée? Le blond à cotés de lui dormait comme un bébé il fallait croire, pauvre chou.. Ou pas. Le trajet dura un petit moment, assez pour qu'ils soient loin de la route initiale et que personne ne les recherche par ce coin là. Il n'avait pas attacher a ceinture, il ne le faisait jamais de toute manière, une fois la phrase du blond dite il soupira et le laissa se faire entraîner dehors et sortit calmement à son tour, observant la scène et contournant la voiture pour s'approcher d'Akashi, ne retirant pas un sourire satisfait sur son visage.

"Salut Akashi." Salua t'il en serrant la main du plus petit.

Tournant la tête vers Atsushi qui semblait avoir pillé le mini bar de la voiture il alla le saluer, son Tetsu n'était pas là par contre Takao semblait avoir retrouver son Shin-chan adoré, il en fallait si peu pour le rendre heureux le pauvre. Il avança vers le corps de Yukio qui était à terre, levant la main quand Akashi demanda à quelqu'un d'aller dans la voiture, il irait il y était habituer de toute manière. Il ne fallait pas que le blond panique encore plus qu'il devait le faire déjà. Le chien de garde n'était pas mort, il laissa Kodori venir prés de lui.

"Prend le aussi, il servira de pression pour que le blond se tienne tranquille." ordonna Daiki en tournant les talon.
"Tu ne veux pas l'achever?" Demanda Midorima perplexe.
"Je suis pas barbare comme un, j'achève pas des mecs inconscient."

Marchant les mains dans les poches il revint dans la voiture en soupirant, un léger sourire aux lèvres, sa journée ne c'était pas si mal passé finalement,tout du moins elle finissait en beauté! Il posa son regard sur le pauvre Kise qui semblait déboussolé au possible et profita de son petit moment d’inattention pour lui prendre la télécommande dans la poche de sa veste, la réduisant en miette d'une simple poignée de main. Voila il serait tranquille jusqu'a ce qu'on lui retire toutes ces merdes qui l'empêchait d'être libre. Il salua le conducteur qu'il avait eut l'habitude de coutoyé, un ami de Shoishi après tout et le laissa fermer la vitre qui séparait le coin conducteur de leurs coin à eux.

"On te feras rien de mal t'en fais pas, on torture pas comme des barbares d'humains nous. C'est la grande classe quoi. Yukio restera en vie tans que tu seras sage au fait." Expliqua le général en se tournant vers Kise. "Midorima m'a dit 'bientôt' pendant que tu ouvrais tes cadeaux, je pensais pas que se serait si tôt."
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Mar 21 Jan - 19:14

Kise, qui avait été jeté sur la banquette, tentait vainement de défaire ses liens. La corde rugueuse brûlait sa peau, mais avait été bien trop serrée pour qu'il n'ai le moindre espoir de les enlever. Il sursauta en entendant la portière claquer, et fusilla Aomine du regard, tentant de se redresser, tant bien que mal. Mais à peine avait-il réussi à s'adosser à la portière que, rapide comme l'éclair, le brun avait plongé une main dans sa poche intérieure. Sous ses yeux écarquillés, la télécommande éclata sous la pression du poing du démon, et quelques débris noirs rejoignirent le sol de la voiture.
De mieux et mieux.

- Yukio est en vie ?

Il ne put empêcher un soupir de soulagement s'échapper de ses lèvres, sans toutefois réussir à se décrisper. Mais s'ils emportaient son ami, les choses ne seraient pas bonnes pour autant; ils s'en serviraient comme moyen de pression contre lui, pour l'obliger à parler. L'obliger à parler ? Mais de quoi ? Il n'avait rien à dire, rien d'important, rien de compromettant. Aucune révélation à faire, aucune information à divulguer. Rien.

- Je n'ai rien à vous dire. Rien qui puisse vous intéresser, alors quel est l'intérêt de nous enlever ?

Il tira un peu plus sur ses liens, ne bronchant pas lorsqu'ils entaillèrent légèrement la peau.

- Et où est-ce-que vous nous emmenez ? Qu'est-ce-que vous allez faire de nous ?

Il laissa sa tête retomber en arrière, rencontrant la vitre dans un petit bruit sec et ferma les yeux un instant, incapable de totalement réprimer les tremblements de ses mains. La situation lui rappelait trop celle qu'il avait vécu, quelques années auparavant. Même si le sourire moqueur d'Aomine était probablement cent fois plus agréable à regarde que celui de la pétasse brune. Durant un instant, il songea qu'il avait toujours son présent dans la poche, mais décida de ne pas s'en formaliser. Après tout, si c'était une bombe, il serait probablement déjà mort, alors...
Il laissa ses yeux rencontrer ceux d'Aomine. S'il devenait son esclave, que lui ferait le brun ? Il n'était pas totalement sûr de le savoir.
Mal à l'aise, il se tortilla et, toujours appuyé à la portière, se décida à observer l'extérieur par la vitre d'Aomine. Peut-être que cela pourrait lui être utile plus tard ? Peu probable, songea-t-il en sentant sa gorge se nouer. Il n'avait pas la moindre idée d'où ils se trouvaient.

- Où est Yukio ? Vous l'avez emmenez dans une autre voiture ?

Leur situation était précaire, et il se faisait du souci pour son ami. Il était vivant, certes. Mais pour combien de temps ?
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Mar 21 Jan - 20:02

"Oui et même pas blessé, Takao l'a assommé seulement." Répondit Daiki.

Il fallait que le blond se détende un peu et donc il serait franc, après tout il n'avait rien à cacher le chien de garde n'était pas blessé et Kodori étant un démon calme il ne risquerait rien du tout en sa compagnie, valait mieux lui que Wakamatsu surement, oui c'était mieux comme ça. Aomine le démon observa Kise qui semblait c'être détendu un minimum apparemment un peu rassuré de savoir que son chien de garde allait bien, il devait le faire se calmer étape par étape, histoire qu'il ne s’abîme pas plus qu'il le faisait déjà en tentant de défaire les cordes autour de ses pauvres poignets fragiles, il ne pouvait pas se régénérer aussi rapidement qu'eux après tout et qu'il se vide de son sang et surtout qu'il se fasse mal n'était pas la priorité du groupe de démon.

"On ne te demandera rien baka, Akashi doit vouloir faire pression sur ton père, tu es connue en tans que mannequin soit disant, qu'une personne populaire d'aussi bonne famille soit notre otage est bon pour nous." Expliqua le démon en se massant la nuque.

Lui même ne savait pas trop ce que cherchait Akashi mais il avait bien comprit qu'il ne ferait pas de mal à ce gosse de riche, lui était juste le fils à papa mannequin qui plaisait tans aux jeunes femmes et même aux hommes surement, il n'était pas bête non plus en plus de ça. Le garder tout beau tout neuf et le montrer à leurs cotés pourrait surement faire pencher la balance en leurs faveur, il devait aussi avoir prévu de fausses planque ici et là afin que les forces spéciales recherche les otages pas au bonne endroit tombant dans des embuscade, quoi que au fond le démon simple général n'en savait rien et s'en moquait.

Le membre de la générations des miracles soupira une nouvelle fois, s'adossant à la portière il ne savait pas non plus ou ils allaient, rien de ce plan n'était prévu et rien ne lui avait été communiqué, Midorima lui même présent à la fête devait ignorer que le sauvetage et la capture se feraient aujourd'hui, mais il avait vu dans la seconde voiture le juge kidnappé lui aussi bien bâillonnait, étape par étape cela faisait deux perosnnes de milieu différents enlever dans la même journée mais les autorités ne s'en rendraient surement pas compte tout de suite. Voyant l'autre se tortiller pour défaire ses liens l'As s'approcha et lui mit la main sur la paire de main attachée du blond.

"Tu vas te faire mal arrêt sa sert à rien, je ne sais ni ou nous sommes ni ou on va, je ne pensais pas que Akashi viendrait aujourd'hui me chercher et l'autre chien de garde est dans la voiture avec le juge kidnappé lui aussi." Expliqua le démon en reprenant son air ennuyé.

Le général se rassit finalement correctement à sa place et pencha la tête en arrière, le grand chef devait juste attendre qu'il soit acheter en fait pour venir le récupéré, qu'il soit de nouveau en service motiverait les troupes de rebelles à leurs cotés surement, mais il avait mit du temps avant d'être libéré et surtout acheter, d'ailleurs Satsuki? Il l'avait récupérait elle aussi avec Shoishi? En vu de la tête du conducteur il ne semblait pas inquiet donc surement que oui. Enfin il le connaissait peu malgré qu'il traîne souvent avec à la bonne époque.

Le temps passa à son rythme habituel, silencieusement. Voyant la voiture s'arrêter après un long moment il regarda l'autre qui venait d'ouvrir la vitre en lui tendant un bandeau, et bien soit. Il s'approcha du blond et lui montra le bandeau avec un léger sourire qui se voulait rassurant. Il savait bien qu'ils allaient sous terre mais bon pour les alentour l'autre ne devait pas voir.

"Je vais juste te bander les yeux, il t'arriveras rien promis gueule d'ange, c'est moi qui vais te guider."
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Mar 21 Jan - 20:24

Si, dans un premier temps, il fut surpris par l'attention d'Aomine, qui, visiblement, voulait le calmer, il termina par se détendre, peu à peu; et même si la tension dans ses muscles était encore présente, au même titre que l'inquiétude qui nouait son ventre, il arrivait à raisonner plus calmement qu'il ne l'aurait pensé. Il revaudrait ça au démon, à l'occasion.

- Le juge ? répéta-t-il en fronçant les sourcils, surpris.

L'information aurait peut-être pu lui être utile, si seulement elle n'avait pas été aussi vague. Mais un autre détail était assez préoccupant : l'ancien esclave semblait en savoir à peine plus que lui -soit, pas grand chose. D'un autre côté, c'était réconfortant, et ça lui permit de se calquer sur la nonchalance du démon, sans trop de difficultés. Paniquer n'apporterait rien de bon, et s'il s'en fiait aux dires d'Aomine -et il avait décidé de le croire- il ne lui arriverait rien.
Il ne broncha pas lorsqu'enfin le véhicule se posa à terre, et haussa un simple sourcil en voyant Aomine se pencher vers lui pour nouer un bandeau sur ses yeux. Il fut surpris de constater que le détail ne le gênait pas autant qu'il aurait dû.

- Et c'est censé me rassurer ? bougonna le blond, plus pour la forme que par réel inquiétude.

Sentant une légère pression dans son dos, et entendant le bruit d'une portière que l'on ouvrait, il sortit lentement, tonnant du bout du pied. Se ramasser devant une foule de démons ? Très peu pour lui, il avait encore un peu de dignité à conserver. Dans un sursaut d'orgueil, il releva la tête. Il sentit qu'on le poussait dans le dos et fit quelques pas incertains.
Le trajet fut relativement long, étant donné de la faible allure à laquelle il avançait, buttant parfois contre un cailloux, regagnant difficilement son équilibre, laissant un juron s'échapper de ses lèvres, de temps à autre. Toujours était-il qu'il se sentit descendre par une pente douce, mais longue. Le pire fut la descente des escaliers, laborieuse et dangereuse. Il lâcha un soupir en descendant la dernière marche avant qu'une voix ne lui ordonne de continuer à avancer, ce qu'il fit sans broncher. Ce n'était pas vraiment le moment de se faire remarquer.
Il ne put que soupirer de bonheur lorsqu'enfin on lui enleva le bandeau, et Ryôta releva la tête pour observer l'endroit. C'était une grande pièce, visiblement destinée à être une salle de réunion. Toutefois, la longue table qui trônait au centre ne possédait que six chaises -il n'y avait pourtant que cinq généraux connus, songea le jeune homme. Un frisson remonta le long de son dos. Déjà assis en bout de table, Akashi, qui darda sur lui un regard calculateur, avant d'esquisser un sourire qui inquiéta plus qu'il ne mis à l'aise le blond. D'un vague geste de la main, il l'invita à s'asseoir à la table, auprès des cinq autres démons déjà assis. Ses yeux les balayèrent du regard, surpris devant la diversité des personnages. D'Aomine, qu'il connaissait bien, au jeune homme aux cheveux verts qu'il avait vu peu avant, il s'arrêta tour à tour sur les autres démons; un jeune garçon, plutôt petit et peu musclé, aux yeux inexpressifs, aussi bleus que ses cheveux ébouriffés. A sa droite, Aomine, lui-même assis près d'un géant -bon sang, mais il devait faire plus de deux mètres !- aux cheveux violets et à l'air ennuyé. A ses côtés, Akashi, puis le garçon à lunettes. Il pris place à ses côtés, face à Aomine.

- Daiki, que veux-tu faire de lui ? questionna calmement le leader, la tête posée dans le creux de sa paume. Veux-tu en faire ton esclave, ou j'en donne la... garde... à un autre ?

Le souffle de Ryôta se coupa. Esclave ? Oui, il s'en doutait. Mais la simple idée de servir une des personnes présente dans la pièce l'effraya. Il n'en connaissait qu'un seul, et il était encore incertain quant à ce qu'il pourrait lui faire faire.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Mar 21 Jan - 21:45

"Vaut mieux que ce soit moi qu'un autre disons." Justifia Daiki.

Oui il valait mieux que se soit lui songea le démon en bandant les yeux du blond sans trop serré non plus, pas besoin de privé son cerveau d'oxygène après tout. Il sortit ensuite de la voiture et serra quelques mains juste histoire d'être polis, le chien de garde était toujours inconscient, Takao n'y était pas aller de main morte dis donc, il laissa donc Kodori le transporter et commença à faire avancer son otage lentement, , il ne connaissait pas cette base-ci, quoi que? En fait si mais à l'époque cette entrée là était encore en cours de construction, oui il se rappelait bien de la position des étoiles avant qu'ils ne pénètre dans le tunnel, oui il connaissait cet endroit, il le sentait au fond de lui, ils allaient donc descendre longtemps avant d'arriver ou Akashi voulait qu'ils aillent.

Marchant lentement la main contre le dos du blond il le fit avancer, prenant garde dans les escaliers à ce qu'il ne se casse pas la gueule, il ne pouvait pas le porter sinon il passerait pour un gentil et ce n'était pas le rôle qu'il jouait au seins de leurs armée de rebelle, l’imbattable Aomine Daiki, froid et qui donnait de l'affection qu'a la démone aux cheveux rose et à personne d'autre, hormis le poing contre celui de Kuroko ou Akashi. Les autres ne faisaient que de la figuration. Une fois dans la salle de réunion le démon retira le bandeau des yeux du blond et alla prendre place sans attendre, les bras croisé derrière la tête se balançant légèrement sur sa chaise. Il observa le petit jeu d'Akashi et surtout Kise qui venait s'asseoir.

"J'aime pas le mot esclave Akashi, d'ailleurs.. Qu'on m'enlève ces trucs bordel!"Grogna Daiki. "Mais il reste avec moi, personne le touche."
"Mine-chin est possessif ce soir." Lança Atsushi.
"Murasakibara-kun ne le provoque pas sinon il va crier." Coupa Kuroko en soupirant.

Le général aux teins bronzé pesta et observa Reo arrivait, il recula donc sa chaise et pencha la tête en avant pour que le brun lui retire son collier, viendrait ensuite le reste. La manipulation ne dura que trois minutes pendant les quels Atsushi parlait avec Tetsuya, sur le fait que lui l'As était possessif ou pas, là n'était pas la question Kise était à lui un point c'est tout. Il se rassit normalement une fois tout retiré et bailla sans la moindre gêne en se massant les poignets.

"J'suis crevé Akashi, j'aimerais allé dormir donc j'me casse." Annonça le meilleur de l'équipe.

Sans attendre l'As se leva et ne remit pas sa chaise, il se sentait de nouveau à pleine puissance, pas restreins, il passa derrière les chaises de ses camarades et ébouriffa les cheveux de Kuroko, Akashi lui fit un léger sourire et lui fit un signe de tête et clos la réunion pour ce soir. Il fit se relever Kise et le prit par les épaules, le faisant sortir de la pièce, la chambre des membres de la générations des miracles étaient toutes dans ce sous sol là, au plus bas. Il prit plusieurs virages avant d'arriver à sa chambre qui lui avait tans manqué.

La chambre avait un grand lit rond ou même deux Atsushi pouvaient s'allonger sans problème, en bois très foncé avec une couverture faite sur mesure pour le lit bleu marine et des coussins noir, tout les meubles étaient foncé et on pouvait surtout voir le coin détente avec un grand canapé avec une table basse et des coussins à ne plus savoir quoi en faire, des tapis doux bleu marine au sol, et des pouffes un peu partout, pour ses moments siestes, son sport il le faisait dans un gymnase à l'étage du dessus. Une seul autre ouverture était là à l'opposé de l'espace canapé séparé par le lit sans porte seul un rideau noir la cachait, menant à une salle de bain privé tout dans les tons bleu, aucune touche de blanc nul part.

"Voila c'est ma chambre et la tienne par la même occasion."
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Mar 21 Jan - 22:19

Entendant les paroles d'Aomine, Ryôta se détendit, allant jusqu'à se mordre la lèvre pour empêcher un ricanement de filtrer. Ce n'était pas le moment. Mais voir Aomine aussi possessif était réellement amusant. Voir même un poil attendrissant.
Soulagé malgré lui lorsque son aîné décida qu'ils allaient se retirer, il le suivit sans mot dire, tête toutefois haute. Humain au milieu de démon, oui. Effrayé, certes. Mais hors de question de le faire passer pour un trouillard.
Le blond lâcha un lourd soupir lorsqu'enfin, ils pénétrèrent dans la vaste chambre du démon. Ses yeux dorés firent le tour de la salle, alors qu'il s'autorisait un sourire; ça ressemblait tellement au propriétaire de la chambre... En sois, la pièce était sombre, mais plutôt jolie et confortable, ce qui mis tout de suite à l'aise le jeune homme. Celui-ci observa Aomine quelques instants, incertain. C'était la première fois qu'il voyait l'ancien esclave sans ses menottes ou ses bracelets. Et s'il n'avait pas été aussi fatigué, il aurait certainement décidé de se carapater pour se planquer dans un coin de la pièce. Car s'il l'avait trouvé intimidant auparavant, maintenant qu'il était en possession de sa pleine puissance, l'aura qu'il dégageait était incroyable. Mélange de bestialité et d'une force qui ne semblait connaître aucune limite, il dégageait ce genre d'aura qui imposait crainte et respect. C'était Aomine Daiki, l'AS de la Génération des Miracles.
Il secoua la tête, se rendant compte qu'il fixait l'autre depuis bien trop longtemps. Essayant d'aborder une pause plus nonchalante, il s'assit sur le lit pour défaire sa cravate en soufflant de bonheur. Trop absorbé par les événements de fin de soirée, il ne s'était pas vraiment rendu compte qu'il commençait à étouffer.

- Jolie chambre, déclara-t-il au bout d'un moment, pour briser le silence.

Posant la cravate dans un coin, par souci de ne pas déranger son "hôte", il se releva, encore incertain.

- Et... je dors où, du coup ? Sur le canapé ?

Ledit canapé avait l'air confortable. Mais ça restait un simple sofa, et il risquait de se relever avec un mal de dos pas possible le lendemain. Quoique, dans l'immédiat, c'était très certainement le cadet de ses soucis.
Le fait d'avoir été enlevé par des démons, de voir le rapport maître/esclave inversés, et d'apprendre qu'il était désormais dépendant d'un général démoniaque étant tout de même un peu plus haut dans sa liste de priorités -juste après le fait de dormir, par-ce-que, putain, il commençait vraiment à somnoler sur place. Il jeta sa veste dans un coin, près de la cravate, et défit sa chemise, dans l'optique de se mettre à l'aise. Dès qu'Aomine lui aurait dit où il pioncerait, il ne comptait pas attendre pour s'endormir. A moins que l'autre ai quelque chose à lui dire, dans la mesure où il se doutait bien que le démon n'aimerait certainement pas le trouver endormi alors qu'il parlait.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Mar 21 Jan - 23:07

Aomine le grand soupira d'aise et jeta sa veste et sa cravate sur sa table basse, laissant ses chaussures prés de la porte d'entrée de la chambre, il rangerait tout mieux demain là il avait bien d'autres choses en tête comme dormir, se jeter dans des draps qui lui étaient familiers dans un cadre qu'il appréciait avec toujours autant de calme, oui cette endroit était pour lui l'endroit parfait pour ses siestes et ses longues nuits d'hiver, Satsuki avait la chambre en face et n'ayant pas vu de lumière c'était qu'elle ne devait pas être encore de retour.... Vivement qu'elle soit de retour sa meilleur amie, sa présence lui manquait et ne pas savoir ou elle était le gênait un peu. Il marmonna un merci au compliment de Kise, lui ne la trouvait pas très décorer ni digne des plus grands magazines de décoration, mais il s'y sentait bien, son petit cocon à lui.

A présent ce blond d'ailleurs était quoi? Plus son propriétaire c'était certains, de toute façon il ne l'avait jamais vu comme tel donc cela n'était pas le problème. Mais il n'aimait pas le mot esclave, non il ne ferait pas faire des choses à Kise sous prétexte qu'il était un humain et lui un démon, à ses yeux il n'était rien de plus qu'un otage, voir même un invité avec des droits restreins, très restreins même mais qu'importe. Il marcha jusqu'a son grand placard et enfila un short blanc avec un t-shirt noir. Puis attrapa un autre short avec un autre t-shirt et vint devant le blond.

"Met ça sinon je te garantie que je te laisserais pas dormir si je vois ton torse." Ordonna gentiment Daiki.

Sans attendre le bleuté alla prendre place dans son lit, , il ne dormait jamais au centre de toute façon donc le blondinet gosse de riche aurait tout le choix de venir dormir en face de lui ou non. Il ne l'obligerait pas à dormir avec lui ni sur le canapé, avec tout les coins siestes de cette chambre Kise avait le choix. Se couchant sur le cotés il passa un bras sous son coussin, se couvrant avec la couverture avec son autre main qui vint passé sur l'ancienne place de ce collier électrique, ça faisait un vide un peu mais qu'importe.

"Tu dors ou tu veux, j'te force en rien. Tu peux pas t'enfuir, toutes les portes ne s'ouvre qu'au démon." Précisa Daiki en baillant.
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Mer 22 Jan - 13:13

Kise attrapa les vêtements tendus par Aomine, avec un sourire rieur. Amusé, il prit un semblant de pose, comme il avait l'habitude de le faire devant les photographes avant de lâcher un rire joyeux.

- Mon torse te dérange, Aominecchi ?

Il se redressa d'un bond et parti vers la salle de bain, amusé. Prenant un soin tout particulier à rabattre les pans de tissus foncé, il fronça les sourcils. Il n'y avait pas de porte ? C'était... étrange. Ce ne fut que lorsque ses yeux se posèrent sur la douche qu'il saisi l'ampleur du problème. Et pour se doucher ? Il soupira. Soit les démons ne connaissaient pas la notion "d'intimité", soit à Aomine était un cas particulier. Étrangement, il penchait plus pour la seconde solution. Il secoua la tête, dépité. Il aurait tout le temps de voir ça le moment venu. Rapidement, il enfila le tee-shirt et le short, soupirant d'aise en enlevé son costume. Les vêtements étaient à peu près à sa taille, juste assez amples pour qu'il soit à l'aise pour dormir. Il s'étira, bailla et fit craquer sa nuque.
Le blond ressorti de la pièce et ses yeux se posèrent sur le lit, où Aomine était déjà allongé, et, peut-être, déjà endormis. Son regard fit la navette entre le canapé et le lit, incertain.
Il termina par hausser les épaules et s'approcher du lit. Ils avaient pris une douche ensemble, avaient failli coucher ensemble, pas plus tard qu'il y avait quelques heures... ils n'en étaient plus à ça près, n'est-ce-pas ?
Ryôta souleva les draps et se glissa dans le lit, étouffant un gémissement de bonheur lorsqu'il sentit le matelas confortable dans son dos et l'oreiller moelleux sous sa tête. Bonheur. Il ferma les yeux, se blôtissant sur le côté, face au mur. Toutefois, à peine une poignée de secondes plus tard, il se retournait pour observer Aomine. Il ne savait plus trop quoi faire, et la soudaine envie de rentrer chez lui, lui tordit le ventre. Certes, il se doutait qu'il serait traité relativement bien -son ancien esclave était moins cruel qu'il ne le laissait paraître, et semblait assez respectueux. Mais il se demandait s'il en serait de même pour Yukio -où était-il, d'ailleurs ? De plus, il ne pouvait pas s'empêcher de se demander ce qu'il se passerait, après. On le libérerait ? Serait-il possible qu'une autre guerre soit en train d'être préparée par les démons ? Après tout, un siècle plus tôt, il n'y avait eu que quelques années d'écart, entre les deux premières guerres mondiales... Aurait-il un rôle à jouer, si une guerre venait à être commencée ? Tu débloques, mon vieux. Ce ne sont pas tes problèmes; et de toute manière, de quel côté te placerais-tu ? Tu es humain, mais tu ne hais pas les démons. Tu n'as rien à foutre là-dedans.
Il se recroquevilla. Trop de pensées venaient bouleverser son esprit embrouillé par le sommeil, et, déjà, il sentait la migraine naître dans un coin de sa tête. Il voulait dormir.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Jeu 23 Jan - 20:22

"Si tu savais." Bailla Aomine le grand.

Dans ses draps bien au chaud qu'il connaissait si bien il soupira d'aise, laissant l'autre blond faire à sa guise, il se contrefoutait de l'endroit de la chambre ou l'autre voulait dormir. Il était enfin rentrer chez lui enfin dans l'un de ses chez lui car ils n'avaient pas qu'une seul base les démons mais à chaque fois il avait fait son caprice auprès d'Akashi, toutes ses chambres devaient êtres identiques, les meubles les couleurs et les emplacements de ceux-ci dans la mesure du possible bien entendu, au moins il avait ses repaires quoi qu'il arrive ou qu'il aille. Etre privé de son petit confort pendant tans d'année l'avait agacé au plus haut point, huit ans déjà qu'il n'avait pas était dans sa chambre adoré, oui huit longues années selon son calcul vu qu'il c'était fait attraper avec sa meilleur amie quatre avant après la fin de la guerre...

Fermant les yeux le général démoniaque inspira profondément, , serrant un peu plus le protège matelas en tissus très duveteux noir du bout des doigts, comment allait sa meilleur amie en ce moment même? Il espérait la voir arriver avec son air de ronchonne pour le gronder car il était encore en trins de dormir, elle qui cuisinait toujours des trucs immangeable et qui avait même une culotte porte bonheur, et bah même avec ces gros défaut là il ne pouvait s'empêcher de se faire du soucis pour elle. Totalement perdu dans ses pensées à moitié endormit il crut sentir sa Satsuki sur le lit et prit le blond dans ses bras, le serrant fortement.

"Satsu..." Commença Daiki avant d'ouvrir les yeux en sentant que les cheveux étaient trop court. "A non c'est toi, bon c'pas grave tu reste là pour la peine."
avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Kise Ryôta

Message par Jezebel le Jeu 23 Jan - 20:59

Le contact des bras d'Aomine s'enroulant autour de son ventre et sa tête se poser dans le creux de son épaule le fit brusquement sursauter. D'un geste machinal, il tourna la tête pour observer l'air endormis du démon, ne sachant pas trop quoi faire. Il l'entendit murmurer un nom dans sa semi-inconscience avant de sembler prendre conscience de la personne qu'il enlaçait. Ce qui ne parut pas l'ennuyer le moins du monde, dans la mesure ou il resserra sa prise.
Kise retint le "Aominecchi !" presque outré qui menaçait de franchir ses lèvres, se contentant de lâcher un soupir lourd de sens et de se caler un peu plus dans l'étreinte pour fermer les yeux. Il était trop fatigué pour se disputer avec son aîné.
Étrangement à l'aise, le blond ne tarda pas à sentir les paupières se fermer et le sommeil l'emporter; bientôt, il sombrait dans les bras réparateurs de Morphée.

*

Ryôta n'avait jamais aimé le matin. Plus adepte des grasses-matinées que des réveils à l'aube, il était le jeune homme type, "couche tard-lève tard" qui somnolait jusqu'à l'après-midi pourvu que cela fasse partir la gueule de bois.
Pourtant, ce jour là, il se réveilla tôt -même pas neuf heures, indiquait le réveil posé sur la table de nuit. Il bailla, se tortillant légèrement en prenant garde à ne pas réveiller Aomine, qui roupillait toujours. Distraitement, il nota qu'il s'était retourné dans son sommeil. Ryôta, qui sentait encore son esprit engourdi par la fatigue -couché trop tard, réveillé trop tôt- décida de reposer sa tête contre le torse du démon pour se rendormir. Ou du moins, essayer. Il ne tarda pas à rouvrir les yeux pour observer l'autre. C'était incroyable d'observer la métamorphose d'une personne endormie.
Les traits d'Aomine, bien que toujours élégants, ne révélaient plus son habituelle bestialité, plutôt remplacée par une expression de calme paresseux. Ses lèvres entres-ouvertes laissaient passer un souffle régulier, presque inaudible. Son corps, aussi, semblait bien plus décontracté qu'à l'accoutumée -bien que, de ce qu'il avait pu observer, le métisse n'était très certainement pas une personne naturellement tendue ou stressée, au contraire, même.
Il ne retint pas son sourire amusé, regrettant de ne pas avoir de quoi immortaliser le moment sous la main. Est-ce-que l'autre se réveillerait, s'il se levait chercher un stylo et son téléphone portable ?
Ses yeux s'écarquillèrent. Son téléphone ? La respiration de Kise se coupa. Les souvenirs de la veille, bien qu'un peu floue étaient encore assez vifs pour qu'il se souvienne que personne ne le lui avait ôté de sa poche. Il se tortilla nerveusement. C'était risqué. S'il se levait, peut-être qu'Aomine se réveillerait. Et il ne voulait même pas penser à ce qui lui arriverait si on le surprenait donner un coup de fil. Ils avaient promis de ne pas lui faire de mal; au même titre qu'ils l'avaient prévenu que toutes ses actions auraient une répercussion sur Yukio. Et si le blond, lui, ne serait pas blessé, il n'en serait probablement pas de même pour son ami. D'un autre côté... d'un autre côté, l'idée d'appeler quelqu'un -sa famille !- était réellement tentante.
Ses yeux dorés se posèrent sur Aomine, indécis.
avatar
Jezebel
Sixième

Messages : 159
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les limbes de mon imagination

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aomine Daiki

Message par Tcherryz le Ven 24 Jan - 22:12

Non c'était impensable en règle général de confondre Kise ce blond abruti avec Satsuki cette rose creuse, déjà un garçon et une fille, la taille général du corps et surtout l'opulente poitrine de la démone qui ne passait pas inaperçue quel que soit la tenue qu'elle mettait et qui forcément, quand il l'avait dans ses bras, lui faisait toujours tout drôle, Kise non il était plat, normal pour un mec en même temps mais son torse était de ce fait plus dur et il n'avait pas peur de faire éclaté comme des ballons une potentiel poitrine trop gonflé quand il le serrait dans ses bras. Ensuite il y avait la longueur des cheveux, c'était sur que là ça faisait une sacré différence entre court et long jusqu'en bas du dos. Oui il était vraiment endormit pour les avoir confondu, mais bon c'était quand même très agréable, les humains avaient le coeur qui ne battait pas au même rythme qu'eux les démons ce qui était agréable à sentir contre lui.

Quoi qu'il en soit le démon avait très bien dormit, comme un bébé, même si il ne savait pas vraiment comment était le sommeil des bébés, mais d'après les rumeurs c'était un sommeil profond et bien réparateur. Donc oui il avait dormit comme un bébé, il ouvrit lentement ses yeux bleu marine et serra un peu plus Kise dans ses bras, selon Satsuki il était une boule d'amour le matin ou chaque fois qu'il se réveillait après avoir dormit profondément, donc après chaque sieste et chaque pause dodo qu'elle soit prévu ou pas. Il n'embrasserait pas ce blond non plus il ne fallait pas abuser, sa présence était comme celle d'une peluche, c'était sympas d'avoir une présence chaude dans ses bras au réveil, que se soit vivant ou pas.

"Ton coeur bat super vite, t'as quoi de bon matin gueule d'ange? Je t'excite c'est ça?" Demanda Daiki en baillant.

avatar
Tcherryz
Troisième

Messages : 1825
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 26
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Kuroko no Basket] [UA] [M] Sois sage...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum