#25 Cachette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

#25 Cachette

Message par Raph' le Mer 26 Oct - 16:46

Genre : Science-Fiction, Huis-clos, Post-apo
Personnages : Misty et Strood
Rating : T
Disclaimer : Les personnages et l'univers dans lequel ils évoluent viennent de mon petit esprit un peu tordu. Ça ne ressemble pas du tout aux choses que j'ai pu lire sur ce forum, mais je tente quand même !
Notes : C'est mon premier essai de fiction, donc tout retour, positif comme négatif, est le bienvenu !
J'ai imaginé quelque chose de plus grand derrière ce petit texte, un univers, et des personnages aux personnalités plus approfondies, mais je pense pas qu'il soit nécessaire de les connaître pour comprendre ce qui va suivre... Mais bon je ferai peut-être des fiches de perso et d'univers en bon et dû forme un peu plus tard !


Planqués


   Misty posa son pion et écrasa son mégot fumant dans le cendrier. Après un cours silence, passé à observer les volutes de fumée, il prononça les mots pour lesquels ils se battaient tous les deux :
   - Échec et mat.
   La partie était terminée. Pourtant il continua :
   - C'est dommage d'avoir encore foncé tête baissé, tu vois, si tu avais gardé tu reine tu…
   - Ouais ouais c'est bon, laisse tomber, cracha l'autre, pas la peine de me faire la leçon. De toute façon les échecs ça commence vraiment à me gonfler.

   Ils étaient assis l'un en face de l'autre, dans des canapés sales dont la mousse s'échappait ici et là, formant des ombres sur le sol, éclairée par une ampoule nue accrochée au plafond. La lumière, faible et vacillante, éclairait juste assez la pièce pour que l'échiquier posé sur la table basse soit visible. Le reste était dissimulé dans la pénombre. Pourtant on devinait facilement ce qui les entourait, tant la pièce était petite : une cuisine improvisée sur leur droite, et adossée au mur opposé, une massive armoire fermée à clé.
   Misty se leva, vida le cendrier dans un coin de la pièce, prit une craie et traça un trait sur le mur à côté de l'armoire.

   - Ça y est, dit-il, ça fait trois mois. Trois mois qu'on est cachés ici, depuis que Arundel a pris le contrôle de la zone. Je ne comprends pas pourquoi ses larbins n'ont toujours pas trouvé où on se cachait.
   - Faut dire aussi qu'on est pas tout près des tunnels principaux, répliqua Strood. On aurait dû se barrer vers la zone la plus proche dès qu'on en a eu l'occasion, j'comprends pas pourquoi tu persistes à vouloir rester dans ce trou à rat.
   - Tu ne comprends pas ? C'est pourtant simple... Tu ne te rappelle pas de la mission qui nous a été confié par le gouvernement lorsque la Nuage est arrivé et que tout le monde a dû se réfugier sous terre ?
   - Bien sûr que si, ça fonctionnait bien, très bien même jusqu'à ce que Arundel se retourne contre nous pour faire son petit coup d'état à la con. Tous les trois, on aurait pu rendre cet endroit vivable pour les populations civiles.

   La pièce était sale, trois mois qu'ils n'en étaient pas sortis, trois mois qu'il ne se nourrissait que de conserves. Le vieux parquet du sol était plein de poussière et commençait à s'affaisser en plusieurs endroits. Ils avaient beau être isolés du reste de la Zone, la porte était barricadée par des planches clouées au mur. Une faible protection, mais une protection quand même. Strood reprit :

   - La nuit dernière j'ai entendu des mercenaires passer devant la porte, ils disaient que le nouveau leader avait relancé les programmes de recherche qu'il avait commencé quand on était à la surface. On dirait qu'il a réussi à pousser encore plus loin la technologie des implants bioniques. Les soldats disaient même qu'il s'est injecté un LCR.
   - Non ça c'est impossible. J'ai vu l'avancée de ses recherches sur les implants cérébraux avant de descendre ici, ils n'avaient aucun prototype.
   - On peut pas en être sûrs ! Il a réussi à fédérer tous les petits clans, pourquoi pas les scientifiques ? Tu sais que c'est un grand malade, je suis près à parier qu'il s'est servi de lui-même comme d'un cobaye ; si ce foutu LCR est fonctionnel, son humanité a dû en prendre un sacré coup. Il n'était déjà plus le même après quelques implants musculaires, et qui sait combien d'autres il a eu le temps de s'injecter depuis qu'on est ici ?
   - Personne. C'est justement ça le problème, on ne peut pas estimer sa force ni celle de ses hommes. Pourtant il va bien falloir qu'on parte un jour, mais on n'a aucun moyen de savoir quel est le moment propice depuis ici. On a beau réussir à survivre planqués, c'est parfaitement inutile si on ne sait pas quand agir.

   Un silence pesant s'installa. Perdus dans leurs pensées, ils n'étaient dérangés que par le bruit de l'eau dans les tuyaux.

   - Et pourquoi pas maintenant ?
   - Quoi ? Non mais ça va pas ! On en sait pas ce qui traîne dans les tunnels, ni où il est, ni…
   - Et on n'en saura jamais plus en restant ici bordel ! On s'affaiblit petit à petit ! Et un jour, on ne pourra même plus sortir juste parce qu'on aura trop attendu. Alors autant tenter le tout pour le tout maintenant, puisqu'on ne redeviendra jamais ce qu'on était avant.

   Sans rien dire, Misty se leva et se dirigea vers le mur derrière lui.
   - Ho ! Tu pourrais me répondre au moins tu penses pas ?
   Il prit la clé qui y était accrochée, et se tourna vers Strood qui le fixait.
   - Prépare toi, répondit-il. On va y aller.

   Strood se leva à son tour, et faisant craquer le parquet, il se plaça devant l'armoire. Misty lui donna la clé, et il ouvrit les portes. Ils y avaient entassé tout ce qui pouvait leur être utile lors d'une sortie. Armes, bien sûr, mais aussi plans tracés à la main, lampe, sacs à dos…
   Strood se précipita sur ses précieux couteaux. Trois mois sans entretien ne les avait pas arrangés, mais ils semblaient toujours aussi meurtriers. Misty quant à lui commença à charger ses différents calibres. Lorsqu'ils eurent vidé l'armoire, ils s'équipèrent en silence, redevenant les machines à tuer qu'ils avaient été avant l'arrivée du Nuage.
   Une fois qu'ils furent prêts, ils arrachèrent une à une les planches clouées à la porte, elle tomba en avant. Leur faible muraille venait de s'effondrer.

   - Et n'oublie pas, garde ta reine le plus longtemps possible.
   - On verra Misty, on verra comment ça va se passer, dit-il en franchissant le pas de la porte. La partie ne fait que commencer.

Raph'
Néophyte

Messages : 4
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 18
Localisation : Bas-fonds d'Internet

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum