Un forum pour les gens voulant rp librement sans avoir un personnage spécifique !
 

[Pendragon Gakuen] [M] De feu et de glace~

 :: LA BIBLIOTHÈQUE :: Les livres :: Supernaturel :: Pendragon Gakuen Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 11, 12, 13  Suivant
Tcherryz
Quatrième année
Messages : 1946
Quatrième année
Lun 22 Jan - 20:39
Le préfet de feu peinait à contenir sa colère,, envers lui même car après tout il avait perdu et ce n'était pas que de la faute de l'autre tâche, mais surtout sa colère envers cet abruti, il le rendait dingue, chacun de ses soupir le faisait bouillir toujours un peu plus alors que finalement il ne faisait que respirer. Il était colérique c'était bien connue, il crut entendre au loin des gens demander à la préfet d'eau si elle l'avait vraiment calmer pendant la pose. Se relevant de sa première défaite il lança un regard noir vers les bavards, qu'ils se battent plutôt que de faire des commentaires sinon ils seraient les suivant pour sur! Inspirant profondément il tenta de se calmer, sa concentration était là mais énervé il avait des gestes trop hâtif, il devait se calmer un peu.

Malheureusement rien n'y faisait, plus le temps passait et plus les combats étaient difficile, il progressait, l'autre aussi, comme une histoire qui n'avait pas de fin. Quand il perdit de nouveau il faillit faire apparaître une boule de feu mais se retint de justesse, ça tomait bien car peu de temps après leurs professeur siffla bruyamment pour les calmer. Peu importe ce prof à la con, ils étaient occupés là! Le combat reprit alors et dura jusqu'a la fin du cours, au loin les gens faisaient de temps en temps des pauses pour les regarder faire, leurs professeur devait passer un très bon moment car malgré ces "calmez vous un peu" le combat devait être passionnant. Mais voila il perdit encore. Reprenant son souffle un genoux à terre le châtain lança une nouvelle injure accompagné de flamme autour de son corps. Les mots du blond ne parvinrent pas évidement à le calmer bien au contraire.

"Vas te faire foutre." Cracha Haru pourtant si peu vulgaire d'ordinaire.

D'ailleurs cette vulgarité laissa beaucoup de monde sur le cul. Oui il était mauvais perdant et alors? Quelqu'un voulait lui faire une remarque peut être?! Se levant il alla ranger son bâton et pesta en entendant qu'il devait se mettre à genoux. Il s'exécuta se tenant droit mais la tête basse, valait mieux ne pas regarder leurs professeur dans les yeux il prendrait ça pour de l'insolence. Il se retint de couper la longue tirade du vétéran en combat mais il en avait lui aussi des choses à dire. Si il l'aurait voulu il aurait put les séparer facilement et mettre fin à tout ça, mais non monsieur était trop occuper à les regarder subjugué par ce combat, les autres devraient prendre exemple sur leurs technique au passage! Ensuite quand au fait de se blesser, leurs magie... Oui il ne pouvait pas le contredire vu qu'il savait qu'il avait peiné à se contrôler pendant ces deux heures.

Le savon dura son temps et il continua de se retenir, quoi qu'il en soit ce sermon avait eut pour effet de le calmer, il avait descendu en pression, certes il avait toujours la colère d'avoir perdu contre ce trou du cul mais il pouvait réfléchir clairement et calmement . Se levant il salua son professeur et partit dans les vestiaire, jetant ses habits prés de son sac il partit sous la douche, tentant de se calmer encore un peu plus avec de l'eau brûlante.

"Si t'avais pas fait ton fourbe en me mordant le cou en auto défense j'aurais été calme et j'aurais gagné, c'est ta faute ce savon." Grogna Haru fermant les yeux, le visage relevé vers le pommeau de douche pour recevoir l'eau sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Lun 22 Jan - 22:33
Kaname aurait bien répliqué une ou deux fois, mais il savait que c’était inutile et il n’avait surtout pas envie d’aggraver son cas. Ce n’était pas la première fois cette semaine qu’il se faisait rappeler à l’ordre par un enseignant, alors il valait mieux se faire tout petit et écouter ce sermon sans moufter. Tout ce petit sermon vint entacher sa joie après ses trois victoires consécutives. Tout ça parce que l’autre con n’était pas capable de se contrôler et il avait fallu qu’il fasse péter le feu… Contrairement à son homologue, il savait parfaitement contrôler sa magie. Il avait vraiment une parfaite maîtrise de lui en ce qui concernait son énergie magique. Son élément était vraiment un avantage pour ça, contrairement à celui du feu. Et maintenant, il se retrouvait à genoux comme un môme qu’on engueulait. Il commençait à avoir mal aux genoux à force de rester dans cette position.

Quand le sermon eut fini, Kaname attendit que leur professeur soit éloigné pour soupirer et se lever. Il laissa son camarade partir en premier. Se levant, il s’étira, faisant craquer son dos. Arrivé aux vestiaires, il se déshabilla sans un mot et alla sous la douche.

« Hein ? De ma faute ? C’est quoi le rapport avec le cours de combat. C’est des foutaises ça. T’as bien gagné malgré ça. Ne te cherche pas d’excuse parce que t’as été nul. C’est pour ça que tu as perdu. », dit-il en alluma les deux robinets.

« C’est de ta faute plutôt ce savon. Pauvre con. Monsieur n’est pas capable de se contenir alors il fait jaillir de flamme. », cracha Kaname sentant la colère devenir de plus en plus grande.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Lun 22 Jan - 22:46
Le châtain tenta de se détendre, mais comment faire? Entre les défaites, le cours d'auto défense qu'il n'avait pas savourer et là le savon cela faisait beaucoup à encaisser en une seule journée et en plus il supportait les conneries du blond, genre cela n'avait pas de rapport!? Il se moquait de lui en plus de ça? Quand au fait de sa magie il ne niait pas qu'il avait eut beaucoup de mal à se contrôler cette fois.

"Si tu ne m'énervais pas autant je ne perdrais pas le contrôle et pourtant j'en ais eut l'envie de te faire cramer." Grogna Haru en se tournant vers l'autre.

Oui tellement envie et pourtant il ne l'avait pas fait, ne lui avait pas foutu une boule de feu par la tronche, ne faisant ressortir sa magie qu'autour de sa personne quand il avait perdu, personne n'aurait put se brûler sauf si il l'avait touché, il n'aurait pas mit le feu au gymnase, les autres personnes ne lui avaient rien fait. Il pesta et vint près de l'autre le forçant à lui faire face.

"J'ai été très réglo avec toi, même quand on m'a parler de tes suçons sur mon corps j'ai pas cité ta petite gueule, j'en ais parler à personne de la fac car TU n'assume pas tes actes comme un gosse de huit ans et là, toi car tu perds tu me mord le cou,  en public, tu te sers de ce que tu as appris de ces fois que tu dois rêver d'oublier! C'est ça qui me rend dingue, t'es qu'un con égoïste, puéril et pas fiable, c'est pour ça que je suis si énervé, j'aurais du tout balancé Lundi comme un connard, tu l'aurais mérité sérieusement!"  Engueula Haru le foudroyant du regard, lâchant son épaule. "Donc si, ce savon c'est aussi ta faute."
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Lun 22 Jan - 23:17
Sérieux ? En quoi c’était sa faute si l’autre débile ne savait pas se maîtriser ? C’était une des premières choses qu’on apprenait à la fac, savoir se contrôler et ne pas se laisser submerger par ses émotions. Même depuis tout petit, on vous mettait en garde contre ça. Alors en quoi il était responsable de son pétage de plomb ? Il n’était pas capable de se tenir, c’est tout !

« Et moi je te soutiens que c’est entièrement de ta faute. », cracha-t-il à son tour en lui agrippant les cheveux pour lui penser la tête en arrière. Sans s’en rendre compte, il s’était collé à lui. Son corps avait bougé tout seul en laissant sa colère éclater.

« Alors pourquoi t’as pas pété un câble dès le premier combat en auto-défense ? Ça t’as pas dérangé que je te mordille le cou ce matin. Ou alors c’est le temps que l’information te monte au cerveau ? Bah putain, je te pensais plus intelligent que ça ! Tu veux mon avis ? T’es juste un putain de connard prétentieux qui se cherche des excuses à la con parce qu’il a perdu. Tu veux que je me mette à genoux devant toi et te baise les pieds pour ne pas avoir vendu la mèche que c’était moi qui avait recouvert ton corps de suçons ? Ou alors tu étais frustré de pas le dire à quel point on a joui tous les deux ensembles, et te vanter de ça, fier comme un coq ? C’est en ça que tu me trouves égoïste ? Parce que je ne veux pas étaler ce que je fais aux autres ? Toi, ça t’excite de leur dire, c’est ça ? » lâcha-t-il avec un petit sourire moqueur sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Lun 22 Jan - 23:30
Une dialogue de sourd, finalement chacun avait son avis et n'avait pas envie de comprendre celui de l'autre, c'était normal, quand deux caractère forts se rencontre et se heurte, la dispute ne pouvait jamais se finir par un, tu as raison j'ai eut tors, car de toute façon aucun n'admettrait avoir tors. En même temps, le châtain n'avait pas tors alors il n'avait rien à admettre du tout! Lui tournant le dos il soupira encore énerver jusqu'a sentir une main peu agréable dans ses cheveux il grimaça.

"Je t'ais laminé dans ce cours ça m'a juste pas suffit! " S'enquit Haru en faisant lâcher la main de l'autre. "Contrairement à toi j'ai pas honte de ce qui c'est passé et n'aurait juste pas eut la frousse de dire la vérité, 'as juste peur que les gens te prenne pour un con car après m'avoir cracher dessus pendant bientôt cinq ans tu aurais baisé avec moi! Et surtout que t'as adoré ça!"

Se tournant vivement le châtain foudroya le garçon du regard, ils étaient bien trop proche, il avait envie de le tuer, il avait envie de l'entendre dire qu'il avait aimer aussi plutôt que de faire son bébé à le nié, car lui aussi avait jouit et deux fois donc il ne devrait pas se la ramener! Il devait le faire taire, retenir les saletés qui sortaient de sa bouche. Laissant parle son instinct le préfet de feu agit sans réfléchir, plaquant l'autre contre la paroi de la douche commune il l'embrassa avec fougue, collant plus encore son corps contre le sien. Enfin il allait se taire, ce dialogue de sourd allait prendre fin.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mar 23 Jan - 0:04
Kaname voulu réagir, mais fut prit de court et son dos heurta le carrelage froid de la douche. Ce n’était vraiment pas agréable, et à ce moment-là, il réalisa à quel point il avait énervé Sahiko. Avant, il ne se rendait pas vraiment compte, se laissant guider par sa colère. Il s’attendait à recevoir son poing dans les dents, mais ce fut toute autre chose qu’il eut. Surpris de le voir si près sans que son sa main se lève, il ouvrit la bouche, laissant ainsi la langue du préfet de feu s’introduire dans sa bouche. Encore une fois, son corps réagit tout seul, et répondit au baiser aussi passionnément que son adversaire. Il fit par le rompre pour reprendre la parole.

« Ah ouais ? Ça t’as pas suffi ? T’en voulais plus ? Me battre à plat de couture ne t’as pas suffi ? Tu voulais encore me baiser, c’est ça ? T’as tellement aimé le faire avec moi que tu voulais recommencer, c’est ça ? Tu peux plus te passer de mon corps à ce que je vois. », dit-il toujours avec le même petit sourire en coin.

Le jeune homme n’avait pas été choqué par ce geste, au contraire, il l’avait fortement aimé. Sahiko embrassait foutrement bien. Comme ne pas aimer ça ?

« Ça te fait bander, ça ? », dit-il en venant lui mordiller l’oreille puis le cou, « T’en voulais plus ce matin, t’as eu peur de rester sur la béquille, c’est ça qui t’as énervé ? », dit-il en continuant.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mar 23 Jan - 0:17
Savourant le baisé le préfet de feu ne réfléchit pas, la seule chose qu'il savait en ce moment même c'était que l'autre y répondait avec tout autant de passion, ce n'était pas normal comme situation, en général il grillait ou frappait les casse couille qui dépassaient les bornes mais celui là, son corps avait réagit seul, l'embrasser était la meilleure chose à faire pour le faire taire. Malheureusement le baisé cessa et le blond reprit la parole. En plus il parlait pour l'énerver encore plus, pourquoi ne pouvait il pas juste la fermer?

"Mais fermes là bordel." Pesta Haru exaspéré.

Sentant les dents sur son oreille le préfet de feu soupira de plaisir, si seulement le blond pouvait juste continuer sans parler ce serait un bonheur, que cherchait il exactement? L'entendre dire qu'il était fou de lui et de son corps, ce n'était pas le cas il ne mentirait pas, il n'était même pas dans son top trois des meilleurs coups avec un homme, qu'il ne prenne pas la grosse tête comme ça.

"Non c'est plus bas pour me faire bander"
Répondit Haru. "Et puis c'est toi qui à commencer à me mordre ce matin, c'est toi qui en crève d'envie au point de pas pouvoir te tenir si tu es trop proche de moi." Ricana t'il.

Sa main vint sur son torse, caressant ces tétons qu'il savait si sensible, alors que son autre main, déscendit bien plus bas, il comptait bien l'entendre gémir un peu afin qu'il cesse de raconter de la merde et avoue enfin, que c'était qui était accro et pas l'inverse. Cette main entreprenante commença alors à le caresser avec insistance sur cette zone si sensible qu'était le sexe masculin.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mar 23 Jan - 2:16
« C’était pour avoir une chance de gagner contre toi. Je suis pas con, je voyais bien que j’étais en train de perdre à ce moment-là, j’ai tenté le tout pour le tout. », avoua Kaname.

Ces paroles lui avaient coûté. Il venait quand-même de dire à son rival qu’il se savait pas à la hauteur pour le mettre à terre. Mais seulement à ce moment précis, attention. Cela ne voulait aucunement dire que c’était valable pour tout le temps. Le préfet de glace gardait l’espoir qu’un jour il puisse le battre encore une fois dans la discipline de prédilection de Sahiko. Il s’était fait violence pour prononcer ça tout pour éviter que le préfet de feu se méprenne sur son geste. Ce n’était pas parce que ce corps lui manquait !

En sentant ses doigts titiller ses tétons, le préfet de glace se cabrant et laissa échapper par inadvertance un gémissement. Ça, ce n’était vraiment fair play, et ce qui suivit l’était encore moins. Car le jeune homme avait beau être sensible à cette zone, ça n’était rien comparé à son sexe. Il laissa échapper un nouveau gémissement plus audible.

« C’était… juste le cou… », souffla-t-il au creux de son oreille, « C’était… pas la bite que je te touchais. », dit-il en gémissant une nouvelle fois avant de venir l’embrasser à nouveau.

Puis, sa main descendit sur le pénis du préfet de feu qu’il commença à son tour à caresser. D’abord, il commença doucement, en faisant des va-et-vient le long de son sexe, puis venant s’attardant sur son gland, la zone la plus érogène du sexe masculin. Puis, il commença à accélérer les mouvements pour le masturber comme il fallait. De temps en temps, il ralentissait les mouvements de sa main avant de reprendre de plus belle. Il n’y avait pas de raison pour qu’il soit le seul à gémir, il voulait lui aussi entendre sa voix. Son notre main, remonta le long de son dos pour venir lui caresser les cheveux.

Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mar 23 Jan - 13:24
Le tout pour le tout? Le blond aurait il vraiment été satisfait d'une victoire remporté d'une manière aussi sale? N'avait il donc aucun amour propre à ce point là? Vraiment c'était pas du joli tout ça, lui même en perdant il n'avait pas tenter des choses aussi fourbe, des coups en douce, non il fallait gagner dans les règles de l'art, si il le faisait trop chier un de ses jours il le lui rappellerait pour la peine, enfin, si il y pensait, là il avait tellement d'autres choses à penser.

Le châtain s'en moquait bien de ce que l'autre lui racontait, c'était pas juste tout ça, si c'était juste, après tout il ne le voyait pas se débattre pour échapper à ses caresses loin de là, il ne criait pas à l'aide, non c'étaient de beaux gémissements qui s'échappaient de sa bouche, il y prenait tellement de plaisir qu'il ferait mieux de se taire et profiter au lieu de râler inutilement. Le baisé qui vint fut un plaisir et il y répondit avec passion, bien qu'entendre les gémissements de son camarade était fort agréable, ce baisé l'était tout autant.

Quand une main vint le caresser à son tour le préfet de feu rompit le baisé pour gémir doucement, que c'était bon. Il oubliait tout, le pourquoi de leurs dispute, comment ils en étaient arrivé là, ce n'était pas important en ce moment même.Il ne faisait que profiter de cet instant, couper de l'extérieur par le bruit des douches et de leurs gémissements respectifs. Alternant le rythme de ses caresses, sa bouche en fit autant, alternant entre baisés fougueux et mordillement dans ce cou si délicieux, tout ça jusqu'a jouir finalement quelques secondes avant l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mar 23 Jan - 21:27
Entre deux baisers, Kaname gémissait sans retenu et de façon tellement érotique, que sa voix aurait pu faire rougir la plus prude des filles. Comme Sahiko pouvait lui procurer autant de plaisir alors que cet homme qui l’énervait plus que tout au monde ? Il ne pouvait pas dire que c’était parce que c’était le manque de ne pas avoir été touché par quelqu’un pendant ces quelques mois qui le mettait en émoi, du moins plus au bout de la troisième expérience avec lui. Il ne pouvait décidément plus nier qu’il aimait être touché par lui. C’était si bon… qu’il finit par jouir quelques temps après Harukami. Après l’orgasme, il posa son front sur son tors, sans un mot, pour reprendre son souffle. Doucement, il enleva sa main du sexe de son partenaire, comme à contre cœur, et la laissa glisser le long de sa cuisse. L’autre main descendit le long de sa colonne vertébrale, et ses doigts l’effleurèrent en guise de dernière caresse.

Quand il eut repris une respiration normale, il s’écarta doucement du préfet de feu. Par réflexe, il aurait pu le pousser brusquement pour se dégager de lui, mais il ne fit rien de tout ça. C’était en douceur qu’il avait décidé de se détourner de lui, comme s’il quittait se torse à contre cœur. Puis, toujours sans un mot, il attrapa son gel douche et se savonna frénétiquement là où leurs spermes avaient taché son corps, comme s’il essayait de faire disparaître les preuves de ce qu’ils venaient de faire.

Son esprit était vide. Il était étrangement calme et la seule chose que lui trottait dans la tête était la question « comment en étaient-ils arrivé à ça ? ». Et plus il réfléchissait à ça et à ce qu’ils venaient de faire, plus un sentiment de honte et de culpabilité l’envahit. C’étai le même genre de sentiments qu’il avait ressenti la première fois qu’il s’était masturbé étant adolescent. Ce plaisir si intense qui vous donnait l’impression que c’était quelque chose de défendu, tellement c’était jouissif et finissait par vous culpabiliser et vous faire sentir sale. Alors qu’il n’y avait vraiment pas de honte à se donner du plaisir, que ça soit seul, avec une femme, un homme ou même à plusieurs.

Pour chasser tout ça, il ferma le robinet d’eau chaude et se rinça avec une eau glacée. Son camarade avait l’air d’avoir, lui aussi, opté pour le silence, ce qui l’arrangeait bien. Après ce qu’il venait de se passer, il n’aurait pas su lui faire face pour répliquer. Kaname ferma les robinets, et se sécha rapidement avant de s’habiller. Il voulait partir le plus vite possible pour ne plus être en compagnie de cet homme qui semblait beaucoup le troubler. Il s’empressa de sortir pour rejoindre son dortoir et retrouver son petit cocon réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mar 23 Jan - 21:54
Le châtain reprit doucement son souffle, laissant le blond appuyer son front contre lui, seul le bruit des douches se faisaient entendre, passant par dessus celui de leurs respiration. Il relâcha le sexe de l'autre quand il le sentit bouger, ayant une étrange impression de malaise en le sentant s'écarter. Il tourna alors les talons et alla sous son jet d'eau qu'il mit le plus chaud possible pour tenter de reprendre ses esprits, ses pensées n'étaient pas clair, il devait faire le point et réfléchir. Se lavant lentement il entendit à peine l'autre quitter l'espace de douche, qu'il fasse ce qu'il voulait ça ne le regardait pas. Posant ses deux mains contre le mur il laissa l'eau couler sur son corps, inspirant et expirant profondément, tout lui revenait, il l'avait embrasser pour le faire taire et ça avait dérapé, pourquoi l'avait il embrassé plutôt que de le frapper? Il aurait du le frapper normalement.

Quelque chose ne tournait pas rond chez lui songea le préfet de feu en coupant l'eau. Il avança dans le vestiaire à présent vide et se sécha lentement, quand il était en réflexion chaque geste prenait plus de temps, analysé quelque chose qu'il ne comprenait pas ralentissait ses mouvements, mais non, d'habitude il pensait et agissait vite, pourquoi si il s'agissait de Kaname tout était soit noir soit blanc et très lent!? Pestant il termina de s'habiller et prit ses affaires, marchant jusqu'a son dortoir mais il fit un détour, un gros détour pour s'acheter un petit remontant à la supérette de la fac Une fois dans son chez lui. il croisa dans le hall ses camarade de promo qui semblaient s'inquiéter.

"Je vous laisse gérer les mômes ce soir, je veux avoir la paix." Soupira Haru en montant les marches.
"D-d'accord, on vient te chercher pour le dîner?" Demanda un garçon inquiet.
"Non."

La réponse était clair et net, personne, il ne voulait voir personne, parler à personne, il avait besoin de réfléchir seul et sans être déranger. Une fois dans sa chambre il jeta son sac et se mit directement en tenue de nuit, jetant son uniforme au hasard sur son petit canapé, il n'avait pas de devoir pour les cours du lendemain, il allait être tranquille pour réfléchir. S'allongeant sur son lit il sortit de sa poche l'une des quatre bouteille de chantilly et l'entama aussitôt, son meilleur réconfort c'était ça. Réconfort? Avait il un chagrin? Sakai... Tout était de sa faute, il ne comprenait pas pourquoi ce blond était beaucoup mieux contre lui que loin, cela n'avait aucun sens, il le rendait dingue depuis presque cinq ans avec son caractère de con et voila qu'après deux parties de baises il recommençait en pire à le faire chier mais en plus il voulait qu'il soit près de lui? La logique n'y était pas.

Harukami passa la soirée à y réfléchir, se tombant toutes les bouteilles de chantilly au passage, pestant de ne pas en avoir acheter plus. Aucun de ses camarade n'osa venir le déranger, lui envoyant juste un bonne nuit par message, d'ailleurs il reçut un autre message, il était convié à une réunion de préfet avant les cours du matin, rendez vous sept heure trente à la salle habituel? Il savait que c'était pour lui, il n'avait vraiment pas assuré aujourd'hui. Soupirant de plus belle il s'endormit dans son lit ayant eut l'impression de vivre la pire ou la plus bizarre journée de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mar 23 Jan - 23:06
Pendant toute la soirée, Kaname avait tourné au ralentit. Il traînait des pieds en marchant dans les couloirs pour se rendre à leur réfectoire, ou aller dans la salle d’étude où il venait voir les groupes de soutien qu’il avait mis en place pour aider tous les étudiants de glace à s’améliorer dans les matières où ils avaient des faiblesses. Cela permettait de développer leur capacité à travailler en groupe et leur solidarité. D’ordinaire, le préfet était enthousiaste et toujours prêt à aider. Là, il avait l’être ailleurs et vraiment pas dans son assiette.

« Ça va pas Kaname ? », lança Miyako Kisa, un ex en quatrième année.

« Pourquoi ça irait pas ? », lança-t-il en soupirant. La jeune fille était la dernière personne, hormis Sahiko, à qui il avait envie de parler ce soir. Elle commençait sérieusement à le saouler à toujours vouloir venir lui parler et espérer se remettre avec lui ? C’était pourtant elle qui avait décidé de rompre avant fin d’année, avant le mois d’avril, pour aller voir ailleurs. Elle avait prétexté qu’elle avait besoin de connaître d’autres hommes avant de s’engager plus sérieusement avec lui. Il avait été son premier copain et n’avait donc connu que lui. Pour lui, c’était un prétexte bidon et son ex devait être intéressée par un autre mec. Elle lui avait sorti ce baratin pour le garder sous le coude si jamais cela ne marchait pas avec l’autre type. Et à la rentrée, elle était revenue vers lui, la bouche en cœur. Sauf que ça ne marchait pas comme ça. Lui avait passé ses vacances au plus mal pendant qu’elle devait passer du bon temps dans les bras d’un autre. Puis, elle avait amèrement regretté son choix. Mais malheureusement pour elle, Kaname était passé à autre. Et c’était encore plus vrai aujourd’hui… il était vraiment passé à autre chose, et tout à l’heure sous la douche dans les vestiaires en était le parfait exemple. Mais pourquoi il pensait au préfet du maintenant.

« Tu as l’air ailleurs. », continua-t-elle.

« En fait, j’ai changé d’avis, ça allait avant que tu t’assoies à côté de moi. », lança-t-il avant de se lever.

« Mais Kaname ? », lança la jeune fille qui ne comprenait pas.

Le jeune homme alla s’enfermer dans sa chambre. Il y avait laissé son téléphone avant d’aller manger, et par conséquence n’avait pas vu le texto que la préfète d’eau lui avait envoyé. Il s’était roulé en boule sous sa couette et repensait à ce qui venait de se passer. Il avait beau se retourner le cerveau, il ne comprenait pas comment il en était arrivé à faire tout ça, et refusait la théorie de sa sœur. Il finit par s’endormir et ce n’est que le lendemain qu’il lu le message. Une réunion de si bon matin ? Pour quoi faire. Il se leva en baillant et alla courir comme il avait l’habitude de faire. Puis, après s’être douché et enfilé son uniforme scolaire, il se rendit au lieu de rendez-vous.

« Yo. » lança-t-il à la préfète d’eau, « C’est quoi cette réunion surprise ? »

« Assis-toi, faut qu’on parle. », dit-elle en lui montrant une des deux chaises. Tous le monde n’était pas encore arrivé, mais maintenant qu’il voyait ces deux chaises, il se doutait un peu de la nature de la réunion.

« Ah… je vois », dit-il en s’installant sur une des deux chaises. Après leur professeur, ça allait être au tour de leurs camarades de leur passer un savon, c’était ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mar 23 Jan - 23:39
La nuit fut réparatrice, reposante et pourtant le préfet de feu avait eut l'impression de ne faire que des rêves étrange dont il ne se souvenait pas à son réveil, ce genres de rêve qui rend mal à l'aise si on s'en souvient. Soupirant il alla prendre une douche rapide et jeta les bouteilles vide de chantilly dans sa poubelle de bureau. Traînant les pieds il enfila son uniforme et quitta sa chambre, il n'aimait pas se faire engueuler , personne ne devait aimer ça normalement, alors il n'était pas motivé, il passa par la cuisine ou les plus jeunes s'activaient déjà, tous le saluèrent de très bonne humeur semblait il et il leurs fit un bonjour totalement neutre, attrapant juste deux tranches de pain de mie il sortit sans un mot, les faisant griller lui même en marchant.

Au loin le châtain vit le préfet de terre parler avec celle d'air, il n'avait pas envie de les rejoindre, de toute façon il savait qu'il allait se faire engueuler, alors que le blond non, bien sur que non lui avait contenue sa magie et il allait lui faire encore un sale regard qui allait le rendre fou de rage. Sale con... Sexy.. Non pas sexy, juste un sale con. Il pénétra dans la salle saluant tout le monde, se faisant bousculer par la préfet d'air qui avait courut semble t'il, elle avait surement eut peur d'être en retard. Par contre, il fut surprit de voir Sakai assit sur l'une des deux chaises isolé. Sans demander il alla s'asseoir à cotés de lui, de toute façon ça ne pouvait que les concerner eux.

"On sait pas ce qu'il se passe entre vous depuis la rentrée mais ça fait chier le monde putain de merde." Commença le préfet de terre Harui.
"Reste polis, on est pas là pour les engueuler non plus." Coupa le préfet d'ombre. "Hier vous vous êtes emballez, tout les deux et ce qui vous énerve ne nous regarde pas MAIS nous sommes préfets et votre comportement est problématique, les kohai vont commencer à vouloir faire comme vous et on ne veut pas de guerre entre dortoir." Déclara t'il en soupirant. "Pour plaire a Sahiko ces cadets seraient prêt à tout et les tiens Sakai ne vont surement pas se laisser faire."
"Donc Samedi, vous allez aller boire un petit café en ville et parler comme des adultes responsable et civilisé je vous pris, en public vous ne risquez pas de vous étriper et d'user de votre magie vu que c'est interdit hors de la fac. Jusque là, ignorez vous, pas de réflexion, pas un regard, rien. Si le soucis ne s'arrange pas on va être obliger d'en parler au directeur et on ne veut pas en arriver là." Soupira Hana la préfet d'air.

Haru soupira, ils avaient raison, pour lui plaire les kohai étaient prêt à effectivement n'importe quoi, c'était comme ça, il donnait tellement rarement son approbation à ces sales gosses qu'ils faisaient n'importe quoi, mais si il leurs en donnait trop ils se sentaient plus pisser. Il ne voulait pas d'une guerre entre dortoir non c'était certains? La solution serait elle vraiment trouver en buvant un café en ville? Lui même ne savait pas trop ce qui clochait chez lui. Quoi qu'il en soit il ne voulait pas être destitué de sa fonction de préfet, que penserait son dieu de lui? Sans compter la tâche que cela ferait dans son dossier. Se massant la nuque il se leva.

"D'accord, Samedi après midi on fera ça. Je comprends vos raisons et je sais que hier, j'ai abusé. On va régler ça Samedi vous inquiétez pas."
"Merci! Car bon ça fou une de ses ambiance! Tout le monde est tendu comme un string depuis votre combat d'hier." S'enquit le préfet de terre en se levant. "T'es d'accord avec ça Sakai?"
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mer 24 Jan - 0:41
Les bras croisés, Kaname attendant patiemment que la petite réunion, où il aurait encore le droit à un savon, commence. Après tout un de plus, un de moins, qu’est-ce que ç changeait ? Il n’était pas à un sermon de plus pour cette semaine. Toutefois, cela lui déplaisait fortement que les autres se mêlent de leur querelle. Cela ne les regardait pas, selon lui. Cependant, il allait changer d’avis en entendant leurs arguments. Pendant le petit discours, le préfet regardait chaque interlocuteur, prenant soin de ne jamais croiser le regarde de Sahiko. Il était encore bien trop gêné de l’avoir masturbé la veille pour le regarder ou même lui adresser un seul mot.

Les kohai… en effet, il n’y avait pas pensé à ce détail. Pour lui, c’était juste une rivalité avec le préfet de feu qui s’était un peu envenimé à la rentrée. Mais les choses avaient dégénéré hier, et cela pouvait encore s’aggraver si leurs cadets s’en mêlaient… Ils avaient des responsabilités et ils s’étaient comportés comme des gamins… De tous les savons qu’il avait eus cette semaine, c’était sûrement le pire, car il venait de réaliser les conséquences que cela pouvait avoir. Si jamais le directeur avait vent de cette histoire, il pouvait très bien les destituer de leur fonction et les relations entre leur dortoir se dégrader.

« Oui, bien sûr que je suis d’accord. Je ne veux pas que mes kohai s’en mêlent. On réglera ça samedi. », dit-il en se levant et en se dirigeant vers la sortie.

« Et désolé de vous mettre dans cette position. », ajouta-t-il sans se retourner. Puis, il sortit. Pas une fois il avait regardé en direction du préfet de feu.

Les deux jours suivent, Kaname évita Sahiko. La fac était grande, et même s’ils avaient les mêmes cours, ce n’était pas un exercice difficile. Il essayait de se vider la tête du mieux qu’il pouvait en attendant samedi et avait hâte de mettre enfin un terme à ça. Du moins, il espérait pouvoir y arriver. Avoir une discussion avec Harukami l’aiderait peut-être à remettre de l’ordre dans ses idées aussi…

Samedi arriva enfin. Un peu plus tôt, ils avaient convenu du lieu et de l’heure du rendez-vous. C’était dans un petit café, non loin de leur fac à quatorze heures. Une heure avant, il commençait à se sentir neveux et passa bien une demi-heure à chercher quoi mettre comme vêtements, jusqu’à ce qu’il se trouve stupide de faire ça. Qu’est-ce qui lui prenait ? Ce n’était pas un rendez-vous galant avec une fille qu’il avait ! Bon Dieu ! Il attrapa un t-shirt blanc tout simple, un jean et une veste noire sans manche. Il n’avait pas à faire d’efforts vestimentaires pour ce blaireau ! Une fois habillé et peigné bien comme il faut avant de partir et d’arriver en avance au café. Il s’installa à une table à deux. Après avoir commandé un cappuccino, il sortit un livre pour patienter.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mer 24 Jan - 13:58
Au moins l'autre idiot était conscient aussi de la situation. Le préfet de feu ne pouvait pas nié que les kohai étaient assez stupide pour faire d'une histoire personnel une affaire d'état, c'était l’inconvénient à avoir des dortoir en fonction du type, son dieu vivant lui en avait parler, une simple dispute avec un membre d'un autre dortoir pouvait vite dégénérer en guerre civil alors il ne devait jamais les pousser à être en compétition direct avec quelqu'un d'un autre dortoir, se focaliser sur la rivalité interne était bien suffisante dans le pire des cas, lui ne demandait que de super note, sans comparer avec ceux des autres dortoirs, il s'en moquait des autres l'important c'était celui de feu et basta.

Quittant la pièce le châtain alla en cours et fut comme toujours sérieux, expliquant la situation global à ses camarades de dortoir qui se faisaient beaucoup de soucis, il semblerait qu'il doive mettre les point sur les I ce soir en rentrant car les cadets se chauffaient un peu trop, comment étaient ils au courent d'ailleurs? Question stupide, même les derniers années parlaient dans les couloirs et entre les cours, ce n'était pas dur d'être au courent de ça. Cette mise au point fut faite avec menace de lourde sanction si il avait vent d'un incident quel qu'il soit entre eux et un membre du dortoir de glace ou d'un autre d'ailleurs.

Le samedi arriva finalement et il soupira de plus belle en se levant, il n'avait pas faim alors c'était encore nourrit de chantilly au repas de midi enfin en partie, l'une de ses amies lui avaient cuisiner des crêpes afin qu'il ait quelque chose de consistant dans le ventre, grognant qu'il devait cesser de faire l'enfant car ce n'était pas équilibré comme régime alimentaire. Enfilant un jean effet usé il enfila un t-shirt noir et voyant le temps dehors mit une chemise blanche à manche courte par dessus qu'il laissa ouverte. En mettant sa montre il vérifia l'heure, il était dans les temps, largement. Un peu de parfum et un coiffage rapide de sa chevelure de fauve il pesta, il avait l'impression de se préparer à un rendez vous amoureux, n'importe quoi. Sortant du dortoir il croisa Chiharu une camarade de feu.24.01.2018

"Tu t'es fais beau dis donc." Rit t'elle en lui tournant autour fouillant au passage dans son sac à bandoulière noir.
"Pas plus que d'habitude, qu'est-ce que tu fou à fouiller dans mon sac?" Demanda Haru refermant le dit sac.
"Je vérifi que tu ne cache pas de fleurs ou de bijoux hors de prix à offrir!" Plaisanta Chiharu avant de prendre la fuite.

Le châtain grogna en la voyant fuir, non il comptait juste passer à la librairie s'acheter des bouquins et c'était bien plus écologique de mettre dans son sac que de prendre une poche en plastique voila tout, en plus il n'aimait pas avoir son téléphone dans la poche, bordel les Iphone étaient de plus en plus gros c'était dérangeant, il devait aussi avoir sa batterie portable, son argent, quelle merde. Finalement il arriva à l'heure et voyant Kaname déjà assit il inspira profondément et alla prendre place.

"Salut, t'es là depuis longtemps?" Demanda Haru en posant son sac à ses pieds et tourna la tête vers la serveuse. "Une dame blanche avec beaucoup de chantilly s'il vous plait. "
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mer 24 Jan - 19:35
Kaname venait à peine de se faire servir et n’avait lu qu’une dizaine de pages de son roman, quand une voix familière s’adressa à lui. Jusqu’à présent, il avait pu rester serein, mais en voyant le visage de Sahiko, s’adresser à lui comme si de rien n’était, lui serra la tripe. Une boule au creux de son ventre naquit. Pourquoi se sentait si stressé tout d’un coup ? Ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait en tête à tête pourtant ! Ah… peut-être que la dernière fois où ils s’étaient retrouvés seuls dans la même pièce, ils avaient fortement dérapé…Cette pensée ne le quittait décidément pas. Peut-être resterait-elle jusqu’à ce qu’ils aient mis les points sur le i. Du moins, il espérait à la fin de leur petit entretien, le malaise soit dissipé. Il n’avait pas envie de passer le reste de sa scolarité à ne plus regarder dans les yeux le préfet de feu. Il allait être ridicule sinon !

« Non, peut-être une dizaine de minutes. Je n’aime pas arriver en retard. », il répondit calmement et sans que sa voix ne trempe. Il réussi à le regarder normalement et sans rougir. Le préfet de glace avait prit sur lui pour ne pas le fuir du regard. Il n’avait pas envie que son camarade se moque de lui parce qu’il n’arrivait pas à le regarder dans les yeux. Comment faisait-il pour être aussi détendu que ça d’ailleurs ? Pour lui, c’était vraiment ce qui s’était passé sous les douches ? Ça en était presque frustrant de se dire. Toutefois, il devait rester calme et ne pas s’emporter. Ils étaient là pour régler leur querelle pour le bien de leurs kohai. C’était pour eux qu’il devait faire des efforts.

Le châtain clair regarda son homologue s’assoir. Il portait des vêtements simples, et pourtant il le trouvait très élégant. Ce genre d’affaires lui allaient vraiment bien. Il avait beau l’avoir déjà vu sans son uniforme scolaire, il ne savait pas pourquoi, mais aujourd’hui il le trouvait… beau… oui… c’était bien le mot et il ne rêvait pas. Il le trouvait beau aujourd’hui. En plus, une agréable odeur émanait de lui. Alors, ayant peur de faire une bourde et ne voulait pas tourner autour du pot pendant trois heures, il décida de se lancer avec une petite blague.

« Alors, on discute ici, ou on règle ça dans un love hotel ? », dit-il en rangeant son livre dans son sac à dos. Il arborait un petit sourire en coin malicieux pour ne pas faire voir, qu’en réalité, cet entretien le rendait nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Mer 24 Jan - 20:55
Entre arriver en avance et arriver en retard il y avait quand même un monde, on appelait ça être à l'heure songea le préfet de feu. Il n'aimait pas les gens en avance, car lui était toujours très ponctuel à une minute ou deux prés, il avait toujours la désagréable impression d'être en retard car l'autre personne avait attendu, alors que ce n'était pas de sa faute à lui vu qu'il respectait l'horaire mais bon, tans pis pour la personne en avance, en plus dans ce cas présent il avait prit un bouquin exprès, il était surement habituer à être en avance du coup, le temps avait du passé vite pour lui, tans mieux.

"Tans mieux.
" Dit juste Haru en haussant les épaules.

Quoi qu'il en soit le café choisit par la préfet d'eau lui plaisait bien, il espérait que la serveuse ne soit pas radine et ait bien comprit le mot beaucoup dans sa phrase, beaucoup de chantilly, sinon cet endroit serait à rayé de sa liste, pour l'éternité. Il observa Kaname un instant, il était d'un classique déconcertant et pourtant, cela lui allait très bien, ce n'était pas normal d’ailler qu'un vêtement si classique ait l'air exceptionnel juste parce que ce type le portait. Le châtain reporta son attention sur la commande de l'autre, rien à grignoter? Par choix ou était il trop stressé pour manger? Lui n'avait pas très faim, mais la chantilly serait d'une aide précieuse, malheureusement il ne pouvait pas commander une grande coupe de chantilly seule.

"L'idée est presque alléchante mais on va tenter de garder nos habits cette fois-ci. "Plaisanta Haru en posant son coude sur la table, appuyant sa joue contre son poing fermé.

Le préfet de glace l'avait surprit mais il n'était pas contre ce début de conversation, cela détendait un peu l'ambiance qui n'était pas festive à vrai dire, il était presque détendu, presque. Mais à présent comment aborder la conversation, il aurait aimé avoir sa chantilly pour se donner un peu de courage en fait, sa meilleure allié et par miracle elle arriva, bien ils étaient rapide et la dose de chantilly était bien satisfaisante.

"Voici, si vous en désirez plus je peux vous apporter un petit bol si vous voulez." Proposa la serveuse.
"Ce serait parfait merci." Sourit Haru ravis.

A peine la serveuse tourna les talons qu'il attrapa sa cuillère pour prendre une bouchée, elle était pas extraordinaire mais cela suffirait amplement pour lui donner le courage qui lui manquait en ce moment même, au diable les plaisanteries le sujet était sérieux tout de même, mais par ou commencer? Il y avait beaucoup de choses à dire? Il ne lui semblait pas, alors autant être franc, oui c'était la meilleure chose à faire, il n'avait pas cesser d'y songer depuis les douches. Il n'y avait que des tors partagés dans cette histoire alors il fallait exposer les faits voila tout, avec ça à plat ils arriveraient peut être à quelque chose.

"Je vais pas nié que physiquement tu m'attire c'est évident vu notre soirée de festival et le moment dans les douches, malheureusement on ne peut pas régler nos différents avec seulement cet état de fait. Il y à un malaise qui nous empêche d'être comme avant ces vacances, qui accentue notre sale caractère l'un envers l'autre. C'est ça le soucis, faut le résoudre." Déclara Haru prenant une nouvelle cuillère de chantilly pour s'auto félicité de sa tirade ou par miracle il n'avait pas hésité  ou chercher ses mots.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Mer 24 Jan - 23:57
Kaname esquissa un sourire. Au moins, il n’avait pas mal pris sa petite plaisanterie pour faire une entrée en matière. Car il avait quand-même pris un risque en lança ça. Harukami aurait pu le mal le prendre qu’il lui rappelle les mauvais souvenirs de leur querelle de mercredi, même si au final, elle s’était plutôt bien finie, enfin, dans un sens. Toutefois, le préfet de glace semblait oublier que c’était lui, entre les deux, qui assumait le moins. Alors, c’était lui qui l’aurait mal pris si le préfet de feu avait commencé de la même façon. Mais ça, il en avait pas vraiment conscience.

« Tentons le dialogue alors cette fois-ci », ajouta-t-il toujours en plaisantant. Il avait commencé dans cette voie, alors il ne devait pas se dégonfler parce que le préfet du feu avait suivi sa petite boutade. Il passerait pour un con s’il faisait son petit prude parce qu’on lui répondait au lieu de s’offusquer.

Le châtain clair baissa les yeux sur la commande de son camarade. Il sourit légèrement en voyant ça. Alors comme ça, son pêché mignon c’était la chantilly. Vu comment il avait insisté pour avoir un supplément et sa passion pour le manju fourré à la crème fouettée. C’était mignon ce petit penchant pour ça. Après l’avoir trouvé beau en arrivant, voilà qu’il le trouvait adorable à manger sa chantilly. Mon Dieu que ça n’allait pas chez lui. Où était donc passé toute la rivalité qu’il ressentait en le regardant ? Elle semblait s’être évaporée peu à peu depuis cet été et cette chaude nuit… Mais très vite, ses pensées se concentrèrent sur leur conversation.

Kaname se redressa en entendant qu’il l’attirait physiquement. Il était tout fier de ça, même s’il essayait de cacher ça. Ce n’était plus un enfant, il ne devait pas se comporter comme tel quand on le « complimentait ».

« Oui, on ne peut plus continuer comme ça. A se bouffer le nez jusqu’à se sauter dessus pour baiser pour faire redescendre la tension, c’est pas vivable. Surtout qu’on est plus tout seul dans l’affaire, comme ont souligné les autres, jeudi. Faut trouver une solution. Sachant, que s’éviter en permanence risque d’être compliqué à force. On ne peut pas faire comme si l’autre n’existait pas. », dit-il avant de boire une gorgée de son cappuccino.

« Tu sais ce qu’elle théorie, ma sœur ? Selon elle, si j’ai toujours été comme ça, c’est parce que j’ai une attirance pour toi depuis le premier jour que je refoule. C’est dingue quand-même, je ne sais pas où elle va chercher tout ça », dit-il avant de rire. Puis, avant d’ajouter plus, il inspira profondément et bu une autre gorgée. Il reposa sa tasse et marqua un silence un court instant.

« Avec ce qui s’est passé cet été, je commence à me poser des questions et à commencer à croire à sa théorie. Enfin, je veux dire, c’est pas normal une pulsion comme ça. Enfin si, ça arrive un plan cul d’un soir. Mais j’ai jamais été attiré par les hommes. Et puis, c’est pas une fois mais trois que ça nous ait arrivé. »
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Jeu 25 Jan - 0:25
Cette façon de faire intriguait le châtain, de sauter à la gorge jusqu'a baiser pour calmer les choses, il n'était pas naïf, ses parents se disputaient comme beaucoup de personnes en couples et marié malgré leurs amour immense et il ne compte plus le nombre de fois que leurs dispute c'était terminaient en lui demandant d'aller jouer dehors, c'était pour baisé c'était certains. Et finalement ils avaient fait pareil, une dispute qui finalement se finissait en belle préliminaires, bon ce n'était pas l'acte sexuel à proprement parler mais l'intention était la même. Certaines ex après une dispute venaient le chercher pour un câlin aussi. Le soucis était pourtant évident, il n'était pas en couple avec le préfet de glace alors cette façon de fonctionner n'avait aucun putain de sens.

"Mes kohai je peux les calmer techniquement parlant, faut que j'augmente le niveau de terreur mais bon ce serait une perte de temps sur le long terme et puis ce n'est pas agréable pour moi passer mon temps à t'éviter je le reconnais." Ajouta Haru en soupirant de plus belle.

La serveuse vint déposer le bol de chantilly supplémentaire et la conversation continua. Le point de vu de la soeur de ce type était intéressant, étrange au fond mais intéressant, car généralement c'étaient les tout petits garçons qui embêtaient la fille qui leurs plaisaient beaucoup, mais voila ils n'étaient plus en maternel mais cela expliquerait pas mal de choses en effet et vu qu'ils ne c'étaient jamais retrouver seul avant ces vacances d'été il n'y avait jamais le petit truc qui déclenchait tout. Simple hypothèse sans fondement songea t'il en prenant une cuillère de chantilly à la glace. En tout cas le préfet de glace semblait y croire un temps soit peu, c'était naïf de sa part voir mignon en fait.

"Personnellement je n'ai jamais rien eut contre toi, en premier année je voulais même devenir ton ami, t'avais l'air d'un type sympas mais j'ai laissé tomber tu étais imbuvable avec moi. Mais cet été, tu t'es aperçus que j'étais pas ce que tu croyais, du coup ta vision de moi à changé et j'avoue que la mienne aussi, comme quoi tu peux être avec moi autre chose qu'un connard, c'est surprenant et pas désagréable comme truc." Continua Haru en haussant les épaules.

Si le châtain se rappelait bien, finalement Sakai le détestait à cause de sa défaite au premier cours d'auto défense et depuis était intenable le concernant, il avait de fausses idées sur sa capacité à travailler par lui même pour gagner son argent de poche, à être sociable aussi. C'était vexant, alors que de son cotés il savait que cet idiot avait beaucoup de qualités juste qu'il n'avait pas la chance d'en profiter, le monde entier oui, mais lui non, il ne supportait que les mauvais cotés du blond.

"Le soucis qu'on a, c'est que que n'est pas normal d'autant se plaire et se faire la guerre sans savoir pourquoi. Est-ce que, et c'est une hypothèse, être autre chose que des rivaux ne changerait pas tout finalement? On sait qu'on peut se supporter voir bien s'entendre, ça c'est bien passé pendant la semaine de vacance je trouve. " Proposa le préfet de feu tentant de trouver au mieux une solution. "Moi je te trouve sympas et séduisant quand tu ne passe pas ton temps à me faire chier, me casser ou te foutre de moi."

Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Jeu 25 Jan - 0:57
En exposant la théorie, à son goût un peu farfelu, de sa sœur et surtout d’avouer qu’il commençait à lui aussi y croire à force d’y réfléchir, Kaname s’attendait à provoquer l’hilarité chez son camarade. Mais non. Ce dernier le prit au sérieux et continua même la conversation normalement en cherchant une solution. Le voir comme ça, mit un peu plus le préfet de glace en confiance et peu à peu, la boule qu’il avait au creux de son ventre, s’atténua. Elle était toujours présente et serait certainement encore là jusqu’à ce que la conversation soit close. Mais de voir que Sahiko ne se moquerait pas parce qu’il avait avoué, plus ou moins clairement, qu’il l’attirait, le rassurait. De plus, le préfet lui-même lui avait clairement dit qu’il le trouvait séduisant. Et à chaque fois qu’il lui disait ça ou le sous-entendait, le châtain clair se sentait flatté.

Kaname écouta attentivement le reste du discours de son camarade. Il ne pouvait qu’acquiescer quand il lui rappela le comportement de connard qu’il avait pu avoir envers lui. Le jeune homme ne pouvait pas nier. Même lui, par moment, trouvait qu’il dépassait les bornes. Mais une fois les choses dites, il ne pouvait plus revenir en arrière sans passer pour un con.

« Si j’oublie cette rivalité, oui, je suppose que ça changerait tout. Je me dis que si c’était moi qui avait gagné, on aurait pu devenir ami, ou autre. Non, parce qu’il faut avouer que je ne couche pas avec mes amis même si je les apprécie beaucoup, et que, je n’exclurais pas, comment dire, de coucher de nouveau avec toi… », dit-il d’une traitre. Il venait peut-être d’en dire trop et ne savait pas comment Sahiko allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Jeu 25 Jan - 1:14
Cette conversation était problématique selon le châtain, il ne voyait pas le bout et ignorait ce qu'il fallait dire pour avancer un peu plus afin de cesser de patauger comme des enfants de maternel, ils ne faisaient qu’énoncer des faits depuis le début mais cela n'avancer en rien leurs soucis, si? Penchant la tête sur le cotés il continua de déguster sa glace, ayant toujours plus de chantilly que de glace dans sa cuillère, même la chantilly ne lui apportait pas la solution et pourtant la chantilly pouvait tout résoudre dans le monde surement!

Ami ou autre? Le mot autre piqua la curiosité du préfet de feu, qu'entendait il par autre? Connaissance, camarade simple binôme ou parlait il d'un partenaire dans la catégorie couple relation amoureuse? C'était vague pour lui ce mot, il aimait les choses clair et précises et là ça ne l'était pas. Mais finalement la fin de la tirade l'éclaira un peu plus et il comprit ce que le autre signifiait. De son cotés qu'en pensait il? Déjà il avait du mal à s'imaginer perdre mais passons sur ça, aurait il été un simple ami ou aurait il voulu plus? C'était compliqué, mais surement que l’attirance physique l'aurait incité à en vouloir plus.

"Je ne couche pas avec mes amis non plus et ça tombe bien car toi et moi on est pas amis de toute façon." Précisa Haru en jouant avec sa cuillère qu'il venait de de nettoyer de sa précieuse chantilly. "Je trouve que ce serait dommage de ne pas se faire plaisir, tu as aimé, moi aussi. Beaucoup de couples ne sont pas fait à partir d'une amitié et ça marche très bien."

Une bombe venait elle d'être lancer? Surement que oui, il utilisait précisément le mot couple, venant de Sakai il ne voulait pas une simple relation de plan cul, il voulait continuer à profiter de ce caractère agréable qu'il pouvait avoir si il ne faisait pas son casse couille. Non c'était soit une relation de couple soit rien du tout, il ne faisait rien à moitié, pour les les plan cul réguliers c'était de la connerie pure et dure.

"On peut essayer, on garde cette mise en couple secrète en cas que ça ne fonctionne pas afin de ne pas créer d'histoires et si ça fonctionne, ce qui n'est pas impossible selon moi, bah on officialisera. Il n'y aurait plus cette tension entre nous je pense." Conclut Haru le regardant avec un léger sourire mais un regard très sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Jeu 25 Jan - 16:16
A présent, c’était l’heure de vérité ! Il venait de tout balancer à Sahiko et il redoutait mais aussi attentait impatiemment sa réponse. Allait-il finir par éclater de rire et lui avouer que tout ça ce n’était qu’une blague pour se venger de tout ce qu’il avait pu lui faire en se comportant comme un connard ? Et qu’il avait mis dans sa poche tous les autres préfets pour lui clouer le bec afin qu’il se calme un peu avec les piques ? Non, cela n’avait pas l’air d’être son genre. Et puis, il appartenait au dortoir du feu. Ils étaient beaucoup plus impulsifs et directs. Harukami aurait été du dortoir des ombres, là, il n’aurait pas dit que cela ne soit pas impossible. Enfin, le stress lui faisait vraiment penser à n’importe quoi. Après tout, même pour une mauvaise blague, Sahiko ne serait pas aller jusqu’à coucher avec lui plus d’une fois et aurait vendu la mèche dès leur retour à la fac. Kaname se trouvait vraiment stupide de penser ça de son camarade. Lui était certainement plus sournois que le préfet de feu et c’était plutôt de lui qu’il aurait fallu se méfier, or le préfet de feu ne semblait pas du tout être méfiant à son égard, au contraire, semblait regretter son comportement qu’il avait dès son premier jour et qui les avait empêchés de se rapprocher plutôt. C’était de la faute du préfet de glace à la base… mais maintenant que les choses avaient évoluer et qu’il venait d’entre le mot couple dans la bouche de son interlocuteur, il comptait bien se rattraper envers lui.

Couple. Le mot avait enfin été prononcé sans qu’ils se regardent en chien de faïence pendant des heures avant d’arriver à cette conclusion. Le jeune homme sentit son ventre se dénouer d’un coup pour laisser un sentiment de joie le remplir à la place. Jamais il n’avait pensé arriver à cet état d’esprit en entrant dans ce café. Il pensait juste apaiser les tensions. Cela dépasser ses espérances. Et en réalisant dans quel état il était, il sut que sa sœur avait raison. Toutefois, il devait se calmer. Ne pas être euphorique alors que Sahiko ne semblait pas dans le même état que lui. Et puis, il était conscient qu’il ne pouvait pas qualifier ce sentiment d’amour. C’était bien trop tôt pour ça ! C’était juste de la joie à l’idée d’avoir de bon rapport avec une personne qui vous attirait fortement physiquement et avec qui vous avez envie de passer du temps. Rien de plus, pour le moment.

« Oui, je suis d’accord. Pas besoin de le crier sur tous les toits en rentrant à la fac. Je suis pour débuter une relation dans le secret. Pour poser les bases d’une relation, je trouve que c’est mieux. Tu n’es pas constamment emmerdé par des petits curieux qui viennent à la pêche aux détails. On annoncera ça quand le moment sera venu. », répondit-il en souriant. Il était prêt à assumer cette relation à présent, contrairement à leur partie de jambes en l’air cet été. Il avait évolué sur ce plan, et étrangement, être dans une relation avec un garçon ne le dérangeait pas si c’était Harukami. Bien sûr, il savait que son entourage serait surpris, mais il se disait que ça valait le coup de tenter et que c’était sa vie après tout.

« Donc, c’est en quelque sorte notre premier rendez-vous ? », rit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Jeu 25 Jan - 16:35
Le préfet de feu ne pensait pas se tromper dans sa déduction, il n'était pas bête et mine de rien depuis Mercredi soir il y réfléchissait, en vu des paroles de l'autre cela pouvait être la solution finalement la plus réaliste et plausible. Ensuite tout était possible, ce préfet de glace n'était pas quelqu'un de franc même envers lui même parfois, il l'avait bien vu cet été après leurs petites parties de jambes en l'air. Peut être allait il finalement se dégonfler maintenant que le mot couple était lancer sur la table comme une bombe à retardement, la vérité allait lui faire peur et il allait rire en disant plaisanter depuis le début et lui balancer des piques exaspérante sur son raisonnement qu'il aurait trouvé ridiculement débile et dans ce cas, il allait devoir lui faire passer l'envie de recommencer une supercherie pareil, on ne se moquait pas de lui à ce point indéfiniment!

Mais non, pas de plaisanterie,son regard qui semblait si fermé changeait pour laissé paraître un sentiment de joie? De soulagement? Qui sait, il n'allait pas passer son temps ) le reluquer, l'important c'était le résultat qui allait dans son sens et sa chantilly, voila tout. Continuant de manger il poussa la coupe vide sur le cotés pour s'attaquer à son bol, écoutant son camarade attentivement. Au moins ils étaient d'accord, les troubles faits étaient les pires ennemis d'un couple selon lui, toujours à fourrer leurs nez ou il ne fallait pas, donnant leurs avis sur tout.

"On est donc d'accord sur tout, c'est pas souvent ça." Rit Haru savourant son bol. "Premier rendez vous... On peu dire ça, même si d'habitude au premier rendez vous je n'improvise pas une sortie au hasard dans un café choisit par d'autres."

Le châtain fit un sourire amusé jouant avec sa cuillère, non il n'aurait pas choisit cet endroit, trop près de la fac, il risquait trop de croiser des gens qu'il connaissait ici alors il aurait plutôt prit le bus pour aller un peu plus loin rejoignant le métro pour aller en centre ville, Tokyo était grande, ils passeraient inaperçu. Il connaissait en plus des adresses ou la chantilly était à tomber par terre! Remarquant que son bol était vide il le fixa un instant, la cuillère encore dans sa bouche. Déjà?

"Je comptais aller m'acheter des bouquins, ça te va comme Suite de rendez vous? A moins que tu ais prévu autre chose? Ce n'était pas dans tes plans je pense d'entrer ici célibataire et ressortir en couple." Rit Haru fixant toujours son bol vide.
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Jeu 25 Jan - 21:42
« C’est une grande première, oui. », dit-il en riant. Maintenant que les choses étaient mises à plat, il se sentait plus détendu et réalisa qu’il aimait passer du temps avec Sahiko. Ce qui tombait bien, parce que maintenant il avait obtenu un nouveau statut. De rival, il était passé à petit ami. C’était une sacrée promotion ! En plus, le préfet de feu se voyait même au long terme avec lui. Enfin, pas finir sa vie avec, loin de là, ils en étaient pas là encore, mais sûrement au-delà d’une semaine ou un mois puisse qu’il vînt de lui dire que pour lui, leur relation pouvait durer. Ce qui lui convenait très bien d’ailleurs. D’un coup, il se surprit à avoir hâte d’officialiser ça pour que son ex lui lâche enfin la grappe.

« C’est vrai, moi non plus. Ça fait un peu comme si on nous avait arrangé ce rendez-vous pour nous casser. », continua de plaisanter Kaname, « Sauf que les autres sont à des lieux de penser qu’on en arriverait là. J’aimerais bien voir leur tête, tien. », ajouta-t-il en plaisantant. Il savait très bien qui ne devait rien leur dire, c’était le deal, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer leur tête le jour où ils apprendraient ça. Surtout celle d’Hana. La pauvre d’ailleurs. Mais bon, tant pis pour elle, pour l’instant Harukami était à lui.

« Ça, c’est le moins qu’on puisse dire. Jamais j’aurais imaginé franchir cette porte en couple. Et ça me va pour la suite. Tu comptes aller dans quelle librairie ?», sourit-il avant de sourire de plus belle en le voyant si désespéré face à l’absence de chantilly.

« Tu veux le reste de ma chantilly ? », proposa-t-il amusé en montrant celle qui restait sur son cappuccino.
Revenir en haut Aller en bas
Tcherryz
Quatrième année
avatar
Messages : 1946
Localisation : Toulouse
Quatrième année
Jeu 25 Jan - 22:00
"Les autres préfets sont sans le savoir des entremetteur assez talentueux en fait." Plaisanta Harukami.

C'était pas peu dire d'ailleurs quand au fait d'imaginer leurs tête il avait un peu de mal, Hana serait surement un peu boudeuse même si depuis le temps elle ne devait plus vraiment y croire de toute façon. Surement que le préfet de terre lâcherait un juron après avoir garder la bouche ouverte, clignant plusieurs fois des yeux. Celui d'ombre, hmm bonne question, peut être chercherait il à savoir comment ils en étaient arrivé là, ce serait son nouveau grand mystère à résoudre et leurs camarade d'eau rirait surement avant de faire un horrible sourire de mère attendri, oui ce serait peut être à peu près ça, enfin dans sa tête cela se déroulait ainsi, il verrait bien le jour ou il officialiserait ça, si ils se supportaient jusque là.

Entendant la demande sur le lieu le préfet de feu chercha dans son sac son téléphone, il avait fait plusieurs commande à des librairies et avait reçut le message d'une d'entre elle ensuite laquelle il n'en savait trop rien de tête, il était trop occuper à penser au blond en lisant le message. Il vérifia parmi ses messages et se rappela des livres dont il s'agissait. Il en lisait beaucoup, pour éviter d'encombrer sa chambre d'internat il les ramenait chez lui chez ses parents, il avait le plaisir de la lecture sans avoir besoin de tout stocker à la fac.

"More book,elle est qu'a dix minutes à pied j'ai passé une commande là bas avant les vacances." Répondit il finalement en rangeant son téléphone et cligna des yeux en entendant chantilly. "Si tu ne la veux pas bien sur que je la mangerais."

Le châtain récupéra la tasse et s'occupa de la chantilly avec plaisir, sans oublier de faire un large sourire avec un merci assorti à son nouveau petit ami. Bon elle était meilleure nature qu'avec le léger goût de boisson sur le dessous mais qu'importe, c'était de la chantilly. Ils sortirent ensuite, après avoir payer chacun sa part et le préfet de feu commença à avancer, les mains dans les poches.

"Tu voudras faire quoi après? Car ça risque d'être vite fait récupérer mes livres."
Revenir en haut Aller en bas
Azili
Mages Erudits
avatar
Messages : 1957
Localisation : Derrière toi~
Mages Erudits
Jeu 25 Jan - 23:46
Décidément, Sahiko était vraiment adorable quand cela concernait la chantilly maintenant qu’il le regardait d’un peu plus prêt. Il ne l’avait pas remarqué cet été, lorsqu’il mangeait les manju, pensant que c’était les pâtisseries en elles-mêmes qu’il affectionnait, en non ce qu’il y avait à l’intérieur. Il le laissa se servir dans son cappuccino, visiblement pressé de pouvoir engloutir cette crème fouettée, ou alors avait-il peur que le préfet de glace change d’avis s’il ne la prenait pas assez vite ? Au moins, en un rendez-vous, il avait déjà repéré comment lui faire plaisir et faire pétiller les yeux. C’était toujours bon à savoir, surtout si un jour ils se fâchaient, pour se faire pardonner, le châtain clair pourrait toujours lui apporter de la chantilly ou de lui en faire de la maison. Il avait une recette, et cela lui était arrivé d’aider chez lui à en faire. La prochaine fois qu’il rentrerait chez lui, il pourrait s’entraîner pour faire la plus parfaite des chantilly.

« Oh, je connais cette librairie, elle est bien. Ils ont un bon choix de romans de fantasy. » commenta-t-il en récupérant sa tasse pour boire une nouvelle gorgée.

Une dizaine de minutes plus tard, et des banalités échangées, Kaname finit son café. Il ne pensait pas qu’après avoir mis les choses sur la table, ils pourraient passer un moment comme si rien n’avait eu lieu et que c’était naturel entre eux. Le préfet de glace aurait pensé que cela prendrait un peu plus de temps. Sur cette réflexion, il se leva pour payer sa part et sortit à son tour du café.

« On pourrait aller au ciné ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 7 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 11, 12, 13  Suivant
Sujets similaires
-
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rp with you! :: LA BIBLIOTHÈQUE :: Les livres :: Supernaturel :: Pendragon Gakuen-
Sauter vers: