[Reborn] [K+] The Favourite Flower Choice - The 3 P’s of Happiness

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Reborn] [K+] The Favourite Flower Choice - The 3 P’s of Happiness

Message par Azili le Ven 26 Juil - 14:29


The Favourite Flower Choice
The 3 P’s of Happiness


Titre du rp : The Favourite Flower Choice ~ The 3 P’s of Happiness (Passion, Patience, Persistence)
Genre : Suspense
Fandom : Katekyoushi Hitman Reborn
Pairing : 10051 alias Byakuran x Irie Shoichi
Rating : Pour le moment, K+ mais cela peut virer à un rating plus élevé car ce n'est pas le pays des bisounours leur univers~
Disclamer : J'ai beau avoir parcouru de nombreux univers, ces deux p'tit chou appartiennent toujours à Akira Amano, elle ne veut pas les lâcher!

Notes :
- Taahoma fait Irie Shoichi (mon Sho-chan <3)
- Azili fait Byakuran
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Ven 26 Juil - 17:41

Marchant d’un pas pressé dans une des grandes rues de Tokyo, une silhouette masculine glissait entre la masse humaine. Il faisait pratiquement nuit et pourtant, il était encore tôt d’après les horloges murales. L’hiver avait déjà pris sa place dans l’hémisphère nord et s’amusait à dérégler le temps. Il faisait un froid de canard.
Le jeune homme quitta l’axe principal de sa route pour un coin un peu plus sombre. Il traversa rapidement le passage clouté et entra ensuite dans un grand bâtiment par ce qu’il semblait être la porte de derrière.

« Bonsoir Irie-kun ! » le salua-t-on en l’apercevant. Le jeune homme retira bonnet, écharpe et manteau et les accrocha au porte-manteau. Il secoua sa tête rousse et réajusta sa paire de lunettes carrées sur son nez pour sourire à l’homme qui l’avait interpelé.

« Bonsoir, » répondit-il poliment. « Bonne journée ? » questionna-t-il en posant l’étui qu’il portait sur une table. Il l’ouvrit doucement et sourit à la vue de l’objet qu’il contenait.

« Très bonne ! » gloussa le patron. Apparemment, les profits avaient été supérieurs à la normale. Est-ce qu’un client important était venu dans la journée ? L’air réjouit du patron le laissait croire. « Tu vas devoir donner le meilleur de toi-même ce soir ! »

« Comme toujours, » assura le jeune homme. Il attrapa son instrument et fit vibrer chacune de ses cordes. « Je peux aller dans le vestiaire ? J’ai besoin de ré-accorder un peu ma guitare, elle n’aime pas vraiment l’humidité causée par la neige. »

« Va, va mon garçon. Ne t’inquiète pas pour la salle, il n’y a pas beaucoup de monde ce soir, »
chantonna l’homme. Il se retourna et partit vers les cuisines.

Irie haussa un sourcil. Pourquoi donc son patron était-il de si bonne humeur si peu de gens étaient présents ? Etait-ce pour assurer le concert de ce soir ? Irie détestait se montrer trop en spectacle, pourtant les affaires pouvaient tourner en fonction de sa prestation. C’était donc avoir de lourdes responsabilités.

Son patron le ménageait toujours et il l’en remerciait grandement. Il lui fallait éviter d’avoir de nouveau une crise. Il était sujet à de nombreux maux d’estomac lorsque le stress était trop grand et ceux-là pouvaient l’empêcher jusqu’à même de bouger le moindre muscle.

Le jeune homme s’en alla dans le vestiaire : une sorte d’atelier qui se trouvait un peu derrière la scène sur laquelle il jouerait dans une petite heure. Cet endroit lui était réservé. Son patron voulait qu’il ait tout ce dont il avait besoin pour pouvoir jouer dans les meilleures conditions possibles. Ainsi avait-il à sa disposition cet endroit particulier où il pouvait s’entraîner et se détendre.

Mais avant de préparer son instrument, il eut envie de prendre quelque chose de chaud pour se réchauffer. De toute façon, s’il accordait trop tôt, celui-ci ne serait pas utilisé avant un trop long temps et alors risquait-il d’être injouable au moment du concert. Il posa donc l’étui dans un coin, s’assurant qu’il soit correctement fermé puis quitta la salle qu’il verrouilla à double tour.

Irie passa discrètement des cuisines au salon. Sans faire de bruit, il allait s’installer dans son coin habituel, accoudé au bar et commanda à l’un des deux serveuses une boisson chaude. Celle-ci s’y affaira immédiatement et Irie la regarda faire distraitement. Cela faisait un moment que le jeune homme connaissait les deux serveuses. C’étaient deux jumelles un peu particulières à l’allure un peu mécanique et irréelle, qui étaient apparues un beau jour devant le magasin et s’étaient proposé pour aider le patron. Leur travail était toujours très efficace et rapide. Elles pouvaient s’occuper de n’importe quelle tâche – de reprendre un pantalon jusqu’à s’occuper des papiers de la boutique. Irie était vraiment très impressionné. De plus, elles étaient vraiment très jolies. Leurs longs cheveux roses encadraient un joli visage matte dont les yeux étaient recouverts d’un masque noir. Irie n’avait jamais su pourquoi jamais elles ne l’enlevaient. Il avait bien tenté de leur demander deux ou trois fois mais elles arrivaient sans arrêt à éluder la question.

« Votre boisson. »

Irie fut sorti de sa rêverie quand une tasse d’un bon chocolat chaud fut mise sous son nez. Il ne put qu’en humer le parfum avec plaisir et y mettre rapidement les mains autour de la tasse.
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran :

Message par Azili le Lun 29 Juil - 18:43

Cela devait faire maintenant près d’un mois que Byakuran avait quitté son Italie natale pour rejoindre le Japon sur ordre de son père. Même si certaines choses, en particulier culinaire, lui manquaient, il s’était plus bien acclimaté à ce nouveau pays. Ce n’était pas la première fois qu’il s’y rendait. Dans son enfance, il avait effectué déjà plusieurs voyages avec son père. Mais c’était la première fois qu’il y restait aussi longtemps. 

Officiellement, il avait été envoyé à Tôkyô pour une visite de routine de la branche mafieuse japonaise. Et pour justifier la longueur de séjour, son père, grand parrain de la famille Gesso, avait prétexté que cela lui servirait d’apprentissage. Il allait devoir gérer, avec l’aide du délégué des Gesso au Japon, cette partie de la famille. C’était en quelque sorte un test pour voir si son fils était tout à fait apte à prendre la relève. Mais la réalité en était tout autre. En effet, le parrain savait pertinemment que son fils était tout à fait qualifié pour diriger plus tard l’ensemble de l’empire que ses ancêtres avaient érigé. Non, officieusement, sa mission était de confirmer les soupçons que son père avait sur une éventuelle rébellion de son second pour obtenir son indépendance et créer sa propre famille. Il devait vérifier cela, déterminer qui faisait partie des traites et bien sûr démanteler tout ça. Qui mieux que son propre fils pour accomplir cette tâche ? Le grand parrain ne pouvait avoir confiance en peu de monde en ce temps de crise, et sa progéniture était la personne parfaite pour ce travail. Après tout, son héritage en dépendait. 

Depuis quatre semaines, Byakuran jouait donc les parfaits innocents apprenant le métier de mafieux et menait en parallèle une enquête des plus sérieuses avec son fidèle bras droit Genkishi.

Pour le moment, les japonais apparentés à sa famille semblaient méfiants à son égard, ce qui rendait sa mission encore plus difficile. Etant le fils du grand parrain contrôlant tout, ses subordonnés ne se mêlaient jamais trop à lui et le gardaient à une certaine distance. Dans un premier temps, Byakuran avait dû faire ses preuves pour gagner leur confiance et cela n’avait pas été dur. Leur opinion à son sujet avait déjà changé.

En effet, à son arrivée quelques semaines auparavant, tout le monde - même s’ils restaient silencieux - le prenait pour un bleu et pensait qu’il n’était certainement rien d’autre qu’un gamin capricieux ayant une haute opinion de lui-même car étant le fils du grand patron. Cependant, son charisme naturel et sa personnalité les avaient vite fait changer d’avis. D’apparence chaleureuse et avenant, il leur avait fait voir qu’il pouvait se montrer froid et des plus cruels. La fois où, sans scrupule, il avait écrasé les doigts homme pour lui soutirer des informations en avait bluffé plus d’un. D’ailleurs, le sourire, le calme et la bonne humeur  qu’il montrait alors qu’il avait abattu l’objet sur la main du pauvre homme contrastait avec la froideur de ses yeux. Cet évènement avait eu pour effet de lui apporter le respect de ses hommes mais aussi la crainte. Et il allait voir si cette crainte qu’il leur inspirait allait se révéler comme un atout ou un handicap pour obtenir les informations qu’il cherchait. Il savait qu’ici il ne pouvait faire confiance encore à personne et que n’importe lequel de ses subordonnés pouvait le poignarder dans le dos à tout moment. La seule personne sur qui il pouvait se reposer était son fidèle serviteur. Il vivait dans un milieu très hostile. Cependant, malgré tout cela, il restait parfaitement calme. 

Régulièrement, le soir Byakuran se rendait avec Glo Xinia, le dirigeant de la branche japonaise, et quelques gardes du corps dans un club pour se détendre et parler affaire. Ce club était un peu leur lieu de réunion pour traiter des affaires externes et recevoir leurs rivaux. Jamais quelqu’un d’extérieur à la famille n’avait franchi les portes de leur base. Bien évidemment, ils connaissaient le propriétaire de ce bar et ce dernier les laissait faire leur trafic. En échange, il obtenait leur protection, ce qui n’était pas rien. 
Et ce soir était un soir de détente. Pour une fois il n’était pas question travail, mais de fêter quelque chose. Les Gesso avaient enfin réussi à regagner un morceau de leur territoire perdu il y a longtemps. Bien évidemment, le jeune homme aux cheveux blancs n’y était pas étranger. Et pour cette occasion, il avait revêtit un de ses plus beaux costumes blancs trois pièces avec une chemise noire. Tandis que ses subalternes et Glo Xinia s’étaient installés à la meilleure table du club, l’héritier de Gesso s’était approché du bar. A cette heure-ci, il n’y avait pas grand monde. Seul un jeune homme était assis et sirotait un breuvage dans une tasse. Il se décoiffa de son chapeau blanc pour saluer les deux barmaids ainsi que le rouquin qui étaient présents.
 

« Pouvez-vous nous apporter du champagne~ » Chantonna-t-il joyeusement.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Lun 29 Juil - 19:05

Interpellé, Irie risqua un coup d’œil à côté de lui. Il fut surpris de ne pas voir la serveuse exécuter directement la commande. Elle avait eu comme un mouvement de recul avant d’acquiescer et enfin se baisser pour fouiller les placards.

Le jeune homme n’avait pas l’impression de se soucier de ce comportement, arborant toujours le même sourire charmeur et sifflotant joyeusement. A en croire l’atmosphère autour de lui, il paraissait de merveilleuse humeur et cela était communicatif. Irie s’était tout de suite senti un peu plus heureux d’être assis là, à côté de lui et surtout qu’il ait pu le remarquer – même si c’était pour un rien. Un sourire timide avait pris place sur ses lèvres. Mais cette réaction était peut-être plutôt due à son charme d’étranger ? Il était vrai que cet inconnu aux traits européens était  vraiment bel homme. Il avait quelque chose qu’Irie n’aurait su expliquer qui le faisait rayonner. Maintenant qu’il avait posé les yeux sur lui, il lui était difficile de l’ignorer.

Devant un personnage tel que celui-ci à ses côtés, Irie se sentait cependant misérable. Il se regarda. Sa tenue était des plus banales et à cause de la neige ses cheveux étaient totalement indisciplinés. Il faisait quelque peu tâche dans le décor luxueux du bar. C’était pour cela qu’il se mettait toujours dans ce coin. N’ayant pas l’argent suffisant pour se permettre des folies vestimentaires, il ne pouvait pas se payer des tenues correctes, dignes de la clientèle. Ici, il pouvait se cacher des invités de marque du bar.

En parlant d’eux, cet homme faisait-il partie des importants invités que son patron attendait ?

Soudainement, la porte derrière le bar s’ouvrit et l’une des jumelles s’y engouffra. Cela réveilla Irie de sa contemplation. Cela devait faire plusieurs minutes qu’il scrutait cet inconnu. Le rouge le prit aux joues et il reporta son attention à sa tasse face à lui.
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran :

Message par Azili le Ven 9 Aoû - 16:19

Le jeune ne fut guère surpris par le léger mouvement de recule de la serveuse. Depuis sa tendre enfance, il était habitué à ce genre de comportement. Partout où il allait en Italie, dans les zones sous le contrôle de sa famille, les gens le craignaient. Non pas seulement parce qu’il était le fils du Parrain, ou que c’était un mafieux, non c’était avant tout à cause de sa réputation. Il était bien connu de tous qu’il pouvait se montrer le plus cruel des Gesso, mais il se montrait également juste et bon envers ses subordonnés qui le méritaient. Sa cruauté était toujours justifier. Mais au moins, les gens le respectaient, et c’était très important dans son métier si on voulait que son espérance de vie dépasse la vingtaine. Montrer un signe de faiblesse équivalait à signer son arrêt de mort.

La réaction de la jeune femme l’amusa plutôt et il prit cela pour un compliment. Cela montrait que son travail au Japon commençait à porter ses fruits et que sa réputation commençait à traverser les océans. Il sentit un regard posé sur lui mais n’y prêta vraiment d’attention car celui-ci n’était pas hostile, bien au contraire, il n’y avait même pas une bride de méchanceté dedans. Il n’y avait donc pas à s’inquiéter. Ce regard venait du jeune homme assit à côté de lui. Ce dernier n’avait même pas répondu à sa salutation. Peut-être qu’il était trop timide pour ça? Quand le rouquin détourna les yeux de lui, Byakuran lui jeta un rapide coup d’œil. Le jeune fixé sa tasse et ses joues semblaient légèrement rosées. Amusé, l’italien lui adressa un sourire avant de rejoindre les autres déjà installés à leur table. Nul doute que le garçon accoudé au bar ignoré qui il était, et c’était plutôt normal.

L’héritier des Gesso s’assit au milieu, président ainsi le petit groupe. A sa gauche se trouvait Glo Xina et à sa droit Genkishi. Byakuran discutait joyeusement avec ses hommes en attendant que le champagne arrive et que le spectacle dont on lui avait vanté les mérites ne début. Il n’était encore jamais venu dans ce club un week end, où s’était le plus animé et que des jeunes artistes se produisaient sur scène.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Mer 28 Aoû - 1:11

Lorsqu’il repartit, le jeune homme aux cheveux blancs avait laissé derrière lui l’odeur de son parfum. Irie remarqua tout de suite que cette dernière allait le marquer tant elle était spéciale. Il suivit de l’oreille les déplacements de l’inconnu et il lui sembla qu’il rejoignait un groupe. Il entendit même un des membres lui parler avec respect, lui indiquant un siège où s’asseoir.

« Psst, Irie-kun ? »

L’interpellé reconnut la voix de son patron et fut surpris de le voir face à lui, la tête seulement dépassant du comptoir. Une fois qu’Irie eut rencontré son regard il se releva d’un coup. Depuis qu’il l’avait croisé toute à l’heure, celui-ci avait changé de tenue. Maintenant, il portait un t-shirt vert très moulant qui rappelait sa mèche de cheveux de la même couleur. Redressant ses lunettes solaires de l’index, le patron eut un grand sourire.

« Il tape à l’œil hein ? » lui fit-il en désignant du menton le jeune homme étranger. « C’est Byakuran-san. C’est notre guest star d’aujourd’hui ! »

Il semblait vraiment ravi de l’accueillir dans son bar. Il fallait dire que les penchants de son patron étaient assez particuliers. Irie se demandait si c’était à cause d’eux qu’il avait adopté son nom – Lussuria – ou si c’était l’inverse. Toujours était-il qu’en le regardant, le patron semblait entouré d’un tas d’étoiles et de cœurs.

« Mais revenons au plus important ! Finis ton lait et prépare toi, je t’ai préparé une tenue~ Elle est accrochée à côté de ta loge. »

Irie n’eut alors d’autre choix que d’obtempérer, de préférant de toute manière sortir de cette salle où se réunissait des gens bien trop importants à son goût. Au même moment où il se levait pour rejoindre son vestiaire, une des serveuses re-sortit de la cave avec une bouteille de champagne.

« Bon courage, » lui dit-elle simplement. Puis accompagnée de son patron, elle rejoignit les invités.
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran:

Message par Azili le Mar 3 Sep - 1:40

Byakuran était confortablement installé au milieu de tous ses hommes de main. Cette banquette était décidemment très confortable. Et puis, il était vraiment bien placé, juste en face de la scène. Il avait une excellente vu de là où il était. C’était d’ailleurs sans doute la meilleure place de tout le bar. Rien ne pouvait gêner sa vue et il pouvait voir la scène dans ses moindres recoins. Il allait pouvoir profiter du spectacle sans le moindre désagrément, si ce n’est le bruit des différentes conversations tout autour de lui. Mais celle-ci n’était guère gênante pour le moment. Il n’y avait pas, le patron du bar savait chouchouter ses invités de marque en leur donnant la meilleure table et en offrant des services de qualité. Et invité de marque il l’était. Ce bar était placé sous la protection de la famille Gesso et s’il pouvait tranquillement faire ses petites affaires sans être déranger par les conflits de territoire c’était bien grâce à cette famille. 

En attendant que les musiciens prennent place sur scène et que le show commence, Lussuria vint le saluer et engagea la conversation. Celui-ci était toujours pareil, et ne cessait de le complimenté tout en faisant de gros allusion comme quoi il aimerait bien l’avoir dans son lit. Tout cela amusait grandement le jeune homme aux cheveux blancs. Et malheureusement pour le bar patron du bar, il pouvait toujours rêver que ce jour arrive. Et puis, l’héritier des Gesso se doutait bien que Lussuria ne tenterait rien et qu’il se contenterait de rêver et de lancer des perches au cas où que cela arrive. Une des barmen apporta peu de temps après la bouteille de champagne qu’il avait commandé. Puis, leur jeune femme leur apporta quelques amuse-gueules avant de repartir à son poste, tant dis que la première leur servait le champagne dans de magnifiques flûtes certainement en cristal. Malgré sa tenue vestimentaire qui pouvait laisser perplexe, Lussuria avait d’excellent goûts en matière de décoration. 

Byakuran proposa à ce dernier de trinquer avec eux un instant. Après tout, cette victoire qu’ils venaient de remporter concerner toute sa famille et ses alliés, et donc par conséquence l’homme aux tenues extravagantes. Celui-ci ne cacha absolument pas sa joie et accepta immédiatement l’invitation. Il s’installa entre Genkishi, qui ne semblait pas des plus ravie, et le boss. Ainsi, il pourrait parler affaires en toute discrétion. Car même si l’heure était à la détente, il y avait toujours sa mission secrète que son père lui avait confiée. Et, malgré les apparences, Lussuria était un de ses précieux informateurs et un fidèle ami de son père en qui il pouvait avoir confiance. Il pourrait aisément parler affaires avec Genkishi sans que Glo Xinia entende ou ne soupçonne la moindre chose. 

Les bavardages allaient bon train et Byakuran était tellement pris dans une conversation avec quelques-uns de ses subordonnées qu’il ne remarqua même pas l’homme qui était tout à l’heure au bar, rentré sur scène. La musique débuta doucement, à tel point qu’il ne le remarqua pas non plus. Il entendit vaguement Lussuria s’écrier qu’un certain Irie-kun venait d’arriver et dont il vanta les mérites à Genkishi qui ne semblait pas s’intéresser plus que ça à la musique. Quant à l’héritier de Gesso, il continuait de discuter jusqu’à ce qu’à quelques notes retint son attention. Il tendit alors l’oreille et se concentra sur la personne qui se trouvait seul sur scène. Il mit quelque instant avant de réaliser qu’il s’agissait du rouquin de tout à l’heure. Ainsi c’était un des employés d’ici. Et il ne manqua pas de remarquer qu’il avait changé de tenue. Celle-ci lui allait beaucoup mieux que la précédente. A présent concentré sur l’artiste qui jouait, il écouta plus sa voix et la chanson qu’il interprétait. Il reconnut immédiatement cette magnifique chanson, qu’il affectionnait particulièrement, « The sound of silence » de Simon and Garfunkel dans un anglais parfait. Et il devait avouer que ce jeune homme était plutôt doué et avait une magnifique voix, à tel point qu’il en était bluffé, et il n’en était pas encore au bout de ses surprises. Très vite, il oublia le brouhaha environnant de ses hommes de mains pour ne plus qu’écouter la musique. Dans la pénombre, il fixait le rouquin sans le lâcher des yeux. Il crut à un moment que Glo Xinia l’appela, mais ce dernier n’insista pas voyant qu’il écoutait avec attention la musique. Ce jeune homme avait un répertoire assez varié et à chaque fin de chansons Byakuran se demandait qu’elle serait la prochaine musique. C’était un réel plaisir d’entendre d’aussi diverses, allant de grand classique à des chansons beaucoup moins populaire qu’il n’avait jamais entendu jusqu’à présent. Et puis, quand l’artiste était plutôt doué, cela ne gâchait pas ce plaisir. 

Lorsque les premières notes de la prochaine musique, Byakuran retint son souffle. Ces notes, il ne les connaissait que trop bien, et l’espace d’un instant, il crut que le jeune avait entreprit de jouer ce fabuleux classique espagnol d’Issac Albeniz, Asturias. Mais très vite, il reconnut Spannish Caravan, la reprise des Doors. Dans un tel bar, il était évident qu’il n’entendrait pas cet air de classique qui avait bercé son enfance et qu’il ne se lassait pas d’entendre. Tant pis. Mais il aimait également cette reprise. Il s’enfonça plus confortablement dans son canapé et se concentra encore plus sur le jeune homme. Sa technique le fascinait. Pour arriver à faire vibrer de cette manière les cordes pour sortir un aussi beau son était admirable. C’est à ce moment-là qu’il réalisation que le rouquin timide de tout à l’heure était un excellent musicien et brillait une fois sur scène avec sa guitare à la main. Un frisson le parcouru au fur et à mesure que la mélodie parvenait à ses oreilles. Jamais une musique ne lui avait fait un tel effet. L’hériter des Gesso s’arrêta presque de respirer afin de mieux écouter. Il était curieux de savoir si le japonais connaissait cet air de classique qui avait inspiré ce grand groupe, et plus que jamais, il voulait l’entendre l’interpréter s’il savait la jouer. Il était même prêt à lui en faire la demande. Ne le lâchant pas des yeux comme hypnotisé, Byakuran ne se rendit pas compte que ce dernier avait réussi a capter peu à peu son auditoire, et à présent presque plus personne ne parlait. Si au début ce n’était que de la musique de fond pour faire l’ambiance, c’était devenu maintenant un véritable concert ou tout le monde écoutait.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Mer 4 Sep - 15:01

Lorsqu’il eut terminé, une vague d’applaudissement retentit.

« Bravo Irie-kun ! » retentit la voix du patron parmi les autres cris.

Irie se sentit rougir devant son public. Apparemment, sa performance n’avait été si catastrophique. Il espérait que ses fausses notes ne s’étaient pas faites entendre, il avait encore à progresser.
Mais avec un tel succès, Irie n’eut pas de doute quand à la prime qu’il toucherait. Celle-ci était toujours proportionnelle à l’effet qu’il arrivait à donner aux clients : si le concert avait été bon, ils étaient plus aptes à consommer davantage. Que des bénéfices pour Lussuria.
D’ailleurs en parlant de celui-ci, le musicien l’aperçut en train de ronronner à côté d’un groupe. Il y reconnut immédiatement l’inconnu qu’il avait salué plus tôt. En croisant son regard, il sut qu’il était temps de filer de la scène. Alors après un dernier remerciement, Irie disparut derrière le rideau.

« Félicitation. »

« Merci. »

Comme à chaque fin de ses concerts, les deux jumelles le recevaient derrière la scène pour le féliciter. Elles lui donnaient une tasse de café et un petit quelque chose à manger afin qu’il se remette tranquillement du stress qu’il avait accumulé. Ce après quoi, on le laissait tranquille dans son petit vestiaire pour qu’il finisse de décompresser en douceur.

Il posa sa guitare dans son étui et s’installa sur la chaise pour s’affaler sur la table. Les fins de concerts étaient toujours si relaxantes. C’était dans ces moments qu’ils se rendaient compte à quel point devenir musicien avait été et était toujours son plus grand rêve. Seulement, les parents n’étant pas vraiment approbateur, il avait du se résoudre à fréquenter une – certes très bonne mais – fac scientifique. Ce qui concernait son instrument, tout l’argent sortait de sa poche et ce travail pas étranger à ce besoin.

Ses yeux se portèrent sur sa guitare. Elle brillait dans son étui et pour le jeune homme, elle était plus que précieuse.

Souriant, Irie se redressa et avala d’une traite le café qui commençait à refroidir.
Maintenant, la plus grosse affaire de la soirée avait été faite. Il devait profiter de son petit temps de repos pour travailler. S’il sortait maintenant des vestiaires, il se ferait sans doute assaillir par les clients. Il n’était pas une star mais il ne pouvait nier qu’il était relativement apprécié des clients. D’ailleurs… est-ce que cet homme avait apprécié les chansons qu’il avait interprétées ? Son regard à la fin de prestation avait eut quelque chose d’énigmatique, Irie n’aurait su donner un nom au sentiment qu’il avait ressenti à ce moment là. Sans comprendre réellement pourquoi, il espérait qu’il avait vraiment apprécié son petit concert. Peut-être aurait-il même droit à des félicitations ?

Il avait sorti ses affaires de cours et crayon de papier à la main s’attaquait déjà à des exercices.
Seulement, sa tête avait du mal à chasser l’image de l’autre, se demandant quelles avaient pu être ses réactions.
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Jeu 26 Sep - 19:14

Jusqu’à la fin du concert, Byakuran resta concentré sur l’artiste qui jouait sur scène. Il ne perdait pas une des notes que produisait le pincement des doigts du jeune homme sur les cordes. Dans la pénombre, le parrain le fixait de ses yeux perçants. D’ailleurs heureusement que le japonais ne le voyait pas, parce que vu comment il semblait être timide, un tel regard lui aurait certainement fait perdre tout ses moyens, et cela aurait gâché le spectacle. L’héritier des Gesso avait complètement occultait ce qui l’entourait, comme si le temps c’était figé et qu’il ne restait plus que cette mélodie et cette voix qu’il entendait. Malheureusement pour lui, toute les bonnes choses ont une fin, et celle-ci n’échappa pas a la règle. 

Il y eut un léger silence avant que l’auditoire se mette à applaudir, le temps que tout le monde revienne à la réalité. C’est à ce moment là que Byakuran se pencha vers le gérant du bar. 

« Quel est le nom de ce jeune homme? » Chantonna-t-il sur son ton habituel. Rien ne trahissait tout ce qu’il avait pu ressentir pendant ce concert. Cependant, sa question montra que l’artiste avait su attirer son attention. 

« C’est Irie Shoichi-kun. Ma petite vedette. » Répondit Lussuria avec enthousiasme, avant de se lever pour féliciter le rouquin en criant bien fort un « bravo Irie-kun ». 

Byakuran se contenta d’applaudir tout en reportant son regard sur Shoichi. Il trouva ça touchant de le voir aussi gêné. Cela contrastait énormément avec sa performance. A croire qu’il devait quelqu’un d’autre avec sa guitare à la main. Ce dernier s’éclipsa rapidement après avoir salué convenablement son public. Et rapidement les conversations revinrent à la table des mafieux. 

Cette journée avait été plutôt bonne pour l’héritier des Gesso. Non seulement il avait remporté une grande victoire, mais en plus il venait de découvrir quelque chose d’intéressant. Il manquait plus qu’il démonte ce soir la rébellion qui se préparait au sein de sa famille, pour que cette journée soit parfaite. Mais il ne fallait pas non plus trop rêver. Maintenant, il savait où venir s’il voulait écouter de la bonne musique pour se détendre. Et pour cela, il demanda encore quelque renseignement au patron du bar pour savoir quand exactement ce jeune homme, entre autre, se produisait sur scène. 

La soirée pour lui et ses hommes de mains se prolongea jusqu’à tard dans la nuit. Lussuria, qui le regrettait, avait dû prendre congés pour assurer ses fonctions de gérants. Car même s’ils étaient des clients importants, ils n’étaient pas seul et un bar ne se faisait pas tourner tout seul. Ce n’est que quelques bouteilles de champagne plus tard, qu’ils quittèrent le bar, certains plus éméchés que d’autres. Byakuran sortit le dernier du lieu après avoir réglé sa note. Il n’avait pas revu le rouquin et l’alcool et les diverses discussions, lui avait fait quelque peu oublié son existence même s’il se souvenait parfaitement de certaines mélodies qui l’avaient tant troublé ce soir. 

A un la sortie du bar, son chauffeur fidèle chauffeur l’attendait comme toujours. Il monta en compagnie de Genkishi après avoir salué le numéro 2 de la famille. 

« Kikyo-kun~, du nouveau? » Questionna-t-il. En effet, son chauffeur n’était pas qu’un simple chauffeur. Il était également un de ses fidèles subordonnés en qui il pouvait avoir confiance avec Genkishi. Et celui-ci avait aussi pour rôle de collecter des informations après des sous-fifres. 

« Ils se sont plus discret ces temps-ci, Byakuran-sama. Il semblerait qu’ils préparent quelque chose. » Répondit-il solennellement en fixant la route. 

« C’est pour bientôt alors~ » Se contenta de commenter le jeune homme aux cheveux blancs en regardant d’un air pensif la route. Puis, le chauffeur continua son rapport quotidien pendant qu’il ramenait Byakuran à sa demeure.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Dim 8 Déc - 2:04

Irie rangea sa guitare dans son étui. Le concert de ce soir avait été un peu mou et inintéressant. Il n’avait pas eu le même plaisir à jouer que les fois précédentes. De plus, le public n’avait pas été si envoûté et réceptif que les fois précédentes, malgré les efforts techniques qu’il avait fourni sur ses morceaux. En fait, la raison était sûrement l’absence du jeune homme avec qui, ces dernières semaines, il avait beaucoup discuté.
Un soir, alors qu’il ressortait de derrière le rideau pour réceptionner sa tasse habituelle, un jeune homme aux cheveux blancs était apparu devant lui en remplacement des deux serveuses, un grand sourire aux lèvres. Le félicitant pour sa performance, il avait donné la tasse fumante à Irie et toujours avec son visage radieux avait demandé son nom.
A partir de ce jour où ils avaient appris à se connaître, Byakuran – c’était son nom – était venu à chaque fin de ses prestations. Ainsi, à raison de deux fois par semaines, ils se retrouvaient dans son petit vestiaire pour discuter un petit moment. Irie n’avait jamais appris plus que son nom à propos du jeune homme. Il ne savait précisément ni son âge, ni ce qu’il faisait dans sa vie. Il n’empêchait pas qu’il restait une personne agréable avec qui discuter, amusante et surtout très intelligente. Et son charisme était très troublant. Irie se sentait à chaque fois un peu perturbé près de lui.
Le fait qu’il venait le voir à chaque fois rendait Irie beaucoup plus enthousiaste à l’idée de donner son concert. Seulement, cela faisait le troisième concert sans le jeune homme dans les parages. Il n’était ni derrière la scène, ni dans le public. Irie s’inquiétait. Byakuran ne l’avait averti de rien. Peut-être était-il reparti dans son pays ? Après tout, il n’était pas originaire du Japon.

« Bien travaillé Irie-kun ! » Le jeune homme se retourna vers le propriétaire du bar qui lui souriait grandement. Retirant son boa à plumes de ses épaules pour le passer sur celles d’Irie, il fronça les sourcils. « Quelque chose ne va pas ? Tu as manqué d’entrain. »

« D-Désolé. Vous croyez que- »

« Personne sinon moi ne l’a remarqué je pense, »
rassura Lussuria. Il fit faire un tour à son écharpe. Irie eut des plumes dans la bouche et cela amusa le patron. « Mais que je l’ai remarqué n’est pas bien. Tu es ennuyé par quelque chose ? »

« Non, pas spécialement, »
mentit l’étudiant. Il attrapa d’une main aveugle son sac. « Mais maintenant, je vais y aller. Il est tard. »

A ces mots, Lussuria regarda sa montre. « Oooh, déjà cette heure ! » Il fit un signe de main derrière lui et une des jumelles s’approcha d’eux, une boîte dans les mains. « Tiens, prend cela. » ajouta-t-il. En plus de cela, il sortit de sa veste une enveloppe plutôt épaisse qu’il fourra dans les mains de l’étudiant. « Voici ta paie du mois. Je suis désolé mais je vais te demander de ne pas venir la semaine prochaine. Je te donne ton argent maintenant au cas où cela devrait se prolonger. » Voyant la tête inquiétée du roux, il s’empressa d’ajouter : « Ne t’inquiète surtout pas. Il y aura juste… des sortes de travaux. Et j’ai quelques affaires à régler par la même occasion. Le bar sera fermé alors il est inutile que tu y viennes. »

Silencieusement, Irie acquiesça. Il n’allait pas chercher à comprendre plus loin les raisons de Lussuria. Il le croyait et cela suffisait. Par contre, il lui paraissait y avoir bien trop d’argent dans cette enveloppe. Néanmoins dans la boîte se trouvait un repas concocté par les sœurs Cervello et cela lui mit du baume au cœur. Il adorait particulièrement leur cuisine.

« Merci beaucoup ! » Irie sourit largement.

***

Un tour de clé et Irie ouvrit la porte de son appartement. Il la ferma du pied et avec un petit coup de fesse, elle se ferma à clé. Il déposa sur la table du salon les sacs de course qu’il portait ainsi que sa guitare à sa place. Du pied, il poussa les appareils électriques un peu abandonnés au hasard. Décidément, même absent, son colocataire envahissait leur espace. Le gros de ses affaires était pourtant dans sa chambre mais depuis son nouveau projet, il commençait à coloniser le salon. Ses robots prenaient vraiment trop de place. Atteignant la télé et son ordinateur, il alluma les deux et s’en retourna à ses courses pour les ranger.

En ouvrant le frigo, le jeune homme retomba sur le Tupperware vide. Cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait pas été au bar. En même temps, Lussuria ne l’avait pas appelé pour dire qu’il était revenu. Cela lui manquait de ne pas jouer sur une scène tout de même. Avec ces soirées de libres, il avait pu travailler ses morceaux et en ajouter des nouveaux à son répertoire.
Il jeta un œil à l’horloge murale. Il était dix heures du soir passé. Pouvait-il se permettre ? Son regard dérivant vers le porte manteau, il se dit que le boa en plumes qu’il avait malencontreusement ramené la dernière fois était peut-être à déposer. Il pouvait au minimum voir si l’une des serveuses était présente et il pourrait toujours ramener les affaires.

« Bon allons… Ca me fera au moins sortir. Je n’ai rien à faire. » Avec un soupir, il attrapa sa veste et les affaires qu’il mit dans un sac. La vraie motivation de ce geste était qu’il pourrait peut-être rencontrer Byakuran. La voix de cet homme lui manquait un peu et l’enthousiasme qu’avait celui-ci à l’entendre jouer également. Il espérait vraiment le croiser.
Il fourra son mp3 dans sa poche et mit son casque sur les oreilles. La musique allait l’accompagner sur la route.

Il ne mit pas longtemps à arriver dans la rue du bar. Pour une fois, il pourrait passer par la porte principale, non ? Du moins, si c’était ouvert.

« Lussuria-san ! »

Irie s’arrêta immédiatement. Quelle était cette voix ? Il ne voyait pas d’où elle sortait. En hiver, la nuit tombait tôt et il faisait donc pratiquement noir. Un seul lampadaire éclairait la rue mais pas assez distinctement pour que l’étudiant puisse clairement voir les silhouettes. Entendant les pas devenir plus proche et s’alarmant, Irie se cacha rapidement derrière un mur.

« Lussuria-san, ça a commencé. C’est presque fini d’ailleurs. »

« Et le groupe ? »
Irie reconnut la voix de Lussuria. Il était rentré alors ? Ou sinon, il lui avait menti ? Surtout, quelles étaient les affaires dont il lui avait parlé ? Cet homme était étrange et la voix de son patron avait paru si inquiète. Pourquoi l’autre mettait-il du temps à lui répondre ?

« Décimé. Il ne faut pas sous-estimer le boss, » répondit-il enfin.

« Où est-il alors ? Ca fait vingt minutes qu’il se cache ! »

« Il a réussi à fuir… mais il faut le retrouver vite. On ne sait pas ce qu’il peut faire. »

« Appelle ton groupe ! Trouvez Byakuran-san rapidement ! Bon sang ! »
Maintenant, Lussuria paraissait devenir impatient, voire agacé.

Byakuran était en danger ?
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Dim 8 Déc - 2:12

Et comme l’avait prédit le jeune homme aux cheveux blancs, ce qui se tramait en secret au sein de sa famille allait bientôt éclater au grand jour. Les nouvelles que lui avait rapporté Kikyo sur le chemin du retour ne présageaient rien de bon. Il allait avoir du pain sur la planche et il n’aurait pas de temps à perdre ou baisser sa garde pendant les prochains jours. Il ne devait absolument pas sous estimer son adversaire. Après tout, c’était le numéro deux des Gesso. Il n’avait pas été choisi par hasard par son père pour gérer la branche japonaise de la famille. Il soupira en pensant à tout le travail qu’il allait avoir.

Quelques semaines étaient passées depuis. Pour ne pas éveiller les soupçons, Byakuran avait continué à jouer les boss insouciant en se rendant au club de Lussuria. Pendant qu’il prenait plaisir à discuter avec Irie, Genkishi et Kikyo fouinaient activement. Ses discussions étaient son seul moment de détente et il les affectionnait vraiment. Avec le jeune artiste, il se sentait normal et oubliait toute pression familiale ainsi que ce complot qui était comme une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Malheureusement pour lui, les nouvelles étaient de moins en moins bonnes, et la guérilla au sein de sa famille n’était plus qu’une question de jours maintenant, voire d’heures. Il était constamment sur le qui-vive et s’attendait à ce qu’on ennemi frappe à n’importe quel moment. Il détestait de plus en plus Glo Xiania. Non seulement il avait osé se rebeller contre son autorité et celle de son père en voulant obtenir le contrôle total de la branche japonaise, mais en plus il lui avait enlevé ses seuls moments de détente en l’obligeant à travailler encore plus. Byakuran soupira devant une masse de paperasse qui se trouvait sous son nez. Il leva les yeux vers la fenêtre et commença à rêvasser. Dire que normalement à cette heure là il devrait être confortablement installé dans un fauteuil à écouter de la bonne musique dans le bar de Lussuria.

Soudain, la sonnerie de son téléphone le tira de ses pensées.

« Ya-a~ Glo-chan. Vraiment ? Où ça ? Très bien~ je m’y rend tout de suite, » dit-il avant de raccrocher. Un sourire machiavélique se dessina sur ses lèvres. La reine se décidait enfin à bouger pour mettre en échec le roi. Cependant, le roi était bien préparé et comptait bien écraser sa reine. Byakuran allait le lui faire regretter d’avoir voulu le trahir.

« Gen-chan~ appelle Kikyo-kun. Qu’il amène la voiture. On va à l’entrepôt ouest. Le rat s’est enfin décidé à agir, » chantonna-t-il tout guilleret. Puis il ouvrit son tiroir pour prendre deux revolvers. Il vérifia que les deux étaient bien chargés avant de les ranger dans les deux étuis qu’il avait au niveau de ses côtes. Il prit également des balles en plus et un petit revolver qu'il mit à sa cheville gauche.

« Tout est prêt. Il nous attend en bas, » répondit Genkishi.

« Bien~ que la fête commence, » dit-il avant de se lever. Suivi de son subalterne, il se rendit en silence en bas où les attendait leur chauffeur. Pendant le trajet, il leur donna les dernières instructions à suivre. Son plan était plutôt risqué. Une fois arrivé, il descendit seul et rejoignit le numéro deux qui l’attendait à l’étage.

« Alors, Glo-chan~ où sont ces conteneurs ? » dit-il sur son ton habituel.

Pendant ce temps, Genkishi faisait les cent pas autour de la voiture. Il n’arrivait pas à se calmer. Comme Byakuran avait-il pu lui ordonner de rester à attendre bien sagement alors qu’il était parti tout seul se jeter dans la gueule du lion en ayant tout à fait conscience. Kikyo, quant à lui, était adossé contre la voiture et commençait à perdre patience à force de voir son collègue tourner autour de lui.

« Genkishi, fait lui confiance. C’est Byakuran-sama après tout, ce n’était pas n’im… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une énorme explosion retenti. Les deux jeunes hommes eurent juste le temps de se mettre à terre pour éviter les milliers de morceaux de verre qui volèrent en éclat. Le température augmenta d’un coup. Très vite, ils comprirent que qui venait de se passer. Le bâtiment était en feu. Genkishi, sans réfléchir dégaina son arme et s’enfonça dans le brasier, il fut suivit de peu par Kikyo.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Dim 8 Déc - 2:19

Tic. Tac. Tic. Tac. Dans l’appartement, tous les volets étaient fermés malgré qu’il fasse jour à l’extérieur. C’était d’ailleurs la lumière du pâle soleil, qui arrivait à filtrer à travers les volets, qui permettait d’éclairer un minimum les lieux. Volontairement, aucune lumière n’était allumée si ce n’était une petite lampe de chevet car convalescent dans le lit, un rescapé d’un grave accident était en train de souffrir.

Tic. Tac. Irie était au chevet de son lit, épongeant le front de son pseudo patient. Il se faisait médecin en ce début de journée. Trempant le bout de ses doigts dans l’eau glacée, il repoussa ensuite les mèches blanches du visage endormi.

Le jeune homme patientait. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas touché à son téléphone car au bout de son troisième appel, on l’avait sommé de se calmer et d’attendre. Seulement, déjà une heure s’était écoulée et le temps paraissait devenir étrangement bien long qu’il lui était difficile de se retenir de faire les cent pas ou d’allumer la télévision. Pourtant, la dernière chose qu’il avait envie d’entendre était ce que pouvaient bien ramener les journalistes de l’incident de cette nuit.

Il avait bien trop peur de ce qu’il redoutait.

Soudainement la sonnette de la porte d’entrée retentit et ce fut presque instantanément que le jeune étudiant se leva pour aller ouvrir. Deux hommes entrèrent dans son appartement. Irie referma à double tour derrière eux et les conduisit immédiatement jusqu’à sa chambre.

Arrivés à la porte, une main se posa sur son épaule, lui indiquant qu’on voulait lui parler. Alors il laissa le jeune homme endormi dans sa chambre aux mains de plus experts que lui.

« Nous avons tardé, je suis désolé. Shamal a été dur à convaincre. »

« Ce n’est rien Tsuna-kun. J’ai… été un peu impatient. Je m’inquiète peut-être un peu trop pour lui mais… »

« Pas besoin d’en rajouter. Je comprends. »
Un sourire réconfortant prit place sur les lèvres du jeune homme qui éclaira un petit peu la mine triste d’Irie.

Le jeune homme, Sawada Tsunayoshi de son nom complet, était un ami de longue date d’Irie. Ils avaient vécu dans la même rue pendant leur enfance et la force d’évènements troublants chez Tsunayoshi avait fait qu’ils avaient pu se rencontrer et devenir amis. Leur relation avait été entretenue grâce aux petits cours que donnaient parfois le roux à son ami qui avait, il fallait le dire, de graves difficultés scolaires.

Il était rare qu’Irie demandât de l’aide à son ami, surtout d’une voix si inquiète. Ce fut peut-être pourquoi Tsunayoshi avait accepté immédiatement et fait tout son possible pour l’aider. Et il y avait réussi. Le docteur Shamal était un homme étrange qui se prétendait docteur. Mais Irie soupçonnait quelque chose d’autre. De plus, son apparence complètement négligée ne l’aidait pas à donner une bonne opinion de lui et de ses capacités. Il avait également la sale manie de courir après tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une paire de sein montée sur jambes avec de longs cheveux soyeux et un visage de poupée : tout ce qui ressemblait aux femmes en somme. Il n’acceptait d’ailleurs de ne traiter que des patientes. Il était très difficile de le convaincre d’examiner un homme. Néanmoins, le fait est que Tsunayoshi l’avait amené jusqu’à chez lui pour diagnostiquer l’état de son ami.

« Aurais-tu de quoi refaire un bandage ? » demanda-t-on soudainement. Irie se releva immédiatement et revint avec une trousse de secours qu’il tendit au prétendu médecin. Celui-ci prit la boîte et remarquant l’air vraiment inquiet du jeune homme, lui passa une main dans les cheveux pour les lui ébouriffer. « Ne t’inquiète pas, il va bien. Tu as apporté les premiers soins correctement alors il n’y a aucun risque. » Il soupira et se retournant pour revenir dans la chambre, il se plaignit de sa malchance. « Il n’y a rien d’intéressant chez les hommes… ».

La porte refermée, Irie parut se détendre tout d’un coup. Ses genoux fléchirent et il s’écroula au sol, soulagé.

« Tu as entendu ça Tsuna-kun ? Il a dit que Byakuran allait bien ! » répéta-t-il la voix nouée.

« J’ai entendu, c’est super non ? »

« Oui ! »


Avec l’aide de son ami, le roux se remit sur ses pieds. « Tu veux boire quelque chose ? »


Il passa encore un petit moment avant que le docteur Shamal ne ressorte de la chambre, trousse de secours dans une main et les anciens bandages de l’autre. Il avait laissé la porte ouverte derrière lui pour qu’Irie puisse aller voir son ami. Il dormait encore mais la fière qu’il avait eue était maintenant complètement évanouie et son visage était beaucoup plus détendu. Le voir ainsi rassura grandement le jeune homme qui revint vers ses deux invités lui-même beaucoup plus serein.

« Bien, maintenant tu vas pouvoir nous expliquer, » fit la voix grave du docteur. Il était un peu trop sérieux pour que cela plaise. « Qui est-ce ? »

Irie s’installa dans le canapé à côté de Tsunayoshi et croisa les mains. « Je ne connais pas grand-chose de lui mais il s’appelle Byakuran. Je l’ai connu il y a un ou deux mois, il vient souvent au bar où je joue quelques soirs. C’est quelqu’un de vraiment très gentil mais il ne parle pas beaucoup de lui. Je ne sais pas de quel pays exactement il vient. J’imagine l’Espagne ou l’Italie. Il me semble l’avoir entendu parler une langue qui y ressemble un soir. Enfin… »

« Tu n’as pas eu peur qu’il soit un escroc ou quelque chose du genre ? Ca se fait beaucoup ces temps-ci tu sais, » questionna Shamal, soupçonneux. « Ce genre de mecs t’accoste, ils se rendent intéressants pour mieux te plumer une fois que t’es tombé dans leur piège. Il pourrait rentrer dans le moule, c’est un beau mec. » Irie serra les poings mais Tsuna lui posa une main rassurante, fusillant du regard le docteur Shamal qui leva les mains, se désignant innocent. « Je dis ça, je dis rien. »

« Byakuran n’est pas comme ça ! » fit Irie les dents serrées. « J’en suis sûr. »

« Très bien je te crois. Bon, et comment tu l’as trouvé dans cet état ce petit coq ? »


Tsunayoshi soupira devant la familiarité de l’homme.

« Mon patron m’a dit de ne pas venir pendant un moment. Cependant, réalisant que j’avais des choses à lui ramener, je suis tout de même allé au bar. Et là… il y a eu une grosse explosion et quand j’y suis allé, j’ai vu Byakuran. Il avait du passer à travers une vitre ou je ne sais quoi parce qu’il était coupé de partout et… entendant des voix, je lui ai attrapé la main et je l’ai forcé à fuir avec moi. On s’est caché quelque part et c’est là que j’ai découvert qu’il avait perdu beaucoup de sang… » En parlant, le jeune homme désignait de sa main l’endroit où devait être la blessure d’où s’était écoulé le sang. « J’ai eu peur. Byakuran était sonné. J’ai préféré l’amener ici. »

Volontairement, Irie avait préféré éluder la partie concernant son patron au bar. Il n’était pas encore sûr en quoi il était concerné par cette affaire mais malgré tout, il le soupçonnait. S’il le disait à Tsunayoshi, celui-ci lui interdirait sûrement d’y retourner or, Lussuria était vraiment important pour lui et il voulait s’assurer de lui-même s’il était digne de confiance ou non.

« En tout cas… » Irie se releva et s’inclina devant le docteur. « Merci d’être venu ! Dites-moi ce que je peux faire pour vous remercier. »

L’homme leva la main et secoua la tête. « Ne t’inquiète pas. Tu ne me dois rien. C’est le jeune Sawada que tu devrais remercier plutôt. Je n’ai fait ça que parce que c’était lui qui me l’a demandé. »

« Non ! C’est normal ! »
rectifia Tsuna, gêné. « Vraiment Irie-kun, tu me dois rien. Tu m’as beaucoup plus aidé que je ne l’ai fait pour toi par le passé. Et puis, tu es un ami, il est normal que je t’aide ! »

Irie se sentit heureux d’avoir un tel ami et en eut presque les larmes aux yeux. Il était bien trop fatigué pour pleurer. Il avait passé la nuit à veiller sur Byakuran et guetter son moindre mal.

« Très bien ! Et bien sur-ce. Je vais te faire une ordonnance pour les soins complémentaires, » déclara soudainement le docteur Shamal en se relevant. Il attrapa feuille et stylo et se mit à écrire. En quelques gribouillis informes, il avait listé tout ce dont Irie aurait besoin. Il lui donna la feuille et après quelques minutes d’explications, les deux hommes partirent.

« Merci encore, » sourit Irie. Et il referma la porte derrière eux. Il soupira profondément. Maintenant, il était certain que Byakuran allait bien et cela le rassurait grandement. Une partie de ses soucis s’en allait et une grande fatigue la remplaçait. Il se dirigea vers sa chambre. Il voulait s’assurer que Byakuran allait bien et il irait ensuite s’endormir dans le canapé pour rattraper un peu de sa nuit blanche.
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Ven 17 Jan - 2:47

Allongé dans le lit, Byakuran ouvrit, non sans peine, les yeux. Il n’avait même pas eu le temps de réaliser où il était, qu’une atroce douleur traversa la tête. Cette douleur en était presque insoutenable. Il avait l'impression qu’on lui perçait la tempe avec un tournevis et qu’on lui enfonçait jusqu’au cerveau. Heureusement qu’il se trouvait dans une pièce sombre, car il n’osait même pas imaginer ce que la lumière du soleil aurait pu provoquer sur son mal de crâne. 

Machinalement, il leva la main pour la porter à sa tête. Malheureusement, ce geste pourtant simple lui provoqua une douleur. A tel point qu’il se résigna a la poser sur son front, et la laissa retomber le long de son corps. Au fur et à mesure qu’il se réveillait, il prenait conscience de toutes ses douleurs. C’était comme si son corps était fracassé de partout ou qu’on lui avait passé un rouleau compresseur dessus. Il n’avait pas le moindre souvenir sur ce qui c’était passé pour qu’il se retrouve dans cet état. Mais une chose était sûre, il avait dû passer un très mauvais quart d’heure. 

Du regard le jeune homme aux cheveux blancs balaya la pièce. Il semblait être seul ici. Il n’y avait aucun bruit autour de lui, et il était incapable de l’heure qu’il pouvait être. De plus, tout lui était inconnu, que ce soit la configuration de la pièce, les meubles, les objets personnels qui s’y trouvaient ou bien les choses qui étaient accrochés sur les murs. Est-ce parce qu’il n’était pas totalement réveillé qu’il ne reconnaissait rien dans cette chambre ? Ou bien parce que la pénombre l’empêchait de voir correctement ? Non, c’était autre chose. Il avait l’impression de n’être jamais venu ici. Mais alors, chez qui il était ? Un sentiment de panique commença à l’envahir. Que lui était donc arrivé ? Il s’était fait kidnappé et torturé ? C’était absurde. Pourquoi aurait-on fait ça ? Pour un trafic d’organe ? Il sourit à cette pensée ridicule. Il avait peut-être tout simplement trop bu hier et avait atterrit chez quelqu’un qu’il ne connaissait pas. Cependant, comme pour se rassurer, il porta sa main à son torse pour vérifier qu’il n’avait aucune cicatrice qu’une quelconque opération dans laquelle on lui aurait prélevé un rein. Il poussa un léger gémissement en levant son bras. Que cette douleur pouvait être pénible. Toutefois, il oublia très vite sa souffrance en sentant sous ses doigts un bandage sur son ventre. Non, ce n’était pas possible ! Il n’était pas victime d’un trafic d’organe. Il paniqua de plus en plus. Si cela avait été le cas les trafiquants n’aurait pas pris la peine de le recoudre et l’aurait abandonné dans une baignoire remplit de glace. Il essayait par tous les moyens de se rassurer, mais il ne se sentait pas en sécurité ici. Il devait quitter ce lieu le plus vite possible et qu’importe le moyen. Même s’il se doutait qu’il n’irait pas bien loin dans son état. 

Rassemblant tout son courage, il commença à bouger ses membres qui le faisaient atrocement souffrir. Il bougeait lentement pour éviter d’avoir trop mal. Au bout de quelques minutes, il était enfin assit sur le rebord du lit et avait posé les deux pieds par terre. Il prit appuie sur ses deux mains en poussant un léger gémissement plaintif. Se mettre debout dans son état n’était pas une mince affaire. Il devait prendre appuie sur quelque chose s’il ne voulait pas tomber, et ça le plus rapidement possible. Il s’avança, non sans mal et en titubant, vers un bureau qui se trouvait à quelques pas de lui. Péniblement, il parvient à l’atteindre. Byakuran s’accordant une courte pause pour reprendre son souffle. Il avait encore quelques pas à faire avant d’atteindre la porte. Pendant ce temps où il reprenait son souffle, il parcouru des yeux le bureau. Avec un peu de chance il tomberait sur quelque chose qui lui donnerait un indice de là où il était. Mais rien. Il n’y avait seulement des papiers qui devaient être certainement des cours. 

Le jeune homme continua son périple jusqu’à la porte. Après quelques minutes, il arriva enfin. Sur cette porte était accroché un grand miroir. Il n’avait toujours pas vu son apparence depuis qu’il s’était réveillé et il curieux de voir dans quel état il se trouvait. Peut-être cela n’était pas aussi dramatique qu’il ne le pensait. Il s’observa attentivement. Puisqu’il avait pu se déplacer, il n’avait certainement rien de casser, et il comprit l’origine de ses douleurs. Son corps semblait être parsemé d’hématomes. D’ailleurs, certains étaient plutôt impressionnants. En plus de ces bleus, il avait une multitude de coupure. La blessure la plus importante semblait être celle de l’abdomen. Mais il ne pouvait pas voir la gravité de celle-ci, car un bandage la recouvrait. Il n’avait pas vraiment envie de voir ce qu’il y avait dessous, s’il était là c’était qu’il y avait un raison. Que lui était-il arrivé ? Il était passé à travers une fenêtre ou quoi ? Byakuran observa son visage en dernier. A la découvre de celui-ci un sentiment de panique et d’horreur l’envahit. Qui était-il ? Il ne se reconnaissait pas dans le miroir. D’ailleurs, il ne savait même plus son nom. Sous le choc, il recula et percuta violemment le bureau derrière lui. Plusieurs objets tombèrent sur le sol dans un fracas. Puis, il se laissa glisser sur le sol, sans quittait les yeux de son reflet.
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Sam 18 Jan - 21:39

Allongé sur le canapé, Irie n’avait pas réussi à fermer l’œil. S’il ne faisait rien, ses pensées n’avaient de cesse de se diriger vers ses souvenirs de la veille. Il avait eu tellement peur. Il était peut-être choqué, se disait-il, vu l’impact qu’avait pris les images de la scène. Il se les remémorait sans arrêt et chaque détail lui sautait inlassablement aux yeux. Les bouts de verre, la fumée, le sang… A chacune de ses respirations, il avait encore l’impression d’inhaler le brouillard qui flottait et son cœur reprenait un rythme effréné. Il n’avait rien compris et se trouver dans une telle incertitude le bouleversait.

Alors pour se calmer, il avait sorti une partition et l’avait travaillée en silence. Les notes l’occupaient bien plus que les tictacs de l’horloge murale. Ce morceau était le prochain qu’il comptait jouer à son concert. Cela faisait un petit bout de temps qu’il l’avait en réserve pour pouvoir enfin le présenter.Et surtout, il attendait impatiemment la réaction de son ami face à son interprétation. Du moins, il espérait pouvoir le lui jouer.

Il imaginait déjà son petit sourire et son air calme en l’écoutant. Puis une fois qu’il aurait eu fini et se serait retiré de la scène, il serait venu vers lui pour lui parler.

Seulement, la voix qu’il avait imaginée le félicitant fut tout autre. Un cri vint de sa chambre et c’est alarmé qu’il sauta du canapé.

La porte de la chambre s’ouvrit rapidement et le propriétaire du petit appartement débarqua complètement paniqué. Il alluma la lumière sans prendre en compte que cela pourrait affecter sa vue. Il dut plisser les yeux un moment pour y voir quelque chose et s’habituer à la nouvelle luminosité.
Il regarda d’abord sur le lit. Les draps étaient retournés mais Byakuran n’y était pas. Irie commença à paniquer. Il l’aperçut bien vite, assis au sol avec un visage d’effroi. Que s’était-il passé pour qu’un tel sentiment prenne aisément sa place sur le visage normalement impassible du jeune homme ?

« Byakuran-san ? » appela-t-il. Irie s’approcha doucement et ramassa les quelques objets dispersés autour de lui pour les poser sur l’étagère puis, toujours accroupi près de son ami, posa une main rassurante sur son épaule. « Que s’est-il passé ? »
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Jeu 6 Mar - 1:44

Il était complétement horrifié. C’était un mauvais rêve, cela ne pouvait être que ça. Il ferma les yeux et respira profondément. Peut-être qu’en se calmant et quand il rouvrait les yeux il se réveillerait dans son lit et ce rendrait compte que tout ceci n’était qu’un moment rêve. Il sentit une vive douleur aux côtes quand il inspira. Il devait avoir au moins une côte fêlée, si ce n’était pas cassé même, pour ressentir cela. Il compta jusqu’à trois avant d’ouvrir les paupières. Malheureusement, il se trouvait toujours assit par terre dans cette pièce inconnue. Son reflet dans le miroir n’avait pas changé. Il vivait un véritable cauchemar. Et ce qui l’effrayait le plus, c’était certainement de ne pas savoir qu’il était. Que lui était-il arrivait ? Comment était-il arrivait là ? Que faisait-il ? Mais surtout qui était-il ? Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête, et aucunes réponses lui venaient. C’était un véritable mystère. Il essaya néanmoins de se calmer. Paniquer ne lui servirait à rien. Ça n’allait pas l’aider à résoudre tous ses problèmes, bien au contraire. Il devait avoir l’esprit clair s’il voulait démêler un peu tout ce flou dans sa tête. 

Lorsque la porte s’ouvrit brusquement, Byakuran sursauta. Que se passa-t-il encore ? Le jeune homme fût surpris de voir un jeune homme faire irruption dans la chambre. Instinctivement, il recula un peu plus allant jusqu’à se plaquer complètement contre le meuble qui se trouvait derrière lui. Le rouquin n’avait pas l’air menaçant, ce qu’il était plutôt une bonne chose, parce que dans son état il n’était pas vraiment sûr de pouvoir se défendre. 

Byakuran-san ? Qui était-ce donc ? Il était pourtant persuadé d’être seul dans la pièce. Il parcourut rapidement des yeux le tour de la chambre. Non, ils étaient bien seul ici. Alors, ce fameux Byakuran-san c’était lui ? C’est comme ça qu’il s’appelait ? Un mystère venait de s’éclaircir ? Visiblement, ce jeune homme le connaissait. Peut-être allait-il pouvoir l’aider à comprendre ce qu’il faisait ici, et surtout pourquoi il n’avait aucun souvenir ? 

Légèrement pétrifié, il ne bougea pas quand le rouquin posa sa main sur son épaule. Ce geste se voulait rassurant, mais Byakuran avait un peu de mal à se détendre dans une telle situation. Même s’il ne représentait pas une menace, il n’avait pas confiance et ne se laisserait pas facilement convaincre qu’il pouvait comptait sur le jeune homme. 

« Qu… qui êtes-vous ? Où suis-je ? Pourquoi suis-je comme ça ? Mais qui suis-je ? » parvint-il à articuler sans faire trembler sa voix. Même s’il était complètement paniqué, il ne voulait pas le montrer à cet inconnu, tant qu’il ne savait pas qui il était. Avec son regard intense, il le dévisagea dans l’espoir de se rappeler quelque chose.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Dim 9 Mar - 21:31

« Ne t’inquiète pas, » murmura Irie pour le calmer.

S’il parlait doucement, peut-être cela inciterait son ami à se calmer. La lueur alarmée de ses yeux restait présente mais son visage avait repris une expression sûre d’elle. Ce moment de panique n’avait pas du tout ressemblé à Byakuran alors le revoir ainsi le mettait plus en confiance. Ses questions le laissaient néanmoins perplexe et la peur lui tordit le ventre. Byakuran ne se souvenait… de rien ? Vraiment de rien ?

« Est-ce que tu as mal quelque part ? »

Irie se força lui-même au calme. S’il s’emportait, cela renforcerait la panique du jeune homme et ne ferait qu’empirer la situation. Il lui fallait être rationnel, calme et surtout rassurant. D’abord, l’état de Byakuran. Ensuite, il penserait à cette histoire. Il était possible que le choc l’ait rendu amnésique mais si tel était vraiment le cas, alors il lui faudrait rappeler Shamal…

« Je suis Irie Shoichi, un ami. Tu es ici chez moi, » expliqua-t-il. Voyant que Byakuran l’écoutait attentivement sans plus montrer aucun signe de panique, Irie se sentit lui-même rassuré et il put continuer à lui expliquer les faits calmement. « Ne t’inquiète pas, tu es en sécurité ici. Un médecin a examiné tes plaies et les a soignées. Et… » La dernière question, il n’aurait su y répondre correctement. Le réalisant, son cœur se serra. Il se prétendait un proche mais en fait, il ne connaissait rien de lui et dès lors, il ne savait pas quoi lui expliquer sur lui. Déjà qu’il espérait déjà en savoir plus sur Byakuran… ce n’était pas en son pouvoir que de lui raconter cela.

Son silence n’était peut-être pas une bonne chose mais il ne pouvait pas se résoudre à lui mentir.

Il risque la question délicate.

« Tu ne te rappelles… de rien ? »
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Jeu 5 Mai - 14:40

Il avait beau le dévisager, ses traits ne lui disaient absolument rien. Aucun souvenir ne lui revenait. Certes, cela aurait été un peu trop facile si tout lui était revenu d’un coup, juste en regardant le jeune homme, mais cela l’aurait bien arrangé.

Etrangement, il avait quelque chose de rassurant et les premiers mots qu’il avait prononcé avaient un effet apaisant, mais pas assez pour le calmer, la situation restait toujours autant angoissante. Et ce n’était pas parce qu’il semblait inoffensif et qu’il avait quelque chose de rassurant que Byakuran allait lui faire confiance. Qu’est ce qu’il lui disait que le rouquin n’était pas un loup déguisait en agneau ? Il venait de décider de rester méfiant tant qu’il n’aurait pas le moindre souvenir ou une quelconque explication plausible, et il était assez dur à convaincre. Cette situation était vraiment louche, on ne perdait pas la mémoire comme ça, et puis, pourquoi n’était-il pas à l’hôpital ? Son état lui semblait assez critique quand même. A en juger par le reflet que lui renvoyait le miroir, il lui était arrivé quelque chose de grave.

Il se décrispa légèrement. Le silence de son interlocuteur le laissa perplexe. Il avait l’impression qu’à présent une atmosphère de gêne venait de balayer celle de panique. Venait-il de le vexer en ne se souvenant plus de lui ? En tout cas, c’était l’impression qu’il lui donnait. Etait-il quelqu’un d’important pour lui ? Irie venait de lui dire qu’il était un ami. Mais étaient-ils proche ? Sans doute pour qu’il se soit retrouvé chez lui.

Bien qu’il veuille croire aux paroles du jeune, il refusait de le croire totalement. Qui lui disait qu’il ne lui mentait pas ? C’est quand même bizarre de soigner quelqu’un chez soi. Pourquoi ne pas l’avoir amené à l’hôpital plutôt ? C’est quand même plus raisonnable non ?


« Je… ne sais pas. J’ai d’atroces douleurs, en particulier au niveau des côtes. Et tout est flou dans ma tête, je n’ai aucun souvenir… On est ami ? Pourtant votre visage me soit inconnu… je suis désolé…» Dit-il en essayant de contrôler sa voix, mais peu à peu il commençait à se détendre un peu, même si la peur était toujours là.

« Pourquoi je me trouve chez vous ? » Ajouta-t-il.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Sam 7 Mai - 10:46

Irie se tendit. Dans le cas où Byakuran ressentait toujours des douleurs, Shamal lui avait prescrit quelques médicaments à donner mais il n’était toujours pas allé les chercher. Sortir maintenant l’angoissait quelque peu et maintenant, l’amnésie s’ajouter à la liste des multiples blessures.
Il ne pouvait simplement pas laisser seul le jeune homme, affolé comme il l’était. Il était totalement imprévisible et Irie ne pouvait pas le laisser faire un pas en dehors de son appartement.

Passant une main dans ses cheveux, gêné par la question, Irie chercha à toute vitesse une réponse convenable et pas trop alarmante à donner. Allez dire à un amnésique qu’il était impliqué dans une drôle d’affaire avec des trafiquants ou il ne savait quoi… rien de mieux pour lui faire plus peur.

« Un accident, » mentit-il à moitié. Il n’osa pas regarder Byakuran dans les yeux, préférant le bleu clair de ses murs. « Tu étais blessé alors je t’ai fait soigner. » Encombrer l’esprit du plus vieux avec trop de détails était risqué. Et s’il inventait trop de mensonges, il était possible qu’il ne se souvint pas de la moitié au moment d’en parler à Tsuna et au docteur. Il espérait que Byakuran ne pose plus trop de questions et se contente de se reposer.

Il ne savait ce qui était le plus juste à faire. Sortir tout de même ou… l’image d’une personne lui passa dans l’esprit et rien que cette idée lui retira un poids des épaules. Il se releva doucement et sourit à Byakuran.

« Il serait bon que tu te reposes encore un peu. Je t’expliquerai tout en temps et en heure, » souffla-t-il.

Il se mit à murmurer les personnes qu’il devait contacter au plus vite et alors il quitta sa chambre pour trouver son téléphone portable abandonné quelque part dans son petit salon.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
「このゲーム、完全に俺な支配した!」ー跡部景吾
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Lun 9 Mai - 19:21

Un accident ? Quel genre d’accident pouvait causer de telles blessures ? Mais surtout, pourquoi ne pas l’amener à l’hôpital ? C’était quand même la chose la plus sage à faire non ? Si le jeune homme l’avait soigné, cela voulait peut être dire qu’il était médecin non ? On ne soignait pas les gens comme ça sans avoir un minimum de compétences dans la matière. Quoiqu’il en soit, cette réponse ne satisfaisait pas Byakuran. C’était vraiment trop flou et il n’était toujours pas en confiance. Comment se reposer dans une situation pareille ? Il avait l’étrange sensation que quelque chose n’allait pas et qu’Irie lui cachait quelque chose. Le ménageait-il ?

Le jeune homme avait changeait un peu d’attitude et cela n’aidait pas Byakuran à se mettre en confiance. Cependant, pour le moment il n’avait pas vraiment le choix. Dans son état, il ne pouvait pas aller bien loin. Il devait faire semblant de lui faire confiance. Et si la situation lui apparaissait toujours aussi louche, quand il pourrait-il saisirait la première occasion qui se présenterait à lui pour s’échapper.

Le jeune homme aux cheveux blancs voulait continuer à lui poser des questions pour essayer d’avoir un peu plus de détails, mais il n’eut pas le temps d’ajouter autre chose que son sauveur était déjà sorti de la chambre. Il était de nouveau seul dans cette pièce. Face à cette solitude, une vague soudaine de panique l’envahit et il prit conscience que Shoichi avait eu un effet apaisant sur lui. Au final, peut-être qu’il ne lui mentait pas ? Qu’ils étaient réellement proches et que c’était pour cette raison qu’il s’était sentit moins apeuré.

Toutes ces interrogations commençaient à lui faire mal à la tête. Son sauveur avait raison, il devait se reposer et ce n’était pas par terre qu’il y arriverait. Non sans mal, il s’appuya sur le bureau pour se relever, et tenant à peine sur ses jambes, il entreprit de regagner le lit. Arrivé au milieu de la pièce, il commençait à regretter de s’être mis debout pour marcher. Il aurait mieux fait se ramper par terre pour atteindre le lit. Byakuran aurait certainement eut moins mal et mis moins de temps aussi.

Arrivé à son objectif, il se laissa tomber lourdement sur le matelas. Il ferma les yeux et s’endormit presque aussitôt. Tous ses efforts et ses événements l’avaient épuisé. Il était encore bien trop faible pour supporter ça.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Mar 10 Mai - 3:04

Irie raccrocha après avoir remercié une nouvelle fois et soupira longuement en regardant l'écran de son portable. Il y voyait son reflet et sa mine désespérée. Il soupira lourdement. Le docteur allait devoir repasser bientôt. Point positif, il amènerait pour lui les médicaments nécessaires contre la douleur qu’il n’avait pu aller chercher avant. Irie espérait franchement que Byakuran allait rapidement se remettre de ces blessures.

Ce problème de perte de mémoire était très handicapant pour lui. Comment allait-il faire pour gagner la confiance de son ami. Et comment faire pour lui expliquer ce qu'il lui était véritablement arrivé alors que lui-même ne le savait pas vraiment ? Il était un peu perdu et il lui semblait avoir fait quelque chose qui le mettait dans une embrouille plutôt sombre.

Il avait peur.

Et se sentait trahi.

A qui pouvait-il bien se confier en toute confiance ? Tsuna pouvait-il servir ce rôle complètement ou... son regard dévia vers la porte de l'autre chambre de l'appartement. Son colocataire et meilleur ami était absent depuis plusieurs semaines et il ne savait pas quand il rentrerait exactement. Quelque part, il se sentait mieux de savoir qu'il n'était pas présentement là. Qu'aurait-il fait s'il avait vu Byakuran en sang ?

"... Byakuran !!"

Comme un éclair dans son esprit, il se rappela soudainement qu'il l'avait abandonné au sol avant de passer son coup de fil.

"Oh mon dieu !"

Il entra dans la chambre soudainement, un air clairement paniqué sur le visage.

"Oh pardon Byakuran ! Je t'ai laissé par..."

Il n'était plus là où il l'avait vu tout à l'heure. Irie eut un moment de flottement pendant lequel ue image horrible de Byakuran passant par la fenêtre lui traversa l'esprit. Cependant, il se raisonna bien vite quand il le vit allongé sur le lit.

"Désolé ! Pardon ! J'étais tellement préoccupé par cette histoire de perte de mémoire que... as-tu besoin de quelque chose ?"

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
「このゲーム、完全に俺な支配した!」ー跡部景吾
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Mar 10 Mai - 23:20


Il se réveilla lorsqu’une voix, qui paraissait peu rassurée, l’appela. Au début, il eut du mal à savoir si c’était dans le rêve qu’il était en train de faire ou bien la réalité. En quelques secondes, il rassembla ses esprits et constata que ce n’était pas un songe. Un jeune homme, cette fois si on pouvait voir qu’il était complètement paniqué, s’était approché de lui en se confondant en excuse. Tout lui revint soudain. C’est vrai. Il était dans une situation dramatique. Il ne savait combien de temps il dormit depuis qu’Irie l’avait abandonné sur le sol comme un pauvre malheur. Une chose était sûre, Byakuran devait vraiment être fatigué pour s’assoupir aussi rapidement. D’ailleurs, il n’était pas contre pour se reposer encore. Son état physique et les mauvaises nouvelles qu’il venait de découvrir l’avait épuisé.

Cependant, il se redressa en prenant appui sur ses coudes, non sans peine, pour mieux voir le visage du roux. C’était plutôt marrant de voir que le jeune était aussi paniqué par la situation du jeune homme aux cheveux blancs. Pour que sa situation le touche autant, il devait très proche de lui. Cela devait être pour ça qu’il avait réussi à l’apaiser tout à l’heure. Un parfait inconnu n’aurait certainement pas réagit comme ça. Cette réaction mis un peu en confiance Byakuran. Même s’il n’était pas non plus encore prêt à croire tout ce qu’il dit ou encore lui confier sa vie, il se sentait rassuré un peu.

Il ne lui en voulait pas de l’avoir laissé par terre. Comme en vouloir à une personne qui vous avez porté secours et qui était aussi désolé que ça. C’était plutôt difficile. Il fallait être un égoïste sans cœur pour ça. Et ça Byakuran ne l’était pas. Du moins c’était ce qu’il pensait. Après tout, comment pouvait-il savoir quel genre de personne il était sans ses souvenirs ? Alors pour le moment, il avait décidé de ne pas être un type envers la personne qui l’avait aidé, et surtout si c’était un de ses proches.

« C’est plutôt tout à l’heure que j’aurais eu besoin de quelque chose. Un coup de main pour rejoindre le lit n’aurait pas été de trop. » Répondit-il d’un ton calme. Puis, pour la première fois depuis qu’il avait retrouvé ses esprits, inconsciemment un sourire sincère se dessina ses lèvres.

« Je ne serais pas contre un peu d’eau et quelque de chose de fort contre la douleur. » Ajouta-t-il en se rallongeant correctement. S’être redressé ainsi ne lui avait fait qu’empirer ses douleurs.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Mer 11 Mai - 6:52

« Pardon, excuse-moi, désolé ! » paniqua Irie. Il posa une main timide sur les couvertures pour les remonter correctement sur Byakuran. « J’étais tellement… préoccupé que… enfin… »

Les phrases qui se formaient dans sa tête pour expliquer sa réaction prenaient un sens parfaitement incompréhensible alors s’emmêlait-il les pinceaux en essayant de s’exprimer. Cependant, le sourire de Byakuran lui apaisa quelque peu ses angoisses. Il attrapa la chaise pour s’y laisser choir, soulagé.

« Je ferai attention, pardon. Ah et… pour les médicaments, j’ai appelé une connaissance. » Le fait qu’il ait perdu la mémoire intriguait suffisamment Shamal pour qu’il veuille bien revenir jusqu’à son appartement pour l’examiner. Au moins, il n’avait pas à chercher de nouveau l’aide de son ami pour le convaincre. Sinon, il n’aurait su comment faire sans se sentir encore plus redevable. Il avait déjà une énorme dette envers Sawada que lui redemander de convaincre le docteur… « Je suis désolé, tu devras supporter encore un peu la douleur. Mais si je peux faire quoique ce soit, n’hésite pas. Mais je vais chercher l’eau. »

Irie se releva et sortit de la chambre, jetant un œil sur Byakuran avant de passer la porte, l’air encore gêné.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
「このゲーム、完全に俺な支配した!」ー跡部景吾
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Sam 28 Mai - 12:23

Byakuran laissa échapper un petit rire quand le jeune homme s’excusa plusieurs fois. C’était plutôt attendrissant de le voir gêné comme ça. Il n’avait pas besoin d’en faire autant. Cependant, il stoppa rapidement de rire. Une douleur vive se fit ressentir au niveau de ses côtes. L’espace d’un instant, la confusion de son sauveur lui avait fait oublier sa situation. Peut-être devrait-il se détendre un peu plus et se contenter de se laisser soigner. Irie n’avait pas l’air d’être du genre dangereux. Mais instinctivement, il ne pouvait pas s’empêcher de rester sur ses gardes. Il avait l’impression qu’il avait passé toute sa vie à être constamment aux aguets. Quel genre de vie menait-il pour avoir ce sentiment désagréable de ne jamais être en sécurité ? Ou peut-être que c’était le fait d’avoir tout oublié qui lui donnait cette impression. Il espérait que c’était le cas, sinon il préférait ne pas retrouver la mémoire et rester se faire dorloter ainsi par ce rouquin maladroit.

Le jeune homme aux cheveux blancs soupira légèrement en entendant qu’il devrait attendre encore un peu avant d’avoir quelque chose pour calmer cette douleur qui le rognait. Mais il n’avait pas le choix. Il ferma les yeux quand Irie quitta la pièce pour aller lui chercher de l’eau. Et s’en sans rendre compte, il s’endormit.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Irie Shoichi

Message par Taahoma le Dim 29 Mai - 4:33

Lorsqu’il revient, Irie ne fit aucun bruit et posa doucement le verre sur la table de chevet. Il resta un moment à regarder Byakuran et eut un léger sentiment de satisfaction en ne trouvant plus aucun trait tiré sur son visage.

Bon, il ne restait plus qu’à attendre que le docteur arrive. Il devait trouver avec quoi s’occuper en attendant. Ses yeux se portèrent tout simplement vers son ordinateur portable posé non loin de là. Il ne voulait pas quitter la pièce pour être présent dès que Byakuran ouvrirait les yeux et qu’il n’ait pas besoin de crier pour l’appeler.

L’étudiant ouvrit son ordinateur et l’alluma. Il tapota doucement des doigts sur le bureau en attendant le chargement complet et ne mit pas longtemps avant de reprendre ses habitudes. Il ôta son casque de son perchoir et se l’enfila sur les oreilles. Il ne fallut pas longtemps pour qu’il se perde dans son monde numérique à composer dieu-ne-savait-quoi avec son clavier. Le temps passa ainsi rapidement et bien vite, Irie n’eut plus conscience de ce qui l’entourait.

Non, il ne remarquait plus rien. Il n’entendait rien d’autre que sa musique et ne voyait rien d’autre que son écran.

Il n’entendit même pas la sonnette de la porte d’entrée.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
「このゲーム、完全に俺な支配した!」ー跡部景吾
avatar
Taahoma
Petit chat

Messages : 1273
Date d'inscription : 09/07/2013
Age : 25
Localisation : Dans un carton, pardi. I fit, I sit!

Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/837861/Taahoma

Revenir en haut Aller en bas

Byakuran

Message par Azili le Jeu 2 Juin - 16:29

Le sommeil du convalescent était plutôt agité. Il poussait de temps en temps des petits gémissements plaintifs à cause de la douleur. Celle-ci était de plus en plus vive. Dans sa tête, des images étranges défilaient. Il voyait un hangar remplit d’énorme containers. L’endroit était sombre et glauque. Il ne savait pas vraiment où il était. Il déambulait entre eux, vers une lumière. Il avait beau marcher, il avait l’impression qu’il n’en verrait pas la fin. Quelque chose était inscrit dessus. Mais c’était flou et illisible. Il n’arrivait pas lire la provenance de ses caisses en bois, et il savait encore moins ce qu’elles contenaient. Un sentiment désagréable l’envahit. C’était quelque chose entre la peur et l’excitation. Quand il arriva enfin, il aperçut quelqu’un assis sur un grand trône orné de dorures. Cette personne n’avait pas de visage, cependant, Byakuran entendit son rire glacial et démoniaque résonner dans sa tête. Puis, la lumière se fit de plus en plus vive et une explosion se produisit. Le jeune se réveilla en sursaut et en nage. Son cœur battait la chamade. Il mit quelque instant avant de se rappeler où il était. Ce cauchemar était-il un fragment de sa mémoire ? C’était étrange… il avait un sentiment de déjà-vu. Mais ce rêve n’avait aucun sens. Soudain, il se rendit compte que quelqu’un sonnait à la porte. D’ailleurs, cette personne semblait plutôt perdre patience. Byakuran jeta un regard dans la pièce et il y aperçut Irie, le casque sur les oreilles, devant son ordinateur. Il ne devait pas entendre grand-chose avec ça.

« Irie-kun ? Irie-kun ? » Appela-t-il tout de même pour essayer. Avec un peu de chance, il entendrait sa voix.

« Irie-kun ! » Cria-t-il plus fort. Mais toujours rien, et le visiteur inconnu semblait perdre de plus en plus patience.

Le jeune homme soupira. Il allait devoir se lever, car c’était certainement le médecin. Il n’avait pas envie qu’il s’en aille. Il avait trop besoin de quelque chose pour calmer sa douleur. C’est donc avec peine qu’il se redressa et se leva de son lit. Un peu chancelant, il marcha jusqu’au bureau de son hôte. Il essayait de s’accrocher à tout ce qu’il trouver pour ne pas tomber. Une fois arrivé, il retira le casque du garçon.

« Je crois que quelqu’un s’impatiente~. » Dit-il avait un sourire qui dissimulait sa douleur.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
*Always look on the brigth side of life~*
avatar
Azili
Mini Poulpy

Messages : 1767
Date d'inscription : 13/07/2013
Age : 117
Localisation : Derrière toi~

Voir le profil de l'utilisateur http://azili-imaginarium.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Reborn] [K+] The Favourite Flower Choice - The 3 P’s of Happiness

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum